Triche massive : l’hallucinante guerre des cartels de bots

Triche massive : l’hallucinante guerre des cartels de bots

Des cartels de bots se sont livrés une guerre féroce sur les rooms du .com pour détenir les tables High Stakes de SNG HU et Spin & Go. Certains des plus gros tricheurs se sont mutuellement dénoncés, dévoilant au plus grand nombre ce qui n'était qu'un secret de polichinelle pour la plupart des top regs. 


Comment jouer GTO pour les mer***
 

Le 5 novembre dernier, le pseudonyme bien choisi godmode49 publie sur le célèbre forum américain 2+2 un thread intitulé “How gto scammers work in husng”, ou en français : “comment les tricheurs GTO jouent en SNG HU.” Il y poste une vidéo dans laquelle il dévoile les pratiques d’un certain Xrab, qui aurait pris des millions à des innocents en jouant en SNG HU Turbo et Spin & Go. 
 

Le mode opératoire a l’air relativement simple :
 

  • Le tricheur a deux ordis et joue sur le PC1, “clean.”.
     
  • Il streame l’écran du PC1 sur le PC2.
     
  • Sur le PC2, grâce à un logiciel de reconnaissance optique de caractères, il récupère toutes les informations des tables (stacks, mains, boards, pots, bets…).
     
  • Il recherche sur un serveur la solution GTO (la majorité des spots ont été résolus et postés sur le serveur au préalable).
     
  • Le move GTO s’affiche sur l’écran du PC2 et le tricheur n’a plus qu’à cliquer avec la souris du PC1.
     
  • Le PC1 et l’écran du PC1 restent clean et la triche n’est pas détectable par un simple screenshot de la part des rooms.

     
Ce que voit un tricheur... qui a dit que jouer GTO était compliqué ?



Pour tricher, payez 25 000$ et reversez 25% de vos gains

Un extrait du contrat entre Radulov et Thompson


godmode49 publie également ses conversations avec l’inventeur du logiciel de triche, Sergei Radulov. Radulov demandait 25 000$ pour avoir une licence du logiciel. En outre, le tricheur devait reverser 25% de ses gains chaque mois.

godmode49 n’est cependant pas le Steve Jobs de la triche et il oublie de flouter son nom dans un des extraits, confirmant lui-même son identité Glenn Thompson...

Les regs du forum expliquaient que tout était déjà connu depuis plus d’un an et que godmode49 aka currrr14 aka Glenn Thompson, loin d’être un saint, était devenu lui-même un Botlord, ayant fondé son propre cartel, The Germans.
 

Xrab et Currr avaient d’abord commencé à tricher ensemble sur PokerStars, se seraient fait prendre et fait virer… et auraient recommencé sur les autres rooms du .com, en particulier 888.
 


La Guerre des Cartels de Bots
 

Xrab lui-même est intervenu sur 2+2. Avec l’aplomb de celui qui est persuadé n’avoir rien fait de mal, Xrab raconte la dure vie de tricheur dans un monde horrible où d’autres que lui se permettent de tricher : 

Les guerres de bots sont très fréquentes et on y crame plein de rake, tout le monde y perd de l’argent (seules les rooms gagnent). Il faut y ajouter la recherche et les coûts techniques. Enfin, les rooms peuvent confisquer ton argent, même si je reconnais que c’est le jeu.


Ce qui suit est bien plus hallucinant. En mode Narcos meets Terminator.

D’après Xrab, chaque lobby est détenu par un cartel de tricheurs qui y plume les récréatifs. Il donne le nom des cartels sévissant actuellement ou ayant sévi récemment : The Bali Group, The Canadians, The Jhub Group, The Germans… Il dévoile même les pseudos composant ces groupes de tricheurs.
 

Cela fait très longtemps que des cartels de joueurs sit les tables de HU. Au début des années 2010, c’étaient des groupes de dizaines de regs qui couvraient toutes les tables s’assurant ainsi de récupérer tous les fishs. Si un bon joueur débarquait, il ne pouvait affronter qu’un des membres du cartel, un bon reg donc, et ne pouvait gagner de l’argent. Xrab raconte que depuis au minimum 2016, les cartels de bots avaient remplacé les cartels humains.
 

  • En 2016, Xrab fait ses débuts en tant que tricheur. Il affronte d’autres bots en SNG HU, 200-500. Après 25 000 SNG, il était à 0 ChipEV, alors qu’il utilisait lui même un bot.
     
  • En 2017, après avoir effectué quelques mises à jours et améliorations, il part affronter un cartel de bots en SNG HU 1k. Sur 10 000 SNG, il avait 2 ChipEV. Insuffisant pour gagner de l’argent, mais suffisant pour en faire perdre au cartel ennemi, le faire fuir et récupérer son lobby.
     
  • A cette époque, d’après Xrab, les lobbies étaient détenus par son groupe, Bali, les Canadiens et les Jhubs.
     
  • En mars 2018, après des tensions, godmode49 aka currr aka Glenn Thompson quitte le groupe de Xrab et fonde The Germans.
     
  • En novembre 2018, une guerre totale éclate, entre le groupe de Xrab d’un côté et tous les autres cartels de l’autre. Xrab aurait gagné cette guerre et refusé un deal de splitter les journées en 12h chacun en mars 2019. 
     
  • Depuis lors, son groupe “détenait” les tables de 888, jusqu’à ce qu’il se fasse dénoncer. 

     

Peut-on encore jouer au poker sur les hautes limites du .com ?


En SNG HU et Spin & GO, un bon tricheur peut avoir accès à l’écrasante majorité des spots GTO. Dans certains cas rares, par exemple un énorme overbet river, il est possible que le spot n’ait jamais été solvé et que le programme donne par défaut n’importe quoi. C’était un des avertissements de Radulov (le programmeur) à Currr et c’est peut-être l’explication au 2 chipEv gagnés par Xrab. Même si les bots ne jouent pas encore 100% GTO, à moins d’être financièrement suicidaire ou un superbot, vous n’avez pas envie d’affronter un bot en HU. 

Les bots sont évidemment moins forts en 6-max et 9-max, exponentiellement plus complexes que le HU, mais ils peuvent sûrement jouer close to GTO au moins préflop et flop et dans des spots fréquents turn et river. 
La variante la plus safe est de loin le MTT, surtout dans ces formes Bounty / PKO que les bots n’arriveraient pas encore à intégrer.



Qu’en est-il du .fr ?
 

Il y a quelques jours, Arca628 sur notre forum et Intox6 sur le Club Poker posaient la question rhétorique “Betclic Poker est envahi de bots ?”. Ils donnent des pseudos suspectés d’être des bots, qui jouent en NL100 / NL 200.
En l'absence de réponse de Betclic et d’éléments supplémentaires, il est difficile d’ajouter quoi que ce soit. Evidemment, il n’y a aucune raison de penser que le .fr soit miraculeusement exempt de bots et les threads mentionnés sont convaincants. Mais le risk/reward est plus élevé sur le .fr que sur le .com et les bots devraient y être bien plus marginaux.

 

Le poker en ligne a-t-il un futur ?
 

Sur le .com PokerStars s’est fait une réputation de room clean grâce à une équipe anti-fraude large et performante. Cette room avait d’ailleurs banni Currr et Xbar dès 2017. Cela montre qu’il est possible de lutter efficacement contre les bots. Et comme in fine, il en va de la survie des rooms, on peut penser qu’elles vont oeuvrer vers la protection la plus optimale possible. 

La première étape serait de créer une instance inter-room qui aurait accès à toutes les données. Comment peut-on excuser que des tricheurs bannis d’une room aient pu recommencer sur une autre juste après ?
Technologiquement, il devrait être possible de créer une IA basée sur le deep-learning destinée à reconnaître les bots des humains, en prenant comme inputs les plays, les mouvements de souris, les temps de décision, etc. Y intégrer de l’eye tracking, éventuellement imposé pour les utilisateurs suspects, devrait garantir un taux de détection élevé. 

Cela dit, on avance le chiffre de 40% des métiers rendus caduques par l’IA d’ici 15 ans… et il y a tout à parier que joueur pro de poker en ligne en fasse partie.
 

EN PARLER SUR LE FORUM

 

 PA  2 5598   17 Commentaires