L'affaire Crockfords : Phil Ivey perd son procès et les 10 millions de dollars

L'affaire Crockfords : Phil Ivey perd son procès et les 10 millions de dollars

Phil Ivey a définitivement perdu sa partie contre le Casino Crockfors de Londres. Accusé de triche au Punto Banco, il ne reverra jamais plus ses 10 millions de dollars gagnés en 2012. 



Le casino Crockfords remporte son head's up face à Phil Ivey


Rappel des faits : Phil Ivey : chanceux, opportuniste ou tricheur ?

  • Ivey débarque au casino Crockfords en 2012, accompagné d'une complice et gagne 10millions de $ (7.7 millions de livre) en deux jours au punto bunco.
  • Le joueur débute sa session avec des mises à 50.000£ avant de finir quelques heures plus tard sur des montants à 150.000£.
  • Après vérification, le casino se rend compte que le joueur s'est servi d'un défaut des cartes pour en reconnaitre certaines (technique dite d'edge sorting) et sortir gagnant de ses sessions.
  • L'établissement ne verse qu'une petite partie des gains à Ivey, le joueur décide alors de porter plainte pour récupérer le reste.
  • Ivey reconnaît les faits, mais refuse l'idée que son action soit considérée comme de la triche mais plutôt comme une volonté de vouloir profiter d'une faille de l'établissement. Pour le joueur, le casino est l'unique responsable.
  • Deux ans plus tard, le joueur perd son procès face au Casino anglais. La cours surprème britannique accepte la décision de Phil Ivey de faire appel


Nouvelle défaite en appel

Phil Ivey ne s'est jamais dérogé de sa ligne de défense : Il avoue s'être servi du défaut des cartes pour tirer un avantage, mais refuse de considérer cela comme de la triche. Le verdict de la cours suprême britannique est tombé ce mercredi 25 novembre, et a soutenu la décision de Crockfords de confisquer les gains du joueur.
Selon elle,  le "hasard" était un élément essentiel du jeu du Punto Banco, les cartes étant distribuées de façon "tout à fait aléatoire et non reconnaissables". Les juges ont estimé que le joueur avait certes agi de manière "intelligente et habile", avec des "yeux remarquablement affûtés" mais qu'il avait bien "inévitablement triché".
L'affaire fera à coup sur jurisprudence à l'avenir. 


La guerre Ivey vs Casino

L'affaire du Crockfords n'est pas l'unique conflit rencontré avec des casinos dans la carrière de Phil Ivey. En décembre dernier, et malgré qu'il n'ait pas été déclaré coupable de triche, le joueur avait perdu son procès face au Borgata Hotel Casino & Spa d'Atlantic City et a du rendre les 10.5 millions de dollars remporté lors d'une session de Bacarra. La technique d'edge sorting avait de nouveau été pointée du doigt.

Intronisé au Poker Hall Of Time cet été, le retour de la star du poker sur le circuit professionnel risque d'être de nouveau retardé suite à cette nouvelle défaite..