Maraver la NL2

[right]Mars 2015[/right]

[center]Maraver la NL2[/center]

Il y a un an je créais “Notions de base pour débutants” qui était un condensé de mes connaissances pokeristiques du moment. J’ai aujourd’hui un autre projet afin d’aider les débutants. Il repose sur une approche différente, il s’agit plus d’une mise en application du jeu. L’idée est de donner les bases d’un jeu gagnant en nano-limites en proposant des ranges PF et en expliquant concrètement comment jouer chaque situation courante.

Il y aura certainement deux parties (édit: il y en aura finalement trois). La première s’articulera autour des ranges PF et nous projettera dans le jeu post-flop selon les types de mains joués. La seconde partie sera axée sur le jeu post-flop, j’essaierai de parler de toutes les situations couramment rencontrées et comment les aborder. Il y sera surtout question de plans de jeu basés sur le REM dans des situations concrètes pour faciliter les décisions des joueurs débutants.

Pour “Notions de base pour débutants” j’avais travaillé tout seul dans mon coin et avais d’abord accouché d’un produit mal fini bourré de maladresses et de coquilles que j’avais dû ensuite peaufiner des mois avant d’être satisfait du résultat. Pour “Maraver la NL2” j’aimerais m’y prendre autrement afin de rendre un produit propre dès le début. Je voudrais pour ça faire appel à l’esprit communautaire de PA. Je vais poster ici-même les tableaux et paragraphes non finis pour vous les soumettre et recevoir vos avis et conseils avant de les retravailler et d’en tirer un produit fini satisfaisant.

Je fais surtout appel aux joueurs ayant une grande expérience des nano-limites et de ses spécificités, et qui évidement les crush. Je m’appuierai sur un jeu tight/low variance qui est à mon avis le plus adapté aux plus petites limites pour les joueurs qui possèdent peu d’expérience.

Je post d’abord l’introduction que j’ai préparée. Je reviendrai pour poster les premiers ranges et leurs commentaires.

____________________________________________________________________________________________________________________

[quote][center]De la NL2 à la NL20, vaincre les micro limites… première étape:[/center]

Maraver la NL2.

“De la NL2 à la NL20” est une série d’article qui fera suite au guide “Notions de base pour débutants”, mais avec une approche différente et une mise en application plus facile en donnant des exemples concrets de jeu. J’essaierai de donner des clés aux débutants pour les aider à progresser et à gravir les limites et en leur permettant, j’espère, d’assimiler les fondamentaux du jeu.

Pour la première étape, “Maraver la NL2”, je m’appuierai essentiellement sur un jeu très solide et low variance, plutôt de syle long ball (ranges serrés et gros sizings pré-flop et post-flop), qui pour moi est la meilleure approche en NL2 quand on débute et qui devrait vous permettre de construire facilement une bankroll en suivant des concepts simples et gagnants. Gardez en tête que je vais présenter un jeu extrêmement solide (trop pour les limites supérieures) qui pourrait paraître un peu nit/weak dans certaines situations, en particulier dans les ranges de défense, mais qui vous fera gagner assez facilement en NL2. En suivant les conseils donnés vous aurez les bases du jeu pré-flop et un jeu solide post-flop.

Je sais qu’il y a beaucoup de choses à retenir par cœur et que c’est assez contraignant (mais pas tant que ça si vous saisissez bien les idées cachées derrière chaque range et conseil) mais les résultats sont garantis si vous êtes suffisamment rigoureux. Ce dernier point est essentiel et c’est pour ça que j’insiste dessus. En effet le manque de rigueur est (avec les leaks mentaux, les deux sont d’ailleurs souvent liés) à mon avis la principale raison qui empêche pléthore de joueurs de crusher les petites limites, bien plus que des soucis techniques. Quand je vous dirais: “ne jouez pas votre tapis contre un reg dans un SRP avec une simple paire”, appliquez ce concept à la lettre! (sauf read très précis, j’en reparle un peu plus bas). Quand je vous dirais: “après avoir effectué un 3 barrels ne payez pas le raise de Vilain avec TPTK”, idem. Un point important pour battre les micro limites, c’est que ce que vous gagnerez en destackant vos adversaires qui ne savent pas lâcher leurs over-pairs, il ne faudra pas le reperdre en vous faisant vous-même destacker bêtement. D’ailleurs être rigoureux c’est souvent savoir folder.

Un leitmotiv: no spew, jouer en ligne, restez rigoureux!

Présentation.

“Maraver la NL2” va se présenter en trois grandes parties distinctes mais il ne faut pas perdre de vu qu’elles sont étroitement liées entre elles et que les décisions du jeu pré-flop (PF) se répercuteront dans le jeu post-flop et seront prises en fonctions des indications que vous donnera le HUD. C’est d’ailleurs entre autre pour ça que je présenterai des ranges PF très solides qui devraient permettre des prises de décision post-flop plus faciles.

La première partie sera essentiellement consacrée aux ranges PF (pré-flop): nos ranges d’open, d’iso, de 3bet, de call, de 4bet, etc… A chaque fois j’essayerai de donner des indications pour adapter ces ranges aux profils adverses (reg, nit, fish passif et fish agro), aux stacks effectifs et aux situations. J’essayerai aussi de donner des conseils pour appréhender toutes les situations particulières que l’on peut rencontrer PF.

La deuxième partie traitera du jeu post-flop. Je parlerai d’abord des bons raisonnements à avoir: l’utilisation du REM et les raisons de miser ou de suivre. J’indiquerai ensuite des schémas de jeu standards dans les situations les plus courantes. Ces conseils ne seront pas pas aussi rigides que pour le jeu PF pour lequel il faut surtout suivre rigoureusement des tableaux (même si on les adapte à chaque situation). Pour le jeu post-flop si mes conseils sont en contradiction avec vos reads, suivez ceux-ci! Je donnerai des conseils qui sont corrects EN GÉNÉRAL, mais pas toujours. Vous ferez moins d’erreurs à toujours les suivre qu’à ne jamais les suivre, mais de temps en temps vous aurez remarqué quelque choses chez Vilain qui vous fera penser qu’il faut dévier de mes recommandations. Cette aptitude à sortir d’un jeu standardisé est une qualité primordiale et le sera encore plus aux limites plus hautes, mais là c’est toute la “méthode” qui sera mauvaise. En effet le jeu que je vais présenter ne s’applique qu’aux nano-limites, pour plusieurs raisons:

  1. Les ranges conseillés ici seront inadaptés aux limites supérieures car trop tights. Je dirais qu’à partir de la NL10 ça devient tendu. Il faut comprendre pourquoi des ranges aussi tights sont corrects en NL2 mais pas au dessus:
  • A cause du rake énorme en nano limites. Le rake est le prélèvement du site sur chaque pot joué qui voit un flop. Il est proportionnellement plus élevé dans les plus petites limites. Certaines mains théoriquement légèrement EV+ deviennent EV- (au lieu de vous faire gagner un peu d’argent, elles vous en font perdre), mais aux limites supérieures elles redeviennent EV+ grâce à la baisse du rake.

  • Ces mains nécessitent souvent d’être jouées parfaitement pour être gagnantes. Or si vous êtes en NL2 vous commettrez inévitablement des erreurs post-flop, rendant ces mains encore plus perdantes. Il faut comprendre qu’en jouant plus de 21/17 environ, vous serez souvent sur le fil du rasoir post-flop puisque vous jouerez plus de coups compliqués. Ajoutez à ça la faune de la NL2: beaucoup de joueurs récréatifs short stacks qui vous empêcheront de jouer correctement certaines mains (je pense en particulier aux suited connectors (SC) qui ont besoin de FE et de profondeur pour être jouées).

De plus des ranges trop tights vous rendent trop lisibles. En NL2 on s’en fiche, mais à partir des low stakes ça devient problématique.

  1. Dans cet article je proposerai un jeu principalement exploitant/exploitable qui ne prend pas en compte l’équilibrage des ranges, ni PF, ni post-flop. Ce style de jeu est le plus gagnant (et le plus simple) aux plus petites limites mais sera exploité par vos bons adversaires aux limites plus hautes.

  2. Le style de jeu proposé est trop low variance. Qui dit low variance dit un peu weak (pas de gros moves ou de gros hero calls, pas de stack off light comme des 5bets bluffs ou de dynamiques agressives) et donc trop exploitable par les très bons joueurs (ou même par tous les joueurs suffisamment agressifs). En NL2 c’est la bonne approche (à mon humble avis), mais au dessus on risque de se faire un peu marcher dessus (à partir de la NL25 je dirais).

Voilà pourquoi suivre quasiment à la lettre les conseils de cet article est correct en NL2 mais pas en NL100. Cependant beaucoup de conseils sont de pur bon sens et vous obligeront surtout à adopter un jeu rigoureux, ce qui vous aidera certainement pour la suite.

La troisième partie sera consacrée au HUD. Le HUD affiche les statistiques de vos adversaires aux tables. Je vous présenterai celles qui sont les plus utiles et vous expliquerai comment les interpréter et les utiliser pour vous adapter aux Vilains (terme du jargon pokeristique qui désigne nos adversaires aux tables, par opposition à Hero qui désigne nous-même).

Quelques mots rapides pour conclure cette introduction sur des sujets parfois délaissés: le mental, la fatigue et l’échauffement. J’ai parlé un peu plus haut de la rigueur dans le jeu, le mental est ce qui va vous permettre de garder cette discipline. C’est la capacité à rester rigoureux lorsque tout va mal qui fait la différence entre ceux qui crushent et les autres. Continuez à faire de bons folds (pas de calls de frustration) et ne changez pas vos ranges. Dans une moindre mesure il vous faudra aussi rester rigoureux en période de run good, car même si les spews sont moins visibles et d’une autre nature, ils sont quand même là. Donc ne vous mettez pas à faire tout et n’importe quoi parce que vous avez l’impression de marcher sur l’eau.

Évitez aussi de jouer fatigué, c’est très important. En effet jouer fatigué est aussi mauvais que jouer tilté: la baisse de concentration altère les capacités de raisonnement et diminue notre rigueur de jeu, et finalement on spew sans forcément s’en rendre compte.

Enfin, un échauffement adéquat est important pour préparer une session et se mettre dans un bon état d’esprit. Je vous conseille donc de commencer chaque session par un petit échauffement de 10-15 minutes environ. Regardez d’abord un bout de vidéo “pour vous donner envie” de jouer. Puis relisez un ou deux passages de ce guide en essayant de bien le mémoriser. Par exemple revoir un tableau de ranges et les commentaires qui vont avec afin de vous en imprégner, puis un passage sur le jeu post-flop en essayant de bien l’assimiler. Ensuite mettez vous dans l’état d’esprit d’une “machine”, en vous convainquant de la force de votre jeu basé sur des notions solides. Dites-vous: “je joue comme une machine qui prend les bonnes décisions”. Cette auto-suggestion se reflétera sur les tables par un jeu plus assuré sans vous pousser à devenir over-agro (trop agressif). Ça marche pour moi, alors pourquoi pas pour vous?

Note: Comme vous êtes certainement débutant il est possible que j’utilise des termes propres au jargon du poker que vous ne comprenez pas. Dans ce cas-là vous pouvez les chercher dans ce glossaire.

GL à tous.[/quote]

31 J'aime

Nice projet comme d’habitude! et +1 pour ce beau verbe qu’est maraver. Après je ne suis pas sûr que tout le monde connaisse donc sinon tu as toujours ce bon vieux Détruire ou même outplay sans parler du crush mais déjà bien utilisé! :slight_smile:

AU plaisir de te lire en tout cas toujours un régal!!

Nouvelle belle initiative qui en aidera plus d’un :slight_smile:

Gros travail en perspective !

Au plaisir de te lire !

Nouvelle bonne initiative :cheer:

déjà ton dossier ultérieur m’avait enormement aide , le leger decollage de ma courbe de gains en NL2 (SH)correspond a la lecture de ton pavé.( j’ai lu ton dossier mais pas mis concrètement la moitié des infos en application).

Et la tu en sors bientôt un autre. Je penses que ma marge de progression en NL2 va devenir énorme :lol:

Comment ça tout le monde ne connait pas ce verbe! :laugh:

Aller un peu de culture générale:

[quote][/quote]

Je post donc les premiers ranges, ceux d’open raise, et les commentaires qui vont avec. Ce ne sont que des conseils généraux, je détaillerai plus les situations dans la seconde partie sur le jeu post-flop. Ils sont encore bien brouillons. N’hésitez pas à faire des commentaires (mais n’oubliez pas qu’on s’adresse à des joueurs encore débutants en nano-limites.

[quote][center]Chapitre I: Ranges pré-flop (PF)[/center]

Important: Cavez-vous max. Entrez sur les tables avec 100bb et activez l’auto-rebuy. Tous les conseils que je donnerai ne sont valables que pour le jeu à 100bb deep, le jeu short stack nécessite certaines adaptations.

Pour commencer quelques définitions:

Range: Éventail de mains. Par exemple un range d’ouverture UTG (premier de parole pré-flop) est l’ensemble des mains ouvertes dans cette position.

Open-raise (ou open pour faire plus court) est le fait d’ouvrir le pot en relançant. C’est à dire que tout le monde a foldé avant que la parole ne vous arrive et vous relancez. D’ailleurs quand vous êtes en position d’ouvrir un pot soit vous foldez soit vous relancez mais vous ne limperez jamais (open-limp). Je ne détaillerai pas les raisons pour lesquelles c’est mauvais ici mais croyez-moi c’est ce qu’il y a de mieux à faire. On utilise aussi le terme de RFI (raise first in).

Sizings: Montants de mises.

Premiums: Ce sont les meilleures mains de départ. AA KK QQ AKs AKo. Attention, elles sont très fortes pré-flop mais peuvent devenir très moyennes voir faibles post-flop sur certains types de tableaux. Savoir les lâcher quand la situation l’exige sera absolument indispensable si vous voulez être gagnant.

Broadways offsuit et suited: Les broadways sont les mains comportant deux cartes égales ou supérieures au T (10) qui ne sont pas des paires. Offsuit signifie qu’elles ne sont pas assorties, c’est à dire deux cartes qui ne sont pas de la même couleur (pique, cœur, carreau, trèfle). Par exemple ##Ah##Qs ou ##Kc##Ts Et suited qu’elles sont assorties comme ##As##Ts ou ##Kd##Qd

PP: Désigne les pocket pairs, c’est à dire les paires servies.

Axs et Axo: Ax désigne une main comportant un As avec une autre carte. Axs signifie que notre main est suited (assortie), alors que Axo signifie qu’elle est offsuit (dépareillée).

SC ou suited connectors: Ce sont les mains avec deux cartes qui se suivent et assorties comme ##9s##8s

1 et 2 gappers: Gapper signifie “trou”. Les 1 gapper sont donc des mains avec un “trou” entre les deux cartes, comme ##9s##7s et les 2 gappers celles qui ont deux “trous” comme ##8c##5c Il existe aussi les 3 gappers. Ces mains peuvent faire des quintes et des couleurs (si elles sont suited), mais plus il y a de gaps plus leur potentiel diminue.

OOP: Hors de position, vous parlez avant votre adversaire.

IP: En position, vous parlez après votre adversaire.

Equity (équité): Valeur (ou “chances de gagner”) de notre main face à l’éventail (range) de notre (nos) adversaire(s). Généralement exprimé en %.

Outs: Cartes à venir qui améliore notre main. Nous devons compter nos outs pour connaître notre équité. Il suffit pour cela de multiplier le nombre d’outs par deux pour calculer nos probabilités de toucher sur la street (le tour d’enchère post-flop) suivante, et par quatre pour les deux streets suivantes.

Draw: Tirage.

Combo-draw: Combinaison de draws (tirage couleur + tirage suite par exemple). 12 à 21 outs. A partir de 15 outs on considère que notre main est extrêmement forte et suffisante pour partir à tapis au flop.

FD: Flush draw, tirage couleur. 9 outs (19% de chances de toucher sur une street et 35% sur deux streets).

OESD: Open-Ended Straight Draw. Tirage quinte ouvert (par les deux bouts). 8 outs (17% de chances de toucher sur une street et 32% sur deux streets).

Gutshot: Tirage quinte ventrale. 4 outs (9% de chances de toucher sur une street et 17% sur deux streets).

FE: Fold Equity, c’est à dire les “chances” de faire passer Vilain. Si on pense souvent faire folder Vilain, on dit qu’on a beaucoup de FE. Plus notre FE est grande, moins nous avons besoin d’équité pour tenter un bluff.

EV (expected value ou espérance de gain): Ce que notre action va nous rapporter en moyenne. Si elle est EV+ elle nous fera gagner de l’argent, si elle est EV- elle nous en fera perdre, et si elle est EV0 elle ne nous ferra ni perdre ni gagner de l’argent.

GU (give up): Abandonner le coup.

Stack off: Partir à tapis.

Fish: Joueur récréatif.

Reg: Joueur régulier. Normalement meilleur que les joueurs récréatifs. On parle de “reg-fish” pour désigner un mauvais reg.

NIT: Joueur très serré.

TAG: Reg tight (serré) agressif.

LAG: Reg loose (large) agressif.

CS: Calling station, se dit d’un joueur collant qui fold peu.

Weak: Faible. Une top pair weak est une top pair pas très forte. Un joueur weak est un joueur trop craintif qui va peu bluffer et fera pas de call light.

Tableau des positions:

[center]
12positionspourPA.jpg[/center]
Durant cet article les positions UTG et MP seront souvent regroupées en une seule, EP (pour “early position” ou position précoce) par opposition à LP (pour “late position” ou position tardive).

Ranges d’open

#rangesPF

Tableau des mains que vous ouvrirez en relançant, par position:

[center]

[/center]

Je pense proposer les ranges les plus tights acceptables. Plus tight, on va rater trop de situations EV+, mais plus loose on risque de commettre trop d’erreurs si on manque d’expérience. Donc si votre expérience est faible, suivez à la lettre ces ranges. Mais au fur et à mesure que vous progresserez élargissez-les afin de gagner plus en jouant des mains plus délicates mais rentables. Ceci sera vrai pour tous les ranges que je vais proposer.

Avant de détailler les ranges par position je vais parler des sizings d’open. Personnellement j’ai toujours ouvert à 3bb en NL2 à toutes les positions, mais ça peut être une bonne chose d’ouvrir à 4bb en position précoce (UTG et MP) dans les plus petites limites. D’abord nous voulons éviter d’être suivi par trop de joueurs (il est plus difficile de remporter un coup en multiway). Ensuite nous seront souvent OOP et voulons faire “payer la position” à nos adversaires. Nous décourageons aussi les 3bets lights des autres regs. Et enfin, comme nous avons un range tight dans ces positions, nous voulons tout de suite faire gonfler le pot avec une main souvent favorite. Ce dernier argument me semble le seul vraiment important. Je vous laisse décider de vos sizings d’open UTG et MP. Vous pouvez même choisir un compromis en ouvrant à 3.5bb. Par contre dans les autres positions je vous conseille d’ouvrir à 3bb car vos ranges y seront plus looses et vous ne voulez pas forcément tout de suite faire grossir le pot. Par exemple si vous ouvrez 42% de vos boutons votre risk reward (retour sur risque) sur vos vols de blindes est moins bon en ouvrant à 4bb plutôt qu’à 3bb, et en plus vous ne pourrez que peu défendre sur les 3bets qui seront plus gros. La seule exception que je vois est si vous avez de grosses baleines en blindes qui ne font pas attention à vos sizings, dans ce cas-là vous pouvez ouvrir plus cher avec vos meilleures mains. Quant au min raise (2bb) et l’open à 2.5bb, je pense qu’il sont inutiles en NL2. L’idée d’ouvrir peu cher est de pouvoir beaucoup voler du BU et de pouvoir plus défendre sur les 3bets, mais comme même au BU je vous conseille un range relativement strong (à mon avis trop tight pour ouvrir à 2bb ou 2.5bb mais trop loose pour ouvrir à 3.5bb ou 4bb) rester à 3bb me semble meilleur. Vous commencerez à diminuer vos sizings de steal lorsque vous élargirez vos ranges. Dans le cas de joueurs short stacks en blindes je vous conseille plutôt de resserrer vos ranges que de diminuer vos sizings, notamment en retirant les mains “à potentiel”.

Note: tous les conseils post-flop sont donnés pour des pots en HU (head up, pots à deux joueurs). En cas de multiway se référer à la partie 2, le jeu post-flop.

UTG:

Evidemment très tight. Notre premier but est d’isoler un joueur récréatif en ayant la position sur lui avec une main qui domine son range. UTG nous seront rarement IP et nous nous retrouverons souvent en multiway avec des short stacks, il nous faut donc un range très strong afin de compenser.

A noter que les nano PP (44-) ne sont pas très rentables, mais je pense qu’en micro limites ça reste correct de les ouvrir. Gardez cependant en tête qu’elles ne vous feront pas énormément gagner. Post-flop si vous n’avez pas hit votre set, vous ferez un CBet uniquement en HU contre des joueurs qui ne s’accrochent pas trop et sur un flop sec, et un 2 barrel que sur une carte montante qui ne connecte pas le flop (vous transformez votre main en bluff).

Les broawdays ne seront pas des mains très rentables non plus dans cette position. Soyez prudent post-flop avec vos top pairs possiblement dominées, en particulier contre les regs.

Seules les PP moyennes et les premiums vous rapporteront correctement UTG.

MP:

Nous gardons les mêmes idées et restons très tights. Nous jouerons quand même toutes les broadways suited et les bonnes broadways offsuit. Avec ce range vous dominerez assez bien les ranges des joueurs récréatifs mais restez encore prudent face aux regs.

CO:

Le CO est la position intermédiaire. Ni tight comme en EP (early position, UTG et MP), ni loose comme au BU.

Par rapport aux ranges en EP, nous avons rajouté plus de mains dominées, mais aussi on commence à jouer des mains dites “à potentiel”. Comme nous aurons assez souvent la position (il n’y a que le BU à faire folder), ça devient OK de jouer ces mains avec l’initiative (c’est très important de les jouer avec l’initiative, et le plus facile est de l’avoir PF plutôt que de la récupérer post-flop).

Les mains dominées (Ax, broadways faibles et Kxs/Qxs) seront facilement pot control le cas échéant post-flop si vous êtes IP. Ces mains ne prendront pas 3 streets de value (flop+turn+river) mais comme vous aurez l’initiative et la position il vous sera facile de pot control (contrôler la taille du pot) à un moment ou un autre. Avec les mains de valeur moyenne qui sont WA/WB (voir glossaire), c’est à dire des mains faites solides (peu de chances de se faire “rattraper” par votre adversaire si vous êtes devant, et peu de chances de le “rattraper” si vous êtes derrière, typiquement des TPWK et 2[sup]nd[/sup] pairs assez hautes sur des flops plutôt secs), vous allez souvent c/b (check back, c’est à dire checker en position après un check de Vilain) au flop et payer au moins un bet ensuite. OOP il vous faudra checker à un moment ou un autre en espérant un c/b de votre adversaire. L’idée principale avec les mains moyennes est de miser ou de call 1 ou 2 streets (selon la force de la main) mais de ne pas jouer pour 3 mises post-flop. Avec des paires plus fragiles (paires plus basses et/ou plus de draws possibles) vous allez souvent CBet (bet/fold 60% pot sur flop sec et 2/3 pot sur flop semi-drawy), puis soit 2 barrel au turn et c/b river, soit c/b turn et aviser river selon le board et Vilain. Avec les mains très dominées on va essayer de c/b au turn et encore de c/b river. Avec une paire faible comme avec air sur un board très drawy on va généralement tout de suite abandonner le coup (conseil toujours valable quelque soit la situation).

Les mains “à potentiel” (tout ce qui est suited ou connecté, ici les Axs les Kxs les Qxs les SC 87s+ les 1 gappers T8s+). Au CO il n’y a pas de mains très faible (comme des low SC), donc à part les Axs vous ferez des paires pas trop basses (les high et middle SC sont plus fortes que les low SC, c’est une évidence mais beaucoup de joueurs ne font pas vraiment la différence). Donc si vous frappez une paire, jouez-la comme les mains dominées en pot contrôlant à un moment du coup.

Avec vos draws vous allez presque toujours CBet. Au turn, si vous êtes IP vous n’enverrez un 2 barrel en bluff que si vous pensez avoir de la FE. Donc sur une blank (carte basse déconnectée du flop ou doublette) vous allez c/b et prendre une carte gratuite. OOP vous ne pouvez pas c/c (check/call), donc 2 barrel avec FE et/ou équité correcte (bon draws, 8 outs+) et c/f (check/fold) sur blank avec draws faibles (type gutshot). Un point sur les gutshots OOP: Gutshot + 2 over-cards, vous allez presque toujours 2 barrel. Gutshot + 1 over-card: il vous faudra plus de FE, donc sur les blanks n’envoyez de 2 barrel que si vous pensez que le range de Vilain est faible (reg qui float beaucoup par exemple ou récréatif qui aime bien call une fois “pour voir”). Gutshot sans over-card: ce type de main ne sera déjà CBet que sur les flops pas trop drawy (et check/fold sinon dès le flop). Au turn il faudra avoir encore plus de FE qu’avec 1 over-card pour envoyer un 2 barrel, mais comme on joue plus sur la FE que sur notre équité ça se joue à peu près pareil au turn.

Si vous vous sentez à l’aise, vous pourrez ouvrir un peu plus de CO, en rajoutant des low SC (54s+), des 1 gappers (86s+) ainsi que K7s Q8s J8s et A8o. Ces mains sont un tout petit peu plus difficiles à jouer et je vous conseille de ne les jouer que si le BU ne vous pose pas de problème (nit ou joueur weak post-flop).

BU:

Position maîtresse du poker car vous aurez toujours la position. Vous aurez ici votre range le plus loose. J’ai quand même essayé de garder des mains soit avec une bonne équité (qui frappent des paires correctes), soit avec une bonne jouabilité (qui vous permettrons de jouer des draws agressivement). Les plans de jeu post-flop seront les mêmes qu’au CO, avec un range un peu plus faible mais compensé par le fait que vous aurez toujours la position et que les ranges de vos adversaires seront aussi souvent assez faibles.

Lorsque vous déciderez de jouer plus loose, c’est au BU que vous commencerez à rajouter des mains. La première étape sera de repérer les bons spots. Si vous avez deux joueurs tights dans les blindes vous ouvrirez plus souvent. Mais pour l’instant apprenez à jouer les mains que je vous propose.

SB:

Comme pour cet article je privilégie le jeu en position j’ai décidé de mettre un range en SB très tight (le même qu’au CO). En réalité il est semi-loose, mais théoriquement les ranges de SB devraient être loose car nous affrontons un seul range random (aléatoire) et que le vol de blindes est le fondement principal du poker. Mais concrètement en NL2, avec un niveau débutant, je vous propose un range qui vous mettra moins dans l’embarras post-flop. Cependant, je pense qu’il est déjà important en NL2 de repérer les spots évidents et avoir une BB tight à sa gauche en est un. Dans ce cas-là vous pouvez ouvrir votre range du BU (et plus encore si vous avez un NIT en BB). Par contre si votre open est light, votre move est EV+ en tant que tel, donc si vous êtes suivi n’allez pas spew post-flop et ne lancez pas de gros bluffs (surtout qu’en BvB les joueurs sont plus suspicieux).

Avec le range proposé, jouez-le comme au CO en étant OOP, mais en bluffant un peu moins, comme je viens de le dire dans cette situation les Vilains vous croiront un peu moins.[/quote]

14 J'aime

Je continue avec le raise d’isolation qui est peut-être le move le plus rentable en NL2. N’hésitez pas à faire des commentaires pour améliorer l’article.

[quote][center]L’iso-raise (raise d’isolation)[/center]

Un iso-raise est un raise après qu’un ou plusieurs joueurs ont limpé (fait de suivre la bb) dans le but d’isoler un seul adversaire. Il est en effet plus facile de gagner le coup avec l’initiative contre un seul adversaire. Je parlerai aussi de l’over-limp, c’est à dire du limp après qu’un ou plusieurs joueurs ont déjà limpé.

Prenez l’iso-raise très au sérieux car il s’agit d’une des situations les plus rentables. Cependant vous resterez ici encore assez tight dans vos ranges, surtout OOP ou contre plusieurs limpers car le problème en NL2 c’est qu’on a parfois du mal à isoler un seul joueur sur des tables full récréatifs. Avant de présenter toutes les situations j’aimerais préciser qu’il vous faudra ajuster vos ranges non seulement au joueur que vous voulez isolez, mais aussi à ceux qui restent à parler après vous. Par exemple si vous n’avez qu’un seul limper mais qu’il reste deux joueurs qui rentrent dans tous les coups à parler après vous, rapprochez-vous du range d’isolation contre plusieurs limpers.

Vos sizings d’isolation seront par défaut: 3bb + 1bb par limper + 1bb si OOP (sauf éventuellement si Vilain est short stack, moins de 40bb deep environ) capé à 7-8bb sauf avec grosses premiums contre des joueurs vraiment très collants.

#rangesPF

[center]

[/center]

La situation où nos iso-raises seront les plus looses sera en BB contre un open-limp de la SB. En réalité il s’agit d’un abus de langage puisqu’on n’isole pas notre adversaire, effectivement nous ne sommes déjà plus que deux dans le coup. Si Vilain n’est pas short stack nous isolerons avec un range proche de notre range d’open du BU. Entre notre FE PF (Vilain sera toujours OOP et aura souvent limpé une main faible croyant pouvoir voir un flop pour pas cher) et la possibilité de gagner le coup au flop sur un CBet, nous avons un moves extrêmement profitable. Le plan de jeu post-flop sera identique à celui que l’on aurait eu en ouvrant du BU (même range et toujours IP).

Si Vilain est short stack soyez plus tight et ne raisez qu’avec des mains suffisamment solides (88+ et broadways). Et si Vilain est très short stack ne raisez qu’avec des mains avec lesquelles vous pouvez assumer un limp/re-raise all in.

La deuxième situation la plus profitable sera d’isoler un seul limper non short stack en étant IP, si possible au BU pour éviter des cold calls d’autres joueurs IP sur vous. Cette fois il s’agit réellement d’essayer d’isoler un joueur. Je recommande un range proche de celui d’open du CO avec les mêmes plans de jeu post-flop. Evidemment vous serez plus tight au CO qu’au BU et encore plus en MP. A vous de moduler ce range selon votre position et les joueurs qui restent à parler, mais restez assez proche du range conseillé. Contre les open limps de joueurs short stacks, suivez les mêmes conseils qu’en BB vs SB.

Si vous êtes IP mais qu’il y a eu au moins deux limps avant vous je vous conseille d’être relativement tight à cause du risque plus important de multiways. Vous n’isolerez plus les petits Axs, les smalls PP ni les SC et vous vous contenterez de les over-limp (limper derrière d’autres limpers). Comme vous serez souvent IP vous pourrez plus facilement voler les pots orphelins post-flop lorsque personne ne montrera d’intérêt.

Si vous êtes OOP face à un seul limper vous pourrez isoler avec le range précédent. Comme vous serez hors de position je vous conseille d’avoir un range assez solide pour relancer. Au limites plus hautes vous ne pourrez plus jouer comme ça et vous relancerez beaucoup plus loose mais en NL2 restez tight dans cette situation.

Enfin, OOP face à plusieurs limps vous serez extrêmement tight pour iso-raise. A la limite si vous n’avez que deux limpers et que le second est en SB vous pourrez vous rapprocher du range précédent puisque vous aurez quand même la position relative sur un des deux joueurs.

Jouer les pots limpés.

Au flop vous miserez vos draws et vos paires si elles ne sont pas trop faibles par rapport au tableau (GU les weak pairs sur board drawy) et miserez souvent encore au turn. Vous pouvez aussi check/call (c/c) vos mains WA/WB flop et turn et aviser river, en particulier avec des TPNK (Top Pair No Kicker). River, si vous avez miss vos draws joués agressivement (bet flop et turn), évaluez votre FE selon l’évolution du tableau, mais ce sera assez souvent un GU. Idem pour les weak pairs. Au flop si quelqu’un bet avant vous, jouez vos draws moyens (8-9 outs) et vos mains faites moyennes (TPWK (Top Pair Weak Kicker) ou 2[sup]nd[/sup] pair suffisamment solide) plutôt passivement (suivez tant que les cotes sont bonnes) et attendez de toucher un gros jeu pour raise. L’idée principale avec air (rien) dans les pots limpés est de tenter de petits bluffs quand personne ne montre d’intérêt et de rapidement GU sinon. Ces bluffs prendront souvent la forme (après un check général au flop) d’un bet 4/5 pot turn (sur une carte qui n’améliore pas trop les ranges adverses) puis encore bet 4/5 pot river si vous n’avez été call que par un seul joueur. Évitez en général de bluffer les pots multiways hauteur As ou comportant des cartes moyennes/hautes connectées. Avec vos SV (showdown value, ou valeur à l’abattage) faibles, comme des paires basses ou des As high (hauteur As), essayez d’allez à l’abattage gratuitement en multiway ou pour très peu cher en HU (head up, pots à deux joueurs).[/quote]

9 J'aime

Merci Lacert@X! Je vais lire cela à tête reposée et comparer avec les ranges preflop que tu avais construit il y a quelques semaines pour un débutant comme moi et je confirmes je suis gagnant avec ces ranges!

VGG pour ce projet :wink:
Toujours un plaisir de lire tes articles, GG :slight_smile:

merci lacert@X , parfait pour ma NL4.

Maraver est un excellent mot, toute mon adolescence rugbystique “Marave, marave !!”

PS: j’imagine que tu en as des tonnes en stock, mais si tu as besoin de HH, ce serait un plaisir de contribuer.

Tu fais partit de ceux qui sur le forum, m’ont permit de passer de plusieurs années de pertes récréatives en NL2, à un jeu gagnant (environ 11bb/100 depuis 6 mois)

Ah, …NON,NON, et NON !! :angry:

C’est pas possible !! J’en suis encore à me dépêtrer dans “notions”, que voilà déjà la suite !! Il a décider de me rendre chêvre, le parrain !! :silly:

Y a encore tellement de choses à mettre en place sur “notions”, que je vais pas avoir le temps de regarder “CA” de suite !!! Quoique, …en dormant un peu moins, mangeant 2 X plus vite, et surtout pas répondre au téléphone, je dois bien pouvoir trouver 5 mn (ou 5 jours ??), juste pour y jeter un p’tit coup d’oeil !!

Comment je vais bien pouvoir faire pour lire 2 Lacert@X en même temps ?? :side: :silly:

Bon c’est pas que je m’ennuie, mais y a de la lecture !! A+ :wink:

PS : “Maraver” me parait super !! :wink:

Bon, d’accord, je correspond pas, mais pas du tout, au profil des gens qui peuvent t’aider, mais en étant “in vivo”, je me permet un petit commentaire :

[quote]Avec les mains WA/WB (voir glossaire), c’est à dire des mains faites solides mais moyennes (peu de chances de se faire “rattraper” par votre adversaire si vous êtes devant), vous allez souvent c/b au flop et payer au moins un bet ensuite[/quote] (cf OR au CO)
Pour les actions, c’est OK, mais le début, c’est le grand flou !! WA/WB, ok; Mains faites solides mais moyennes, ???

Désolé, si jamais ma remarque était erronée. :sick:

Sinon, … c’est pour quand ; la suite ??? :whistle: :lol6:

GO GO GO !!! :woohoo:

j’adore

Comme je suis toujours nl4 que repartie sur de bonnes bases me fera du bien
je suis très impatiente…

[quote=“Gro68, post:813886”]Bon, d’accord, je correspond pas, mais pas du tout, au profil des gens qui peuvent t’aider, mais en étant “in vivo”, je me permet un petit commentaire :

[quote]Avec les mains WA/WB (voir glossaire), c’est à dire des mains faites solides mais moyennes (peu de chances de se faire “rattraper” par votre adversaire si vous êtes devant), vous allez souvent c/b au flop et payer au moins un bet ensuite[/quote] (cf OR au CO)
Pour les actions, c’est OK, mais le début, c’est le grand flou !! WA/WB, ok; Mains faites solides mais moyennes, ???

Désolé, si jamais ma remarque était erronée. :sick:

Sinon, … c’est pour quand ; la suite ??? :whistle: :lol6:

GO GO GO !!! :woohoo:[/quote]

Merci pour les commentaires. :slight_smile:

J’ai amélioré la définition de WA/WB dans le glossaire afin que ce soit plus clair. Voici cette définition améliorée:

Pour les mains “faites solides mais moyennes”:

  • Mains faites: Combinaison déjà formée (au contraire des draws), donc paire ou mieux.
  • Mains moyennes: Mains ni fortes ni faibles, donc par exemple une top paire basse, une top pair haute mais avec un faible kicker, ou encore une 2[sup]nd[/sup] pair assez haute. Attention c’est la valeur relative qui importe et non la valeur absolue. Selon le tableau une paire intermédiaire par ex peut être un main soit moyenne, soit faible.
  • Mains solides: Si nous sommes devant, Vilain tire peu d’outs pour s’améliorer. Il faut que le tableau soit sec. Situation de WA/WB.

Quand nous réunissons tous ces éléments nous nous retrouvons dans une bonne situation pour bluff catch. Nous avons peu d’intérêt à miser: Vilain ne suivra qu’avec ce qui nous bat. Ce sont des mains agréables à jouer IP: nous allons c/b au flop et suivre un ou deux bets de Vilain selon notre main, son profil et ses sizings. Nous sommes content de jouer de petits pots ou des pots moyens avec ces mains.

OOP par contre ce sont des mains assez pénibles à jouer (comme toutes les mains moyennes), car si on décide de c/c on ne sait pas toujours combien de streets on peut call et on se retrouve à facilement se level (“ouai, j’ai rep de la faiblesse, il veut me bluff, allez je call son troisième bet avec ma top pair sans kicker! Ah mince il a top pair top kicker…”).

PS: J’ai édité le passage que tu cites qui comportait une erreur, je disais que les mains WA/WB étaient des mains faites solides mais moyennes, hors elles ne sont pas forcément moyennes; mais la situation que je décrivais correspondait aux mains WA/WB et moyennes. J’ai donc rectifier cette imprécision.

3 J'aime

Merci pour les précisions; j’ai “presque” l’impression de comprendre, ce que tu dis ! LOL !! Bon d’acccord, une petite nuit de sommeil, et une révision demain, seront quand même pas inutiles !!

A très bientôt.

Bravo et merci pour ton énorme taff Lacert@x

Bien je continue. Cette partie est la plus compliquée du jeu PF m’a prise plus de temps que prévu. Et encore elle n’est pas finalisée, je trouve que je me répète un peu trop et que je suis parfois un un peu flou. Il est aussi possible que j’ai oublié certaines situations. Vos commentaires seront donc très appréciés afin de l’améliorer.

[quote][center]Ranges et stratégies de jeu face à un open-raise[/center]

#rangesPF

Cette section est à mon avis la plus importante du jeu pré-flop. En effet il est facile d’adopter un range d’open-raise solide et gagnant (vérifiez, vous êtes certainement bien gagnant dans les situations où vous êtes le premier à raise), mais il est beaucoup plus difficile de définir des stratégies de défense. Plusieurs raisons à ça (sans entrer dans les détails):

  • Il y a plus de paramètres à prendre en compte: sizings et ranges d’open de Vilain, son profil et son stack, doit-on 3bet ou call, quelle incidence a le fait d’être OOP, etc… Tout ça fait qu’on peut facilement se tromper et call là où il est préférable de 3bet ou call une main trop dominée par rapport au range de l’open raiser (erreur classique).

  • On a trop tendance à call de mauvaises mains quand on est débutant. J’ai parlé des mains dominées qui peuvent vous faire perdre beaucoup (des KJo vs open UTG par exemple), mais c’est aussi le cas des mains dites “à potentiel” (suited connectors, Axs, voir nano PP) qui qui sont en réalité des mains faibles avec un fort déficit d’équité que vous devrez souvent abandonner post-flop. En général il vous faudra plus 3bet ou fold que call ces mains (3bet bluff IP avec les mains dominées pour leurs bloqueurs et 3bet bluff IP et OOP les mains “à potentiel” pour leur jouabilité (sauf les PP)).

Il faut garder en tête quelques idées générales:

  • Nous allons 3bet en value des mains qui sont en avance sur les ranges d’open/call 3bet ou d’open/4bet de Vilain. Dans le paragraphe sur les 3bets mergés et 3bets polarisé nous reviendrons là-dessus.

  • Nous allons call des mains suffisamment fortes face au range d’open de Vilain mais qui sont dominées par son range de call 3bet ou de 4bet. Nous essayerons généralement d’avoir des mains ayant au moins 45% d’équité IP et 48% OOP face au range d’open de notre adversaire, en privilégiant celles qui ont une bonne jouabilité (broadways suited en particulier) au dépens de celles qui ont parfois une meilleure équité mais peu de jouabilité (des Axo ou les broadways offsuit par exemple) et de celles qui ont une bonne jouabilité (du moins c’est ce qu’on pense) mais une équité médiocre (les SC et 1-2 gappers). Notre range de call sera donc un compromis entre équité (force intrinsèque de notre main) et jouabilité (“hitabilité” ou “flopabilité”, c’est à dire le pourcentage de fois qu’on touche le flop, que ce soit une bonne paire ou un draw, plus il est élevé plus notre main est “jouable”). On pourrait résumer par l’équation suivante: profitabilité = équité + jouabilité. Cette équation est valable pour tous nos ranges et pas uniquement pour ceux de call. Dans le cas de raise ou de 3bet c’est important afin de pouvoir souvent continuer l’agression post-flop, et dans le cas du call pour ne pas devoir trop souvent abandonner le coup post-flop parce qu’on a complètement raté le flop. On rajoutera aussi beaucoup de PP car le setmining est très rentable en micro limites, mais nous seront très attentif aux cotes offertes et les petites PP ne seront pas dans nos ranges “par défaut”. Les PP moyennes par contre seront presque toujours dans nos ranges de call car elles ont une très bonne équité qui compense leur moins bonne jouabilité par rapport aux broadways suited.

Pour résumer nos ranges de call comprendront des mains trop faibles pour être 3bet mais trop fortes pour être foldées, très orientés PP moyennes et broadways suited auquelles on rajoutera de très fortes broadways offsuit. On comprend pourquoi l’évaluation des ranges adverses est particulièrement important pour ne pas se tromper. En cas de doute, en particulier contre des ranges strongs (open d’un NIT ou gros sizing) ou OOP, préférez folder vos broadways que call et faire des erreurs post-flop. Le gros de vos gains se fera dans les pots où vous aurez l’initiative.

  • Et enfin nous allons 3bet bluff (uniquement dans des situations de 3bet polarisé) soit des mains tout juste trop faibles pour être call, c’est à dire des mains qui sont dans le haut de notre range de fold (Axs et broadways), soit parfois des mains ayant une équité faible mais avec une bonne jouabilité post-flop et qui sont assez éloignées des ranges de call de l’open raiser (des suited connectors par exemple). De manière générale, et c’est aussi vrai pour le jeu post-flop, nous bluffons avec nos mains qui se situent dans le haut de notre range de fold, tout en estimant notre FE.

Un conseil important: pendant vos reviews de sessions faites beaucoup de travail d’équité avec des calculateurs d’équité comme Equilab ou Flopzilla, vous verrez que des mains que vous êtes tenté de call possèdent souvent soit un déficit d’équité, soit un déficit de jouabilité, elles possèdent donc une profitabilité douteuse.

Sizings de 3bets:

Il s’agit là des sizings minimums, vous pouvez légèrement les augmenter. En cas de squeeze, s’il y a eu plus d’un call, rajoutez au moins 2bb.

vs open 2bb: 8bb IP et OOP. 10bb en cas de squeeze.
vs open 2.5bb: 9bb IP et OOP. 11bb en cas de squeeze.
vs open 3bb: 9bb IP et 10bb OOP. 12bb IP et 13bb OOP en cas de squeeze.
vs open 3.5bb: 11bb IP et 12bb OOP. 14bb en cas de squeeze.
vs open à 4bb: 12bb IP et OOP. 15bb en cas de squeeze.
Contre un open plus cher, faites 3 fois le montant (3bet en value uniquement).

Stratégies de 3bets mergés et de 3bets polarisés.

3b mergé: Stratégie de 3bet sans bluff mais avec un pole value élargi. Nous cherchons d’abord à faire gonfler un pot dans lequel nous sommes favori. Pour cela il faut que Vilain puisse call notre 3bet avec des mains moins bonnes que la notre. Un bon profil à 3bet mergé sera un joueur qui open beaucoup de mains (attention à tenir compte de son range dans une position donnée, il peut être loose au BU mais tight en EP) et qui call beaucoup les 3bets. Je dirais qu’à partir de 50-60% de call 3bet (donc d’un fold to 3bet inférieur à 40-50% environ) et de 15-20 de PFR, on peut commencer à 3bet mergé. Plus son fold to 3bet sera bas et son PFR haut, plus nous pourrons élargir notre range de 3bet. Cependant nous garderons un range suffisamment solide pour ne pas nous mettre dans des coups trop compliqués, en particuliers OOP. Si nous nous loosifions trop, notre avance d’équité ne sera plus très importante. Si Vilain est short stack nous ne 3betterons que votre range de stack off.

Nous ferons aussi attention à la stat de 4bet de Vilain. Même si nous 3bettons en value, nous ne 3bettons pas notre range de stack off, contrairement à une stratégie de 3bet polarisé. Deux cas:

  • Le plus courant, Vilain 4bet peu ou moyennement (15%-). Nous voulions qu’il call avec moins bien, il nous dit qu’il a mieux nous foldons le bas de notre range et partons à tapis avec le haut de notre range (KK+). Pour le milieu de notre range (QQ JJ et AK), nous sommes face à une décision. Plus son image sera agressive ou son stack petit et plus nous aurons tendance à stack off (être prêt à partir à tapis), mais si pour une raison ou pour une autre vous le soupçonnez de ne 4bet qu’un range très strong, il n’est pas forcément mauvais de 3bet/fold ces mains. Par défaut vous appliquerez les ranges de stack off selon les stacks proposés en fin de chapitre.

  • Parfois nous avons des joueurs over-agros qui non seulement open beaucoup et fold peu sur les 3bets, mais qui en plus 4bet énormément (20%+). Du coup nous adopterons une stratégie différente contre eux et n’aurons pas de range de 3bet/fold. Notre range de 3bet ne comportera que des mains avec lesquelles nous sommes prêt à stack off. Ce range dépendra du profil de Vilain et de son stack.

3b polarisé: Stratégie de 3bet avec un pole bluff et un pole value strong. Notre pole value sera notre range de stack off. Pour notre pole bluff nous choisirons essentiellement des mains se trouvant dans le haut de notre range de fold (un peu trop mauvaises pour être call) en privilégiant les bloqueurs IP (Axs et broadways, auxquels on rajoutera parfois quelques SC) et des mains à bonne jouabilité OOP qui hit (touchent) souvent les flops (Axs broadways suited et grosses SC et 1-2 gappers). Un bloqueur est une carte qui “bloque” les combinaisons de mains très fortes chez Vilain. Les meilleurs bloqueurs sont les As qui réduisent les combinaisons de AA AK AQ chez Vilain, les King qui bloquent KK et AK, et dans une moindre mesure les Queen qui bloquent QQ et AQ. Nous adopterons une stratégie polarisée contre les joueurs qui foldent beaucoup sur les 3bets, au moins 60% et mieux encore plus de 70%. Attention, lorsque vous placez un 3bet-light et que Vilain vous call, son range est sans doute très fort. Votre move était EV+ en tant que tel, donc vous serez solide post-flop et éviterez de trop bluffer. Ne faites de CBet qu’avec équité ou sur un flop scary pour Vilain.

Dans certaines situations nous devrons légèrement mixer nos stratégies de 3bet. Je pense aux situations de combats de blindes. En effet il sera profitable de 3bet des JJ et AQ en value même contre des profils contre qui nous adoptons une stratégie de 3bet polarisé, puisque même ces profils défendrons dans ces positions des mains moins bonnes (comme TT ou AJs). Nous risquons donc de nous retrouver dans des situations compliquées lorsque nous affrontons un 4bet. En NL2, pas de leveling et tant pis foldez JJ et AQ. Vous vous ferez parfois bluffer, mais toutes les fois où il callera avec moins bien ou foldera compenseront. Aux limites plus hautes où vous aurez une image plus agressive et ou les Vilains auront plus de 4bets-bluffs, il deviendra plus souvent mauvais de 3bet/fold ces mains en combats de blindes, mais pour l’instant jouez le plus low variance et le plus propre possible.

Note importante: Toujours savoir si on 3bet/5bet ou 3bet/fold avant d’effectuer un 3bet. Si notre main est assez forte mais qu’on ne sait pas quoi faire contre un 4bet, il faut mieux call que 3bet. De même, vous n’aurez pas de range de call 4bet. Si vous faites face à un 4bet, soit vous foldez, soit vous faites tapis. Deux exceptions toutefois: Sur un tout petit 4bet les cotes peuvent être alléchantes si nous sommes assez profond. Et si nous sommes très deep (grande profondeur de tapis), nous pouvons exceptionnellement 3bet/call des mains comme QQ et AKs et jouer post-flop (évitez cependant de spew si Vilain montre beaucoup de force).

Comment jouer les différents types de mains:

Premiums:
Grosses paires (QQ+).
AKs et AKo.

Je vais différencier deux types de premiums:

  • Les bigs premiums que sont AA et KK. Avec ces mains vous serez presque toujours prêt à partir à tapis PF. Avec KK dans des cas extrêmes très rares, si vous êtes extrêmement deep ou si Vilain ne 3bet+ que KK+ (vous trouverez surtout ce profil en full ring), alors exceptionnellement vous pourrez lâcher KK face à un 4bet.

  • Les autres premiums, QQ AKs et AKo. En nano limites il n’est pas forcément bon de partir à tapis PF avec ces mains. La façon de les jouer dépendra donc de l’évaluation des ranges adverses. Pour simplifier, si vous êtes face à un profil contre qui vous adoptez une stratégie de 3bet polarisé, je pense qu’il est plus souvent bon de juste call ces mains face à un open en EP. Par contre en combats de blindes (à partir d’un open du CO) je pense qu’un stack off PF (3bet/5bet) avec ces mains est OK. Sauf face à un NIT. Par exemple si un 20/5 open à 5bb au CO et vous n’avez pas le read comme quoi il open limp ses KK+, vous devriez vous contenter je just call et jouer prudemment post-flop.

Semi-premiums:
JJ.
AQs et dans une moindre mesure AQo.

Je reparlerai de AQs avec les autres broadways suited, de AQo avec les autres broadways offsuit et de JJ avec les autres PP moyennes, mais comme ces mains possèdent quelques spécificités je les traite aussi ici à part.

En gros ces trois mains sont de bonnes mains face à un open en EP et doivent être call le plus souvent (ou 3bet mergé contre les bons profils), mais deviennent très fortes face à un open en LP et méritent très souvent d’être 3bet, mais pas forcément pour stack off. En terme d’équité il est préférable de 3bet/5bet-shove des PP que AQ (plus forte équité contre un range de stack off), alors pourquoi 3bet AQ et pas 99 contre un open du BU? D’abord parce que nous ne voulons pas partir à tapis PF mais nous faire call par des mains qu’on domine. Et AQ dominera beaucoup de mains d’un range de call standard en LP alors que les PP moyennes ne seront souvent qu’en flip (50% d’équité en moyenne), ce qui nous amène à la seconde raison: la facilité de jeu post-flop. Les PP moyennes sont des mains difficiles à jouer OOP alors que AQ nous fera commettre moins d’erreurs, soit nous n’aurons rien soit nous aurons une top pair très solide. Quand vous aurez un meilleur niveau de jeu il vous faudra 3bet en combats de blindes les PP moyennes (au moins TT) pour value car votre niveau de jeu post-flop vous le permettra et que vous dominerez suffisamment les ranges de call 3bet en combats de blindes (surtout si vous avez une image agressive), mais pour l’instant contentez vous de les call.

Les broadways offsuit.

Ce sont en général de très bonnes mains d’attaque mais plus difficiles à jouer en call sans l’initiative. Elles touchent le flop assez peu souvent et quand elles le touchent elles peuvent être dominées. Vous allez cependant call les plus fortes (si elles ne sont pas 3bet): celles qui dominent le range de votre adversaire et qui vous permettrons parfois de suivre un CBet même si elles ne touchent pas de paire (stratégie de float avec over-cards solides). Attention pour évaluer la force de ce type de mains vous devez absolument l’évaluer face au range de Vilain et non pas en valeur absolue. Je m’explique, face à un open UTG d’un nit, KQo est une main assez mauvaise et sera foldée (son équité est vraiment faible), même IP. Mais face à un open d’un reg standard au BU elle devient beaucoup plus forte et sera au moins call. Pour faire simple, nous n’allons défendre que les très grosses broadways offsuit face à un open en EP (AQo+), mais baisserons nos exigences au fur et à mesure que le range de Vilain sera plus loose pour la plupart du temps défendre AJo+ et KQo, et dans les situations les plus looses (BB vs BU et BB vs SB) nous pourrons les défendre à peu près toutes si Vilain est suffisamment large.

Ces mains peuvent souvent être plus intéressantes à 3bet. Vous allez les 3bet dans deux cas:

  • En 3bet mergé lorsque vous savez que votre adversaire call les 3bets avec des mains dominées (vous allez 3bet KJo parce que vous savez que Vilain call les 3bets avec des KTo- ou des QJo- ou encore toute sorte de mains moins bonnes comme des J9o ou des 87s…). A part les grosses broadways offsuit (AQo et parfois AJo ou KQo) je vous conseille de surtout les 3bet IP car ces mains peuvent devenir casse-gueules post-flop hors de position lorsque vous n’êtes pas sûr d’être suffisamment en avance sur le range de Vilain. IP vous pourrez plus souvent contrôler le coup le cas échéant.

  • En 3bet polarisé lorsque votre main est trop faible pour être call (déficit d’équité et manque de jouabilité qui la rendent non profitable à être call). L’idée est de 3bet en bluff en profitant des bloqueurs, surtout avec les Ax et Kx. Comme ces mains possèdent peu de jouabilité post-flop je vous conseille de surtout les 3bet bluff en étant IP, vous serez normalement moins souvent call.

Dans tous les cas, lorsque vous 3bettez, sachez si vous le faites en value ou en bluff.

Pour les mêmes raisons que le 3bet bluff, ces mains pourrons régulièrement servir pour 4bet bluff, j’y reviendrai dans une autre section.

Les broadways suited.

Avec les PP se sont les mains les plus profitables à défendre. Elles possèdent équité et jouabilité. Elles seront donc plus défendues que les broadways offsuit. En réalité les broadways offsuit représenteront un peu plus de combos, mais nous défendrons des broadways suited avec des valeurs un peu plus faibles (nous défendrons par exemple KQs et KJs là où nous ne défendrons que KQo, mais cette dernière main possède plus de combos que les deux autres réunies). De prime abord elles n’ont en moyenne que 3% d’équité de plus que les broadways offsuit et pourtant leur profitabilité est bien plus grande. En effet alors que les broadways offsuit frappent une paire au flop une fois sur trois, avec les broadways suited vous pourrez mettre plus de pression, grâce à vos floats avec vos draws (vous aurez par exemple un FD (flush draw) 11% du temps), ou vos check/raise (c/r) vs CBet en semi-bluffs avec des backdoors + gutshot par exemple.

De plus lorsqu’elles sont trop faibles pour être call, ces mains sont excellentes à 3bet bluff: Elles ont des bloqueurs (comme les broadways offsuit et les Axs) et possèdent une bonne jouabilité post-flop (on peut barreller nos draws ou nos draws backdoor plus souvent qu’avec les broadways offsuit). Ce qui a été dit pour les 3bets avec les broadways offsuit est aussi valable pour les broadways suited, et vous pourrez en plus plus souvent les 3bet OOP grâce à leur meilleure jouabilité.

Les middle PP, 88-TT.

Vous pouvez rajouter JJ si l’open est en EP.

Avec les broadways suited se seront les mains les plus défendues, mais elles le seront un peu différemment. D’un coté elles possèdent moins de jouabilité, mais d’un autre elles ont une très forte équité contre à peu près tous les ranges (77 a 49% d’équité contre un range UTG de 12%). Ce qui fait que vous défendrez ces mains essentiellement en callant. Comme vous ne les jouez pas uniquement pour setminer (essayer de toucher un brelan au flop), vous devrez un peu moins vous préoccuper des cotes et pourrez suivre même si Vilain n’est pas cavé max (s’il est très short stack je suggère cependant de choisir de stack off PF si vous estimez votre PP suffisamment forte).

Post flop la line standard, si vous n’avez pas hit votre set, sera de call une mise de Vilain s’il n’y a qu’une over-card à votre paire, deux mises s’il n’y en a pas et aucune s’il y en a deux ou plus. Adaptez évidemment cette stratégie de base aux sizings de votre adversaire, à son profil, à son range (sa position), au fait que vous êtes IP ou OOP (plus de GU si vous êtes OOP), à la hauteur de votre PP et à la texture du tableau: Si Vilain bet cher au flop et que son range est strong il vaut mieux GU tout de suite par exemple, alors que sur trois min bets vous pouvez call les trois s’il n’y a qu’une over-card à votre paire.

Les small et nano PP, 55-77 et 22-44.

Pour faire le plus simple possible je vais englober les deux groupes en un seul. Mais lorsque vous aurez un meilleur niveau il faudra apprendre à les jouer légèrement différemment.

En défense elles ne serons jouées que pour setmining, c’est à dire pour toucher un brelan. Si vous ne le touchez pas au flop vous n’investirez plus rien dans le coup. Donc avant de call PF assurez-vous d’avoir les cotes! On donne en général du 15 contre 1 IP et du 20 contre 1 OOP. Donc si Vilain n’est pas cavé max ou s’il ouvre cher, vous ne jouerez pas ces mains. Vous pourrez même les folder si Vilain est compétent, même si vous êtes IP. Vous pouvez d’ailleurs voir que je ne les ai pas mises dans mes ranges par défaut (sauf en BB), je pense en effet que vous devez plus vous demander si vous avez de bonnes raisons de call ces mains que de bonnes raisons de les fold. La meilleure raison de call serait qu’il y a des joueurs récréatifs non short stacks en blindes.

En SB vs BU j’ai mis 77-55 dans le range de 3bet bluff mais ces mains n’ont pas de bloqueurs et sont peu jouables post-flop, je vous conseille donc de ne les 3bet que si vous pensez très souvent faire folder votre adversaire. Je les ai quand même mises parce que vous ne devriez pas trop faire d’erreurs post-flop avec.

Les Axs.

Je parle ici des petits Axs (A8s- en combats de blindes et ATs- autrement).

En défense vous ne les jouerez qu’en 3bet bluff contre un joueur contre qui vous adoptez une stratégie de 3bet polarisé. Ces mains possèdent un bloqueur et une certaine jouabilité si votre 3bet est call (comme des draws à barrel).

Quand vous aurez gagné en expérience il y aura quelques cas où vous pourrez call PF (en combats de blindes essentiellement). Mais en nano limites, pour des raisons que j’ai déjà évoquées (rake, ranges d’open plus strongs, inexpérience, inutilité de trop défendre ses blindes, etc…), vous ne les jouerez qu’en 3bet ou fold.

Les suited connectors (SC), high (T9s+), middle (87s-98s), low (54s-76s).

Les SC ont certes une bonne jouabilité (touchent des draws) mais possèdent une équité très médiocre et ne seront que très rarement call (JTs dans certaines positions). Comme pour les Axs, et à peu près pour les mêmes raisons, vous ne les jouerez qu’en 3bet bluff ou en fold. OOP vous ne 3betterez que les grosses SC (ranges plus mergés). Il y a cependant quelques exceptions:

  • A cause des cotes proposées il vous sera possible d’over-call (call un raise après qu’un joueur a déjà call), à condition qu’au moins deux Vilains soient full stacks et que l’open ne soit pas trop cher (3bb maximum) et uniquement IP ou en BB (en particulier si SB est dans le coup).

  • Toujours à cause des cotes vous ne pouvez pas folder face à un min-raise (open à 2bb) lorsque vous êtes en BB, surtout si Vilain est en SB. Dans cette configuration il serait dommage de 3bet/fold des mains comme T9s. Vous pouvez alors exceptionnellement call 98s+ T8s+ et 3bet les SC et les 1 gapper plus faibles.

Les 1 et 2 gappers suited.

Oubliez-les. Déjà que je vous conseille de ne pas défendre les SC, ce n’est certainement pas pour jouer ces mains dont le potentiel est plus faible. Les seules que vous serez autorisé à jouer seront les plus grosses (97s+) et uniquement dans des situations de resteals (3bet vs steal) polarisés dont j’ai parlé dans la partie précédente sur les SC.

Tableaux.

Les trois premiers tableaux comprennent les ranges dans une stratégie de 3bets polarisés. Mais ce seront aussi les tableaux de référence sur lesquels vous vous appuierez. Si vous êtes dans une situation de 3bet mergé, vous folderez évidemment le pole 3bet bluff et passerez certaines mains du range de call à celui de 3bet (voir plus bas le tableau de 3bet mergé). Ces tableaux sont valables pour des Vilains ayant des ranges standards: En gros, open-raise par position: EP 10-18%, CO:25-30%, BU: 40-50%, SB: 30-50%. Donc si un Vilain UTG possède un range fiable de 25% dans cette position vous adopterez vos ranges comme s’il ouvrait au CO.

Voici concrètement comment les utiliser: Après un open-raise sans call (sinon se référer aux tableaux de squeeze et d’over-call):

  • Si vous avez une main en jaune vous allez 3bet bluff contre les bons profils (ceux qui foldent au moins 60 à 70% sur un 3bet, stat PT4 “Fold to 3Bet After Raise”). Sinon foldez.

  • Si vous avez une main en or ou en bleu vous allez 3bet pour value ou call en tenant compte du range de Vilain et de son sizing et en vous adaptant si nécessaire (voir plus bas “Adaptations aux profils (ranges) et aux sizings (cotes)”). Certaines mains en bleu pourront être 3bet pour value contre les profils contre lesquels vous adoptez une stratégie de 3bet mergé (voir le tableau de 3bet mergé).

Tableaux IP (en position), stratégie polarisée. (version sept.2016)

[center]

[/center]

Par commodité et pour simplifier les choses, j’ai regroupé les ranges des Vilains UTG et MP en un seul range (EP, pour early position) qui est strong. Vous pourrez donc adapter légèrement vos ranges de défense. Par exemple vous pouvez rajouter KQo dans votre range de 3bet bluff contre MP (le call IP devient OK à partir d’un open raise d’environ 19%). Mais comme ingame c’est difficile à définir vous pouvez vous en tenir strictement aux tableaux, au moins au début.

C’est IP que nous allons le plus polariser nos ranges, d’ailleurs ce n’est que IP que nous aurons un range de 3bet bluff vs EP.

Comme vous pouvez le voir je n’ai pas mis les PP en dessous de 77, sauf en BB vs SB. J’ai déjà expliqué cette décision, à vous d’évaluer dans chaque situation le setmining est profitable ou non. Mais en général en micro limites et IP, si l’open n’est pas top cher et que Vilain n’est pas short stack vos cotes seront bonnes vu qu’il y aura peu de risques de squeezes contrairement aux hautes limites. Ayez quand même conscience que ces calls affaiblissent vos ranges et vous obligent à souvent folder sur un CBet. En contrepartie vous pourrez parfois prendre le coup post-flop lorsque le flop avantage votre range perçu. Par exemple vous avez call avec 33 contre un reg et le flop est T94s (bicolore), Vilain va souvent c/f (check/fold) ici. Donc s’il CBet vous foldez et s’il check vous misez 3/4 pot comme vous le feriez avec votre range value. Vous empêcherez ainsi Vilain de réaliser son équité avec ses over-cards et vous ferez folder des mains meilleures comme 55-88. Si vous êtes payé, pour éviter de vous mettre dans un spot difficile, je vous conseille de ne plus rien miser, sauf évidemment si vous avez la chance de toucher un set au turn ou à la river.

Tableaux OOP (hors de position), stratégie polarisée.

[center]

[/center]

[center]

[/center]

Nous serons très tight contre un open en EP, que ce soit en SB ou en BB. Contre les joueurs les plus NITs nous ne défendrons même pas AQ (si moins de 8-10% de PFR environ). Nous allons resteal un range mergé large en SB et être tight dans nos calls. En BB nous allons adopter la même stratégie de 3bet mais aurons un range de call plus large à cause de meilleures cotes et du fait que nous clôturons le tour d’enchère.

Ici il nous faudra de meilleures raisons encore pour call les petites PP. Je rappelle que le setmining est bien moins rentable OOP.

Tableaux “flopabilité”.

Je rajoute le tableau de “flopabilité” qui indique la fréquence de toucher un flop (top pair et mieux ou bon draw). Vous pouvez utiliser ce tableau pour construire vos propres ranges de resteal (3bet vs steal).

[center]

[/center]

3bet mergé, squeezes et over-calls.

Tableaux 3bet mergé et squeeze.

Comme les ranges de 3bet mergé et de squeeze sont très proches puisque vous adopterez généralement une stratégie de squeeze mergé, je les ai regroupés ici.

[center]

[/center]

3bet mergé: Les mains en or seront vos ranges de 3bet mergé par défaut dès que Vilain a plus de 15% de PFR environ et qu’il fold très peu sur les 3bets. Les mains en jaune seront 3Bet contre ceux qui ont des ranges d’open looses (à partir de 20% de PFR) et qui fold assez peu sur les 3bets. En ce qui concerne les ranges de call, pour simplifier les choses, ils seront les mêmes que ceux des tableaux pour une stratégie polarisés.

Squeeze: L’idée principale d’un squeeze est d’isoler un joueur. Comme la configuration la plus courante et celle qui vous rapportera le plus est l’open-raise d’un reg et le call d’un joueur récréatif, je ne considérerai que celle-ci. Votre principal but est donc de faire folder l’open-raiser reg et d’isoler le caller qui aura un range que vous dominerez. Donc dans cette idée vous aurez une stratégie mergée: vous serez souvent en bluff contre le reg et en value contre le récréatif, avec des mains comme AJ par exemple.

Dans une configuration reg open et reg call, vous pouvez adopter une stratégie polarisée avec un pole bluff, mais ceci est inutile en NL2, surtout qu’il vous faut aussi estimer votre FE face au caller qui a souvent une main assez bonne qu’il n’aura pas envie de lâcher…

Si un des Vilains est short stack vous ne squeezerez que si vous êtes prêt à stack off contre lui (voir plus bas les ranges de stack off selon les stacks).

Adaptations aux profils (ranges) et aux sizings (cotes):

- vs NIT, reg très serré (PFR < 14): Vous allez beaucoup setminer, call des mains très fortes en dehors des PP, et peu 3bet en bluff (sauf cas particulier de NIT qui fold beaucoup aux 3bets). Ayez conscience que seules les plus grosses broadways ne seront pas dominées. Vous ne suivrez qu’avec AQ+ vs EP (et encore que si Vilain a plus de 10% d’open dans la position donnée, et si vous êtes OOP vous folderez même AQo) et AJ+ KQ+ vs LP. Votre range de call sera donc orienté PP.

- vs degen, joueur très agressif (PRF > 25): Peu de setmining sauf si Vilain barrel exagérément post-flop. Beaucoup de 3bet mergé sauf s’il 4bet beaucoup. Pour vos ranges de call privilégiez les mains qui frappent des top pairs correctes et laissez Vilain barreller post-flop, mais sachez lâcher une main si le board devient trop mauvais.

- vs strong sizings (open à 5bb et plus), souvent des joueurs récréatifs: Sachez absolument différencier les cas où Vilain raise peu de celui où il open beaucoup de mains. Dans le premier cas, comme son range est strong nous jouerons comme face à un NIT: tant que vous avez une bonne cote, vous pouvez setminer. Avec vos broadways, soyez encore plus tight, car un NIT peut être 17/14, mais ce genre de joueur est parfois 50/5, son range est donc extrêmement tight et même AQs sera foldé (moins de 39% d’équité!). Le second cas est plus délicat à jouer. Même si Vilain a un range loose, parfois on voit des 90/60 ouvrir toutes leurs mains à 6, 8 ou 10bb, ça nous coûte très cher pour rentrer dans le coup. On oublie le setmining et on attend de bonnes mains. Évitez cependant de trop call des broadways offsuit qui hit trop peu les flops. Prenez aussi en considération leurs profils post-flop.

- vs min-raises (open raise à 2bb): Pensez à différencier les situations où Vilain est en position de steal des autres. Il s’agit du seul cas hors multiway où je vous autorise (si je peux me permettre) à call des SC, et encore seulement si vous êtes au BU ou en BB. L’ensemble de votre range de défense sera revu à la baisse. On va call des mains qui sont d’habitude en haut de notre range de fold (des small PP sauf si on est en SB, des broadways un peu plus faibles et donc des SC, voir de grosses 1-gapper), et nous allons beaucoup plus 3bet, mergé et polarisé, si le PFR de Vilain n’est pas trop bas. En général, s’il s’agit d’un joueur que soit je ne connait pas, soit qui open à ce montant sans que ce soit son standard, je le 3bet avec mon range mergé et avec mon range polarisé, et je note comment il réagit. S’il call beaucoup les 3bets, j’adopterai ensuite une stratégie mergée (il y a de fortes chances qu’il min open / call 3bet avec des petites PP, des SC et des Axs), et s’il fold beaucoup je vais évidemment adopter une stratégie polarisée. Mais quelque soit la stratégie choisie, je vais plus souvent 3bet (élargissement du range).

Face à un iso-raise d’un reg non NIT:

Vous pouvez adopter la même stratégie de 3bet que si l’iso-raiser avait juste open (3bet mergé ou polarisé) si le ou les limpers ne sont pas short stacks (dans ce cas-là pas de 3bet bluff). Mais il est souvent intéressant de juste call avec de bonnes mains (KQs ou AQo par exemple) pour garder le limper dans le coup là où on aurait d’habitude 3bet mergé. Dans tous les cas prenez en considération le profil du limper:

  • Limper deep non collant. Vous pourrez beaucoup 3bet bluff si le profil de l’iso-raiser s’y prête.

  • Limper deep collant: Évitez les 3bet bluffs si le limper est 90/0 et est une grosse CS!

  • Limper short. Pas de 3bet si vous n’êtes pas prêt à stack off contre lui.

Pour votre range de call, vous pouvez légèrement l’élargir en rajoutant quelques broadways suited, les PP basses si le limper n’est pas short stack, et les plus grosses SC et 1 gapper (98s+ T8s+) si vous êtes IP sur l’un des joueurs et que le limper n’est pas short stack.[/quote]

La dernière section sur le jeu PF portera sur les situations où nous subissons un 3bet.

9 J'aime

[quote=“bigbox, post:813482”]Nice projet comme d’habitude! et +1 pour ce beau verbe qu’est maraver. Après je ne suis pas sûr que tout le monde connaisse donc sinon tu as toujours ce bon vieux Détruire ou même outplay sans parler du crush mais déjà bien utilisé! :slight_smile:

AU plaisir de te lire en tout cas toujours un régal!![/quote]

Le mot maraver est connu dans la France entière Bigbox. Et oui, il y a une vie à coté de la Lorraine

Magnifique projet Lacert@x ! Merci .
Réussir à balayer toutes les situations va être compliqué mais ta pédagogie est parfaite.

Faut que je prenne le temps d’étudier ces posts. B)

énorme taff !!
comme d’hab, un vrai plaisir de te lire :wink:

ça ferai de belles séries de vidéo imo

Gros projet comme d’hab Merci pour toutes tes contribution à la communauté

Bon bah direct en favoris. Bientôt je n’aurais que du lacert@x dans mes favoris