[Partage] Traductions "régulières" d'articles stratégiques d'un forum US renommé

Salut à tous,
J’ai trouvé un article que j’ai pensé intéressant de traduire pour mes propres besoins et aussi étant donné que je bosse mon anglais afin d’accéder au contenu outre-Atlantique.

Après l’avoir traduit donc, un peu illustré et effectué la mise en page j’ai décidé de vous le partager, j’espère que cet article vous intéressera (je pense qu’il peut intéresser les joueurs de micros limites comme les joueurs de NL25+).

J’ai d’ailleurs l’intention d’en publier ici un par mois minimum en cas de retours favorables (si d’autres membres veulent se joindre à moi pour poster ici du contenu « de qualité » traduit ce serait super EV+ pour tout le monde !)

Bonne lecture :wink:

image

Comment jouer les petites pockets paires en Cash Game

Entrez dans le coup pour pas cher, essayez de flopper un set et espérez que notre adversaire nous paiera.

Cette approche trop simplifiée est probablement la façon dont la plupart d’entre nous jouons nos petites pockets paires.

C’est une approche assez valable, mais incomplète. À moins que nous ne voulions perdre de l’argent avec nos petites pockets paires, il serait judicieux d’employer une stratégie plus approfondie.

Dans cet article, nous allons suivre une feuille de route complète sur la façon de jouer ces mains preflop:

1/ Jouer une petite pocket paire avec moins de 100bb effectives.

2/ Open raise avec une petite pocket paire: à faire et à ne pas faire.

3/ Face à un open-raise avec une petite pocket paire.

4/ Devrions-nous 3bet avec une petite pocket paire?

5/ Faire face à un 3Bet avec une petite pocket paire.

Il est courant de se sentir perdu après avoir raté notre setmining sur le flop, nous allons donc conclure l’article avec quelques instructions après le flop.

Jouer une petite pocket paire avec moins de 100bb effectives

Étant donné que la value avec des petites pockets paires provient en grande partie de la réalisation d’un set, nous devons nous assurer que nous sommes suffisamment deeps pour réaliser cette value lorsque nous en avons l’occasion.

Avec 30–50bb effectives, par exemple, nos paires basses ont beaucoup moins de value car il n’y a tout simplement pas assez d’argent à gagner.

En d’autres termes, nous ne gagnerons pas assez lorsque nous toucherons un set pour compenser les fois où nous toucherons pas.

Avec un stack <20bb, les petites pockets paires redeviennent jouables, mais à cette profondeur, elles fonctionnent mieux en shove.

C’est parce que nous ferons folder des mains qui ont une certaine équité contre notre main (deux overs cartes auront près de 50%), tout en nous assurant également que nous pouvons réaliser notre équité en cas de call (qui, encore une fois, est près de 50 %) tout cela en plus de notre fold equity.

Open raise avec une petite pocket paire: à faire et à ne pas faire

La question est de savoir si nous pouvons open raise 22-66 selon notre position.

Sur une table de 9 handed elles doivent être foldées depuis UTG et UTG+1.

Nous ne serons pas en mesure de défendre notre main de manière rentable contre les 3Bet depuis ces positions, et avec autant de joueurs derrière nous, il est fort probable que nous soyons confrontés à une certaine agression. Jouer des petites pockets paires hors de position en callant n’est pas non plus la marche à suivre à cette position (UTG+1).

Depuis UTG+2, nous pouvons open à partir de 55 mais folder 22-44. Sur une table de full ring, nous ne parviendrons pas à réaliser l’équité nécessaire pour justifier l’open avec nos pockets paires les plus faibles.

En revanche, sur une table de 6max, nous pouvons généralement ouvrir toutes nos pockets paires dans toutes les positions.

L’exception est sur les tables avec de nombreux joueurs looses / aggros, où la menace d’agression derrière fait que les paires les plus faibles (22-44) sont un fold depuis UTG.

Les joueurs peu expérimentés devraient envisager de folder les paires les plus basses depuis UTG, quels que soient les joueurs à la table afin d’éviter des situations délicates après le flop.

Type de range UTG pour joueurs inexpérimentés :

FOTO3

Faire face à un open-raise avec une petite pocket paire

Comme pour les ranges d’open, la rentabilité des calls avec les paires les plus basses dépend de notre propre position, mais aussi de celle du relanceur initial.

Il n’y a que deux positions à partir desquelles nous pouvons toujours suivre un open-raise avec les petites pockets paires: c’est depuis la big blind et le bouton.

Nous pouvons défendre notre big blind avec toutes ces mains pour deux raisons:

  • nous clôturons l’action preflop, donc nous ne risquons pas d’être 3 better

  • nous obtenons une bonne cote pour call après avoir mis notre BB.

Caller à partir du bouton avec ces mains est rentable en raison de notre avantage positionnel et de la chance réduite q’un joueur squeeze derrière.

Plus marginales sont les situations où nous sommes au CO ou au HJ face à un 3Bet de notre droite immédiate. Bien que nous puissions caller avec 55 et 44 à une certaine fréquence, caller avec les pires paires peut être problématique.

S’il y a des joueurs agressifs / compétents assis à notre gauche, nous sommes susceptibles de faire face à un squeeze ce qui fait du flat avec des mains comme 22 et 33 (et parfois même 44 et 55) un jeu perdant dans cette situation.

Pour toutes les positions antérieures (en 9 handed), nous ne pouvons tout simplement pas suivre de relances avec les paires les plus faibles (22-55). Compte tenu de la solidité des ranges d’open d’UTG et d’UTG+1, nous avons un fort désavantage d’équité et réaliserons que trop rarement notre équité pour que call soit profitable. De plus, il est fort probable que nous soyons exclus du pot par l’un des nombreux joueurs derrière.

Imaginez simplement suivre du LJ avec 44 face à une relance UTG. Supposons que nous nous retrouvions ensuite au flop en HU, le flop vient 872r et que UTG Cbet.

Même sur ce board relativement bas et peu menaçant, nous sommes dans une situation délicate puisque nous sommes en 50/50 contre une range UTG (indiquée plus haut), et nous serons en déficit d’équité sur la plupart des flops contenant des overcards ce qui arrivera souvent.



Nous devons donc faire de notre mieux pour éviter de telles situations défavorables.

Nous devons également éviter de flatter en SB face à un open-raise. C’est encore une fois à cause de notre désavantage positionnel - trop souvent nous raterons le flop, ferons face à un Cbet et serons forcés de jeter notre main.

Cependant, nous devrions envisager de cold-call depuis la small blind lorsque le joueur dans le big blind est peu susceptible de squeeze, surtout si le sizing de l’open raise est petit.

A noter que vous pouvez caller plus souvent vos pockets paires en micros limites car le squeeze preflop y est rare à ces limites il est donc peu probable que vous soyez éjecté du coup preflop.

De plus, le spew postflop est courant à ces limites, ce qui augmente nos cotes implicites.

Puis-je 3Bet avec une petite pocket paire?

La réponse courte ici est «non» pour deux raisons.

Tout d’abord, lorsque nous decidons de 3Bet light, il est préférable de choisir les mains en fonction de leur potentiel de blocage. Nous voulons bluffer avec des mains qui réduisent la probabilité que notre adversaire ait un certain nombre de mains fortes.

A5s est un exemple classique, car il réduit la probabilité que notre adversaire détienne un as.

La deuxième raison d’éviter de 3Bet avec une petite pocket paire est due à leur manque d’equité postflop. En effet, une main comme 22, bien que potentiellement une main très forte, est en fait une main très forte sur très peu de flops (c’est-à-dire, quasiment seulement ceux qui contiennent un 2).

Comparez cela avec des mains connectées telles que des 76s ou ATs, qui peuvent donner des mains à fortes equités sur une variété de textures de flops (forts combos de 2 paires, suites, couleurs etc…).

Les doubles barrels rentables postflop avec des mains suitées et connectées sont courants en raison de leur potentiel d’amélioration, mais sont rares avec des pockets paires basses car elles n’ont généralement que 2 outs pour améliorer.

Ce n’est qu’à partir de la petite blind que nous devrions envisager de 3Bet les petites paires, cependant cela ne devrait être fait que contre les ouvertures des positions tardives (typiquement CO/BTN), et jamais face à une relance depuis une position précoce.

Notre désavantage positionnel est si genant en SB que nous pouvons essayer de 3Bet ces mains juste pour prendre le pot sans voir un flop.

Mais si toutefois nous sommes callés, nous devons jouer le flop en fonction de notre range globale, pas seulement en fonction de notre main en particulier (plus à ce sujet dans la section postflop).

Faire face à un 3Bet en tant que relanceur preflop:

Sauf si nous avons ouvert depuis le CO ou plus tard, nous ne devrions pas envisager de défendre avec nos petites pockets paires face à un 3Bet de taille standard.

La seule exception est si les stacks effectifs sont extrêmement profonds et que nous sommes confrontés à l’agression d’un joueur récréatif. Nos cotes implicites deviennent énormes dans ce cas.

Nous pouvons défendre plus largement dans des situations blind vs bind, et en late position face à un 3Bet de SB.

Étant donné que les ranges de 3Bet sont beaucoup plus larges à ces endroits, nos ranges de défense devraient être élargies en fonction.

Nous pouvons suivre avec toutes nos petites pockets paires depuis la SB face à un 3Bet de la BB et il en va de même depuis le bouton face à un 3Bet de l’une des blinds.

Lorsque vous effectuez ces calls, il est utile d’être prêt à caller sur des boards qui ne se connectent pas à la range de 3Bet de notre adversaire.

Par exemple sur les boards déconnectés, bas / moyens, nous devons call parfois (pour float par exemple) pour éviter d’être exploité par des joueurs solides et agressifs.

Jeu postflop: et si je ne floppe pas mon set?

Sans flopper un set, il est généralement préférable de prendre la ligne passive et de check-fold dans des pots multi-way. Mais dans les situations en HU, nous devons parfois souvent nous battre davantage pour maximiser notre Expected Value.

Utilisation de l’avantage de range

Notre action postflop doit être dictée par notre range globale et pas seulement par la main particulière que nous détenons. Ceci est important à retenir avec les petites pockets paires.

Elles font rarement une main forte, mais nous devons pouvoir en représenter une dans les circonstances qui le permettent.

Par exemple:

Table 6max NL100 blinds 0.5$ / 1$ en ligne, 100bb effectives.

Hero reçoit 3 :spades: 3 :diamonds: UTG

Hero raise à 2,50, BB call 1,50$

Flop (5,50$): A :diamonds: K :diamonds: 2 :spades:

Nous avons un énorme avantage de range sur ce flop: nous avons tous les sets et de fort combos de deux paires dans notre range, alors qu’il est très peu probable que le joueur en BB en ait (nous nous attendrons à ce que AA, KK et AK soient 3Bet preflop).

En conséquence, même si 33 a peu d’équité ici, nous pouvons donc Cbet (en utilisant un petit sizing style 1/3 - 1/2 pot) et barrel certaines cartes étant donné la force de notre range globale.

Ce Cbet a également l’avantage de repousser l’équité des mains avec deux overs cartes qui se coucheront certainement (comme les 87-9Ts).

Les petites pockets paires auront souvent très peu de showdown value tout en étant l’une des pires mains de notre range, il est donc parfaitement raisonnable de les transformer parfois en bluffs.

Exploiter le pouvoir des bloqueurs et le déni d’équité*

Nous pouvons également jouer nos petites pockets paires de manière agressive lorsque nous bloquons les nuts et que nous pouvons ainsi espérer pouvoir représenter les nuts (attention à bien choisir/connaitre le vilain contre qui faire ces mooves, évitez les CS et les joueurs récréatifs) .

Prenons l’exemple suivant.

Table en 9 handed blinds 2$ / 5$ en CG live, 100bb effectives.

Hero reçoit 4 :heart: 4 :clubs: en BB

3 folds, LJ relance à 15$, seul Hero suit et complète 10$.

Flop (32$): 7 :diamonds: 6 :spades: 3 :heart:

Hero check, LJ mise 20$ et Hero raise à 72$, vilain fold.

Puisque nous avons un tas de mains en value que nous pouvons check-raise sur ce flop (typiquement 54s, 77, 66, 33, 76s), nous pouvons sélectionner plusieurs mains avec lesquelles bluffer pour équilibrer.

Utiliser 44 dans ce spot est un candidat valable - nous bloquons les nuts, notre main tire un grand profit du déni d’équité, et nous avons des outs pour faire une quinte.

Prendre ces lignes avec vos paires les plus faibles, fait partie intégrante de la maximisation de votre EV aux tables.

*Le déni d’équité (Equity denial) consiste à empêcher un joueur de réaliser son équité en le forçant à se coucher avant l’abattage.

Ce concept devient de moins en moins applicable à mesure que vous vous trouvez dans l’arborescence du jeu (visualiser ci-dessous).

PREFLOP> FLOP> TURN> RIVER

Le déni d’équité est le plus important preflop, raison pour laquelle le limp preflop doit être évité, vous n’avez ainsi aucune chance de prendre le pot preflop et d’empêcher vos adversaires de réaliser leurs équités postflop.

Le fichier au format PDF pour ceux que ça intéresse:
Comment jouer les petites pockets paires en Cash Game.pdf (331,0 Ko)

12 J'aimes

Merci. Très belle initiative

1 J'aime

Un nouvel article traduit à vous proposer:

3 stratégies pour vous aider à gagner après avoir call un 3Bet OOP

Vos résultats dans des pots 3Bet auront un impact énorme sur votre winrate général.

En fait, l’un des moyens les plus simples d’augmenter considérablement votre winrate est de corriger vos leaks stratégiques dans ces situations cruciales.

Pour vous y aider, vous êtes sur le point de lire 3 conseils qui vous aideront à dominer après avoir suivi un 3Bet preflop OOP.

Ces conseils couvrent:

  • Check-Raiser avec des tirages
  • Bluffer avec de petites paires
  • Check-Raiser pour protéger votre équité (equity denial*)

1. N’ayez pas peur de check-raiser les tirages

Dans cette main, on open K♥ T♥ au cutoff et le joueur au bouton nous 3Bet,

On call et le flop arrive Q♥ J♣ 5♦ , ce qui nous donne un tirage quinte bilatéral + une over carte (OESD / Open Ended Straight Draw + over card). Vilain mise 25 $ dans le pot de 78 $ et on décide de check-raise à 3,5 fois la mise de vilain (soit une relance de la moitié du pot final).


Sur ce board, notre range de relance pour value sera composée de 55, QJ et AQ à une certaine fréquence. Cette range de value est équilibrée par des semi-bluffs avec KT, T9 et 98.

Relancer avec cette range équilibrée rendra la vie de notre adversaire très difficile car il ne peut pas savoir si vous avez une main forte ou un bluff. Inversement, le fait de ne pas être équilibré peut rendre vos jeux transparents et vous empêcher d’extraire une valeur maximale avec vos mains fortes.

L’équilibre est particulièrement crucial lorsque vous jouez contre les mêmes joueurs tous les jours. En effet, si vous jouez vos mains en value dans un sens et vos bluffs dans un autre sens, les adversaires avertis pourront reprendre vos tendances et s’adapter en conséquence pour vous exploiter .

Que se passe-t-il quand ils relancent?

Si votre adversaire répond à votre check-raise au flop en relançant all-in, vous serez souvent obligé de coucher tous les tirages que vous avez choisi de relancer. Cependant, vous aurez toujours toutes vos mains fortes avec lesquelles call, soulignant encore une fois l’importance de l’équilibre.

2. Envisagez de bluffer avec de petites paires

Il existe certaines textures de flops dry et non coordonnées où les semi-bluffs évidents (comme les tirages) sont inexistants ou difficiles à trouver. Dans ces cas, vous devez faire preuve de créativité afin d’équilibrer votre range de relances.

Un exemple avec la main suivante:

  • on open 4♥ 4♣ au cutoff puis callons un 3Bet du joueur au bouton.

Le flop vient A♥ 7♣ 5♠ et vilain mise 25% du pot. On choisit de check-raise à 4 fois la mise de vilain.


Après avoir choisi nos raises pour value (A5s, A7s, 55 et 77), on se doit déterminer avec quelles mains bluffer. Seule une poignée de tirages existe sur ce board (98, 86, 64, 43, 42, 32) mais aucun d’entre eux n’est dans notre range compte tenu de l’action préflop (sauf peut-être 98s).

De plus, un board A high est censé beaucoup toucher la range du 3better preflop, celui-ci pourrait s’inquiéter de nous voir raiser sur un board A high sur lequel nous devrions avoir peu de fold équité… .

C’est là que l’on doit devenir un peu créatif …

Les bons candidats de bluff sur ce flop sont des pockets paires basses entre l’as et le 7, car elles peuvent toucher des tirages turn. En plus de cela, des connecteurs suités tels que les 65, 76 et 87 peuvent aussi faire de bons bluffs.

Relancer avec toutes ces mains rendrait notre range extrêmement déséquilibrée vers des bluffs, mais ne relancer avec aucune d’entre elles entraînerait une range extrêmement déséquilibrée vers la value. L’un ou l’autre de ces déséquilibres serait exploitable.

Pour résoudre cette énigme, vous pouvez utiliser un générateur de nombres aléatoires en ligne (ou téléchargeable) pour randomiser votre fréquence de relance avec ces mains.

Utilisation d’un générateur de nombres aléatoires

Disons que vous décidez de check-raise avec des petites pockets paires et des connecteurs assortis bas 20% du temps (nombre choisi de manière quelque peu arbitraire). Vous générerez alors un nombre aléatoire entre 1 et 100, relancez lorsque le nombre est inférieur ou égal à 20 et callez ou foldez lorsque le nombre est supérieur ou égal à 21.


On dirait qu’il est temps de check-raise!

Relancer avec ces mains va complètement à l’encontre de la manière traditionnelle de comprendre le poker, dans lequel vous ne relanceriez jamais avec une main aussi marginale. Néanmoins, nous avons découvert grâce à des recherches avec des solveurs que c’est une approche gagnante dans ces spots.

3. Utilisez le Check-Raise pour protéger votre équité

Parfois, votre main est vraiment forte sur la street actuelle, mais elle peut être très vulnérable sur les streets suivantes. Dans ces situations, vous devriez envisager de raiser pour protéger votre équité.

Un exemple avec la main suivante:

On open au cutoff, le bouton nous 3Bet et on call avec T♥ T♦ . Le 3 better Cbet 22 $ dans le pot de 78 $ sur un flop 3♥ 2♥ 2♦ .

On trouve que notre main est suffisamment forte, mais vulnérable car tout J, Q, K ou A l’affaiblit gravement. C’est un spot particulièrement délicat car même si une mauvaise carte ne vient pas au turn, le bouton peut choisir de checker et de prendre une carte gratuite, ce qui lui donne une autre chance d’améliorer sa main sur la rivière. Cela montre pourquoi la position est si importante au poker.

Pour ces raisons, nous décidons de relancer à 4 fois la mise de vilain (une relance d’un demi-pot). Vilain se couche et nous prenons le pot. C’est un bon résultat car très probablement, nous avons « tué » l’équité de deux overcards de notre adversaire.


Dans ta face!

Derniers mots

Lorsque vous faites face à ces situations de call de 3bet OOP, gardez ces stratégies à l’esprit et essayez-les lorsque le spot vous semble être un spot adéquat.

*Le déni d’équité consiste à empêcher un joueur de réaliser son équité en le forçant à se coucher avant l’abattage. Par exemple, si vous foldez une main qui avait 40% d’équité pour gagner le pot contre une mise au flop , on vous a refusé 40% d’équité.

Le fichier au format PDF pour ceux que ça intéresse:
3 stratégies pour vous aider à gagner après avoir call un 3Bet OOP.pdf (1,1 Mo)

16 J'aimes

erreur modification à venir avec un vrai :smiley: sondage à choix multiples (2)

OUPS-giphy

:joy: ça fait une moyenne ton truc…

2 J'aimes

100% de l’article 3 et 9% de l’article 4 ?
Ça serait bien de pouvoir faire deux choix.

1 J'aime

Salut à tous,
J’ai l’intention de traduire d’ici +/- 2 semaines 1 ou 2 articles et j’aurai souhaité savoir ce qui vous intéresseraient en priorité.

Donc j’ai créé ce sondage et les 4 souhaits les plus choisis seront traités dans un délai de 2 mois (#sdlv) souhaitez-vous donc un article qui traite:

  • 1 du C-Bet IP & OOP (2018)
  • 2 du Check/Raise au flop (2019)
  • 3 du Delayed C-Bet (2019)
  • 4 des petits bets sizings (2017- Matthew Janda extrait de Applications of No Limit Hold’em)
  • 5 du semi-bluff (2018)
  • 6 du floating (2018)

0 votant

(les votes seront définitifs après une vingtaine de votants)

Ces articles stratégiques sont pour la plupart orientés GTO et s’adressent en particulier aux joueurs « intermédiaires » mais peuvent aussi, je pense, être intéressants pour les joueurs des plus petites limites.

Merci d’avance pour votre participation et GL aux tables!

2 J'aimes

@Mendesz @WaitWaitW et à tout ceux aussi qui avaient déjà voté:

  • toutes mes sincères excuses pour vous avoir fait perdre votre temps :worried:

Ça va. On est pas à un clic près

1 J'aime

Up
Bonjour,
Plus que quelques votes pour clôturer le sondage alors si vous êtes intéressés faites votre (vos) choix car je pense le fermer ce soir.

Merci aux participants et bon week end à tous !

@Balla Merci pour ton travail

1 J'aime

Merci Balla, c’est vraiment cool de ta part, en plus il y a une cohérence d’un article à l’autre, ça aide beaucoup !

1 J'aime

Salut à tous,

Merci pour vos likes, vos commentaires et votre participation au sondage :+1:
(ça me motive pour traduire d’autres articles et je pense à vous faire un eBook les regroupant en fin d’année si tout va bien…).

Donc voici le résultat et ce que j’ai prévu suite au sondage:

Vu que le check-raise au flop à été pas mal plébiscitée il sera traité sur 3 articles (dont 1 complémentaire au concept du move), le premier article sur le x/r flop + son article en complément seront postés aujourd’hui ou demain. La suite demain ou samedi au plus tard.

Les autres articles choisis lors du sondage seront postés tous les 15 jours si tout va bien…

Bon grind à vous

@+

5 J'aimes

Donc voici les 2 articles du jour:

  • Le concept des ratios de bluff / value (en supplément du check-raise au flop)
  • Comment perfectionner sa stratégie de check-raise au flop Partie 1/2

Surtout si vous trouvez des « coquilles » dans les articles ce qui est fort possible malgré mes relectures :slight_smile: n’hésitez pas à le signaler dans ce thread. Merci d’avance.

Le concept des ratios de bluff / value

Avez-vous déjà entendu parler du ratio bluff / value?

Lorsqu’il est bien compris, ce concept vous aidera à jouer de façon plus profitable à la fois comme agresseur et contre l’agression.

Dans cet article, vous apprendrez (ou reverrez):

  • Qu’est-ce que le ratio bluff / value?
  • Le but du ratio bluff / value et comment l’utiliser
  • Des ratios spécifiques à viser au flop, au turn et à la river
  • Les limites de ce concept
  • La répartitions des ranges street par street

Qu’est-ce que le ratio bluff / vaue?

Le ratio bluff / value est le nombre de combinaisons de mains de bluff par rapport au nombre de combinaisons de mains de value dans une range de bet. Par exemple, si la range de bet d’un joueur sur la river contient 12 combinaisons de bluff et 36 combinaisons de value, alors son ratio bluff / value est de 1 à 3.

Le ratio bluff / valuet héoriquement optimal varie selon la street. Le preflop devrait être votre ratio de bluff le plus lourd (car c’est à ce moment que vos mains de bluff ont le plus d’équité) et il devrait devenir plus gourmand en value au fur et à mesure que la main progresse.

La taille du sizing utilisée est également cruciale pour déterminer le ratio bluff / value optimal. Plus votre sizing est important, plus vous pouvez fréquemment bluffer de manière profitable… Plus votre sizing est petit, moins vous pouvez bluffer de manière profitable.

Le but du ratio bluff / value et comment l’utiliser

Le ratio bluff / value est un concept simple mais très utile ayant deux objectifs principaux:

1. Il vous aide à construire des ranges de bet théoriquement solides.

Le ratio bluff / value théoriquement optimal est basé sur les cotes du pot que vous donnez à votre adversaire, qui sont déterminées par votre sizing . Si vous obtenez le rapport exactement correct, votre range de bet sera équilibrée et inexploitable.

Gardez à l’esprit que bet avec un ratio bluff / value parfaitement équilibré est presque impossible en jeu. Le mieux que vous puissiez faire est d’estimer, en essayant de vous rapprocher le plus possible du rapport optimal. Ensuite, lorsque votre session est terminée, vous pouvez étudier la main spécifique pour voir où vous vous situez.

2. Il vous aide à bluffer plus efficacement.

En connaissant les cotes du pot et en faisant une estimation du ratio bluff / value de votre adversaire, vous pouvez déterminer si sa range est déséquilibrée et ajuster votre calling range en conséquence:

  • Foldez plus / tous vos bluff catcheurs contre une range de bet déséquilibrée et fortement orientée value.
  • Callez plus / tous vos bluff catcheurs contre une range de bet déséquilibrée et chargée de bluff.

Remarque: Si votre main peut être un bluff catcheur et peut battre une partie de la range de value de votre adversaire, cela peut être un call profitable même si sa range est fortement orientée value.

Passons en revue un exemple rapide de main qui a déjà atteint la river.

Supposons qu’un joueur nommé Mark mette 15$ dans un pot de 20$ sur la river avec une range de 12 combinaisons de bluff et 36 combinaisons de value – soit un ratio bluff / value de 1 à 3 (1 bluff pour 3 value hands)

Contre ce sizing pot de 75%, Susan (l’adversaire de Mark) obtient une cote de 2,33 contre 1 pour call (pot après le bet / mise à suivre soit ici : 35/15 = 2,333)

Quel est le ratio bluff / value théoriquement optimal pour Mark compte tenu de son bet sizing? Et bien 1 pour 2,33 ou si vous préférez 1 combinaison de bluff pour chaque 2,33 combinaisons de value.

Étant donné que la range de bet réelle de Mark est trop orientée value, Susan ne peut pas suivre de manière profitable avec un bluff-catcher (à moins qu’elle ne domine une partie de la range de value de Mark).

Supposons maintenant que Mark bet le même sizing sur la river, mais avec une range de bluff de 1,5 pour 1 de value. Cela permet à Susan de suivre avec profit avec tous ses bluff-catcher.

Remarque: Il est relativement facile de calculer le ratio optimal bluff / value sur la river car vos bluffs devraient avoir 0% d’équité lors d’un call, mais ce n’est pas le cas sur le flop et le turn. Pour ces streets antérieures, nous vous recommandons d’utiliser les règles de base dans la section suivante.

Ratios bluff / value sur le flop, le turn et la river

Vos ratios bluff / value seront presque équilibrés si vous utilisez ces règles générales courantes:

  • 2 bluffs pour 1 value hand sur le flop
  • 1 bluff pour 1 value hand au turn
  • 1 bluff pour 2 value hands sur la river

L’explication mathématique de ceci peut être trouvée dans le livre, Applications of No-limit Hold’em , par Matthew Janda dont voici un petit extrait démontrant la formule mathématique pour connaître notre pourcentage de value bet au flop après avoir 3 barrell:

« En d’autres termes, étant donné les conditions ci-dessus, 70% de nos

bets sur la river doivent être des value bets, la river doit être misé à 70% du temps après avoir misé le turn, et le turn doit être misé 70% du temps après avoir misé le flop.

Multiplier ces fréquences montre que 34,3% de nos bets flop devraient être des value bets :

(turn betting frequency)(river betting frequency)

(fraction of river bets which are value bets) =

( 0 . 7 )( 0 . 7 )( 0 . 7 ) =( 0 . 7 ) 3 = 0 . 343 »

Limites d’un ratio bluff / value optimal

Lorsque vous betez avec un ratio bluff / value théoriquement optimal, vous n’essayez pas activement d’exploiter votre adversaire. Vous ne l’exploitez que passivement en lui donnant une chance de faire une erreur par rapport à votre range équilibrée.

Voici un exemple extrême: Imaginez que vous jouez contre une bonne grosse calling station qui couche rarement une paire après le flop. Si vous essayez de rester parfaitement équilibré lorsque vous betez, vous allez donner beaucoup trop de big blinds à ce joueur. Au lieu de cela, vous devez plutôt abandonner vos bluffs et étendre votre value range face à lui.

De plus, sur beaucoup de boards, vous devriez réellement bluffer légèrement moins que le ratio optimal en raison du card removal effects - lorsque vous bluffez, il est légèrement plus probable qu’il ait une main forte et vice-versa.

Répartition des ranges street par street

Disons que nous ouvrons du bouton avec cette range:

1-1
Coloré = Raise, Gris = Fold

Seule la big blind suit, le flop vient K♣ T♠ 6♣.

Après le check de la big blind, notre range de bet sur le flop pourrait ressembler à ceci (en supposant une mise de 75% de la taille du pot):

1-2.2
Coloré = Bet, Gris = Check

Nous bluffons avec presque tous les flush draws, les straight draws et les BDFD. Les tirages avec A-high étant l’exception que nous allons checker car ils ont de la showdown value

En value, nous allons C-bet des mains qui peuvent continuer à barrel sur 3 streets sur la plupart des runouts, AK faisant ainsi le bas de notre range de value.

Remarque: nous avons un avantage de range sur ce board, nous pouvons donc probablement nous en sortir avec une range de C-bet plus large. Mais supposons simplement que nous allons C-bet avec cette range serrée pour les besoins de l’exemple.

Notre range de bet sur le flop contient 41 combinaisons de value et 80 combinaisons de bluff. C’est finalement assez proche du ratio bluff / value de 2 pour 1 que nous visons au flop.

Supposons maintenant que la big blind suit et que le turn soit le 7♦ et que la big blind check à nouveau.

Cette carte ne complète pas beaucoup de nos tirages (seulement 98s), nous devrons donc abandonner certains de nos bluffs du flop pour atteindre le ratio bluff / value de 1 pour 1 que nous visons pour le turn.

Voici à quoi pourrait ressembler notre gamme de C-bet turn:

1-3.2
Coloré = Bet, Gris = Check

Ici, nous choisissons de 2 barrel avec:

  • tous les flush draws
  • toutes les gutshots
  • les low open-enders (8♠ 5♠ et 5♠ 4♠)
  • les high open-enders qui bloquent l’éventuelle straight (Q9 et J9)

Puisque QJ ne bloque pas la straight du board et devra folder contre un check-raise, nous allons check back ces combos afin de ne pas être obligé de folder un tas d’équité.

Notre range de value contient les mêmes mains qu’au flop puisque la turn n’a pas radicalement changé la texture du board - AK peut toujours miser confortablement pour value.

Ce qui fait que nous allons bet la moitié de nos combinaisons de bluff et toutes nos combinaisons de value du flop. Ainsi, notre ratio bluff / value de 2 pour 1 est maintenant proche du ratio 1 pour 1 que nous visons pour le turn.

Le big blind call et la river est le 3♠ et la big blind checkent.

Voici à quoi pourrait ressembler notre range de bet river:

1-4.2
Coloré = Bet, Gris = Check

Sur ce runout clean, nous continuerons à chercher de la value avec la même range (AK+). Nous équilibrerons cette range de value en bluffant avec les mains qui ont les meilleurs blockers et sans showdown value - à savoir, Q9 et J9 sans trèfles.

Pourquoi sont elles nos meilleures mains de bluff? Parce qu’elles bloquent trois des mains les plus fortes de la range de big blind (98, KQ, KJ) sans bloquer les mains qu’elle va définitivement coucher (tirages flush manqués).

Ce qui fait que nous allons bet 47 combinaisons de value et 18 combinaisons de bluff sur cette river, ce qui représente un ratio bluff / value de 1 pour 2,6. C’est proche du 1 à 2,33 théoriquement optimal que nous avons calculé plus tôt (et également assez proche de la règle générale du 1 pour 2).

Conclusion

Maintenant que vous savez ce que signifie le ratio bluff / value, les ratios corrects dans chaque street et quelles sont ses limites, vous pouvez utiliser ces connaissances nouvellement acquises pour construire de meilleures structures dans votre jeu qui vous aideront à progresser dans les enjeux. .

Cela étant dit, vous devez rester flexible et ne pas être aveuglé par la théorie. Essayez toujours de trouver un avantage sur vos adversaires!

Le fichier au format PDF pour ceux que ça intéresse (Pour info tout les articles seront regroupés dans un seul PDF en fin d’année si tout va bien^^):
Le_concept_des_ratios_de_bluff- value.pdf (627,8 Ko)

8 J'aimes

Comment perfectionner sa stratégie de check-raise au flop Partie 1/2

1

Avec cet article vous êtes sur le point de perfectionner votre stratégie de check-raise.

Un membre de notre groupe privé a publié cet historique de main et a demandé comment il devait jouer son range dans ce spot:

Online $1/$2. 6-Handed. Effective Stacks $200.

Hero reçoit 2 cartes in the big blind
3 folds. Button raises to $5. sb folds. Hero calls.

Flop ($6): 4♠ 4♥ 3♦
Hero checks. Button bets $2. Hero …

Votre stratégie dans ces types de spots hors de position aura un impact majeur sur votre winrate.

Chacune des 5 stratégies suivantes est de nature générale, mais je les ai basées sur l’exemple ci-dessus pour vous aider à comprendre comment les appliquer dans la pratique.

1. Relancez avec plus de bluffs que de mains de value sur le flop

Votre range doit contenir environ deux fois plus de combinaisons de bluff par rapport aux combinaisons de mains en value lorsque vous effectuez un check-raise au flop. Je pourrais vous ennuyer avec les mathématiques qui sont derrière cela (voir cet article), mais économisons du temps avec la règle de base suivante:

Visez un ratio de 2 bluffs pour chaque main de value lorsque vous relancez au flop.

Dans l’exemple 4♠4♥3♦, vous voudrez check-raise en value avec beaucoup, si ce n’est toutes vos combinaisons de mains fortes (types trips ou mieux). Dans ce cas, cela représente environ 26 combinaisons de mains en value.

Une bonne stratégie serait de check-raise 80% du temps de vos trips, et d’en call les 20% restants afin de renforcer votre range de check-call. De cette façon, vous serez protégé au cas où vous feriez face à de gros bets sizings dans les streets suivantes.

Avec environ 21 combinaisons (80% des 26 combinaisons) de value hands, vous devriez donc bluffer avec 42 combinaisons de mains afin d’atteindre ce rapport de 2: 1 (2 bluffs / 1 value hand). Quelles mains en bluff choisir ? C’est ce que nous allons voir maintenant dans le point 2.

2. Bluffer avec des tirages straight et flush et avec des tirages backdoor si nécessaire

Votre range de check-raise bluff devrait se composer de tirages avec des outs directs pour améliorer et /ou de tirages backdoor qui peuvent potentiellement obtenir un tirage fort sur le turn.

Les tirages directs sont idéaux, mais vous n’en aurez pas assez pour équilibrer votre value range sur la plupart des boards. Lorsque votre bluffing range est trop clairsemée, vous pouvez également envisager de check-raise avec des tirages backdoor.

Dans la main sur 4♠4♥3♦ est un bon exemple d’un board avec trop peu de tirages directs. Voici une liste de tous les tirages directs que vous pouvez avoir sur ce flop après avoir défendu votre big blind vs le bouton preflop:

• A5o (12 combos)
• 65o et 76o (24 combos)
• 75s et 52s (8 combos)

Remarque: les combos de A5s, A2s, 65s et 76s sont exclus ici car ces mains sont dans la range de 3bet en big blind dans ce spot.

Vous pouvez voir qu’il y a 44 combinaisons d’open-ended straight draws et de gutshots, ce qui est supérieur aux 42 combinaisons nécessaires pour équilibrer votre value range. Donc, cela pourrait être votre votre bluffing range, non? Pas si vite. A-high (A5o) a trop de showdown value dans ce spot pour être utilisé comme check-raise bluff.

Pour compenser ces combos de A-high, vous pouvez check-raise en bluff avec des mains qui ont des backdoor straight et flush draws (8♦5♦, J♠5♠, 9♥5♥).

3. Plus la mise de votre adversaire est petite, plus vous pouvez check-raise

Lorsque votre adversaire mise petit, il devrait le faire avec une range plus large (et donc plus faible) que s’il misait plus gros.

Votre adaptation face à un petit C-bet devrait être d’élargir votre value range de check-raise afin que vous puissiez mettre plus d’argent dans le pot avec vos mains fortes. Bien sûr, cela signifie également que vous devez étendre votre range de bluff (à un ratio de 2 bluffs pour 1 value bet).

Cette stratégie punit (Denying Equity * ) les mains de force moyenne et les semi-bluffs faibles de votre adversaire en ne les laissant pas voir le turn et la river pour un si petit « prix ». En procédant à un check-raise vous fixez ainsi ici « le prix ».

Quelles value hands spécifiques devez-vous ajouter à votre range de check-raise ? Des mains comme top paire-top kicker et top paire-second kicker (à une certaine fréquence) seront généralement vos meilleures options. Fait amusant: les solveurs check-raise toutes sortes de top paires par rapport aux petits bets sizing (comme vous pourrez le constater plus bas).

Regardons un exemple pour voir comment le changement de bet sizing de l’adversaire a un impact sur la fréquence optimale de check-raise (selon PioSolver).

Pour l’exemple le flop est J♥8♠4♥. Voici comment PioSolver joue par rapport à un sizing standard (66% de pot):


Vous pouvez voir la fréquence de check-raise en haut à droite.

Par rapport à un bet sizing de 66% du pot, le solver check-raises 8.66% du temps. La range de check est compose de doubles paires et de sets à haute fréquence, ainsi que certaines paires supérieures à basse fréquence.

Voyons maintenant comment le solveur joue contre un petit sizing (de 33% du pot) sur ce même flop:


Avec un sizing de 33% du pot, la fréquence de relance du solveur s’élève à 12,65% - c’est 1,5 fois plus souvent que par rapport à un gros sizing!

Maintenant, les meilleures paires comme AJ et KJ sont incluses à une fréquence plus élevée, tout comme les bluffs.

4. Check-raise pour protection avec des mains de force moyenne sur les flops bas

Bien que vous deviez généralement éviter de merger votre range lorsque vous prenez des lignes agressives, vous pouvez faire une exception sur les low boards (types 9-3-2, 7-3-3, etc…). En fait, il est logique de check-raise pour protection avec des mains de force moyenne mais vulnérables sur ces boards.

Il est raisonnable de relancer pour protection sur les low boars car il y a beaucoup de mains de type overcard dans la range de votre adversaire. Ces mains malgré une équité décente folderont (probablement) contre vôtre relance.

Sur le flop 4♠4♥3♦, les overpairs de votre range (55-88) sont assez vulnérables face aux overcards au turn. Ainsi, il est normal de check-raise ici avec des mains telles que 55 à 88 (et peut-être même quelque 3x).

Cette stratégie n’est pas obligatoire - elle ne vous rapportera pas un gain énorme en EV - mais elle peut certainement vous aider. Si vous décidez de relancer avec ces mains, vous pouvez équilibrer votre range en relancant également avec un tas d’autres de ces mains à backdoor dont nous avons discuté dans la stratégie # 2.

**5. S’ajuster et exploiter

Si vous avez une lecture spécifique sur le joueur, le type de joueur ou le pool des joueurs adverse, vous devriez chercher à ajuster votre stratégie afin d’augmenter votre EV.

Si vous pensez que votre adversaire foldera trop souvent, vous devriez élargir votre range de bluff en y incluant encore plus de tirages (notamment de tirages backdoor). Si au contraire vous pensez que votre adversaire va call trop souvent, vous devez resserrer votre range de bluff pour n’inclure que les tirages forts (OESD et flush draws).

Pour vous aider à mieux identifier les joueurs qui fold ou call trop souvent, regardons la « réponse GTO » du bouton face à un check-raise sur le flop 4♠4♥3♦:


Face à un check-raise, Pio call avec beaucoup de A-high, overcards et de backdoor flush draws, y compris A9o, KQo, QTs, J9s et même T8s.

La plupart des joueurs que vous rencontrerez ne vont pas call avec une range aussi large, ce qui signifie que la plupart des joueurs que vous allez rencontrer folderont trop souvent. Contre la majeure partie du pool de joueurs, vous pouvez donc augmenter votre fréquence de bluff sur le flop.

Réflexions finales

En conclusion, je vais vous laisser avec la réponse du coach donnée à la question de notre membre:

"Vous allez avoir une range de x/r sur 3 streets, mais il est preferable d’attaquer directement au flop. L’exacte « fréquence optimale » est toujours compliquée à déterminer. Vous devriez être plus enclin à relancer vs des petits sizings (1/3 pot) que vs 3/4 pot .

La range de vilain a plus d’EV sur ce board que la vôtre, mais face à un petit sizing d’open du BTN, votre range de flat en BB contient beaucoup de 4x, gutshots, OESD, OP avec BDFD…

Beaucoup, même tous vos trips (ça depend du runout), voudrons go broke 100bb deep sur ce board, donc je dirais que la force absolue de vos trips n’a pas beaucoup d’importance pour déterminer lequel x/r sur le flop.

Cela ne veut pas dire que vous allez x/r, bet, jam tous vos trips flop. Après un x/r flop vous pouvez encore check vos trips turn pour x/c ou pour faire un autre x/r.

J’ai run une simu dans Simple Postflop et ici A4s est le combo de 4x qui est x/raise le moins souvent apres 54, 64s et 74s. La raison semble etre qu’avec ce combo vous bloquez la calling range de vilain face à votre x/r flop, la partie de la calling range dont vous voulez de l’action (comme A9s with BDFD, AK, 76…).

Il y a de grandes chances que si vous choisissez de x/r un 4x ici, cela n’ait pas vraiment plus d’EV.

Fractionner vos mains dans tant de parties de l’arbre de jeu peut être déroutant et il est important de ne pas être trop submergé.Personne ne connaît les exactes fréquences GTO pour chaque spot. Il y a juste du mérite à pouvoir montrer un 4x dans des situations inattendues.

Avec quelques petits reads d’exploitation sur vilain, vous pouvez et devez ajuster votre stratégie…S’il barrel trop, vous pouvez delay votre c/r, s’il C-bet trop, bluffez plus. S’il C-bet trop et ne vous donne pas de crédit, mettez plus de 4x dans votre range de x/r flop…"

Jusqu’à la prochaine, GL et continuez à crush!

*Le déni d’équité (Equity denial) consiste à empêcher un joueur de réaliser son équité en le forçant à se coucher avant l’abattage.
Ce concept devient de moins en moins applicable à mesure que vous vous trouvez dans l’arborescence du jeu (visualiser ci-dessous).
PREFLOP> FLOP> TURN> RIVER
Le déni d’équité est le plus important preflop, raison pour laquelle le limp preflop doit être évité, car vous n’avez ainsi aucune chance de prendre le pot preflop et d’empêcher vos adversaires de réaliser leurs équités postflop.

Ps: mes remerciements à l’auteur de l’original et aux auteurs des liens cités

Le fichier au format PDF pour ceux que ça intéresse:
Perfectionner_sa_strategie_de_check-raise_au_flopI.pdf (1,4 Mo)

11 J'aimes

Merci pour ces articles… Très intéressant.

Ce serait sympa de mettre aussi le lien vers l’article original, pour ceux que ça intéresse, et aussi pour respecter l’auteur.

Salut,
Merci.
Alors ce sont des articles de coachs (que je respecte pour leur travail) d’un site américain « concurrent » traduits directement des articles originaux avec tout les liens publicitaires supprimés (donc évidement pas possible de mettre de lien :wink: )

J’ai aussi parfois ajouté des liens vers des articles PA pour compléter les articles.

Saut @phit
Comment faire pour que le forum conserve la mise en page des document word ou PDF, j’ai l’impression que ça ne fonctionne plus correctement?
Et les photos sont trop petites :frowning:
Merci.

Ps: c’est bon @phit en postant page par page c’est déjà mieux :wink:

1 J'aime

Avec 44 vs UTG sur un flop 872r, on a 54% d’équité et non pas 37% comme on voit sur le screenshot Equilab (tu as mis K72, ce qui change pas mal)
–> C’est une erreur dans la copie d’écran ou dans le texte ? (ou une mauvaise compréhension de ma part ?)

1 J'aime

Merci, c’est une erreur de screenshot j’ai tout modifié.