[Partage] Traductions "régulières" d'articles stratégiques d'un forum US renommé

Un très grand merci pour ce travail de traduction de qualité ! Vraiment très intéressant .

2 J'aime

Merci de ton intervention, j’avais pensé qu’effectivement c’était une simplification en tant « qu’humain » sans trop de perte d’EV dans un tel spot et ça me ravi de te voir le confirmer ici!

2 J'aime

Je me permets de mentionner deux petites fautes:

Tu parles pour ce flop en particulier ? T85r

Perso je l’aurais plutôt mis dans la catégorie « medium » avec deux cartes moyennes et pas très connecté. D’ailleurs les equities sur ce flop doivent être assez proches des equities PF, l’equity de BU a même p-ê un poil augmenté.

1 J'aime

Merci beaucoup @Lacerta_max :smiling_face_with_three_hearts: c’est corrigé dans le post et le pdf. J’ai beau faire des efforts mais il y en a toujours qui m’échappent :frowning:

Hello à tous,

Aujourd’hui un nouvel article (parut en mai 2019) qui traite du 2 barrel OOP plus exactement de 10 spots BB vs BTN vs 2 barrel de BTN.

Aujourd’hui nous allons revoir la défense hors de position vs un deuxième barrel à travers 10 exemples de spots.

Dans ces 10 exemples Hero est en Big Blind et call vs un open du bouton.

SPOT N° 1:

Call

Cette main de force moyenne est assez forte pour call un deuxième barrel. L’as bloque une bonne partie des value bets du bouton (AK, AQ, etc.), la gutshot nous donne une certaine équité au cas où nous serions derrière, et le bouton a encore de nombreux bluffs possibles dans sa range (straight draws et flush draws).

Si nous foldons une main de cette force, bluffer devient très profitable pour le bouton et notre stratégie devient exploitable.

Raise est une grosse erreur puisque toutes les meilleures mains vont call et toutes les plus mauvaises mains vont fold.

SPOT N° 2:

Raise

Cette main est un peu close entre un raise et un call. Contre la plupart des adversaires, nous devrions raise pour extraire de la value (quoique un peu thin) et pour deny l’équité des bluffs du bouton.

Si le bouton est un joueur très agressif, call est une bonne option car cela garde ses bluffs et lui permet de continuer à bet en bluff sur la river.

Il est hors de question de folder avec une main aussi forte et masquée.

SPOT N° 3:

Fold

La bottom paire sans redraw (possibilité de tirages backdoors) n’est tout simplement pas assez forte pour call face à un deuxième barrel, nous devrions donc folder.

Raise avec cette main serait une très mauvaise idée étant donné que K3 ne bloque pas une partie importante de la value range du bouton et que nous avons de meilleures mains pour bluffer dans notre range, telles que 96 suited, 76 suited et 6icon_clubs-black 5icon_clubs-black. Cela ne veut pas dire que nous devrions toujours raise avec ces mains, mais ça pourrait être une option.

SPOT N° 4:

Fold

Cette main marginale doit être foldée contre un deuxième barrel pour plusieurs raisons:

  • La range de bluff de notre adversaire a encore beaucoup d’équité, ayant souvent plus de 10 outs.
  • Elle ne bloque pas de nombreuses mains de value (seulement A5 et 55) tout en bloquant certains des bluffs les plus probables du bouton (87, 76).
  • Il y a des reverse implied odds (cotes implicites inversées) parce que nos outs pour améliorer ne sont pas cleans (par exemple, nous pourrions toucher deux paires sur un 7 river et perdre un gros pot contre A9).

Bien que raise en bluff ne soit pas une mauvaise idée, il existe de meilleures mains pour le faire (comme Kicon_spades 5icon_spades et Qicon_spades 5icon_spades , qui ont plus d’équité et bloquent la value range du bouton).

SPOT N° 5:

Call

Cette paire plus flush draw a beaucoup d’équité face à la value bet range du bouton. S’il bluff, nous avons la meilleure main. S’il value bet, nous avons de solides chances d’améliorer river.

Raise avec cette main serait un move profitable, mais c’est une plus mauvaise option que de call car peu de meilleures mains vont fold et aussi car encore moins de plus mauvaises vont call. Si nous voulons check-raise turn en semi-bluff, il serait plus logique de le faire avec une main non faite comme 7icon_spades 6icon_spades .

SPOT N° 6:

Raise

Cette double gutshot (Double Belly Buster) n’est pas assez forte pour call face à un deuxième barrel car elle n’a aucune showdown value.

Cependant, le fold est plutôt tight car nous avons 8 outs pour faire une straight et nous bloquons la straight la plus probable (QT) du bouton. Le fold n’est pas une erreur, mais avec un raise, nous forcerons beaucoup de meilleures mains telles que Kicon_diamonds-red 7icon_diamonds-red ou Ato à fold.

Les facteurs ci-dessus, combinés au fait que la plupart des joueurs over-fold face à de l’agression, font de cette main une excellente candidate pour check-raise turn en semi-bluff.

SPOT N° 7:

Call

Cette main de force moyenne est assez forte pour call face à un deuxième barrel car:

  • J5 bloque une bonne partie de la value range du bouton.
  • Le bouton a une tonne de mains dans sa range qui ont raté ce board avec lesquelles il pourrait bluffer.
  • Notre open-ended straight draw nous offre une belle équité au cas où nous serions derrière.

Folder une main aussi forte rendrait les bluff très profitables pour le bouton et ouvrirait notre stratégie à l’exploitation.

Raise est dans ce spot est une erreur puisque toutes les meilleures mains vont call et toutes les plus mauvaises mains vont fold.

SPOT N° 8:

Call

Cette main de force moyenne est tout simplement trop forte pour fold étant donné le nombre de mains dans la range de notre adversaire qui ont raté ce turn. De plus, cette main est assez élevée dans notre range, donc si nous la foldons, bluffer devient très profitable pour le bouton et notre stratégie devient exploitable.

Raise n’a pas de sens car nous serons call exclusivement par de meilleures mains et la plupart des plus mauvaise mains vont fold.

SPOT N° 9:

Call

Le turn renforce considérablement la range de notre adversaire. En même temps, nous aurons beaucoup de meilleures mains, ou des mains avec une bonne équité (telles que Ticon_spades 9icon_diamonds-red, Qicon_spades 8x, des flushs et des straights) avec lesquelles call face à ce deuxième barrel.

Cela signifie que, contrairement au spot n° 8, nous ne sommes pas obligés de call avec cette main marginale.

SPOT N° 10:

Call

Nous avons un tirage extrêmement fort avec une certaine showdown value, ce qui fait un ajustement parfait pour notre check-calling range as played (comme joué). Pour couronner le tout, nous avons des implied odds (cotes implicites) importantes car lorsque nous toucherons la flush sur la river, nous serons en mesure de check-raise en value (avec un assez gros sizing) afin de remporter le plus gros pot possible contre les flushs inférieures du bouton.

Raise est également une option profitable (vous ne pouvez pas vraiment faire d’erreurs avec des mains avec tant d’équité), mais call vous rapportera un peu plus sur le long terme.

Note sur le flop: Lorsque nous faisons face à un petit sizing de c-bet sur un flop qui est bon pour notre range, comme dans cet exemple, nous devrions check-raise avec une fréquence élevée (y compris avec des mains avec une forte équité comme Aicon_hearts 7icon_hearts ).

Et ici le lien vers l’ensemble des articles que j’ai déjà postés sur PA.

Merci d’avoir lu est peut-être téléchargé le pdf et n’hésitez surtout pas svp à me signaler toutes coquilles possibles!

Le prochain article sera sur un concept: la MDF (Minimum Defense Frequency).

A très bientôt et que la variance soit avec vous :wink:

4 J'aime

Salut à tous (et toutes),
Aujourd’hui on revoit (voit peut-être pour certains) 2 concepts de base:

  • la MDF (Minimum defense frequency) et les cotes du pot expliquées dans un article parut en avril 2018.

Comment prendre la décision la plus profitable contre n’importe quel sizing?

Face à un bet, vous pouvez réagir de trois façons: caller, folder ou relancer.

C’est généralement assez évident quand relancer est la bonne décision, avec des mains fortes qui veulent extraire de la value et avec des bluffs qui veulent voler le pot. S’il faut call ou folder, en revanche, ce n’est pas souvent si clair.

Dans cet article, j’expliquerai deux concepts que tout les joueurs de poker utilisent (doivent utiliser) afin de décider quoi faire contre un bet, à savoir, la fréquence de défense minimale (MDF) et les cotes du pot (minimum defense frequency et pot odds).

Comment utiliser la fréquence de défense minimale

La fréquence de défense minimale (MDF) décrit la partie de votre range que vous devez call (défendre) face à un bet afin de rester inexploitable face aux bluffs adverses.

En d’autres termes, la MDF est le pourcentage minimum de temps que vous devez call (ou relancer) pour empêcher votre adversaire de toujours vous bluffer de manière profitable. Si vous foldez plus souvent que ne l’indique la MDF, votre adversaire peut vous exploiter en over-bluffant lorsqu’il bet.

La formule pour calculer la MDF est simple:

taille du pot / (taille du pot + taille de la mise)

Ensuite, multipliez le résultat par 100 pour l’exprimer en pourcentage.

Prenons un exemple:

Online $1/$2. 6-Handed. Effective Stacks $200.

Hero reçoit Jicon_hearts Ticon_hearts au bouton
UTG folds . MP raises to $5. CO folds. Hero calls. 2 folds

Flop ($13): Ticon_spades 9icon_hearts 3icon_spades
MP bets $8.5. Hero calls

Turn ($30): 6icon_diamonds-red
MP bets $22.5. Hero calls

River ($75): Aicon_hearts
MP bets $37.5. Hero…?

Dans ce spot, Vilain risque 37,5$ pour gagner un pot de 75$. Calculons cela avec la formule de la MDF:

$75 / ($75 + $37.5) = 0.67

La fréquence minimale de défense est de 67% dans ce spot. Donc, si Vilain bluffait, ce bet devrait engendrer un fold au moins 33% du temps pour faire un profit, donc Hero devrait call au moins 67% du temps pour empêcher Vilain de bluffer excessivement.

Pour votre information, voici un tableau avec la MDF et les cotes du pot pour les sizings les plus courants:

MDF&COTE_DU_POT

Quand utiliser les fréquences de défense minimales?

Vous devriez utiliser ce concept lorsque vous travaillez hors des tables afin de vous familiariser avec les mains avec lesquelles vous devriez call contre une forte opposition. Cela vous sera utile pour développer votre intuition au fur et à mesure que vous progresserez dans les limites, où vous jouerez de plus en plus contre de meilleurs joueurs qui sauront mettre la pression sur vos ranges.

Cependant, vous utiliserez rarement ce concept dans la pratique. Cela sera particulièrement évident aux limites les plus faibles, où les joueurs ont des stratégies très déséquilibrées.

Les seules situations dans lesquelles l’utilisation de la MDF serait supérieure à l’utilisation de la cote du pot, dont nous parlerons momentanément, est lorsque vous jouez contre des joueurs inconnus, ou dans un environnement inconnu sans connaissance du field (de la population ).

Par exemple, supposons que vous visitiez le Guatemala pour la première fois et que vous décidiez de jouer une session à 500 $ de buy-in (2 $ / 5 $) dans un casino.

C’est votre première main, et vous êtes en big blind (BB) avec Jicon_spades Ticon_hearts. Au cutoff (CO), un jeune joueur et peut-être expérimenté open à 15 $. Le bouton et la small blind fold. Vous callez.

Le flop vient Jicon_hearts 8icon_spades 5icon_diamonds-red, vous checkez et le CO lance un c-bet de 20 $, que vous callez.

Le turn est le Qicon_spades, vous checkez et le CO met un second barrel de 45 $, vous callez.

La river est le 4icon_diamonds-red, vous checkez et le CO met un triple barrel de 110 $.

Vous êtes maintenant obligé de prendre une décision avec une main marginale, sans informations pertinentes ou fiables sur la stratégie de cet adversaire.

C’est un spot où utiliser le concept de la MDF. Alors, examinons le processus de réflexion dans ce scénario. Pour cela, nous utiliserons PioSolver (Flopzilla fonctionnerait également).

Note de l’éditeur: comme toujours, nous avons utilisé des cases rouges pour mettre en évidence les informations pertinentes dans chaque calcul de PioSolver pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas les solveurs.

Voici la range de défense BB vs CO:

BBVSCO

(Certaines mains fortes (AKo, AQs…) figurent dans cette range de défense car elles sont call ou 3-bet dans une stratégie mixée, mais ce n’est pas le sujet du jour).

Et voici la range recommandée d’open raise de CO:

COOPEN

(Les mains présentes dans la range « d’open loose » sont parfois open raise selon les profils présents à la table, mais là encore ce n’est pas le sujet du jour).

Maintenant, je vais entrer ces ranges et les détails de la main dans PioSolver pour voir ce qu’il suggère:

Comme vous pouvez le voir (à moins que le texte ne soit trop petit), le solveur suggère une stratégie mixée avec JTo soit fold 78% du temps, call 20% du temps, et raise en bluff 2% du temps. Cependant, des stratégies mixées complexes comme celle-ci sont presque impossibles à exécuter en tant qu’êtres humains, nous devons donc simplifier les suggestions du solveur pour les rendre plus pratiques.

Dans ce cas, j’humaniserais la solution en foldant JT à chaque fois, ce que je compenserais en callant toujours avec AJ (le solveur a suggéré un call avec AJ seulement 54% du temps).

Jouer de cette façon signifie ne jamais faire d’énormes erreurs. C’est pour cela que la MDF est la mieux adaptée en protection contre des plays extrêmement EV-.

Quand éviter d’utiliser la MDF?

Comme mentionné dans la section précédente, vous utiliserez rarement la MDF.

Dans cette section, nous aborderons le reste des situations dans lesquelles vous ne devriez clairement pas utiliser la MDF. Il y en a trois en particulier:

1. Lors de la défense OOP contre les c-bets flop

C’est une idée courante (mais fausse) qui recommande d’utiliser la MDF contre les c-bets flop après avoir défendu votre big blind. C’est faux, et cela a été prouvé par les solveurs. Essayer de défendre avec la MDF dans ces spots vous ferait jouer de façon EV- avec une partie de votre range.

Le fait est que lorsque vous voyez le flop depuis la BB lorsque vous vous défendez contre un open raise, vous aurez presque toujours un désavantage de range et de position. Cela donne à l’open raiser l’opportunité de jouer agressivement et de beaucoup bluffer, mais il «a payé» pour cette opportunité préflop quand il a pris le risque d’ouvrir le pot.

2. Lorsque votre adversaire ne peut pas avoir de bluffs naturels

Si la range de votre adversaire est exclusivement composée de mains faites, il est insensé d’utiliser la MDF. Pourquoi essayer de rester inexploitable en callant (ou en bluffant) alors que votre adversaire n’a pas de mains évidentes pour bluffer?

Par exemple:

Online $2/$4. 6-Handed. Effective Stacks $420.

Hero est en MP avec Aicon_hearts 3icon_hearts
UTG folds . Hero raises to $9. CO folds. BU calls. 2 folds

Flop ($22): Aicon_spades Qicon_diamonds-red Ticon_spades
Hero checks. BU bets $11.5. Hero calls

Turn ($45): 9icon_hearts
Hero checks. BU bets $30. Hero calls

River ($105.50): Kicon_spades
Hero checks. BU bets $50. Hero…?

Dans ce type de spot, votre adversaire n’aura aucun tirage raté, tout dans sa range est soit une paire ou mieux. Ici, cela n’a pas de sens de penser à la MDF, car la range que vilain bet jusqu’à la river est extrement forte et il est peu probable qu’il transforme une main faite en bluff.

(Remarque: il y a un argument pour fold cette main turn, car la plupart des joueurs ne blufferont pas assez dans ce spot.)

3. Lorsque vous jouez contre une faible opposition

Contre les joueurs les plus faibles qui n’ont pas de ranges bien équilibrées (ce qui arrive souvent), vous devrez jouer une stratégie d’exploitation afin de maximiser vos gains.

Cela signifie ne pas souvent bluffer agressivement ou call light. Cela peut également signifier folder plus que d’habitude (over-folder) lorsque votre adversaire ne bluffe pas suffisamment dans certains spots.

Alors, soyez conscient de contre qui vous jouez et ne jouez pas comme un robot. Tenez compte de toutes les informations disponibles et rappelez-vous que vous jouez contre des personnes et non contre des machines.

Comment et quand utiliser les cotes du pot contre un bet?

Contrairement aux calculs pour la MDF, les cotes du pot doivent être gardées à l’esprit pratiquement dans toutes les mains.

Les cotes du pot sont exprimées sous la forme d’un ratio, tel que 2 pour 1, qui peut être converti en pourcentage soit 33% dans ce cas.

Voici la formule pour calculer la cote du pot:

(taille de la mise) / (taille du pot + taille de la mise + taille du call)

Multipliez par 100 pour exprimer le résultat sous forme de pourcentage.

Reconsidérons l’exemple de la première main et calculons nos cotes du pot sur la river:

Online $1/$2. 6-Handed. Effective Stacks $200.

Hero reçoit Jicon_hearts Ticon_hearts au bouton
UTG folds . MP raises to $5. CO folds. Hero calls. 2 folds

Flop ($13): Ticon_spades 9icon_hearts 3icon_spades
MP bets $8.5. Hero calls

Turn ($30): 6icon_diamonds-red
MP bets $22.5. Hero calls

River ($75): Aicon_hearts
MP bets $37.5. Hero…?

Le pot est de 75,00 $, et nous devons call 37,50 $. Voici à quoi devrait ressembler notre formule:

37.50 / ( 75 + 37.50 + 37.50) = 37.50 / 150 = 0.25

Multiplier le résultat par 100 nous donne le pourcentage de temps dont nous avons besoin pour être break even si on call: 25%.

En d’autres termes, si nous avons plus de 25% d’équité contre la range de bet de Vilain, nous devrions call à chaque fois, quel que soit l’endroit où la main se trouve dans notre range.

Les cotes du pot ont un certain nombre d’utilisations du préflop au postflop. Lors de la détermination de la range de call optimale contre un bet, les cotes du pot sont généralement une solution plus pratique que la MDF.

Lorsque vous faites face à un bet sur la river, vous pouvez calculer la cote du pot pour déterminer à quelle fréquence vous devez être bon lorsque vous callez. (C’est plus compliqué dans les streets précédentes car le run-out peut avoir un impact sur le gagnant.)

Conclusion

Lorsque vous pensez à la MDF et aux cotes du pot, vous devez toujours considérer le style de jeu et la range de votre adversaire avant de prendre une décision.

Comme les exemples l’ont montré, contre un joueur qui n’a tout simplement pas beaucoup de bluffs, soit à cause de la nature du spot, soit à cause de son style de jeu, il est préférable de mettre la MDF de côté et de folder souvent de manière exploitable. Faites attention à de telles tendances afin d’appliquer correctement la MDF et les cotes du pot.

Ici un tableur Excel en rapport avec l’article du jour qui pourrait vous être utile :wink:

Et ici le lien vers l’ensemble des articles que j’ai déjà postés sur PA

Merci d’avoir lu est peut-être téléchargé le pdf et n’hésitez surtout pas svp à me signaler toutes coquilles possibles!

Le prochain article sera un court article avec des exemples encore sur la MDF.

A très bientôt et bon grind à vous :slightly_smiling_face:

8 J'aime

Hello les Poker Académiciens / Académiciennes,
J’espère que vous allez tous très bien :wink:

Aujourd’hui je vous propose un nouvel article en complément / un peu plus « poussé » sur la MDF que l’article précédent (datant de novembre 2018).

La théorie du poker peut dérouter les nouveaux joueurs, notamment parce qu’ils ont des idées préconçues sur le jeu - ils diront des choses comme: «regardez-le dans les yeux et vous saurez s’il bluffe» ou «j’avais le sentiment que relancer était le bon move».

Habituellement, ces joueurs apprennent à leurs dépens qu’il y a beaucoup plus de théorie dans ce jeu. Apprendre pourquoi ils perdent est leur introduction à la théorie du poker.

D’un autre côté, la théorie du poker n’est pas la solution ultime lorsqu’il s’agit d’avoir un bon winrate. Il y a des failles dans les stratégies de la plupart des joueurs, et la théorie du poker, strictement appliquée, n’est pas toujours la meilleure façon d’exploiter ces failles.

Dans cet esprit, je souhaite aujourd’hui discuter de 3 spots dans lesquels vous devriez sérieusement penser a utiliser le concept théorique de la fréquence de défense minimale (Minimum Defense Frequency MDF) et de 3 spots où vous ne devriez certainement pas.

Quand devriez-vous envisager d’utiliser la MDF?

1. Construire des ranges de c-bet

Lorsque vous construisez une stratégie postflop solide, la première partie de l’arbre de jeu sur laquelle travailler est votre c-bet. Cette partie du jeu influencera fortement le reste de l’arbre du jeu, que ce soit dans le bon ou dans le mauvais sens.

Il existe plusieurs façons de construire une stratégie de c-bet solide. Heureusement, nous vivons à l’ère des solveurs qui peuvent nous aider à améliorer notre compréhension du jeu et, dans ce cas, à la construction de bonnes ranges de c-bet.

Voici quelques concepts qui semblent guider la stratégie de c-bet suggérée par les solveurs (sans ordre particulier):

  • La fréquence de défense minimale - La fréquence à laquelle on doit continuer contre un bet afin d’être inexploitable par les bluffs.
  • L’avantage de range - Quelle est la range qui a le plus d’équité?
  • L’avantage de nuts - Quelle est la range qui a les mains les plus fortes? (Cela va de pair avec l’avantage de range).
  • L’avantage positionnel - Le joueur en position a un avantage informationnel tout au long de la main en agissant en dernier.
  • Le ratio bluff / value - Le rapport entre les mains en bluff et les mains en value qu’une range de bet contient (en termes de combinaisons totales).

Ces 5 facteurs, ainsi que d’autres moins conséquents, constituent la recette de la stratégie optimale de c-bet. Mais les mesures exactes de cette recette sont encore inconnues. En d’autres termes, aucun humain ni ordinateur ne sait exactement comment pondérer chaque facteur. Le mieux que nous puissions faire, pour l’instant, est d’utiliser un solveur (qui est imparfait) pour proposer une stratégie bien équilibrée.

2. Construire des ranges de 3-bet

Vous devriez également tenir compte de la théorie lors de la construction de vos ranges de 3-bet. Avoir une range équilibrée de 3-bet vous évitera des maux de tête plus tard en rendant vos décisions claires dans la plupart des cas.

Lors de la construction de ces ranges, vous devez penser à vous défendre contre les 4-bets. Par exemple, supposons que le cutoff open à 2,5 bb et que vous effectuez un 3-bet à 7,5 bb au bouton. Tout le monde fold, et le cutoff 4-bet à 19bb.

Le 4-bet du cutoff doit fonctionner 59% du temps pour qu’il parvienne à être break even avec ses bluffs:

16.5 / 11.5 + 16.5 = 16.5 / 28 = 59

Remarque: 16,5 est le montant qu’il risque et non pas 19 puisque les 2,5 bb qu’il a initialement investis sont de l’argent mort.

Cela signifie que votre range ne doit pas contenir plus de 59% de bluffs afin de rester inexploitable. Sinon, le cutoff pourrait imprimer de l’argent contre vous avec des 4-bets exploitants.

3. Choisir le bon bet sizing

Le bet sizing est un aspect clé de la stratégie gagnante. Une bonne compréhension de celui-ci conduit à tirer le maximum de value avec vos mains fortes, tout en vous donnant la possibilité de bluffer le plus possible sans être exploitable.

La théorie est importante car chaque fois que vous effectuez un bet, vous offrez la cote du pot à votre adversaire. Le but est de leur offrir les pires cotes possibles en fonction de la façon dont vos ranges interagissent les unes avec les autres.

En règle générale, un sizing de 66 à 75% de la taille du pot fonctionne bien. Cependant, il existe des spots qui nécessitent un over-bet et, plus spécifiquement, des spots où un joueur a un avantage de nuts. Une mauvaise lecture de ces spots affectera votre winrate sur le long terme.

Prenons l’exemple suivant:

Americas Cardroom $0.25/$0.50. 6-Handed. Effective Stacks $50.00.

The player in the big blind (BB) is dealt Aicon_spades 8icon_spades
UTG folds . Middle Position (MP) raises to $1.25. 3 folds . BB calls.

Flop ($2.75): Kicon_spades 5icon_diamonds-red 4icon_spades
BB checks. MP bets $1.8. BB calls.

Turn ($6.35): 9icon_spades
BB checks. MP checks.

River ($6.35): 2icon_diamonds-red
BB bets…?

Supposons maintenant que BB ne bet que 75% du pot, ici. Ce serait plutôt un bon sizing, mais cela ne lui permettra d’avoir que 30% de bet en bluff dans sa range afin d’être inexploitable.

Ces 30% proviennent des cotes du pot de MP. MP doit suivre 4,70 $ (une mise de 65% du pot) pour gagner un pot de 15,75 $:

4.7 / (4.7 + 4.7 + 6.35) = 4.7 / 15.75 = 29.8%

Ce nombre représente le nombre de fois dont MP a besoin de gagner pour être au moins break even quand il call, et il correspond aussi au nombre de bluffs que BB peut avoir dans sa range.

Si BB était un bon joueur, il se rendrait compte que la range de son adversaire est capée alors que sa range ne l’est pas. Cela signifie qu’il peut utiliser un très gros sizing afin de maximiser ce qu’il peut gagner avec ses value bets et le nombre de mains qu’il peut utiliser en bluffs sans que son adversaire puisse l’exploiter en callant.

Disons que BB décide d’over-bet 10 $ ici. Cela signifie qu’il pourrait avoir 38% de sa range constituée de bluffs et être encore inexploitable:

10 / 10 + 10 + 6.35 = 38%

Si vous pensez que c’est une erreur parce que MP ne va pas call souvent un bet aussi important, alors vous manquez une partie cruciale de la théorie en question, à savoir, que tous les bluffs de BB auront une augmentation massive d’expected value . Bien sûr, utiliser un sizing d’over-bet signifie également que vous perdez plus lorsque vous êtes call, mais c’est souvent un prix raisonnable à payer pour pouvoir bluffer plus souvent.

Spots dans lesquels vous ne devriez pas utiliser la MDF

1. Se défendre contre les c-bets hors de position en big blind

Une idée fausse répandue est que le joueur en BB doit défendre avec la MDF face à un c-bet du joueur en position. C’est complètement faux, et les solveurs l’ont prouvé en montrant que la MDF n’est pas la seule théorie derrière la bonne solution. Les autres concepts sont:

  • L’avantage de la range (qui a une plus grande équité?)
  • L’avantage de nuts (quelle range contient les mains les plus fortes?)
  • L’avantage positionnel (qui est en position?)

Ainsi, pour avoir une range de défense adéquate contre les c-bets depuis la BB, vous devez soit beaucoup faire d’études de spots avec un solveur, soit étudier le jeu d’un bon joueur.

2. Se défendre contre les bets river

Voici un autre spot dans lequel de nombreux joueurs croient à tort qu’ils devraient défendre avec la MDF. Ceci n’est correct qu’en théorie, et vous voudrez peut-être l’utiliser lorsque vous n’avez aucune idée de la façon dont le field joue dans une situation spécifique.

Cela étant dit, face à un bet river, vous devez vous pencher vers l’overcall ou l’overfold en fonction de vos lectures sur vos adversaires. De manière générale, le field under bluff river, vous vous retrouverez donc souvent en train d’overfold.

3. Se défendre contre les raises river

De même, la plupart des joueurs under bluffent lorsqu’ils effectuent un raise river. Cela signifie que vous ne devez pas tenir compte de la MDF lorsque vous faites face à un raise river. Vos adversaires ne sont pas susceptibles d’avoir des ranges bien construites quand ils emploient ce move, donc votre stratégie devrait juste être, également, une stratégie exploitante d’overfold.

Conclusion

Vous devez absolument étudier la théorie et la MDF, mais ne la suivez pas aveuglément en toutes circonstances.

Vous devriez évidemment les étudier car cela vous ouvrira les yeux sur les erreurs de vos adversaires. Vous apprendrez à distinguer le bon du mauvais et vous comprendrez ainsi d’où vient votre edge. Cela aura des effets positifs sur votre winrate et sur votre mental.

De plus, comprendre le jeu à un niveau plus profond vous donnera la confiance nécessaire pour résister à la variance du jeu et continuer à jouer de votre mieux malgré la présence de celle-ci.

Merci d’avoir lu est peut-être téléchargé le pdf et n’hésitez surtout pas svp à me signaler toutes coquilles possibles!

Le prochain article et les suivants seront sur le jeu en SB/BB (spots récurrents intéressants à étudier) :wink:

A très bientôt, bon grind et bon week-end à vous!

8 J'aime

Encore un super article. Je culpabilise moins de ne pas défende le MDF en BB vs BU^^

Je me permets de pointer deux petites coquilles.

1 J'aime

Merci beaucoup @Lacerta_max pour le signalement, tout a été corrigé dans l’article et dans le PDF.

@Balla Merci pour tes traductions qui sont très qualitatives et j’en suis sûr apporte beaucoup à la communauté.

Cependant quelque chose me gêne, qui a écrit cette article sur le mdf ? Il y’a pas mal d’erreurs et l’auteur se mélange souvent les pinceaux entre la théorie et la pratique. J’ai pas l’impression qu’il a pas vraiment compris ce qu’était le mdf, pleins de choses sont manquantes et je peux trouver théoriquement des centaines de contre exemples à ce qu’il dit.
Un projet de vidéo est en cours sur le sujet, ce sera sûrement ma plus grosse vidéo ever, vu tout ce qu’il y a à debunker.

C’est l’article que je critique , pas la traduction biensur :stuck_out_tongue:

1 J'aime

Salut, merci de ton retour par contre tu parles de l’avant dernier ou du dernier article?
Car les 2 sont écris par des tops players avec plusieurs millions de gains online et live.

1 J'aime

Incorrect

Très incorrect.

Comme ils l’expliquent bien dans leur articles, le mdf n’est pas un concept super important à comprendre en profondeur pour gagner des millions ^^, c’est pour ca que pour avoir un bon wr ce concept est un peu useless, mais pour comprendre le jeu, c’est un concept important.
Ca montre que le mdf est surement le concept le plus incompris. Je tiens vraiment a faire une video la dessus, je reprendrai des passages de larticles.

  • A noter que mon ancien coach qui est la personne avec la plus grande connaissance théorique que je connaisse trouve également beaucoup de coquilles dans larticles.
1 J'aime

Merci, super hâte de voir ta vidéo :wink: et vraiment curieux que ces joueurs ont gagné des millions en n’ayant pas compris de quoi il parle…

Je suis certains de la justesse de tes/vos remarques. Du coup penses-tu que je dois supprimer les 2 articles si ils sont bourrés de mauvaises informations et est-ce les 2 qui sont mauvais?

Non absolument pas, à titre de vulgarisation, ils sont intéressants et permettre une « assez bonne » entrevue du concept, mais arrivé à un certain niveau d’apprentissage cela peut freiner l’étude théorique et créer des non sens dans la compréhension du jeu. Qui demande un bon niveau théorique pour être détecté (coup de bol, cest mon point fort).
En bref, je pense que lev de laisser larticle > lev de lenlever . Donc je te conseil de les laisser tels quels :wink:

1 J'aime

Suite aux remarques d’ @Aurora1 je ne publierais plus de traductions car je ne souhaites pas vous fournir de mauvaises informations :frowning:

@Balla

Mais non ! Il y’a pleins d’autres articles de qualité sur lesquelles il n’y a rien à dire, ce n’est pas grave de laisser quelques coquilles .
Tu peux me les envoyer avant de poster, cela peut être une bonne alternative, ne plus publier d’articles serait du gâchis, car ils sont une mine d’or d’informations pour beaucoup de joueurs.

3 J'aime

+1

Ces articles sont vraiment intéressants. D’autant plus qu’il est difficile d’en trouver en français. Alors si en plus ils sont vérifiés par nos coachs, que demander de plus

5 J'aime

Salut @Aurora1

Pourquoi ?

Si BB mise 3/4 pot, la cote de pot est de 30%.
MP a besoin de gagner un peu moins qu’une fois sur 3 pour un call EV+.
Si BB a plus que 30% de bluff dans sa range, il devient exploitable : par exemple, MP call 100% du temps et son call sera EV+ (et le bet de BB sera EV-).

Donc plus généralement, si on a un pourcentage de bluff dans sa range de bet (river) plus élevé que la cote de pot que l’on offre par son sizing, on devient (potentiellement) exploitable, non ?

La partie qui indique de ne pas utiliser le MDF pour sa décision de call river, face à un field qui ne joue pas GTO+ me semble correcte.

La phrase originale est …

… et je comprends le ‹ you might want to use it › comme ‹ vous pourriez être tenté de vouloir l’utiliser ›.

Je pense que tu as constaté des imprécisions sur la base de l’article traduit mais est-ce la même chose sur les articles d’origines (qui m’ont semblé de bonne qualité) ?

@Balla tu n’as pas donné la source ici mais j’ai fait le rapprochement car je connaissais déjà ces articles : pourquoi ne pas donner le lien vers les articles originaux ?

@Balla

Quelques coquilles / suggestions

Quelle

comment pondérer (ou ‹ quel poids donner à ›)

solveur

nut advantage (ou avantage de nuts)

quand il call : en anglais ça va être la middle position mais en français on pense plutôt au masculin (le joueur MP)

mais ne la suivez pas aveuglément en toute circonstance.

2 J'aime