Mental défaillant - Une enième tentative ou un échec cuisant?


#1

Bonjour la communauté,

Pour ceux qui me connaissent un peu ce sujet ne va pas leur sembler bizarre venant de moi car ils savent que je suis très lâche mentalement, pour ce qui ne me connaissent pas du tout je vais expliquer en détail ce qui me pose problème.

En gros je suis le genre de joueur à être très motivé pendant une certaine période, où je veux repartir d’une base solide, me fixer un objectif de bankroll de départ, une limite, une room, refaire un filtre rapide “nouveau départ” sur PT4 pour la 54ème fois, refaire une dépôt “rond”, jouer bien en mode A-game avec échauffemment, bonne gestion de ma technique et de mon jeu, sans regarder mon graph tout ça…

Ca dure un jour, 2 jours, une semaine, puis je ne sais pas ce qui se passe, des aléa de la vie, je dois bosser pendant 2 ou 3 jours et ne plus pouvoir grind, je suis un peu frustré car pas assez de temps pour me consacrer au poker, mon moral en prend un coup, je me dis que je ne peux pas faire du volume et bosser mon jeu en même temps que pour pouvoir battre les micro-limites avec un 40H/semaine + femme + amis + famille.
Je me dis que ceux qui y arrivent sont uniquement les pros et semi-pro qui “ne font que ça” et peuvent faire des 50K à 100K hands par mois alors que je peine à faire 15K voir 20K par mois (en zoom), si je joue en tables normales genre 4 tables, ben ça fait 400 mains de l’heure.
Le calcul est vite fait : 2h/jour 4 fois par semaine environ ça fait entre 10 et 15K/hands par mois juste pour le grind, après faut encore trouver du temps pour bosser le jeu.

Bref toutes ces réflexions me frustrent, j’abandonne mon challenge, je râle, je whine un peu partout (comme maintenant), dès que je me prends un bad beat ou fait un mauvais bluff je me dis:

-Bon ben voilà là t’as la preuve que t’as pas assez de temps pour apprendre ça, tu fais de la merde donc ça ne sert à rien.

Je n’arrive plus à me fixer des objectifs cohérents, je commence le mois en jouant en NL10, 4 tables normales.
Après 2 jours je pars en zoom car pas assez de volume, mais donc frustré car on ne connait pas les vilains et le winrate s’amoindrit, du coup après je me dis : “je vais jouer 20K hands en NL2 pour voir si je bats la limite”.

Frustré au 1er bad beat je ragequit en me disant que ça ne sert à rien…
Je me repose encore une fois cette question : est-ce que je pourrai changer ma façon de penser un jour? Car je me dis à chaque fois que je ne suis pas fait pour ce jeu car mental trop fragile et puis j’arrête…

En fait il me faudrait vraiment de l’aide (ça fait un peu appel au secours) mais ça serait cool d’avoir une conversation avec quelqu’un de sérieux au poker qui pourrait me donner un coup de pied au cul et me suivre petit à petit en me disant quoi faire pour que je m’y tienne.
Genre cette semaine tu dois faire ça + ça + ça.
Fin de semaine : est-ce que tu y es arrivé? si non pourquoi? Enfin bref j’ai toujours eu besoin qu’on me guide dans ce que je fais, m’éparpillant très vite en abordant les choses seul…

Enfin voilà ceux qui veulent parler de tout ça n’hésitez pas, c’est usant et démotivant d’être dans ma tête, j’espère que ceux qui sont ici sont + stables émotionnellement car c’est vraiment pénible au quotidien de penser à ça quand on a un truc de famille, quand on est au boulot (comme en ce moment)…
il faut que je change ou je n’y arriverai jamais, ça fait 2 ans et demi que je dis ça depuis que j’ai commencé le cash game, je pensais avoir eu des déclics mais au final je me déçois à retomber dans mes travers…


#2

Programme PMS :slight_smile:


#3

j’suis broke et ça coûte un bras :persevere:


#4

Tu es pas instable émotionnellement, tu es comme tout le monde, c’est juste que toi tu le montres :sunglasses:


#5

Je suppose que tu as déjà lu les livres de Jared Tendler ?

Sinon évidemment:

  • Coaching mental. Mais évidemment faut pouvoir et avoir envie de payer pour.

  • Avoir un groupe de travail avec des joueurs aguerris.

  • Jouer à une limite qu’on crush juste pour le plaisir. Quand on fait peu de volume et qu’on n’a pas de gros objectifs ça peut être bien. En mode détente, mais en jouant sérieux.

  • Et au pire du pire, si le poker nous rend malheureux, ben on passe juste à autre chose.

En tout cas bonne continuation !

PS: Et pour le leakfinder je suis toujours OK. Mais il ne s’agit là que d’interprétations de stats, ce qui ne semble pas être ton principal problème.


#6

C’est le fait de pas réaliser ces objectifs qui le rend malheureux, pas le poker
Il veut aller d’un point A à un point B, mais il a pas de point de B
De toute façon ce qui nous rend malheureux c’est de pas être en accord avec nous même, thats all


#7

Je me reconnais beaucoup dans ton post. Avec en plus le changement de variante à chaque craquage mental ou presque. J’ai du me mettre au PLO, Hu hyper turbo, Spins, CG en NL ces derniers mois… Avec a chaque fois un discours du type : ce coup ci c’est la bonne, tu restes solide si jamais tu perds quelques BI, etc etc.
Au final, forcement, je me frustre, ne progresse pas et continue mon manège en micro.

Tout ça pour te dire que tu n’es pas le seul concerné. Je pense qu’on est un sacré paquet à être dans le même bateau, certains (toi) plus lucides que d’autres sur la situation.

Le mental est trop souvent et trop longtemps laissé de côté alors qu’imo c’est le point principal qui fera la différence entre quelqu’un qui stagne sur les micros et quelqu’un qui arrive à up.

Obv disposé à échanger avec toi sur le sujet, pas sur de pouvoir t’apporter une aide franche et massive mais au moins tu auras la sensation de ne pas être seul.
Perso, j’essaie de me dire que c’est un hobby, et que tous les autres hobbys/passions que j’ai eu dans ma vie jusque là n’étaient pas gratuits, alors que celui ci pour l’instant l’est (j’suis break-even…).


#8

Te fixer des plus petits objectifs à l’interieur de ton gros objectif pourrait être nice. Par exemple de fixer 3 objectifs de session et si tu les réalises alors tu t’offres un petit plaisir comme aller te manger un bon burger ou une pizza ou un massage enfin peu importe.
Ça te permet de voir ta progression au jour le jour et de diminuer ta frustration


#9

Dans ce cas là tu as ton premier objectif de l’année : retrouver de quoi faire ce programme PMS. :wink: Je suis désolé de dire les choses ainsi, mais là ce que tu décris, c’est quand même un peu plus qu’un sparring partner, c’est peu probable que tu trouves ce que tu cherches à titre gracieux. Enfin ça ne sera jamais aussi efficace et justement le problème c’est que tu fais les choses à moitié. Si on se fixe des objectifs, il faut déployer des moyens à la hauteur de ces objectifs : bien entendu, on parle de finance mais également de temps, d’énergie, de motivation, etc. Il y a un schéma qui se répète depuis 2 ans, pour y mettre fin, il faut faire quelque chose qui soit différent et surtout qui s’inscrive dans une certaine régularité. Je ne pense pas que tu vas trouver quelqu’un qui puisse comme ça se proposer comme étayage sur une longue période, surtout quand ça va aller mal de son propre côté.

Tu as identifié le problème, au final, c’est la régularité qui prime, j’ai vu de nombreux profils en étoile filante passer et ceux qui s’en sortent à la fin ne sont pas toujours les plus talentueux mais les plus persévérants et les plus réguliers. Bref, il y a un truc à comprendre au poker : chaque fois qu’on essaye d’emprunter la voie courte, on ne fait que rallonger le chemin et parfois les joueurs ont un objectif supérieur et veulent prendre des chemins de traverse pour y accéder alors que c’est la somme de mini-succès qui aboutit au succès final.


#10

Salut,

Alors je me reconnais un peu dans ton discours… ça me parle.

Déjà, je pense que si tu as « peu de temps » pour grind et travailler ton jeu (je mets entre guillemets car perso, je dois jouer 6 à 8 heures par semaine ce qui est peu par rapport à pleins de grinder, mais est juste énorme pour un loisir dans ma situation familiale actuelle).

Donc si tu as peu de temps, pour commencer il faut que renonces (et ça n’est pas facile) à vouloir gagner beaucoup au poker. Ça semble bête dit comme ça mais c’est une évidence.

Le temps est révolu où l’on pouvait gagner « facilement » de l’argent au poker. (si ce temps a réellement existé, car à l’époque où le niveau était au ras des pâquerettes, les ressources pour apprendre à jouer n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui et seul les « génies » où ceux qui taffaient beaucoup le jeu en mode « débrouille » dans leur coin pouvaient gagner pleins d’argent).

Donc à moins d’avoir une machine à remonter le temps, il faut oublier le fait de gagner facilement de l’argent au poker.

Ensuite, bah du coup, trouves ta limite de confort de grind, et pratique là sans bruler d’étapes.

Cash-out ton argent. Tu n’es pas là pour monter une roll que tu perdras sur les limites hautes que tu ne maitrises pas encore.

C’est ultra motivant de jouer et gagner un peu d’argent. Si tu joues à faire « swinguer » ta roll et perdre sur des limites ceux que tu gagnes plus bas, normal que tu te démotives.

Le concept de build une roll sans cash out est valable pour les joueurs ayant beaucoup de temps pour jouer et progresser et peut-être qu’il te faut admettre que ça n’est pas ton cas.


Pour te raconter un peu ma vie, j’ai cash-in 30$ en 2009, je les ai perdu en sng à 88 cents sur 888.com, j’ai re-cash-in 30$ et depuis j’ai up tout doucement.

J’ai commencé par SNG, puis petits MTT et en 2010 j’ai bien build sur le CG vs gros fish (j’étais moi-même mauvais mais beaucoup moins que le field).

Ensuite, j’ai joué en montant très progressivement et surtout en Cash-outant régulièrement. Pouvoir s’offrir des choses avec l’argent du poker (même si c’est peu) est ultra motivant !

Donc ne reste pas sur un limite un tu as l’impression de BE.

Au final, depuis bientôt 10 ans, j’ai gagné entre 8 et 9K€ (selon si je compte quelque chattage en live l’an dernier avec @doncbet).

Avec des périodes où j’ai fait des breaks et des périodes où je joue plus.

C’est ridicule un tel gain sur une telle période, mais si je le compare avec ce qui est sur mon livret A aujourd’hui, bah c’est toujours ça.

Depuis que j’ai repris en novembre (avec un cash-in de 200 euros), j’ai déjà cash-out 2 fois 100 euros, et même si c’est peu c’est mieux que rien. Et en même temps je fais monter ma roll (je suis un mauvais élève du BRM, je joue en NL10 et NL20 avec 380 euros sur mon compte aujourd’hui, mais j’ai suffisamment cash out pour supporter un broke)

Bref, peut-être que si tu vois le poker comme un loisir qui te rapporte peu, tu le vivras mieux que si tu le vois comme un « loisir » qui te fait tilter et où tu as l’impression de stagner.

Dans ton cas, peut-être que si tu ne crush pas la NL10, crush la NL5, prend ton temps, prends ton temps… Travaille ton jeu, quand tu crusheras de ouf la NL5, tu seras prêt pour up en NL10.

Tu peux même reprendre en NL2, cela dit, dans ton post je suis surpris, tu parles de NL10, puis de NL2. Pour moi repasser de NL10 à NL2 est trop brutal, il y a déjà un gros gap je pense entre NL10 et NL5 – il y a des gaps entre chaque limite de toute façon, qui sont toujours très importants pour les joueurs qui sont proches du niveau moyen de ces limites.

Evidemment, pour un joueur de NL400, il ne verra pas la différence, mais nous oui ! (Comme un mec en terminale S trouvera que les Maths en CP et CE1 c’est pareil, mais n’importe quel élève bon en CP va en chier s’il passe directement en CE1 ^^)

Espérant t’avoir aidé.

A+

Greg


#11

Tu dis que ceux qui ne bossent pas et ne font je ça y arrivent mieux mais si tu faisais comme eux tu te dirais sûrement que ceux qui ont un taf ont un meilleur confort financier et une routine qui les aide dans leur mental.


#12

Merci à tous pour vos réponses ça fait du bien de lire tout ça…

Yes t’as tout dit, mais je ne sais pas comment définir ce point B (exemples?)

Merci pour ton com ouais je te contacte si jamais :slight_smile:

Yes merci, t’as quelques exemples d’objectifs de sessions par exemple?

Ouais, après si c’est 400 / 500 euros pour le moment c’est difficilement atteignable, surtout que j’ai rechuté dans mon “autre” addiction, plus conséquente en terme monétaire (le gambling). Je m’étais juré depuis le nouvel an de plus y retouché et cette semaine j’ai rechuté, gros c** indiscipliné que je suis!

@greg31150 Merci aussi pour ton post ça fait du bien de lire tout ça :slight_smile:

Bref je sais plus trop quoi dire, je suis un peu perdu là…
J’ai l’impression d’être à un croisement d’autoroute et de ne plus savoir par où aller.


#13

Content de voir que ça peut te motiver.

Perso j’ai parfois arrêté le poker en me disant que je gagnais pas assez etc. que je perdais mon temps ; mais je jouais alors aux échecs et là obv. je gagnais que dalle et en plus je m’amusais moins car quand tu plafonnes aux échecs tu vois vite les joueurs d’un niveau qui te crushent (et ceux que tu crush) alors qu’avec le Poker quand tu run good t’as toujours l’espoir de t’être bien amélioré ! :joy:

En plus en vrai je progresse obv. mais le field aussi et c’est d’ailleurs cela qui rend le jeu si intéressant.


#14

Tu peux aussi lâcher le poker car t’as bien mieux à faire que de perdre ton temps devant un PC pour au final rien y gagner.

En vrai, ton soucis, c’est + de l’addiction qu’autre chose.
Personne n’aime perdre, avoir des échecs, le problème c’est que tu peux pas t’empêcher de deposit et de jouer à ce jeu.


#15

Ce que je fais je me mets 4 objs par session,

  • étirement à chaque pause
  • ne rater aucun open
  • regarder l’ABI avant un play etc…

ensuite je donne 5 points par objectif, donc si j’ai fait mes étirements à chaque fois j’ai 5 points
si j’ai manqué de focus en fin de session sur les open alors je me donne 3 points etc…
et si j’ai + de 16/20 à la fin de ma session le lendemain je me prends un massage d’une heure ou n’importe quoi qui me fait plaisir

J’avais l’habitude de toujours voir ce que je faisais mal, ce que je ratais et cette technique marche très bien avec moi


#16

J’aimerais que tout le monde ici présent soit un peu réaliste, arrête de vendre du rêve, et lui conseille d’arrêter de jouer à ce jeu.

Franchement, au mieux ? Tu passes des heures à t’améliorer , et tu dois donc lacher ton boulot ta femme ? Pour au final, y gagner quoi ? Sérieux, tu peux trouver un autre moyen de t’épanouir sans le poker. Ce n’est pas à la porté de tout le monde.


#17

Tu ne lui rends vraiment pas service.


#18

Il ne marque pas qu’il est en train de passer son salaire dans le poker et qu’il met en danger sa femme et ses gosses, il parle juste des problèmes que tout le monde rencontre quand il veut s’améliorer.

Je suis sûr que si tu te rends sur n’importe quel forum de course à pied, de natation etc… tu retrouveras exactement ce genre de message

Est-ce que ces gens sont en train de perdre leurs temps car ils ne finiront pas champion du monde dans deux ans?
Bien évidement que non, peu importe ce que tu entreprends les difficultés que tu rencontres te permettront de t’améliorer en tant que personne et c’est un skill qui se travaille etil vaut bien mieux galérer à faire quelque chose que tu aimes plutôt que regarder une serie toute pourrie à la télé car au moins là t’es sûr de ne pas être frustré


#19

un petit concentré de PMS gratuit. enfin je trouve ^^

peut etre que lolo connais ? @Askinanich


#20

Bien que le concerné ne met pas sa vie en danger, je pense que ça affecte clairement son bonheur, son humeur, et très souvent, forcément, l’entourage subit.

Le poker n’est pas un sport dans le sens ou il n’a aucun effet positif sur la santé contrairement à la course à pied, natation etc… Faire du sport ne sera jamais une perte de temps, le poker a clairement des effets néfastes , au niveau du stress, des positions assises bien trop longue, du temps passés sur le PC.
Les effets positifs ? Bah déjà faut être bon pour les ressentir, au point qu’ils prennent le dessus sur les nombres effets négatifs.

Non c’est sûr, t’as le droit d’avoir un hobbies sans forcément en être champion du monde, mais il faut savoir lire entres les lignes, se sentir frustré, stressé, se prendre la désillusion 54 fois dans la tête, c’est plus un passe temps, y à une réel souffrance et un problème d’addiction.

Dans un cadre ludique, on veut s’amuser , se détendre, passer du bon temps, pas faire face à des difficultés. Le poker est incompatible avec des hobbies, à part pour les gens peu soucieux de leur santé psychique.

Au final, Weskerise, demande toi juste si le jeu en vaut vraiment la chandelle. Sérieux, si tu as un taff à coté, y à tellement de possibilité d’utiliser mieux ton temps que de le passer sur le PC à te faire chier au poker.