Ranges pour joueurs intermédiaires

Hello helllo,

Vous jouez au poker depuis quelques mois et en avez marre de suivre des tableaux de ranges pour débutants qui vous limitent dans votre progression ? Vous voulez ouvrir votre jeu et abandonner les stratégies très tights pour optimiser vos gains grâce à votre skill gagné au fil de vos grinds ?

Daddy Lacerta est là pour vous aider. Je vais vous proposer des ranges pour toutes les situations PF communes. Je l’avais déjà fait dans mon ebook Rétamer la NL10, mais celui-ci commence à dater et je vais donc actualiser ces ranges. Ils seront plus précis dans certains spots et tiendront compte des évolutions générales du jeu.

Pour ceux que ça intéresse, voici les ranges de « Rétamer la NL10 » de 2017 en format pdf: Ranges Rétamer la NL10_2017.pdf (611,6 Ko)

Open raise.

On commence évidemment par les ranges d’open raise (RFI).

D’abord je tiens à préciser que les ranges que je présenterai ne sont pas des ranges théoriques, bien que ceux-ci influent évidemment sur les constructions de ranges. Donner des ranges théoriques ne me semble pas bon. Jouer des ranges théoriques signifie aussi jouer de manière théorique nos ranges. Seuls les meilleurs joueurs sont capables de s’en approcher. Ensuite ça ne tient pas compte des spécificités du fields de petites limites. On pense souvent au rake, mais il n’y a pas que ça.

Un des points qui me semble le plus important en petites limites c’est que les joueurs commettent plus d’erreurs OOP. Dit autrement, la position gagne en importance. Je vous renvoie au concept d’accumulation d’avantages. Donc, même si vous avez un edge sur vos adversaires, le fait d’être OOP vous fera quand même perdre une plus grande partie du pot que vous devriez en jouant parfaitement vos mains marginales.

Les ranges mal construits de vos adversaires comptent aussi dans le choix de vos propres ranges.

Pour résumer la stratégie centrale que je propose, c’est de jouer plus tight que la théorie lorsqu’on est OOP, et éventuellement jouer plus loose lorsqu’on est IP, ou du moins lorsqu’on est en late positions contre des joueurs qui nous laisseront trop réaliser d’equity.

Je développerai tout ça au fur et à mesure que je présenterai les ranges.

Voici donc les ranges d’open raise. Je préconise d’ouvrir à 3bb sauf au BU (2.5bb). Nos ranges étant tight OOP, un sizing un peu plus gros qu’avec des ranges théoriques fait sens. D’autres stratégies sont possibles, mais je ne vous les conseille pas si vous êtes un joueur intermédiaire.

On voit que je propose des fourchettes. Par exemple UTG entre 11 et 16% d’open. L’idée est de tenir compte des profils des joueurs à la table. Le premier reflexe à avoir est de regarder qui est en blindes. Si ce sont des spots, on va vouloir ouvrir plus pour les jouer en étant en position sur eux. Le second réflexe est de voir qui est en position sur nous. Plus ils seront agressifs (surtout PF mais aussi post-flop), plus ils nous empêcherons de réaliser notre equity, et donc plus on devra jouer tight.

Par exemple on est au HJ, on a deux regs en blindes et un joueur loose aggro au BU. On va donc ouvrir la fourchette basse de notre range, le top 16%. par contre, si dans la même position on a un spot en BB, un joueur passif au CO et un reg nit au BU, on va ouvrir la fourchette haute de notre range, le top 19%.

Lorsqu’on est au BU, le premier reflexe à avoir est de regarder les taux de 3bet des blindes. Plus ils sont élevés moins on va ouvrir.

En SB, on check encore le taux de 3bet de la BB, mais on regarde aussi son fold BB vs open de SB. Plus il sera élevé, plus on va ouvrir. Au dessus de 62.5% on va même commencer à abuser, voir ouvrir plus que la fourchette haute proposée.

On remarque que globalement les ranges d’open en EP sont plus tight que les ranges théoriques (qui tournent autour des 17/21/28% UTG/HJ/CO). Mais surtout qu’ils ne sont pas construits de la même façon. J’ai déjà expliqué les raisons: on va plus jouer OOP. Mais il y a une autre spécificité des petites limites: on va plus jouer en multiway. Plus on joue de multiway et plus nos equities baissent, et moins on a de FE. On perd donc de l’EV avec les mains marginales.

En petites limites je conseille d’orienter nos ranges d’open en EP vers les grosses cartes et les PP qui frappent vite les boards et ont moins besoin de manœuvrabilité post-flop. Comme déjà dit on sera souvent OOP et/ou en multiway, mais aussi souvent contre des joueurs short stacks et/ou CS.

Cependant, selon les tables et votre skill, vous pouvez plus vous rapprocher de ranges théoriques. Mais un mot quand même sur une catégorie de mains absentes des tableaux dans ces positions: les SC. En pratique je ne conseille pas de les jouer pour toutes les raisons exposées. Mais il faut savoir que même en théorie se ne sont que des open rares (à part T9s JTs). En théorie K8s > 55 > 87s.

Au BU, on va faire l’adaptation inverse. On jouera souvent plus loose que la théorie. La raison est simple, les Vilains soit défendent pas assez leurs blindes, soit les défendent mal. De plus nous profiterons 100% du temps de la position. Certains joueurs open plus de 55% de leur BU profitablement. Mais dès que des joueurs 3bet convenablement en blindes, on va vite adopter des ranges quasi théoriques (top 42% environ) qui nous permettent de défendre facilement vs 3bet.

La SB est un cas un peu particulier. D’un coté on est forcément OOP. mais de l’autre on peut potentiellement jouer contre un mauvais joueur ne défendant pas assez. C’est ici que nos fourchettes de ranges seront les plus élastiques.


Pour une meilleure lisibilité, faites clic droit et « ouvrir l’image dans un nouvel onglet ».

6 J'aime

Iso-raise et over-limp

Voici maintenant les ranges en situations de raise limpers.

Ce sont les ranges les plus difficiles à synthétiser en tableaux. Peut-être plus encore que les ranges de squeeze/overcall. Les paramètres étant très nombreux. Avoir une base me semble cependant utile.

J’ai donc pris comme spot de référence un limp de récréatif avec entre 30% et 40% de VPIP, qui jouerait quelque chose comme 40/15 ou 30/10. Ce qui me parait le cas le plus standard. On voit qu’il y a des fréquences. Elles ne sont pas à suivre à la lettre, mais donnent plutôt une idée des mains marginales qui peuvent être raise. Si Vilain est plus loose et/ou fold suffisamment, on va raise bien plus que les fréquences indiquées. A contrario, s’il est plus tight et/ou collant/aggro, on va raise moins que ces fréquences. On part aussi du postulat que Vilain n’est pas short stack et joue au moins 40bb deep. Plus il est short stack et plus on va raise tight avec des mains à fortes raw equity (équité pure PF) et on sera souvent prêt soit à stack off PF, soit à go broke flop si on a percuté.

Lorsqu’il y a plusieurs limpers, on sera bien sûr là aussi plus tight. On isolera moins avec les mains marginales de type SC ou low Axs, mais aussi moins avec les mains qui frapperons des TP dominées, comme les plus petits broadways offsuit et les Axo moyens. Surtout si on est OOP.

On adaptera aussi les ranges en fonction de notre edge sur Vilain et de son agressivité post-flop. Moins on a d’edge sur lui, plus il est collant/aggro, et moins on réalisera d’equity, encore plus OOP, et donc plus on resserrera nos ranges de raise, quitte à parfois limp des mains moyennes.

Je sais que certains ranges vont un peu surprendre. Je vais donc développer les raisons de mes choix.

Ranges du HJ et du CO.

Je suis un fervent partisan des ranges strongs dans ces positions. Déjà pour toutes les raisons que j’ai évoquées dans le post précédent qui expliquaient pourquoi je conseillais d’ouvrir tight en EP. Ces mêmes raisons s’appliquent aussi ici. D’autant plus qu’on doit investir plus dans le pot tout en affrontant un range de plus (l’open limper).

Ensuite parce qu’on pourra plus difficilement se défendre contre les contre-iso (3bet vs isoraise). Plus ils seront rares, plus on pourra iso notre bas de range. Mais il ne faut pas surestimer la force de ce bas de range. Je pense aux petites PP, aux petits broadways suited, aux low Axs et aux SC. Des mains qui ne sont pas très rentables déjà d’ordinaire à être open en early position. Des mains comme QJs JTs et PP peuvent aussi être intéressantes à avoir en overlimp/call raise sur certaines tables.

Ranges du BU.

Le move d’isoraise est l’un des plus profitable au poker. En fait c’est le cas de tous les moves d’isolation. Mais c’est quand on a la position absolue (BU ou BvB) qu’il devient le plus rentable. Pour autant on remarquera deux spécificités:

  • Les low SC et low PP peuvent avoir plus d’EV à être overlimp que isoraise. Ce sont des mains qui se comportent très bien avec de gros SPR. De plus elles n’ont vraiment pas envie de devoir raise/fold vs 3bet. (on peut les défendre vs 3bet mais beaucoup plus difficilement vs contre iso avec gros sizing). Et elles n’ont pas vraiment intérêt à chercher à deny les equities adverses étant elles-mêmes faibles en raw equity. Et pouvant frapper des nuts de temps en temps elles craignent moins les multiway vs ranges random.

  • Les low Axo. Dans certains spots on peut isoraise quasiment tous les Axo au BU. Mais je pense que ce ne doit pas être le standard. Comme en SB, au BU la limite se situe autour de A9o-A8o. S’il y a autant d’Ax moins bons que de meilleurs que ces mains n’est sans doute pas un hasard. En tout cas mes analyses de DB semblent le confirmer dans ces positions. Avec les Axo moins bons on jouera souvent avec le frein à main post-flop, entre value bet, value cut, et bluff catch.

Ranges de SB.

Nos ranges seront particulièrement élastiques ici. Autant parfois on pourra raise du JTo, que parfois nous allons overlimp du KTo.

Des mains comme A8o et les petits broadways offsuit sont profitables à raise. Pourtant je les ai seulement rajouté au dernier moment, et seulement en fréquences. Pas seulement parce qu’ils déséquilibrent nos ranges en mains offsuit/déconnectées et qu’on frappera moins les boards OOP, mais aussi, même si c’est lié, parce que les plans de jeu post-flop OOP sont plus compliqués et demandent plus de skill, même contre des joueurs loose. On risque de souvent se retrouver à soit X/F flop, soit CBet flop et X/F turn. Leur manque de flopabilité peut donc être un problème contre certains profils CS/aggro, tout en ne dominant pas forcément lorsqu’on hit. Cela reste des iso, mais à mon avis pas automatiques.

La grande particularité des ranges de SB, ce sont les grandes fréquences d’overlimp. Les odds sont juste très favorables. On tiendra quand même compte du profil de BB. Mais pour autant, ne vous inquiétez pas de devoir beaucoup limp/fold et de ne pas pouvoir suffisamment défendre vs raise de BB (contrairement aux autres positions où on aura beaucoup de limp/call). La répartition de la défense se fait entre les différents limpers. En sachant que c’est essentiellement les limpers hors SB qui doivent défendre, ayant plus investi et étant IP. On pourrait quasiment limp/fold 100% que ça ne serait pas exploitable. Il y a longtemps j’avais fait les calculs d’exploitabilité, et on devait défendre vraiment peu. Bien sûr développer des ranges de limp/re-raise n’a pas d’intérêt, quelque soit la position.

Ranges de BB.

A noter que vs un seul limp, on n’effectue pas d’isoraise mais simplement un raise, puisqu’on est déjà en HU (donc pas d’isolation).

OOP, c’est à dire contre un limp hors SB, on sera très tight. Pour plusieurs raisons:

  • Ben on est OOP quoi.
  • C’est très ennuyeux de GU de l’equity vs limp/re-raise alors qu’on pouvait juste check et voir un flop, donc réaliser au moins une part de notre equity.
  • On a moins de deny d’equity à faire, puisqu’on clôture le tour d’enchère. Au BU par ex, c’est bien de deny les equity des blindes avec un isoraise.

En théorie je me demande même si on doit pas être plus tight que sur les tableaux. Les ranges proposés sont juste un peu plus tights que les ranges d’iso de SB.

IP, donc BB vs SB, on se retrouve dans un spot très spécifique. Déjà les ranges d’open limp de SB sont très souvent les plus loose. Et ensuite on sera IP. IP vs ranges loose = agressivité profitable. En passant je vous suggère d’ajouter la stat limp/fold dans la position spécifique de SB dans vos pop up.

On va souvent raise des ranges proches de ranges d’open du BU, entre 40% et 50% environ. En gros, tout ce qui n’est pas une poubelle est potentiellement un raise. Dans les ranges proposés j’ai quand même laissé quelques low Axo, Jxs et PP dans les check. On les isolera avec beaucoup de parcimonie.

Les ranges théoriques, tout en étant plus tights en raise (+/-40%), contiennent paradoxalement plus de poubelles (Q4o 92s), et vont check plus de mains moyennes (A8o QTo K8s). En pratique, en petites limites, je pense qu’une stratégie simplement linéaire est plus simple et plus profitable, si on tient compte du rake et des profils joués.

Avant de conclure, un mot sur les iso de BB quand il y a plusieurs limpers. La position des limpers est importante. On ne va pas raise la même chose si on a un limp de CO suivi du BU, que si on a un limp du CO suivi de la SB. On sera plus agressif si le second limper est en SB, puisque notre FE est plus grande sur lui et qu’on a au moins un avantage positionnel relatif. On verra aussi que cette spécificité est importante dans les spots de squeeze/overcall.

Pour conclure, je rappelle le plus important ici: plus qu’avec tout autres ranges, ici c’est l’adaptation qui prime. Prenez vraiment en compte les profils et stacks des limpers avant de jouer. Contre des 20/2 on ne suivra pas du tout ces ranges et nous seront plus sélectifs dans le choix de nos mains. Mais contre des 70/20 nous devrons au contraire être plus agressifs.

3 J'aime

Défenses hors blindes

Les défenses hors blindes vs open raise sont plus complexes qu’elles n’y paraissent. Naturellement on va se dire: on a la position sur l’open raiser, on va 3bet polarisé et call des mains qui le dominent ou qui ont un bon potentiel Ce n’est pas faux. Pour autant il ne faut pas oublier deux éléments:

  • On n’a rien investi dans le pot. Ce sont avant tout les blindes qui sont « attaquées ». Nos odds ne sont par conséquent pas très bonnes (40% pour un open à 3bb).
  • Il reste des joueurs à parler derrière. C’est à dire plusieurs ranges qui potentiellement peuvent avoir de meilleures mains.

Ces deux éléments sont à prendre en considération et à mettre en balance avec:

  • La position relative sur l’open raiser. Ceci est très important, mais selon notre position cette force changera grandement. Elle est forte au BU, modérée au CO, et faible au HJ.
  • La force relative de notre main. On tient évidemment compte du gap concept (surtout pour les cartes hautes) et de notre rétention d’equity et equity realization (pour les mains connectées/suited ou les PP).

On doit donc tenir compte de la force de notre main contre le range de l’open raiser, mais aussi en fonction du risque qu’un autre joueur possède une main plus forte.

Naturellement on comprendra que plus on est sûr de récupérer la position et moins il reste de joueur à parler, et plus on pourra défendre des ranges loose. Ainsi nos ranges du BU seront très différents de ceux du CO, qui eux-mêmes seront différents de ceux du HJ. Le HJ étant la position la moins profitable en défense, pire encore que la SB, à cause du grand nombre de joueurs restant à parler.

Il faut aussi tenir compte des risques de multiway. Ceci est souvent sous-évalué. Mais plus il y a de risques de multiway, et plus l’equity de notre main baisse. Je développerai ça un peu plus tard en présentant les spots de squeeze et d’overcall.

Peu de mains sont satisfaites de jouer en multiway. La plupart se jouent mieux en HU. Pour autant, défendre uniquement en 3bet ou fold peut être problématique avec certaines portions de ranges qui risquent de trop s’isoler contre des mains qui les dominent. Il faut donc garder une bonne rétention d’equity contre ce qui va call nos 3bet. Nos ranges de call seront donc essentiellement composés de PP, de bons Axs, de petits broadways suited, de quelques SC, et de bons broadways offsuit.

On voit que les tableaux que je proposent indiquent des ranges élastiques. Certaines mains sont 3bet en fréquences, ou même splittées entre call et fold. Plutôt que de proposer des ranges statiques, j’ai préféré laisser un peu de souplesse. Les tableaux ne sont que des indications. IG l’adaptation prime. Mais il faut aussi tenir compte de notre skill, et même du metagame.

Pour les ranges destinés aux débutants les tableaux étaient très rigides. Je pense qu’il est important que les débutants restent très rigoureux afin d’éviter les erreurs. Je m’adresse ici à des joueurs ayant plus d’expérience, qui je pense sauront mieux évaluer les situations en jeu.

Pour autant je ne conseille pas de faire n’importe quoi sous prétexte qu’on a un edge. On reste malgré tout dans des situations où les odds ne sont pas favorables avec plusieurs ranges en jeu potentiellement forts. Certaines mains restent simplement EV- à défendre. Plus votre skill sera important et plus vous saurez quoi jouer naturellement. Mais dans ce cas je ne pense pas que vous lisez ces lignes.

Avant de présenter les ranges par position, un mot rapide sur la notion de gap concept. Le gap concept c’est l’idée de défendre des ranges plus forts que les ranges de l’open raiser. Par exemple, l’open raiser ouvre le top 20%, alors on va défendre le top 15%. Dans les situations de 3bet ou fold, avec ranges de 3bet linéaires, c’est assez simple à mettre en place. Pour faire très simple, si Vilain open KTo+, on va défendre KJo+. S’il open Q7s+, on va défendre Q9s+ (c’est plus complexe en vrai car il ne faut pas juste tenir compte de la hauteur des cartes jouées, mais aussi de l’ensemble des ranges). Mais quand on développe des ranges de call, le gap concept ne s’applique pas forcément à certaines catégories de mains. Plus elles retiennent leur equity (vont battre les mains fortes de l’adversaire), plus on envie de les défendre. De même plus elles ont de bonnes equities realization, et plus elles sont intéressantes à jouer. Ainsi, contre des ranges strong de UTG, défendre 55 ou 54s peut être plus profitable que de défendre AJo ou KJo.

Le gap concept est encore plus strict si les Vilains augmentent leurs sizings. Ici, je présente des ranges vs open 3x. Si les Vilains open plus cher, jouez plus tight, et avec moins de call et plus de 3bet (proportionnellement aux ranges défendus).

HJ et CO vs EP

Ce sont donc les pires positions. Elles sont différentes, mais je les regroupe parce que je pense que les stratégies sont les mêmes.

J’ai longuement hésité à proposer une stratégie en 3bet ou fold. Finalement j’ai gardé quelques mains en call. Sur vos limites jouées cela ne devrait pas poser de problèmes, et les mains concernées se jouent très bien en call.

Les ranges y sont très tights, et assez proches des ranges de défense de SB qu’on verra plus tard. Les mains « à potentiel » y sont absentes et on applique un gap concept très strict.

BU vs EP

Ce sont les spots où on va le plus défendre en call et où le gap concept sera le moins respecté pour notre portion de ranges de mains « à potentiel ».

On va quand même essayer de ne pas trop call des mains qui auraient pu être 3bet et qui risquent de devoir abandonner leur equity en cas de squeeze. Sur des tables difficiles, il est d’ailleurs possible de jouer en 3bet ou fold, même dans ces positions. On va donc essayer de défendre en call des mains qui n’auront pas de scrupules à fold vs squeeze ou au contraire pourront call. Les mains « intermédiaires », comme des Kxs, seront préférentiellement 3bet.

Le cœur de nos ranges de call sera composé de PP. Même les plus petites seront assez souvent jouées (tenir compte du profil des blindes quand même). On call essentiellement pour setminer vs ranges strongs. Je ne suis pas un partisan du setmining, mais ici ça reste profitable sur de nombreuses tables. Du moins vs open 3x et moins.

Les bons Axs seront défendus soit en 3bet soit en call. Dans mes propres DB ils sont plus profitables à être call. Mais ça reste close. Et je pense qu’il est bien d’en avoir à la fois dans les ranges de 3bet et de call.

La défense des low Axs est très marginale. Les 3bet pour conserver une image agressive est bien, mais pas obligatoire ou systématique. Par défaut je ne défends que A5s-A4s. Les call de temps en temps, surtout avec spot en blindes reste OK.

Pour les broadways, ça dépend pas mal du type de broadways. Les petits broadways suited, qui ont une bonne flopabilité et equity realization, seront faciles à jouer en call IP. Mais les 3bet est aussi possible. Les plus gros broadways suited, comme KQs KJs KTs, sont ceux qui vont le moins apprécier les multiway et le mieux jouer avec l’initiative en HU. De plus ils ont de gros bloqueurs. Même si la défense en call est possible, je conseille de les 3bet majoritairement. Même avec des spots en blindes. Enfin les bons broadways offsuit seront plutôt mixés. Il y a des avantages et des inconvénients à les 3bet. KQo et AJo seront défendus contre des open raise à partir de 18-19% de RFI environ, c’est dire quand Vilain va open des KJo ATo suffisamment souvent.

On voit que je privilégie les low SC aux medium SC. Contre les ranges tight, les cartes basses jouent mieux. Ces low SC seront essentiellement jouées en call. Elles sont close entre call et fold. Jouez selon les spots et votre skill. 3bet de temps en temps est possible. Les medium SC seront quant à elles jouées en 3bet ou fold. Là aussi selon les spots et votre skill. Vous pouvez ne jamais défendre les SC, ou alors souvent les défendre, ce ne sera pas ça qui changera significativement votre WR.

BU vs CO

Par défaut je conseille une stratégie en 3bet ou fold. Le CO est une position semi loose. Plus on joue contre des ranges loose sans avoir investi, et plus ça peut être intéressant de jouer en 3bet ou fold. Les risques de squeeze augmentent significativement. Et on a du mal à garder des ranges de call qui call aussi un squeeze sans être assez fortes pour être nous même 3bet. De plus, contre des ranges semi loose, certaines mains « à potentiel » perdent un peu d’intérêt à être call. C’est vrai qu’on gagne en FE post-flop, mais on perd aussi beaucoup en implieds. On va donc plus appliqué le gap concept ici que vs EP avec ce type de mains.

Garder des ranges de call reste possible si on a des joueurs mauvais et passifs en blindes. Pour autant, ces ranges restent assez resserrés et on choisira encore les mains qui sont le moins embêtées par les multiways tout en restant plus profitables à call.

On remarque une étrangeté apparente dans les ranges de défense BU vs CO par rapport aux ranges BU vs EP. L’ensemble du range est évidemment plus loose, mais on perd certaines mains.

On défendra ainsi moins de low PP. Le setmining perdant grandement de sa profitabilité. On ne jouera les low PP que si vraiment on a de gros spots en blindes qui feront très souvent des livraisons post-flop.

La défense en call sera surtout composée de medium PP, de Axs, de certains broadways, et de quelques SC.

Par rapport à la défense vs EP, on va inverser la priorité des SC. Les low SC seront très souvent fold, et on défendra plus systématiquement les medium SC.

Les Axs seront à peu près joués comme vs EP, seulement on en défendra plus.

Les grosses cartes suited seront la plupart du temps 3bet. Mais on peut garder quelques bons broadways offsuit en call. KJo et ATo restant essentiellement des 3bet.

3 J'aime

Spots de squeeze et d’overcall hors blindes

Il est quasiment impossible de poser des ranges de squeeze et d’overcall tant les situations sont complexes. Entre les positions, les profils en jeu et les stack sizes il y a trop de paramètres à prendre en compte. Et encore, hors blindes c’est moins compliqué qu’en blindes. J’ai quand même essayé de le faire. Ces ranges sont donc très arbitraires.

A mon avis l’élément le plus important à prendre en compte est le profil du ou des caller. Les ranges du ou des caller pouvant énormément varier. Entre un reg tight et un récréatif très loose il y a un monde. Et forcément ça joue sur nos stratégies et nos ranges.

J’ai essayé de trouver un compromis. Entre des ranges théoriques très tight si le caller possède lui-même des ranges tight, et des ranges plus loose si le caller est lui-même loose.

Il y a des notions utiles à comprendre avant de choisir ou non de défendre une main. La plus importante est que quand le nombre de joueur augmente, l’equity de notre main diminue plus fortement que les odds s’améliorent. Pour plus d’informations, je vous renvoie à l’article traduit par Balla: Quand call et quand squeeze ?

Il en découle plusieurs effets:

  • On jouera plus tight que si on était en HU.
  • On privilégiera les mains qui retiennent le mieux leur equity: des mains compactes/suited.

Des ranges d’overcall et de squeeze théoriques sont donc très tights. Ainsi je ne serais pas surpris que des ranges du BU vs UTG-CO par exemple ne contiennent que le top 8% maximum. Avec des AQo KJs et 77 qui sont fold.

Mais un autre concept vient parfois s’opposer à ça: celui d’isolation et d’accumulation d’avantages. Nous cherchons continuellement à jouer les mauvais joueurs, soit avec la position, soit avec des ranges qui les dominent, en profitant de notre edge sur eux.

La plupart des spots qui se présentent sont justement des open raise de regs suivis de call de mauvais joueurs. On est alors écartelé entre le devoir de fold contre un range solide et celui de jouer contre le mauvais joueur. Ce dilemme sera encore plus marqué en blindes. Pour ces postilions j’en reparlerai une autre fois. Je vais me concentrer ici sur le jeu hors blindes.

A part le cas rare CO vs UTG-HJ, nous avons la garanti d’avoir la position, et plus que deux ranges derrière nous. Je propose donc une stratégie assez simple:

  • Squeeze des ranges forts pour isoler le mauvais joueur et/ou deny les equities de tous les joueurs.
  • Overcall des mains qui retiennent bien leur equity. On cherchera les nuts pour prendre un gros pot contre le mauvais joueur sur lequel nous avons la position. En petites limites, je pense que l’avantage de position est plus fort qu’il ne l’est en théorie, à cause des erreurs plus fréquentes des joueurs OOP.

L’open raiser, aura du mal à défendre correctement OOP. Il ne pourra pas beaucoup défendre ni en call, le prix d’un squeeze étant élevé, ni en 4bet, le risk reward d’un 4bet cher étant mauvais contre des ranges de squeeze supposés forts. Parfois il ne pourra défendre que ses premiums.

Pour autant, ses ranges étant forts, nous devons bien sélectionner nos mains. D’autant plus que certains mauvais regs peuvent faire de mauvais call avec des mains qu’ils devraient soit 4bet soit fold. Il nous faudra donc des mains qui gardent une certaine rétention d’equity, même si nous verrons moins de flop contre le reg.

Sans surprise les ranges de squeeze seront composés de grosses paires et des meilleurs broadways.

Selon les spots, il peut devenir profitable de squeeze plus loose. Avec plus de broadways par exemple. Ou si notre FE est suffisante en rajoutant des SC et des Axs. Je conseille ces derniers plutôt à partir de la NL20, où il me semble que les squeeze sont plus respectés.

Pour les ranges d’overcall, j’ai gardé quatre catégories de mains:

Les PP. L’idée est la même que lorsqu’on call vs open raise de EP avec des spots en blindes. Sauf que ici le spot a déjà call.

Quelques Axs qui peuvent faire des nuts et des set up favorables.

Quelques SC. Plutôt les low SC qui jouent un peu mieux contre les ranges tight de EP. On a quelques reverses, il faut donc faire attention, mais aussi de bonnes implied sur certains set up. Vous pouvez évidemment fold ces mains.

Et enfin de petits broadways suited. Qui ont un peu les mêmes avantages et inconvénients que les SC. Mais ils peuvent aussi faire des TP gagnantes contre le mauvais joueur. Avec des TP on restera évidemment prudent contre l’open raiser.

4 J'aime

Super merci Lacerta, je vais m’empresser de lire ce thread, étant un lecteur de tes e-book par le passé (il y a à peine 1 an ahah) et ayant évolué en micros limites pour shot la NL20 en ce moment, cette mise à jour pour joueur intermédiaire des ranges/ explications tombe à pic! Je voulais savoir quelles limites tu joues en ce moment et si tu fais des coachings pour les joueurs en micro ? Merci pour ton aide :slight_smile:

1 J'aime

Après avoir arrêté le grind régulier je m’y suis remis cette année. Même si mon volume reste faible. Je rebuild en 3-max sur Wina: Challenge: battre le rake en 3 max micro limites Là je rame un peu en NL10 3-max après un shot précipité en NL20.

Non, pas de coaching. Je m’en voudrais de voler le pain de la bouche de Freudinou, Master et Moufl0s^^. Plus sérieusement, je n’en ai ni la prétention ni l’envie.

3 J'aime

Défense de SB vs open

Ce post va être beaucoup plus court que les autres (edit: finalement pas tant que ça^^). Le spot de défense de SB étant pour moi le plus simple. La seule question à se poser est de savoir si on construit ou non des ranges de call.

Après avoir pas mal réfléchi et changé d’avis plusieurs fois, j’ai décidé de ne proposer que la stratégie en 3bet ou fold. Dans les ranges précédents de « Rétamer la NL10 » je donnais une stratégie avec call et une autre alternative uniquement en 3bet ou fold. La strat avec call (uniquement vs 2.5x) permettait de défendre plus et de potentiellement jouer plus « low variance » tout en gardant parfois un mauvais joueur de BB dans le coup.

Même si je reste persuadé que garder des ranges de call est OK, étant moi-même gagnant avec certains types de mains qui me font par contre perdre de l’argent en 3bet, je pense aujourd’hui que construire des ranges par défaut en 3bet ou fold est à la fois le plus simple et le mieux.

Je pense aussi que les joueurs intermédiaires sauront quand dévier de cette strat IG. Pour les ranges débutants j’avais gardé seulement quelques mains spécifiques en call et leur conseillais de rester rigoureux. Avec ces ranges débutants ils commettrons peu d’erreurs. Ici les joueurs intermédiaires auront une meilleure estimation des spots. Pour autant je leur conseille de ne dévier de la strat 3bet or fold que rarement. Avoir un mauvais joueur en BB n’est pas une raison suffisante pour call.

Le 3bet accomplit plusieurs choses. L’une d’elle, et qui est en réalité très importante, est de deny l’equity de la BB. Souvenez-vous de ce que j’ai dit sur les risques de multiway. Et ici c’est bien pire qu’au BU, nous seront toujours OOP sur tous les joueurs. Quelques mains sont quand même profitables à call et ne sont pas trop embêtées par les risques de multiway. Par ex des PP moyennes ou certains types de broadways. De plus on va finalement assez peu fold d’equity sur les squeezes, puisqu’ils sont peu nombreux en petites limites. Mais l’EV de call est rarement meilleure que celle du 3bet. Je passe sur la problématique d’avoir des ranges déséquilibrés OOP, par exemple avec des ranges de call trop condensés. Peu de Vilains en profiteront.

Je pense donc qu’une stratégie simple et très tight/agressive est le mieux. On n’en déviera que rarement, et seulement pour de très bonnes raisons.

Qui dit strat 3bet or fold, dit ranges linéaires avec application strict du gap concept. C’est ici que celui-ci sera appliqué le plus scrupuleusement. On oublie les histoires de mains « à potentiel » et de leur rétention d’equity. On joue des ranges qui dominent les ranges adverses, et de manière suffisante pour compenser le désavantage de position. N’oublions pas que les Vilains sont censés plus défendre lorsqu’ils sont IP. Il nous faudra donc construire des ranges qui non seulement dominent ceux de nos adversaires, mais aussi qui possèdent une bonne equity realization. Donc globalement beaucoup de mains hautes/suited/compactes qui doivent souvent frapper les boards.

Notre equity contre les ranges de call tournera souvent autour des 55%. Ce qui me semble le minimum lorsqu’on est OOP et avec un rake important. (les ranges débutants nous donnaient environ 60% d’equity, et les ranges intermédiaires IP quelque chose comme 50%)

Je ne vais pas détailler tous les tableaux, ça me semble inutile. Juste quelques remarques:

  • Il y a pas mal de fréquences. Vous pouvez soit réellement utiliser un randomiser et fréquencer vos ranges (surtout pour les fréquences de 50%), soit utiliser le metagame, avec par exemple plus de 3bet contre certains profils et moins contre d’autres (surtout pour les fréquences de 33%).
  • Ces ranges sont un petit peu plus tights que des ranges théoriques contre EP et un petit peu plus loose contre BU. Parce que souvent en petites limites les joueurs regs ont tendance à être un peu trop tight en EP et un peu trop loose au BU (à raison).
  • Il y a très peu de mains faibles (low Axs et SC). Contrairement à ce qu’on croit parfois, ces mains sont en réalité très peu défendues en SB, même en théorie vs late positions. J’ai cependant rajouté quelques low SC vs BU, parce qu’en pratique c’est assez rentable dans ce spot contre certains profils. Mais si vous n’êtes pas à l’aise avec, sachez que les fold 100% du temps est OK. Ce seront donc les rares exceptions à la « règle » de ne pas jouer les mains « à potentiel ».
  • J’ai conscience que certaines PP peuvent poser problème. Ces mains bénéficiant de peu d’equity realization. Les défendre en call est parfois possible malgré les inconvénients de le faire (cf ranges débutants pour voir les PP profitables à call). Mais en vrai elles restent assez faciles à jouer avec l’initiative en pot 3bet. De plus lorsqu’on hit nuts on rentabilisera mieux qu’en single raise pot (les vilains aurons plus de mal à donner leur stack w/TP vs X/R B B en SRP que vs B B B en 3bet pot).

Il y a deux tableaux. Ce sont les mêmes mais avec un visuel différent. J’aimerais que vous me disiez celui que vous préférez.

  • Le premier, le visuel que j’ai utilisé jusque là, indique les fréquences en chiffre (en mode Snowie). C’est plus précis. Mais comme indiqué dans les légendes et dans les textes, cette précision n’est pas utile, c’est plutôt pour donner une idée. Cependant dans certains tableaux à venir, comme les défenses vs 3bet, la précision pourra être importante.
  • Le second, le nouveau visuel, indique les fréquences sans chiffre mais avec des couleurs qui prennent plus ou moins de place dans les cases (en mode PIO). C’est plus visuel et intuitif à lire. Cela me semble donner une meilleure lisibilité des stratégies. Le défaut c’est que c’est moins précis si on souhaite utiliser un randomiser. Mais je le répète ça ne posera un problème que pour des ranges très précis.

J’ai une petite préférence pour le second visuel. Quitte à rajouter des fréquences en chiffres pour les spots qui nécessitent de la précision. Dites-moi celui que vous préférez.

  • Visuel avec chiffres.
  • Visuel sans chiffres.

0 votant

Spots de squeeze et d’overcall en SB

Tout ce que j’ai dit au sujet des risques de multiway dans le post sur les squeeze hors blindes s’applique aussi ici. En fait ça s’applique encore plus à cause de notre position déplorable. Il faut aussi savoir qu’en théorie BB est censé plus défendre quand la SB a déjà call. En pratique les joueurs en ont rarement conscience et vont défendre la même chose et de la même manière.

Comme pour les spots simples, une stratégie en raise or fold est possible. Vous pouvez donc défendre uniquement en squeeze ou fold. En sachant que les adversaires devraient défendre plus tight que vs 3bet simple. Ce qui risque de nous value cut plus souvent. Donc nos ranges de squeeze sont souvent plus strongs que nos ranges de 3bet simples. En SB c’est encore plus marqué que dans les autres positions.

Pourtant se pose ici encore la question du squeeze d’isolation quand un mauvais joueur a call un open raise d’un reg. J’ai encore fait un compromis: ces ranges sont plus loose que des ranges théoriques vs 2 regs (gardez-le en tête), mais plus tight que des ranges profitables d’isolation dans certains spots (gardez-le aussi en tête). Ce sont donc des ranges qui vous ferons commettre peu d’erreurs, mais qui potentiellement risquent de vous faire rater des squeezes d’isolation EV+. Pensez toujours à vous adapter. Par exemple, vs open de CO et call de BU, vous pouvez souvent squeeze des mains comme KQo ou KTs.

Le fait d’avoir des ranges de call aussi condensés posent moins de problèmes qu’en HU. Car même si un joueur s’en aperçoit, il ne pourra pas faire ce qu’il veut avec le ou les autres joueurs dans le coup.

J’en profite pour dire un mot sur le jeu post-flop en multiway (valable aussi pour les pots limpés). Sur les textures de flops que l’open raiser va peu CBet, n’hésitez pas à donk bet en value et parfois avec les meilleurs draws. N’hésitez pas non plus à voler les pots orphelins quand tout le monde a checké et avait la possibilité de bet ses bons jeux. Misez aussi pour deny d’equity au turn avec des mains de type paires intermédiaires. En 3 way on a plus de deny d’equity à faire au turn qu’en HU.

1 J'aime

Ca complète bien avec ton travail « rétamer la NL10 » ! Et je vais m’empresser de rajouter ces informations à mes notes. Merci pour tout ce que tu fais Lacertax, vraiment…

5 J'aime

Salut lacerta jai une petite question concernant les ranges de défense hors blindé et spécifiquement pr JJ. Je vois que tu vas le flat HJ vs utg, tu vas le 3bet CO vs utg et tu vas mixer BU vs utg. Je vois aussi que tu la 3bet en SB vs utg. A titre perso pr moi JJ est tjs un 3bet a any position vs any position. Mais j’aimerais connaître les arguments qui t’ont fait faire ces choix. Je te remercie

1 J'aime

Pour JJ tu ne feras jamais d’erreurs à toujours 3bet. Je précise d’ailleurs dans les légendes que pour les mains splittées ou à fréquences, on choisit l’action qui nous semble la meilleure dans le spot.

En théorie c’est presque toujours 3bet. Même BB vs UTG. Mais les ranges théoriques auxquels j’ai eu accès concernaient des spots d’open 2.5x et plus loose que ce qu’on voit souvent en petites limites.

En SB, comme je propose une strat en 3bet ou fold, JJ sera évidemment toujours 3bet. Mais même sans ça, j’ai l’impression que les PP moyennes sont plus souvent 3bet de blindes que du BU. Par ex TT-99 semblent plus souvent être 3bet BB vs EP que BU vs EP dans une strat de BU avec call. Sans doute pour une raison de réalisation d’equity. (edit: possible aussi que ce soit parce que Vilain va + défendre de petites PP IP que OOP, donc on value plus avec les PP moyennes)

Il y a donc deux spot hors blindes où j’ai mis JJ en call:

  • BU vs UTG. Cela permet de renforcer un peu nos ranges de flat contre des ranges strong UTG. Pas l’impression qu’il y a bcp de différences d’EV entre call et 3bet.
  • HJ vs UTG. Alors que paradoxalement je l’ai mis en flat CO vs UTG. Voici pourquoi je l’ai fait: comme au CO on va plus 3bet, on va rajouter des mains value (JJ) et des mains « light » (AQo). HJ vs UTG est aussi le range de 3bet le plus strong, et vs 15% on commence presqu’à surreprésenter notre main. Mais en vrai ça doit sans doute être une mauvaise raison et JJ doit être plus 3bet HJ vs UTG que CO vs UTG. Je vais rectifier ça.

En passant, quand on regarde les ranges de Preflop Advisor, on voit que JJ est pas mal flat hors blindes. Y compris dans des positions comme CO vs HJ.

Maintenant, en y réfléchissant bien, autant au BU flat de temps en temps JJ me plait bien. Autant que ce soit au CO ou au HJ c’est pas forcément terrible. Je suis même en train de me demander si finalement je vais pas passer les ranges de défense de HJ et CO en 3bet ou fold. Avec juste quelques fréquences de flat pour certaines mains pour les spots où on estime que c’est OK.

Ca pourrait donner quelque chose comme ça:

1 J'aime

Merci pour toutes ces précisions. Les ranges postées dans le dernier post me plaisent bien, elles ressemblent pas mal à celles que j’essaie de pratiquer in game (sans le jaune ou très peu, faut quil y ait le spot de la table en blind quoi pour avoir un espoir de vaincre le rake qu’impose notre flat). Pas mal d’infos (et sûrement d’EV) à piocher dans tout ce travail encore, merci.

1 J'aime

Défense de BB vs open.

Il s’agit évidemment du spot de défense le plus complexe. Donc celui que je conseille de travailler en dernier. Les ranges qu’on va construire dépendent énormément de notre skill post-flop. Donc de notre skill en général, mais aussi de notre edge sur l’open raiser en particulier. On en revient à une notion importante et récurrente: notre equity realization.

Moins les Vilains nous laisseront réaliser d’equity et plus on jouera tight. C’est encore plus important quand on est OOP et sans l’initiative.

Mais on doit bien avoir des ranges standards sur lesquels s’appuyer. J’ai forcément dû faire des compromis pour que ces ranges soient adaptés à la plupart des joueurs intermédiaires.

La première, et la plus importante, des adaptations est que ces ranges sont plus tights que des ranges théoriques, même en tenant compte du rake. Dans certains spots ils sont même pas mal plus serrés. La raison, vous la connaissez: on ne jouera pas de manière théorique post-flop, et nos erreurs nous coûterons plus cher hors de position.

C’est surtout pour les ranges de call, en particulier vs EP, que j’ai resserré le jeu. Puisque c’est surtout dans ces situations qu’on est susceptible de commettre le plus d’erreurs. En LP j’ai commencé à plus me rapprocher de ranges théoriques, et les fréquences de défense (3bet et call) ne sont pas éloignées des ranges théoriques.

J’ai mis beaucoup de mains splittées et fréquencées. Comme pour les ranges précédents, ce ne sont pas des fréquences à suivre à la lettre. L’adaptation IG prime. Mais ce n’est pas une raison non plus pour jouer de manière soit trop passive, soit trop agressive certains combos. Par exemple, des mains mixées entre call et 3bet sont OK à 3bet, alors évitez de seulement les call. J’en profite pour dire que les spots de 3bet de BB sont très profitables, et pourtant ce sont souvent ceux qu’on prend le moins.

On voit des split call/fold. Jouer ou pas ces mains dépend de votre skill post-flop. Ou plutôt de votre edge sur l’open raiser et de son profil (aggro/CS ou passif/weak). Si votre edge est important, n’hésitez pas à jouer des mains hors tableau.

Les spots étant nombreux, j’ai décidé de les diviser en deux groupes de tableaux, le premier vs open UTG-MP-CO, et le second vs BU-SB.

Premiers tableaux: vs EP et CO

Contre les open en EP je ne propose que des ranges de défense vs open 3bb. Parce qu’il s’agit du sizing le plus appliqué en petites limites. Je pense que l’adaptation vs open 2.5bb est assez simple: on va défendre un peu plus loose en jouant systématiquement toutes nos mains normalement splittées entre call et fold, et on rajoute des Axs et SC/1 gapper. En théorie on doit défendre bien plus que ça: des ATo QJo K2s Q6s et 2 gappers. Pour les raisons que j’ai évoquées, je ne le conseille pas forcément. mais faites en fonction de votre edge post-flop !

Je sais que beaucoup de 3bet vous sont contre-intuitifs. Mais non seulement ce sont des 3bet théoriques, mais aussi profitables en pratique. Et encore, j’en ai enlevés.

J’en profite pour parler de différents types de mains et de leur rétention d’equity en 3bet pot. Les idées abordées concernent aussi les autres positions.

  • Bottom range, comme les low SC et low Ax. Ils perdent autour des 5% entre leur equity vs ranges d’open et vs ranges de call 3bet. Mais avec l’initiative (je ne sais pas si le terme equity initiative existe, mais il me plait) leur equity realization augmente d’au moins autant. Ils ont une bonne rétention d’equity. A noter en passant qu’un AKo perd plus de raw equity après être 3bet (mais évidement gagne quand même en EV).

  • Medium range, comme les PP moyennes (JJ-TT dans ces positions) et les broadways suited. Donc les mains qui suivent directement le top range (premiums). Ces mains constituent le cœur de nos ranges de 3bet de BB, y compris vs EP. Vs late position, on y comptabilisera aussi des mains de type Q9s et gros SC/1 gapper, ainsi que des PP plus basses, (99 jusqu’à 55 dans certains spots). Ces mains gardent une equity très proche contre les ranges d’open ou de call 3bet. Et il y a même quelques spots où cette equity augmente ! Et on ne parle que de raw equity (= equity PF ou « pure »)…

Vous verrez donc que les ranges de 3bet de BB OOP ont cette drôle de forme avec beaucoup de mains hautes/compactes/suited. On entendait dire il y a quelques années que les ranges de 3bet OOP étaient mergés parce que l’open raiser devait beaucoup défendre IP. C’est pas faux. Mais mergé dans le sens où on prend en compte l’equity post-flop. On voit qu’entre nos ranges IP et OOP certaines mains ont un peu tendance à s’inverser: on va plus 3bet OOP les PP et les mains hautes/compactes/suited, qui sont souvent call IP; et on va plus 3bet IP des broadways offsuit et des mains plus déconnectées, qu’on va un peu plus call OOP.

Et encore pour ces ranges je suis resté assez conservateur. Certains ranges comprennent jusqu’à plus de 70% de mains suited (ratio suited/offsuit sans tenir compte des PP). Cela vous donne une idée de ce que vous pouvez rajouter dans vos 3bet de BB.

Contre le CO, j’ai décidé de proposer deux ranges. Plus que le RFI, c’est pour montrer comment les sizings jouent sur nos ranges.

En théorie, vs 2.5x de CO 28%, on devrait aussi défendre des A8o T9o ou Q4s.

Seconds tableaux: vs steal de BU et SB

Une des spécificités des petites limites est la disparité des stats de steal des joueurs, y compris des regs. En EP aussi il y a des différences, mais la défense incombe à plus de joueurs, et pour les raisons que j’ai déjà expliquées overfold évitera de commettre des erreurs OOP. Vs steal on peut moins se permettre de trop fold. Encore plus en BvB où toute la défense nous incombe.

Par défaut je conseille de prendre les ranges de défense vs open 43%. Ce sont des ranges qui de toute façon ne vous vous feront pas trop commettre d’erreurs. J’ai même hésité à ne mettre que ceux-ci. Mais finalement j’ai laissé les autres pour montrer les petites adaptations à faire (ou ne pas faire). Le plus important étant l’adaptation vs open à 3bb. Si vous suivez juste les tableaux vs BU 3x 38%, vs BU 2.5x 43% et vs SB 3x 43%, vous êtes OK.

Les fréquences de défense ici ne sont pas très éloignées des fréquences théoriques, même si bien sûr elles sont très approximatives. Pour les ranges mixés call/3bet je vous conseille quand même d’essayer de garder les ratios indiqués, tant que l’adversaire reste dans les RFI donnés.

Je n’ai pas mis de défenses vs open 2x du BU (et 2.5x de SB). Ici je voulais surtout montrer les adaptations vs RFI plus loose (50%+). Sur les plus petits sizing je pense que ces adaptations se font assez naturellement. On va défendre la plupart des mains suited et des mains connectées, ainsi que quelques grosses cartes en plus.

Le spot de défense en BB vs SB a une place particulière. C’est le seul spot de défense de BB qui est IP, et c’est le seul spot de défense IP qu’on clôture. Ces deux spécificités, ajoutées aux odds, font qu’on va défendre des ranges plus loose que ceux de Vilain. Contre 35% je suis resté sage, mais défendre un peu plus est possible. Contre 50% j’ai décidé de ne pas non plus trop rajouter de mains faibles compliquées à jouer. Ici je pense que la meilleure adaptation est de plus 3bet pour punir SB de trop open.

Mais je pense que vous n’aurez pas de problème sur les tables à simplement suivre les ranges vs 43%.

Les ranges de 3bet de BvB sont pas mal inspirés de ranges théoriques auxquels j’ai finalement apporté que peu de modifications. On remarquera d’ailleurs qu’ils ressemblent beaucoup aux ranges que @schazter a très récemment postés sur un autre thread (les combos sont presque les mêmes mais les fréquences diffèrent). On est ici sur des ranges extrêmement splittées un peu difficiles à appliquer IG. Retenez surtout le genre de mains à 3bet et essayez de garder de bonnes fréquences de 3bet (autour des 16% vs reg qui open correctement).

Les vieux ranges de 3bet en BvB comprenaient d’autres types de mains que j’ai supprimés, mais qui restent possibles à 3bet si vous le souhaitez:

  • Les low Kxs et low Qxs. Ce sont des mains qui étaient pas mal 3bet en BB, y compris dans des spots OOP. Hors de position, comme on l’a vu, nos stratégies nous poussent à 3bet d’autres genres de combos. En BvB ces mains sont souvent assez bonnes pour être juste call. On les remplacera donc souvent par des Jxs et Txs. Mais je pense que contre des open tight il est tout à fait possible de les réintégrer.

  • Les low gappers suited. Dans une stratégie polarisée il semble logique d’avoir ce genre de mains, qui étaient elles aussi souvent choisies. D’autant plus que leur equity vs ranges de call 3bet est proche de leur equity vs ranges d’open. Mais ces mains se jouent très bien IP avec gros SPR et vs ranges loose. Ici aussi il me semble tout à fait possible des les réintégrer.

  • Les low connectors offsuit. C’est exactement le même raisonnement que pour les low gappers suited.

Donc, plutôt que de proposer des tableaux avec encore plus de splittages en vous incitant à surtout tenir compte des dynamiques, j’ai décidé de les simplifier un peu et de les rapprocher de ranges GTO simplifiés. IG essayez de vous adapter en gardant en tête ces informations.

Un détail intéressant, les ranges de 3bet de BvB sont ceux qui sont les plus déséquilibrés en mains offsuit (c’est aussi le cas pour les ranges de call d’ailleurs puisque c’est l’ensemble de nos ranges qui est obligé de se loosifier vers ces mains). Avec beaucoup de mains de type K5o ou J8o. Et encore ici c’est moins marqué qu’avec d’autres ranges plus GTO. L’aspect bloqueur est important évidemment. Le fait de 3bet nous permet aussi de réaliser plus d’equity dans certains situations. OOP est censé pas tant défendre en call 3bet. Et on évite d’avoir trop de mains qui sont close sur des 4bet (AJo KQo K9s typiquement, que j’ai quand même mis en 3bet bonnes fréquences). Mais attention, dans un spot où certains Vilains risquent de trop se sentir obligé de défendre loose, il peut être intéressant de re-linéariser les ranges, du moins avec certains types de mains.

1 J'aime

Oui la plupart des gestionnaires de ranges utilisent cette méthode et tu cliques sur le combo pour avoir le détail.
A noter que la plupart splittent de gauche à droite à la PIO mais que certains (Flopzilla, Suited …) splittent de haut en bas, ce qui me paraît plus logique (avoir l’action la plus forte en haute comme les mains les plus fortes sont plutôt en haut qu’à gauche)

C’est un peu compliqué de mettre les fréquences exactes dans la matrice elle-même sans trop surcharger tout en restant précis surtout si tu as plus de deux actions possibles.

Exemple :
image

Le visuel sans les chiffres est suffisant même lorsque l’on utilise un randomizer (pas besoin d’avoir ce niveau de précision) et on comprend mieux l’idée avec les gradients.

Tu utilises quoi pour construire tes visuels ?

Il est possible de mixer les approches (pour avoir les avantages des deux) comme pour tes ranges de HU : https://maelpogam.wixsite.com/pokermax/ranges-head-up

Mais dans ce cas, il faudrait mettre le pourcentage à gauche pour qu’il correspond plus à celui de son action.

Plus que les chiffres précis, je pense qu’il y a une réflexion à avoir sur les codes couleurs et autres codification (underscore, petit triangle en bas à droite …) qui changent de signification d’une range à l’autre et dans le temps où tu as établi tes ranges.

image

Par exemple, le code couleur bleu qui était plutôt du call précédemment et le code couleur jaune plutôt du 3bet light et maintenant c’est inversé.
Idem pour le underscore qui a deux significations différentes.

Je pense que pour les conditions d’élargissement d’une range (vs x2 par exemple) et pour l’accumulation d’action 3bet/5bet ou 3bet/fold, tu devrais utiliser la même gamme de couleur.
Pour des conditions particulières, une autre codification (une croix, un underscore … whatever mais toujours pour le même type de condition).
J’ai compilé pas mal de ranges de diverses sources et les codes changent à chaque fois (la signification est personnelle).

Je m’explique : j’utilise plutôt le bleu pour le call, plutôt le vert pour les actions mergées/en value et plutôt le jaune pour le 3bet light. Ensuite le foncé pour serré et clair pour le large (même si j’ai d’autres gammes et que j’ai aussi du mal à être cohérent d’une situation à l’autre).

Suggestion par exemple :

OR : vert = OR, vert foncé = OR/Stack Off, vert clair = open loose (=> blinds défendent peu et fold sur 3bet), blanc = fold.

vs OR : 3bet/5bet = vert foncé, 3bet/call = vert clair, 3bet/fold = jaune, bleu = call, fond gris + croix bleue = call si rec en BB, bleu clair = call vs 2.5x, bleu très clair = vs 2x, gris = fold

Ce ne sont pas exactement les codes couleurs que j’utilise sous Flopzilla (car j’ai pris mes codes couleur par défaut des groupes) mais si c’était à refaire, je prendrai celles-ci.

Sous Calc, j’ai plutôt bien respecté la cohérence de l’ensemble mais je ne sais pas remplir une cellule avec plusieurs couleurs avec j’utilise la croix pour le split et les conditions spéciales (pas idéal).

Voila ce que ça donne pour des cas compliqués.

Squeeze

SB vs OR

Pour mes ranges perso, je suis resté plutôt cohérent sous Calc mais sous Flopzilla malheureusement d’un auteur à l’autre je ne le suis pas justement parce que je n’ai pas défini tout cela initialement (et après c’est beaucoup de boulot qui semble fastidieux pour pas grand-chose).

Bref comme tu as produit beaucoup de ranges et que tu continues, je te conseille de définir cela formellement une fois pour toutes et quels que soient tes choix, de garder la cohérence de codification d’une range à l’autre.

Bravo en tout cas pour le fond et le travail produit sur les ranges elles-mêmes années après années !

1 J'aime

Je ne sais plus d’où sort la matrice de départ. Pour modifier j’utilise simplement Paint.

Yep, c’est ce que j’ai décidé de faire pour les ranges qui nécessitent plus de précisions. Par ex pour les ranges de 4bet, ou des ranges plus avancés très splittés. Comme je viens effectivement de le faire pour les ranges HU. Pour les ranges intermédiaires, seuls les ranges de défense vs 3bet contiendrons les fréquences précises en plus du visuel couleur.

Pour le % à gauche, maintenant que tu le dis ça me parait tellement logique.

C’était justement l’idée de départ: je voulais uniformiser tous les tableaux et légendes. Et surtout n’utiliser que le strict minimum en couleurs. Le fait que je sois daltonien n’y est pas pour rien… Mais en même temps je trouve naturel de ne garder qu’une couleur pour les actions agressives et une pour les actions passives. J’ai conscience que l’inversion des couleurs jaune/bleu est déstabilisant. Mais je ne peux plus trop revenir en arrière.

Je voulais donc juste homogénéiser et simplifier les visuels, mais au final, pris par mon élan, j’en ai profité pour reconstruire tous les ranges^^. Je ne voulais pas le faire pour les ranges « confirmés », mais je crois que eux aussi vont y passer (et changer de nom au passage).

Je cherche donc à avoir juste deux couleurs et supprimer les codifications spéciales. Y compris pour les ranges HU pour lesquels j’ai une ou deux idées pour différencier les calls selon sizings, et donc supprimer les triangles et sous-lignages assez moches. Je vais tester ça en même temps que le passage à gauche des fréquences de raise.

Ainsi je viens de refaire les ranges intermédiaires d’open. Plutôt que le petit triangle, je donne le même visuel qu’avec les fréquences et les splits, puisque ses sont effectivement des open splittés.

Un gros merci à toi @yvan161 pour ces pistes de réflexion. Je vais en tenir compte pour les versions finales.

1 J'aime

Waouh respect, un puriste !
Je me demandais bien aussi avec quel logiciel tu pouvais faire tout ça : un vrai travail d’orfèvre mais ça doit te prendre énormément de temps.

Quel de type de daltonisme ?

J’utilise l’extension Colorblindy qui me permettra de voir à travers tes yeux et vérifier que mes choix de couleur sont accessibles en général.

Oui : je mets régulièrement à jour tes ranges sous Flopzilla et j’ai parfois un peu de mal à nommer correctement la catégorie et suivre les montées de versions (garde bien le numéro de version ça aide beaucoup).

Si tu pouvais ajouter aussi les ranges 3-max, ça serait parfait.

Bon du coup ça m’a donné envie aussi de rationaliser mon travail des diverses ranges sous Flopzilla et voici les résultats de mes réflexions.

Je garde plusieurs codes couleurs qui sont dans la logique du plus agressif (raise) vers le plus passif (call) en suivant la palette de couleur Rouge, Orange/Jaune, Vert, Bleu(, Violet).

J’ai a peu près le même système pour le pastillage et la découpe feu tricolore et rouge = danger / vert = sécurité, est assez intuitive pour un non daltonien et dans nos cultures occidentales : ce n’est pas forcément universel (je n’ai jamais compris ceux qui taggent les reg en vert et les récréatifs en rouge :slight_smile: ).

J’ai recensé la plupart des situations

Vert foncé : OR tight, iso strong, 3bet/5bet, squeeze tight, 4bet/call (situation facing 3bet)
Vert : OR standard, iso vs 1 limper, 3bet/call 4bet
Orange/Jaune : OR loose (vs rec en blinds), iso loose vs 1 lr, 3bet/fold, squeeze loose, 4bet/fold (situation facing 3bet)
Rouge clair : OR agressif, 3bet/fold si Villain overfold, squeeze bluff occasionnel

Bleu : overlimp (situation iso) , call standard, overcall (situation de squeeze)
Bleu clair : call vs 2.5x, call si SB call (situation de squeeze)
Bleu très clair : call vs 2x, call si rec en BB

Gris : fold

et voici la customisation équivalente sous Flopzilla

J’ai pas encore harmonisé les ranges de Freudinou et Master (ni les autres) mais sur les miennes et les tiennes le rendu est correct (je pourrai améliorer précisément les couleurs plus tard car je ne suis pas graphiste).

Voici ce que ça donne par exemple pour ta range d’OR UTG avec trois codifications (en tout cas avec Flopzilla) :

image

a) ma proposition où je n’utilise pas le bleu pour du raise et où je distingue deux couleurs suivant les conditions :

image

b) ta proposition avec du bleu pour le raise et du split pour la condition :

image

c) un mixe des deux

image

Perso je trouve que le split (b) est troublant (et aura des effets de bord si on les réutilisent sous Flopzilla car ça correspondra vraiment à du split) et l’absence de fort contraste (c ) gênant, d’où ma préférence pour la première.

Maintenant que j’ai configuré les codes couleurs sous Flopzilla, je peux fournir d’autres exemples facilement.

Il y a quelques limites avec Flopzilla (split horizontal, pas de texte dans la cellule …) mais c’est tellement plus simple et rapide qu’avec Paint que tu devrais réfléchir à l’utiliser pour construire tes visuels.

De plus, tu pourrais carrément fournir tes ranges au format électronique importables sous Flopzilla.
Je t’avoue que cette idée me trotte dans la tête depuis quelques temps mais j’attendais que tu stabilises tes ranges, leur nomenclature et leur codification.

Ça a l’air en bonne voie et si tu ne bascule pas sous Flopzilla, je te le proposerai pour mise à disposition sur ton site si tu es d’accord.
Les groupes de Flopzilla sont configurables alors chacun pourra choisir ses couleurs préférées.
La seule contrainte étant de choisir le même groupe pour la même action.

Je suis sûr que ça pourrait faire le bonheur de beaucoup de poker académiciens :slight_smile:

1 J'aime

Salut les gars,
Juste un petit passage ici pour vous signaler (si ça peut aider) qu’il existe aussi une solution totalement gratuite avec la version free de PioSolver.
Qui permet un travail rapide/de qualité et évidement la sauvegarde de vos ranges (personnalisables à volonté), comme vous le verrez dans les screens suivants :wink:

1 J'aime

Du genre qui a du mal avec les couleurs^^.

Je sais pas. Du mal à distinguer les rouge/marron vert clair/jaune bleu/violet quand les tons sont proches.

Je ne les ai pas tenu à jour. En fait je ne pense pas que ce soit vraiment utile. Jouer des ranges SH en supprimant les postions absentes est OK. Il n’y a pas vraiment de spécificité dans les ranges. Le seul intérêt c’est juste d’avoir des tableaux plus simples.

Voici un autre rendu pour les ranges HU. Je ne suis pas tout à fait convaincu par le visuel des défenses vs 2.5x et 2x.

Voici ce que ça donne avec Flopzilla (+ images consolidées dans Writer)

Remarque : BU OR j’ai interprété la ligne noire qui délimite deux portions de range.

Le truc que l’on ne peut pas faire avec Flopzilla c’est mettre les pourcentages dans les cellules mais ca me paraît dispensable et je préfère largement la version sans.

J’aime bien l’approche de Flopzilla de mettre le split horizontalement plutôt que verticalement (que je trouve moins logique et moins simple visuellement). Ceci n’est pas paramétrable non plus dans Flopzilla ceci dit.

Je pourrais améliorer le style des dégradés (je ne suis pas très pointu la dessus) : ça c’est facilement paramétrable dans Flopzilla.

Sinon j’avais oublié mais il y a une vue sous Flopzilla qui permet de voir toutes les combos de même poids (sans être obligé de passer sur chaque combo) et l’ensemble de poids (couleur des barres dans la cellule).

image

Si tu veux garder le système de split pour les conditions plutôt que le dégradé de couleur (que je trouve plus intuitif et moins ambiguë) alors il faut garder la cohérence de l’axe du split : pour les raise, tu l’as mis vertical à gauche et pour les calls horizontal en bas. Il serait plus logique d’avoir l’action la plus « engageante » (raise>call, call>fold) toujours dans le même axe/sens.

Bref je trouve Flopzilla beaucoup plus simple et rapide pour construire les ranges que Paint (tu dois vraiment y passer tu temps :slight_smile: ) mais c’est toi qui voit.

En tout cas, ça peut te donner des pistes de réflexion et n’hésite pas à me demander si tu veux tester un rendu sous Flopzilla, je peux te faire ça rapidement.

1 J'aime

Bien, les posts de yvan161 m’ont fait pas mal réfléchir sur les codes couleur utilisés. Et effectivement les codes bleu = raise / jaune = call ne correspondent pas trop aux standards généralement utilisés.

Je pense donc homogénéiser tout ça sur ces nouveaux codes couleurs. Voici deux exemples, avec les anciens et les nouveaux codes:

Si vous avez une préférence, dites-le moi.

  • Le nouveau code couleur vert/bleu.
  • L’ancien code couleur bleu/jaune.
  • Moi je préfère du rose fuchsia et du bleu-vert turquoise.

0 votant

Je ne l’avais pas explicité. Au dessus de la ligne noire c’est les ranges strong (env. top 60%), et en dessous c’est les ranges normaux (env. top 80%). En HU les ranges loose c’est juste 100%.