Poker Académie Poker Académie Poker Académie

Voler les blinds au no limit Hold'em

Voler les blinds au no limit Hold'em
  • 21 novembre 2013
  • Nico_1963
  • apprendre le poker no limit holdem
  • 19717
  • 0 Commentaires

L'objectif de cette rubrique est de mettre en évidence les articles les plus pertinents (ou des résumés de ceux-ci) du célébre forum américain. Ceux-ci étant en anglais, une petite traduction s'imposait. Le lien de l'article original se trouve en fin de page.

Le vol des blinds

Le vol des blinds peut être une compétence extrêmement importante de notre arsenal de joueur de poker.

Je l’admets : je suis un voleur de blinds. Je le fais quand je joue en Limit, en tournois et en No Limit. Je les aies volées à mon cousin de 8 ans ainsi qu’à ma grand-mère de 85 ans.

Je vole les blinds quand je joue 16/9 en Full Ring (TAG) et je le fais quand je joue 35/20 en Short Handed (TAG).

J’ai toujours volé les blinds et je le ferai toujours. En outre, je suis assez performant pour cela. Au cours des dernières 17500 mains, j’ai essayé de les voler 38.31% du temps : 313 tentatives /817 opportunités. Sur ces 313 tentatives, j’ai eu un ratio gagnant de 1.10 PTBB/main, c'est-à-dire 110 PTBB/100. (PTBB : Poker Tracker Big Bling : 2 B

Ces tentatives ont généré plus de 30 % de mes profits totaux aux tables de No Limit. Comme je le disais, bien fait, le vol de blinds contribue grandement à votre taux global de gains.

Ainsi, maintenant que j’ai votre attention, entrons dans le vif du sujet : comment volez-vous les blinds avec succés ?Quelle est la formule, quelle est la méthode, quelle est l’approche ?

La réponse est que c’est tout à fait facile, et malgré ça c’est terriblement efficace.

Les règles de Pokey pour le vol de blinds

1. Connaissez-vous et connaissez votre cible

Le succès du vol de blinds repose pour beaucoup sur la « Fold Equité ». Plus vous essayez de voler les blinds, plus faible est la moyenne de vos mains lorsque vous essayez. Cela signifie que pour le vol fréquent des blinds, vous ne devez pas aller au showdown. La bonne nouvelle est que la probabilité que vos adversaires restant aient une main décente est faible. Il y a seulement 2 ou 3 joueurs à parler et ils ont des mains aléatoires. Les probabilités qu’aucun des joueurs restant aient une « bonne » main est comme suit :

 

Avec 2 joueurs restants à parler    Avec 3 joueurs restant à parler

 

Main Super Premium   91.3 %             94.1 %                  AA à JJ, AK

Main Premiun             86.6 %             90.8 %                  AA à TT, AK, AQ

Super Main                 82.3 %             87.8 %                 AA à 99, AK, AQ, KQ

Très bonne main         77.9 %             84.6 %                 Super Mains + 88, AJ

Bonne main                 55.3 %             67.4 %                 premiums + paires + broadways

top50%                       29.5 %             16 %

Notez ce que cela signifie : plus vos adversaires restant sont loose, plus il sera difficile de voler avec succés les blinds preflop. Si votre vol de blinds est un standard 4 BB, alors vous allez miser 4 BB pour en gagner 1.5, donc si vous gagnez immédiatement 3 fois sur 11 vous allez avoir un profit preflop immédiat, même si vous ne gagnez jamais une main lorsque vous ne gagnez pas preflop. Puisque 3 fois sur 11 représente 27.3 %, si nos adversaires sont enclins à folder 72.7 % du temps, nous gagnons immédiatement.

Ainsi contre des joueurs qui ne jouent que « les très bonnes mains » contre une tentative de vol, vous devez voler avec littéralement n’importe quelle main du bouton ou du Cut Off. Et cela vous donnera un bon profit avant même le flop. Bien sur, le range de main que votre adversaire va considérer comme digne d’un call preflop va influer sur la fréquence de vos tentatives. Vous devez donc faire attention à votre image et au style de jeu de votre adversaire.

2. Agression, agression , agression

Quand vous êtes callé preflop, ce n’est pas une tragédie, c’est une opportunité. La plupart des adversaires craquent rapidement contre une agression régulière ; pour voler les blinds avec succès, nous avons besoin d’appliquer cette agression régulière. Cependant, nous avons besoin de le faire avec précaution afin d’être sûr que nos tentatives vont être profitables. Le flop va améliorer notre main environ 1 fois sur 3.

Supposons que lorsque nous sommes callés nous sommes derrière. Ce sera typiquement le cas quand nous sommes implacables avec nos tentatives de vols et que nos adversaires sont conservateurs avec leurs calls. Alors que cela semble être une recette pour la faillite, ce n’est pas mauvais du tout. Considérez que même si notre adversaire joue incroyablement tight, certaines des mains de son range incluront des mains sans paires preflop comme AK.

Quelles sont les probabilités que, grâce au flop, la main de notre adversaire est au moins assez forte pour battre une paire de 2 ?

  • Si l’adversaire joue seulement « les mains super premium », sa main au flop battra une pocket paire de 2 73 % du temps.
  • Si l’adversaire joue seulement « les mains premium », sa main au flop battra une pocket paire de 2 64 %
  • Si l’adversaire joue seulement « les supers mains », sa main au flop battra une pocket paire de 2 59.4 %
  • Si l’adversaire joue seulement « les très bonnes mains », sa main au flop battra une pocket paire de 2 56.7 %
  • Si l’adversaire joue seulement « bonnes mains », sa main au flop battra une pocket paire de 2 49 %
  • Si l’adversaire joue seulement « mains supérieures à la moyenne », sa main au flop battra une pocket paire de 2 40.1 %

Maintenant que nous entrons dans l’art du vol des blinds : quel bet sur le flop devons-nous avoir ? Nous voulons être sûrs que notre bet sur le flop va être identique que nous ayons floppés quelque chose ou pas, tout en s’interrogeant sur la suite du coup : à quelle fréquence notre adversaire améliorera-t-il sa main, combien de fois aurons-nous une main forte, combien de fois notre adversaire améliorera-t-il sa main mais foldera quand même, combien de fois notre adversaire améliorera-t-il sa main mais nous encore plus et inversement, etc …

Aussi compliqué que ça puisse paraître, il y a deux éléments qui jouent en notre faveur : nous avons joué la main agressivement depuis le début et nous avons la position sur notre adversaire pendant le reste du coup.

Pour ceux qui volent les blinds peu fréquemment (20 % et moins), vos mises sur le flop doivent être importantes. Etant donné que vous n’essayez de voler les blinds que 20 % du temps, vous allez le faire avec des mains raisonnablement solides : tous les Axs, toutes les paires et toutes les cartes broadway, soit 20.4 % de possibles vols, ce qui signifie que votre main battra une paire de 2 47.6 % du temps. Vous avez une main assez bonne pour la rendre grandement profitable.

Cependant, je ne recommande pas de voler les blinds seulement 20 % du temps. Je recommande de le faire beaucoup plus souvent que cela. Comme exemple, mon taux de vol de 38.8 % correspond à un vol avec « n’importe quelle paire, n’importe quel as, n’importe quel roi, n’importe quelles 2 cartes broadway, n’importe quels connecteurs jusqu’à 78s ».

Si cela est votre range de vol, les chances que vous ayez au moins 1 paire au flop seront d’environ 42.8 %. La réponse n’est pas de miser moins souvent sur le flop (seulement quand vous avez une paire) ; mais plutôt de miser une plus petite quantité sur le flop. Tandis qu’un bet de 1 pot requiert de gagner 50 % du temps pour être immédiatement profitable, un bet de 2/3 du pot requiert de gagner seulement 40 % du temps pour être immédiatement profitable.

Notez ce que cela signifie : si votre adversaire joue très tight contre votre raise preflop, les probabilités qu’il ait une mai, décente sur le flop augmente, abaissant la valeur de vos bets sur le flop. A ce moment de la main, nous avons déjà 2 chances de gagner le pot : 1 si notre adversaire fold sur le bet preflop et 1 si notre adversaire fold sur le flop.

Considérons la valeur d’une tentative de vol du BB contre plusieurs adversaires. Supposons qu’ils vont (a) folder preflop si leur main est inférieure au range spécifié (gain de 0.75 PTBBs), et (b) seulement caller le flop avec une main qui peut battre 22 (quand ils foldent, nous gagnons 2.75 PTBBs, et quand ils call, nous perdons 5.5 PTBBs). Ceci suppose que notre mise est de 2 PTBB preflop et 3.5 PTBB au flop. Si nous considérons seulement les adversaires les plus tight et les plus loose, nous voyons ceci :

Joueurs les plus tight :

- Mains Super Premium : 94.1 % ils fold preflop, 27 % ils fold sur le flop.

EV = 0.941 x (+0.75) + (0.059 x 0.27) x (+2.75) + (0.059 x 0.73) x (-5.5) = + 0.51 PTBB

- Mains Premiun : 90.8 % ils fold preflop, 36 % ils fold sur le flop.

EV = 0.908 x (+0.75) + (0.092 x 0.36) x (+2.75) + (0.092 x 0.64) x (-5.5) = + 0.45 PTBB

Joueurs les plus loose :

- Bonnes mains : 67.4 % ils fold preflop, 51 % ils fold sur le flop.

EV = 0.674 x (+0.75) + (0.326 x 0.51) x (+2.75) + (0.326 x 0.49) x (-5.5) = + 0.08 PTBB

- Mains au dessus de la moyenne: 29.5 % ils fold preflop, 59.9 % ils fold sur le flop.

EV = 0.295 x (+0.75) + (0.705 x 0.599) x (+2.75) + (0.705 x 0.401) x (-5.5) = -0.17 PTBB

Une fois encore cela démontre un truisme (vérité si évidente qu’elle ne mérite pas d’être énoncée) bizarre : moins votre adversaire est enclin à folder, moins votre vol de blind va être bon en terme de fold équité. Notez bien 2 points cependant : premièrement, cela suppose que votre adversaire call chaque fois qu’il a une main qui soit au moins aussi forte qu’une paire de 2 ; ainsi, l’adversaire va caller notre continuation bet avec sa paire de 2 sur un flop AKQ. Aussi, nos calculs d’EV ont jusqu’ici supposé que toutes les fois que nous n’avons pas gagné avec le bet au flop, nous perdons à chaque fois. Cela est loin de la vérité, spécialement contre les adversaires les plus loose.

Après le flop, des règles simples et faciles doivent être énoncées. Il y a beaucoup trop de façons de jouer pour être résumées ici. Je voudrais toutefois préciser quelques points simples qui pourraient vous aider dans votre vol de blinds.

1- Vos adversaires ont plus peur de vous que vous n’avez peur d’eux. Vous avez raisé preflop et vous misez sur le flop. Vous êtes effrayant. Votre adversaire n’a montré aucune agression à ce moment là, votre fold équité reste solide. Utilisez la impitoyablement. Si une carte effrayante arrive au turn et que votre adversaire check encore, bettez encore ! N’ayez pas peur de miser sur l’as ou le roi au turn, la paire ou le tirage couleur ou quinte si vous pensez que votre adversaire a peur. Cela montre qu’il est utile de connaître ses adversaires.

2- Si votre adversaire devient agressif, croyez le. Il n’y a pas de honte à folder votre tentative de vol de blind. Si le flop est A83 rainbow et que votre adversaire mise le pot ou fait un gros check-raise, n’ayez pas peur de jeter votre KQo. En fait, sentez-vous obligé de le faire. Le vol de blind est une stratégie de « petit pot ». De manière identique, si vous essayez de voler avec une poubelle et que quelqu’un reraise, foldez sans hésitation. Ne vous embêtez pas à voir ce que le flop apporte, il n’y a aucun profit ici.

3- Prenez des cartes gratuites si elles vous bénéficient. Une force de cette stratégie est que vous allez souvent avoir de bons tableaux au flop et votre adversaire va souvent vous offrir une carte gratuite au turn. Si vous avez un bon tirage, n’hésitez pas à prendre cette carte gratuite. Mais ne la prenez pas toujours – j’ai souvent tiré un second barrel avec Tc9c sur un flop QcJd4s4c. Pas seulement parce que le turn améliore ma main en me donnant 9 outs supplémentaires, mais aussi parce qu’il effraie mon adversaire, lui laissant penser que je viens de faire brelan. Pourquoi ne pas tirez avantage de la peur ? Au lieu de jouer mon tableau à 2 contre 1, je peux miser immédiatement et gagner le pot un nombre conséquent de fois, et encore gagner 1 fois sur 3 au showdown.

4- Ne soyez pas découragé si vos vols échouent. Quand notre adversaire a pris le dessus et a fait rater notre dernière attaque de blinds, nous pouvons devenir frileux et penser devoir considérablement resserrer notre hand range de vol. Ne faîtes pas ça. Nos adversaires ne s’ajustent pas aussi tôt que nous pensons qu’ils le font. Juste parce que vous avez été reraisez preflop la dernière fois que vous avez essayé de voler ça ne signifie pas que vous êtes grillé ; plus probablement, SB avait AA quand il reraisa. Maintenant, il a 92o, et il n’a pas une paire d’as. Agressez le encore et continuez à le faire.

5- Connaissez votre image ! Pendant que les joueurs ne s’ajustent pas très bien ou très vite, ils sont entrain de le faire. Si vous avez volé le pot avec des bets preflop et sur le flop les 4 derniers tours de table, folder 98o au Cut Off cette fois ci. Vous n’êtes pas esclaves de vos cartes ; comprenez votre image à la table et comprenez que votre fold équité chute à chaque fois que vous gagner un pot sans montrer vos cartes.Après que vous ayez foldé preflop 3 ou 4 fois, vous pouvez recommencer à voler, mais donner à vos adversaires une minuscule chance de reprendre leur souffle entre les vols.

6- Ne slowplayez pas. Je ne peux pas souligner cela assez. Votre stratégie ici est un bluff qui dépend entièrement de votre façon de jouer de manière identique vos monstres et vos poubelles. Il y a toujours la tentation quand vous avez AA et que le flop donne A55 de soudainement changer de jeu. Ne le faites pas. Avec un peu de chance, votre adversaire ne vous croira pas et callera avec sa paire de Q. Non seulement vous allez le stacker, mais vous allez aussi obtenir plus de respect la prochaine fois que vous jouerez de manière agressive sur un flop A55 … seulement cette fois vous avez 98s …Jouer agressivement les grosses mains est crucial pour le succès de cette stratégie. Non seulement ça boost le potentiel de vos poubelles en élevant votre fold équité, mais en plus ça permet de nous faire payer nos bonnes mains plus fréquemment.

Lien vers l'article:

http://forumserver.twoplustwo.com/showflat.php?Number=5348855