Paléo challenge


#81

Ce qui est mauvais ce n’est pas le soleil mais les coups de soleils. Qui sont généralement dus justement à une exposition insuffisante suivie d’une exposition trop brutale. La vitamine D permet d’ailleurs de lutter contre les cancers.

L’Homme serait si mal foutu qu’il aurait évolué pendant des dizaines de milliers d’années sous le soleil. pour simplement développer des cancers?

Attention cependant, ça dépend de chacun. Si on est par exemple issu d’une population ayant vécu dans le nord de l’Europe et qu’on vit sous un climat plus exposé au soleil, celui-ci devient dangereux car nous ne sommes pas adapté à recevoir autant de rayonnement. Et dans ce cas oui il faut prendre des précautions. (edit: dans tous les cas il faut prendre des précautions contre les coups de soleil et trop de soleil en général)

Pour préciser ce qui est dit dans le livre: les effets d’un manque de soleil => carence en vitamine D. La plupart des gens sont aujourd’hui carencés.

Je précise encore: les recommandations absurdes sont celles qui disent qu’il faut éviter le soleil. Pas qu’il ne faut pas faire attention. C’est donc loin d’être une “connerie monumentale”.


#82

On peut s’exposer au soleil et protéger sa peau, faut pas être con non plus.


#83

Hello,

Je teste le jeûne intermittent depuis un peu plus d’une semaine maintenant. J’avais quelques appréhensions mais j’ai finalement décidé d’essayer.

Je dîne donc vers 20h, puis rompt le jeûne vers 14h le lendemain. Avec une collation en milieu d’après-midi, après mon training.

Cela a été plus facile et naturel que je pensais. Sans doute parce que je ne m’y suis pas lancé n’importe comment, et que j’ai bien préparé la transition. J’ai l’impression que le jeûne intermittent se marie bien avec un régime alimentaire pauvre en glucide, comme le modèle paléo. Et que le fait que j’avais déjà supprimé les glucides du petit-déjeuner a facilité la transition.

En fait il me semble qu’il y a 3 éléments importants pour réussir son passage vers le jeûne intermittent:

  • Un régime pauvre en glucides qui maintient les taux d’insuline bas. et moins favorable aux fringales.

  • Garder un apport calorique suffisant dans la journée.

  • Porter une attention particulière au repas le plus important: le dîner. Celui-ci doit être le plus copieux de la journée.

Quel est mon ressenti ? Assez positif. Pas de coup de barre dans la matinée et peu de fringales.

  • Les coups de barre: J’ai un travail matinal qui se concentre sur une seule vacation de 7h. La fin de vacation est donc propice à la fatigue et à une diminution de l’attention. A ce niveau je ressens peu de différences avec mon régime précédent qui excluait les glucides le matin (petit déjeuner: 3 œufs et un avocat). Par contre je sens une amélioration avec mes régimes antérieurs avec un petit-déjeuner constitué de glucides (flocons d’avoine) et une collation (fruits). Je me sens plus focus et alerte.

  • Les fringales: Avant je prenais un petit déjeuner plus par habitude que par faim. Malgré ça je pensais qu’il me manquerait plus que ça. Selon les jours il y a quand même des différences. Mais même si jai souvent cette sensation de “ventre creux à remplir”, je ne ressens pas vraiment de vraies faims. Quand même souvent une petite fringale soit au réveil (parfois), soit en court de matinée (souvent), elle passe après 5 minutes. A 14h j’ai d’ailleurs pas plus faim qu’avant, ce qui me fait dire que je pourrais pourquoi pas tester des jeûnes plus longs.

Même si je me réserve la possibilité de me faire occasionnellement des petit déjeuners ou une collation en matinée, j’ai bien l’intention de continuer cette pratique tant qu’elle me convient.

Je profite du temps gagné le matin pour faire du stretching doux.

J’ai quand même relevé deux choses négatives:

  • Le fait d’avoir trois repas entre 14h et 20h fait que je n’ai pas forcément bcp d’appétit. C’est surtout vrai pour la collation post-training. Je vais donc réfléchir à soit la supprimer soit l’alléger.

  • J’ai un petit doute sur mes trainings de sprints fractionnés en début de matinée en étant à jeun (ou presque, je prends quand même des BCAA juste avant).

Voilà pour le retour. Quant au bouquin de Sisson, j’avoue être un peu long pour le finir. Il n’y a pas grand chose d’intéressant sur les dernières parties, du moins pas grand chose de plus que ce qui a déjà été dit. J’y reviendrai lorsque je l’aurais terminer.


#84

Hello, c’est l’heure de faire un petit bilan.

Tout d’abord je précise que j’ai suivi ce modèle paléo de manière non stricte. En m’appuyant sur des principes de bon sens et non des dogmes. En particulier en ce qui concerne l’alimentation, car je pense qu’il n’y a pas une alimentation parfaite mais des alimentations différentes et saines.

Je pense en particulier que la base d’une bonne alimentation doit être locale et de saison. Je trouve que le bouquin de Mark Sisson n’insiste pas assez là dessus, notamment en conseillant trop d’aliments venant de l’autre bout du monde: avocats, noix de coco, noix de macadamia. Alors que je mangeais presque quotidiennement des avocats venant du Pérou bon marché, j’ai décidé que ça deviendrait un aliment plaisir occasionnel et que je choisirais d’autres provenances plus éthiques bien que plus onéreuses.

Je trouve aussi que Sisson ne différencie pas assez les saisons. Notre alimentation n’est pas du tout la même l’hivers que l’été. On va beaucoup manger de fruits l’été et nous aurons une alimentation plus dense l’hivers avec plus de produits animaux gras. De la même manière nos rythmes d’activité ne seront pas les mêmes selon les saisons. L’été on aura tendance à se lever plus tôt et se coucher plus tard mais avec plus de plages de repos en journée.

Comme je disais j’ai appliqué une alimentation paléo non stricte. D’abord en incluant quelques éléments de l’alimentation méditerranéenne que l’on sait saine. Plutôt que des noix de macadamia ou des noix de coco je vais plus souvent choisir des olives ou du fromage de brebis par exemple. Et ensuite parce que je n’hésite pas à rajouter des aliments non paléo occasionnellement: yaourts au lait ou au soja, pain complet, crêpes. C’est d’autant plus vrai lors des sorties. Mais ceci n’est pas en contradiction avec les principes du livre qui ne fait que conseiller d’avoir une alimentation paléo à 80% et d’en sortir tant que ça reste dans les limites du raisonnable.

Je reviens sur quelques principes que le modèle paléo partage avec les autres approches que l’on sait bonnes:

  • Beaucoup de végétaux variés.

  • Des protéines animales en quantité modérée mais de haute qualité.

  • De bonnes graisses naturelles: saturées (animales), monoinsaturée (huile d’olives, noix), oméga 3 (poissons gras).

  • Des glucides dits “complexes” non transformés en quantité raisonnée selon notre activité physique.

Et évidemment on évite au maximum les produits industriels ou transformés et le sucre. En réalité la plupart les écarts par rapport au régime paléo concerne des produits naturels bien que non paléo (certaines céréales et quelques produits laitiers essentiellement qui sont présents dans le régime méditerranéen).

Je reviens aussi sur le régime intermittent que j’ai débuté il y a un peu moins de 3 mois. Il faut être honnête il n’y a rien de miraculeux dedans mais pour l’instant ça me convient. Il y a des avantages et des inconvénients. Pour l’instant les avantages l’emportent. Mais il ya finalement peu de différences avec mes habitudes précédentes où je ne prenais qu’un petit déjeuner léger et sans glucides (3 œufs et un avocat). Je pense que dans un prochain post je présenterai ma diète avec ses spécificités.

Je voulais parler du rapport au sucre mais je ne sais pas trop quoi dire finalement. Si ce n’est qu’en le supprimant de son alimentation on se rend compte à quel point on a été intoxiqué et rendu addict par sa présence. Et il reste toujours présent comme un fantôme planant au dessus de nos repas et de nos envies.

Mon alimentation est aujourd’hui bien différente de celle de la plupart des gens. Il est difficile de se débarrasser des carcans et blocages accumulés durant une vie. Le conditionnement est très puissant et s’en libérer est dur. La notion de liberté n’est pas trop forte.

J’aimerais rapidement aborder les recommandations des pouvoirs publiques relayées par de soit-disant nutritionnistes (rattachés aux industriels de l’agro alimentaire…).

  • Buvez 1.5 à 2 lites d’eau par jour. C’est tellement dépendant de la saison, de notre activité, et des aliments que nous consommons que cette recommandation n’a aucun sens. Je mange beaucoup de fruits et de légumes, et donc je bois relativement peu par ailleurs. D’ailleurs les fruits et légumes hydratent bien plus efficacement que l’eau.

  • Évitez le soleil. Alors que le soleil est indispensable à notre bonne santé ! Il faut bien sûr éviter le soleil de midi en plein été et les coups de soleil. Un peu de bon sens pardi. Mais il est primordial de s’exposer au soleil le plus souvent possible. Allez-y progressivement tout simplement. Et attention aux crèmes solaires.
  • Mangez 5 fruits et légumes par jour. Super j’ai pris 3 grains de raisin et 2 mirabelles… Si on recommandait de ne pas consommer de produits industriels, ben on mangerait plus facilement des produits naturels en quantité suffisante…

  • Ne mangez pas trop gras trop salé trop sucré. Les bonnes graisses sont indispensables. En fait on ne comprend pas très bien ce que ça veut dire étant donné que le sucre et le sel sont souvent cachés dans les produits transformés. Et c’est aussi là que se trouve les graisses trans très nocives. Encore une fois une recommandation de type “ne mangez pas trop de produits transformés” serait plus juste…

  • Les céréales doivent être la base d’une bonne alimentation. Je ne vais pas revenir sur les arguments avancés par les pro-paléo mais aucune source alimentaire riche en glucides et pauvre en micro-nutriments ne peut être la base d’une bonne alimentation. Perso, la base de mon alimentation sont les fruits et légumes. Je ne consomme qu’occasionnellement certaines céréales et jamais plus d’une fois par jour. Il y a d’autres sources de glucides plus intéressantes, non acidifiantes et riches en micro-nutriments.

  • Les produits laitiers sont vos amis pour la vie. Riches en oméga 6, acidifiants, accumulant les produits nocifs… Mon avis est que le problème vient surtout des conditions d’élevage des vaches. Quant au calcium on sait aujourd’hui que c’est une grosse blague. L’ostéoporose est plus lié à un manque de liants protéiques qu’à un manque de calcium. D’ailleurs seul 30 % du calcium des produits laitiers est assimilé. De plus étant acidifiants ils ne sont pas du tout bénéfiques pour la santé osseuse.

J’en reviens à nos brebis. Le régime paléo pose un problème: comme il s’agit d’une alimentation pauvre en glucides il peut être difficile de trouver suffisamment de Kcalories dans notre alimentation. Le livre conseille de remplacer les glucides par des lipides de bonne qualité. C’est franchement pas évident. Même si ce sont des aliments denses ils sont souvent onéreux et on n’a pas beaucoup de choix. La perspective de me ruiner en noix de macadamia et avocats (produits non locaux) et d’ajouter une tonne de beurre et de crème fraîche à mes repas ne me tente guère. Tous les exemples du livre montrent des personnes cherchant à perdre du poids. Pour ça c’est très efficace. Pour en prendre beaucoup moins… De plus le postulat de base, basé sur ce que mangeaient nos ancêtres, pose un problème: ils consommaient bcp d’abats animaux très caloriques (je parle pour nos régions où l’Homme s’est développé en adoptant une alimentation très carnée). Il est juste impossible aujourd’hui de copier ça.

C’est pourquoi j’ai quelque peu dévié du modèle paléo pour prendre des éléments dans le modèle méditerranéen qui comprend quelques céréales et des produits laitiers à base de chèvre et de brebis. Ainsi que plus de poisson et moins de viande et d’abats. J’ai donc pallié au coté élitiste du régime paléo en faisant quelques exceptions, mais je reste fidèle aux grands principes de bon sens.

https://www.hominides.com/html/dossiers/alimentation-prehistoire-nutrition-prehistorique.php

Comme mon post est très long je vais le scinder en deux.


#85

Je vais maintenant un peu parler sport et activité en général.

J’ai complètement revu mes objectifs. Aujourd’hui je n’appréhende plus la muscu comme un moyen d’améliorer mon physique. Mais comme un élément faisant parti d’un tout me permettant d’être mieux dans mon corps et dans mon esprit. Il n’est plus une contrainte mais un plaisir. On ne se focalise plus sur les muscles à travailler mais sur les mouvements fonctionnels. D’ailleurs je ne fais presque plus de muscu avec poids.

Cependant le livre de Sisson est très limité à ce niveau. Il parle juste de faire des pompes, des tractions, des flexions et des planches. Donc pour aller plus loin je viens d’acheter ce bouquin:

Pour finir je me suis aperçu que le modèle paléo était en phase avec la loi de l’ hormèse. Cette loi dit que tout ce qui ne dépasse pas notre capacité d’adaptation nous renforce. C’est en particulier efficace sur le système immunitaire. En gros on s’expose à un stress léger pour devenir plus résistant. Cela peut inclure le sport (avec l’idée de progression), le jeûne, l’exposition au froid ou au chaud. L’idée est toujours d’y aller progressivement pour se renforcer sans dépasser nos capacités d’adaptation. Cela va bien avec ma philosophie de toujours s’améliorer et chaque jour être un être meilleur que la veille. C’est comme au poker et dans plein d’autres domaines: si on ne progresse pas on régresse.

L’hormèse s’oppose au stress chronique qui a un effet contraire.


#86

Super interessant ce thread !!

Je me suis beaucoup interessé à l’alimentation il ya environ an pour en finir avec une leger surpoid (10 kg environ) qui me faisait par moment me sentir mal dans ma peau. Etant passionne de cuisine, j’ai eu l’occasion de cuisiner beaucoup de chose et de tester beaucoup de formule. Je n’ai jamais encore tester le regime paléo a proprement parlé (j’utilise quand meme ce thread :yum: ).
Il est vrai qu’on entend un peu partout et meme sur des sites deidés à l’alimentation aue sauter les repas c’est tres mauvais. Comme souvent, quand tout le monde dit que qq chose est mauvais, bah j’essaye (le faite de ce lever vers 11h aide ppas mal a sauté le petit dejeuner il faut dire). Pendant trois mois l’été dernier, j’ai appliqué un regime alimentaire que je ne qualifirait pas de privatif mais plutot de selectif. Pas de petit dejeuner eet surtout tres peu de gluicide est encore moins de sucre rapide (quasiment aucun) donc un feculent tout les trois ou quartre repas en moyenne et sinon des proteine et des legumes en salade. J’ai aussi priviliegier l’huile d’olive sur les autre matiere grasse. Tout a ete tres efficace et j’ai attient mes objectifs. J’ai un metabolisme qui stock rapidement la graisse.
De plus, il suffit de se pencher un peu sur l’alimentation de grande surface pour se rendre compte des agissement immorals parfois criminels des marques. Un exemple assez flagrant est que si vous vous regardé par exemple les produits cuisinés (plat deja preparé qui ne demande qu’a etre rechauffé), sandwich sodebo et une grande partie des produits discount, vous allez trouver une proportion de sucre ( de sucre raffiné, pas de sucre lent genre féculent) importante dans des plats ou ils n’y a pas de raison d’en trouver. C’est tout simplement parce que le sucre, en plus d’etre bon march simplement parce que le sucre, en plus d’etre un exhausteur de gout bon marché, est tres addictif (c’est pas une blague), donc vous allez inconsciemment développer une addiction pour tout ces produits.

De plus, certaines etudes mettent en ralation l’alimentation industrielles avec le developpement de l’otisme. Les pays qui consomment en masse les produit industriuelles serait potentielement plus sujet à ces problemes de handicapes.

Bref, apres ce discours de grand mere qui me tiens a coeur parce que c’est vraiment un truc super important de bien manger, ca sauve des vie sans dec, encore plus quand on pratique une activité mentale intensive comme le poker, j’ai une petite question @Lacerta_max.

Je vois que tu t’attaques à l’aspect sportif, as tu vu comment eviter les risques de perte musculaire dans un jeune intermittent (le corps va puiser son energie ailleurs que dans la graisse, je sais plus trop ou mais surment dans les proteine ou les muscles mais je ne suis pas sur) ?
Et j’ai vu que tu parlais de gros repas le soir, n’est ce pas la nuit que le corps secrete le plus d’insuline ? (ou alors tu parlais de repas sans glucides ?)

Merci :stuck_out_tongue_closed_eyes:
La bise.


#87

C’est pas le jeûne intermittent en lui-même qui va provoquer une perte musculaire. Mais le déficit calorique et p-ê protéique qu’il peut engendrer s’il est mal appliqué. Son principe n’est pas de simplement supprimer un repas, en général le petit déjeuner, mais aussi de répartir les calories de ce repas sur le reste de la journée.

Le jeûne intermittent n’est pas forcément un régime amaigrissant, même s’il favorise la perte de poids. Ce qui fait perdre du poids c’est un déficit calorique sur la journée.

D’ailleurs ça a été un problème pour moi de revoir ma répartition des calories.

Par contre pour ceux qui ont besoin de bcp de calories dans la journée on déconseille le jeûne intermittent. Cela ferait des repas trop copieux. Même si la warrior diet semble efficace. C’est pas pour rien que les gros culturistes font 5 ou 6 repas dans la journée.

Pour répondre à

Au contraire le fait de limiter les apports en glucides va encourager le corps à aller puiser dans les triglycérides. La fonte musculaire n’a lieu qu’en cas de déficit sur la journée ou si les muscles ne sont pas assez stimulés. L’alternative de prendre un petit déjeuner sans glucide, prônée notamment par Nico Dalam, est aussi efficace. C’est ce que j’ai fait pendant un temps et c’est ce qui m’a permis de faire la transition entre un régime avec glucides au petit déjeuner et jeûne intermittent.

Il y a plusieurs avis. Et je ne crois pas que la science nutritive, qui a encore bcp a apprendre, peut nous aider, surtout qu’il existe rarement une seule vérité dans ce domaine.

Mark Sisson déconseille de trop prendre de glucides le soir. Pour ces raisons d’insulines et de digestion. Mais en poussant les choses plus loin je me suis aperçu que ce n’était pas forcément une mauvaise chose, sous certaines conditions. La principale étant les combinaisons alimentaires. Je ne vais pas rentrer dans les détails, d’ailleurs je ne suis pas assez calé en la matière, mais en gros il y a certains types d’aliments qu’il faut éviter de mélanger au quotidien car leur digestion serait plus difficile. En passant lorsqu’on se sent “bien calé” pendant plusieurs heures, c’est souvent parce qu’on a fait de mauvaises combinaisons qui ralentissent et perturbent la digestion. Ce qui provoque entre autres fermentations et mauvaise assimilation des nutriments.

Parmi ces mauvaise combinaisons voici les principales:

Eviter les produits acides pendant les repas. Ce sont surtout les produits laitiers et les fruits (y compris les tomates). Les fruits ont normalement un passage très rapides dans l’estomac et risquent de fermenter s’ils sont retenus par les autres aliments. Idéalement on les prendra 1 à 2 heures avant un repas. Les fruits très sucrés, comme le melon, posent moins de problèmes semble-t-il. En tout cas il est surtout important d’éviter de les prendre avec des sucres dits “complexes” (féculents). De même on évite de mélanger plusieurs féculents.

Perso j’ai décidé de prendre principalement les féculents (patates douces, riz basmati, galette de sarrasin, pain complet, châtaignes…) le soir et les sucres rapides (fruits) en journée. Je reviendrai là dessus dans un prochain post, mais en gros le soir je ne vais prendre qu’une seule source de sucres complexes, aucune de sucres rapides, et je vais y associer des bonnes protéines, de bons lipides, et plusieurs portions de légumes (idéalement 1 ou 2 portions de légumes verts et 1 portion de légumes racines).

En faisant ainsi on est très rassasié et deux heures après on n’a pas cette sensation de digestion difficile. On peut même avoir à nouveau faim et prendre quelques chose avant d’aller se coucher, comme deux carrés de chocolat noir (très rassasiant) ou quelques noix… Ce qu’il faut comprendre c’est qu’avoir le ventre rempli n’est pas synonyme d’avoir suffisamment mangé, tout comme avoir le ventre creux n’est pas synonyme d’avoir trop peu mangé.


#88

Du coup tes macros ressemblent à quoi ?


#89

Voila un peu la base de ma diète. Pour les quantités c’est assez variable. Certains jours je vais manger bcp de fruits par exemple et d’autres jours je vais rajouter ou enlever des portions à mes repas. Je vais aussi jouer sur les quantités de lipide dans les repas: ajouter plus ou moins de noix par ex, ou prendre un avocat. Je peux aussi décaler mon déjeuner pour le fusionner avec le dîner. Il n’y pas de règles absolues. Et quand j’ai plus faim de d’habitude je peux faire des entorses aux “principes” et densifier un repas, par ex en rajoutant du pain complet ou des crêpes aux flocons d’avoine au déjeuner, mais c’est assez rare.

Déjeuner (essentiellement du cru, sauf les œufs)

  • 1 ou 2* légumes verts (souvent salade, crudité ou crucifère)
  • 1 protéine animale (généralement 2-3 œufs ref. 0 label bleu blanc cœur)
  • Bons lipides (huile de colza ou d’olive, graines, noix, avocat, chocolat noir, feta, olives, coco rappée, cacao en poudre)
  • Herbes et épices.

Dîner (plus souvent du cuit)

  • 1 ou 2 légumes verts (s’il y a 2 portions la première est généralement crue)
  • 1 légume racine
  • 1 ou 2 protéines animales (le plus souvent poisson), et poisson gras 2 ou 3 fois par semaine. La seconde portion facultative: souvent fruits de mer ou crevettes/thon en salade)
  • Apport glucidique en plus les jours de training. Par ordre de fréquence: patates douces, riz basmati, autres tubercules**, céréales (quinoa, avoine, pain complet), crêpes de sarrasin, châtaignes… Ne pas mélanger plusieurs sources de glucides complexes !
  • Bons lipides (huile d’olive ou de coco, graines, noix du Brésil, foie de morue, beurre et crème fraîche bio)
  • Épices, herbes, ails, germe de blé, etc… (tout ce qui est riche en micro-nutriments)

Encas éventuels (à jeun au moins 1 heure avant les repas)

  • Fruits et autres aliments sucrés ou acides***: fruits, miel et fromages de chèvre/brebis (privilégier les fruits rouges et les fruits locaux de saison)

*: nombre de portions
**: éviter les pommes de terre
***: Si vraiment on doit consommer ces aliments dans un repas (tomates, feta), ce sera au déjeuner (pas ou peu d’autres apports glucidiques)

Ajouts de saisons:

  • Printemps: + de tubercules ( au dîner)
  • Été: Aliments peu denses. + de fruits 1h avant le déjeuner ou au goûter (melon, pastèque, figues, cerises, raisins…) et de crudités. Fin été/début automne: céréales + noix.
  • Automne: + de noix au déjeuner, de châtaignes et de céréales au dîner (pain de seigle au levain, barres maison ou crêpes aux flocons d’avoine et noix)
  • Hivers: Aliments très denses. + de produits animaux et de gras saturés (viandes, crème fraîche, beurre, fromages de brebis et de chèvre, huile et lait de coco), de noix, de tubercules (dîner) et d’agrumes 1h avant le déjeuner ou au goûter (citron, orange, pamplemousse, pomélo… + kiwi)

#90

C’est top que tu partages ca avec tout le monde !

Depuis que tu as commencé ce changement de diet disons plutot, as tu commencé à en resentir des benefices ? Tu sens tu mieux dans ton corps ? Pas de grosses crises genre une envie insatiable d’un truc que tu mangeais avant et que tu as retiré de ton alimentation ? Tu prends toujours autant de plaisr a manger qu’avant ?C’est pas tout de manger comme les cromagnons mais il faut garder la notion plaisir dans l’alimetation, sinon il est impossible de tenir une diet :grin:.


#91

Ça me parait bien trop light même pour une sèche


#92

Ah j’oubliais un détail dans mon bilan: j’ai aujourd’hui le meilleur physique de ma vie. J’ai perdu 2 kg (c’était pas voulu) mais pas de masse maigre ! Par contre je n’ai pas non plus pris de masse musculaire. En même temps j’ai abandonné la muscu classique pour une muscu plaisir avec des séances plus plaisantes.

Faudra que je teste quand même une prise de masse. On a tous envie de plus de muscles ^^ même si ce n’est pas mon objectif principal.

Pour la plupart des questions il est difficile de répondre parce que mon évolution a été très progressive. Donc difficile de dire si telle ou telle amélioration est due au paléo, au jeûne intermittent ou même seulement à une meilleure hygiène de vie. J’ai commencé à me préoccuper de ça il y a plusieurs années et le modèle paléo n’a finalement été que dans la continuité des choses. De plus j’ai arrêté de jouer au poker, et ça ça a eu un gros impact bénéfique !

Comme je le disais je vais m’autoriser des écarts. Ils sont très variables et en fréquence et en quantité. Et pendant ces écarts j’en profite plus ! La semaine dernière je me suis fait une crêperie et j’ai jamais autant apprécié. Je me suis même permis des choses que je ne prenais pas avant. Pendant le mois de juillet je me suis des plaisirs en mangeant des glaces, mais au mois d’août j’en ai pas eu envie. En fait il n’y a aucun aliment que j’aime vraiment que j’ai complètement supprimé. De plus bcp de trucs que j’aime sont compris dans l’alimentation paléo, donc c’est forcément plus facile.

Un truc aussi: moins on fait d’écarts et moins on est tenté d’en faire au quotidien. Parfois je me surprends même à envisager une alimentation ascétique ! (mais ça ne dure pas^^)

Oui le problème c’est que trop de gens confondent régime alimentaire et régime amaigrissant. Ils ne comprennent pas que ce qui compte ce sont les habitudes à vie. On n’adopte pas un régime ou un mode de vie pour quelques mois le temps de perdre un peu de poids. C’est voué à l’échec. On doit revoir notre façon de fonctionner et de consommer de manière pérenne. Et c’est évidemment impossible si c’est pour mener une vie de privation. Maintenant il faut aussi savoir ce qu’on veut et il faut faire des choix pour s’adapter à un mode de vie sain.

C’est pas un programme de sèche, il n’y a aucune quantité précisée et le choix des aliments est très variable pour autoriser une certaine flexibilité. Les portions dépendent de chacun et il n’y a aucun problème à en rajouter. Cette diète est d’abord adaptée à moi et à mes besoins.

Mais comme je le disais plus tôt, pour ceux qui ont besoin de gros apports caloriques (>2600 Kcal je pense), je conseille de rajouter des repas car le jeûne intermittent leur est moins adapté.

Il y a aussi le problème de l’assimilation des nutriments. J’essaie de la favoriser par l’alimentation consciente, le jeûne et en optimisant les combinaisons alimentaires. Mais faut être honnête, la différence ne sera pas énorme, même s’il semblerait que les apports caloriques recommandés sont du flan et qu’ils sont plus faibles qu’on le pense si on parvient à assimiler les bons micro-nutriments en quantité suffisante.

Quoi qu’il en soit je pense que la plupart des gens mangent trop en plus de manger mal. Sans même toujours le savoir. Quand je repense à mon mode de vie il y a 20 ans je suis catastrophé^^ . Je ne peux donc pas jeter la pierre sur eux, même si quand je regarde les caddies au supermarché je suis affligé^^… Il y a clairement des problèmes de communications. Et puis la plupart des gens ne cherchent pas non plus à s’informer. En mode de vie sain comme dans bcp d’autres domaines.


#93

ca veut absolument rien dire ca!


#94

Ca on a pas le droit de le dire ici :zipper_mouth_face::sweat_smile: (à quels niveaux ?)

COMPLETEMENT !
Je ne sais pas si tu aimes plus que ca cuisiner mais c’est un tres bon moyen de prendre gout a bien manger sur le long terme.

Je ne peux qu’applaudire le maitre ! Encore uen fois, le meillerus moyen d’adopter un mode de vie plus sain, c’est dese mettre a cuisiner, prendre gout à bien traiter les produit qu’on acheter et a les transformer soit meme.

Cette phrase te rajeunis pas…:sweat_smile:

Ducoup question, tu as des enfants ? Si oui est ce que tu portes autant d’attention à leur alimentation et surtout, comment t’y prends tu pour les faire manger correctement ?


#95

Je sais pas comment tu trouves tes 2600kcal au vue des repas exemple données enfaite.
Y à pas mal de trucs qui me choc, notamment l’absence total de glucides dès le matin.


#96

Surtout au niveau des yeux et des articulations. Mais en réalité ça m’a surtout permis de libérer du temps pour bouger. Pour être en bonne santé il y a le sport et l’alimentation, c’est vrai, mais on sait aussi que moins on reste assis et plus on passe de temps dehors et mieux on se porte.

J’ai du m’y mettre mais ça reste très simple^^. Par ex j’ai appris à faire du gâteux cette année à presque 44 ans…

Par contre j’ai la chance de manger chez moi pour tous les repas. Ça aide pour bien manger.

Ça devient intime ce thread^^ Comme je suis séparé et que mes enfants vivent chez leur mère, quand je les vois j’ai tendance à leur proposer ce qu’ils aiment tout en restant raisonnable. On va dire qu’on se fait surtout plaisir lors des sorties.

Ça dépend des quantités. Tu sais il suffit de 3 c. à s. d’huile d’olive dans la salade et tu as presque 300 Kcal. Un avocat c’est encore 300 Kcal. Quand je prends des sardines c’est 200g et ça monte à 500 Kcal. Donc ça va très vite. Et si tu as peur de manquer de glucides tu rajoutes 2 bananes (250 Kcal et 60g de glucides) dans un encas et des fruits secs dans un second. Bref il y a plein de façon d’augmenter ces sacro-saintes calories.

De mon expérience c’est une bonne chose. On consomme trop de glucides en général, et le matin en particulier. Les supprimer le matin apporte une énergie plus constante dans la mâtiné. L’organisme apprend a ne pas dépendre des glucides et à taper dans les réserves de graisse.

Je n’ai rien inventé, j’ai suivi les conseils de gens mieux informés que moi et ça marche. Mais ce qui marche pour moi ne va pas marcher pour d’autres. En tout cas si on veut essayer il faut y aller progressivement et tester sur la durée et pas sur une ou deux semaines.

Pour rattacher ça au bouquin dont ce thread est lié, nos ancêtres il y a 30 000 ans n’avaient pas de glucides à disposition le matin en se réveillant, en tout cas surement pas de céréales. Et ils devaient être performant pour aller chercher leur nourriture, même en périodes de disette. C’est pour dire que notre organisme est adapté à ne pas avoir de glucides dès le réveil et il sait gérer ce manque sans qu’on se retrouve en hypoglycémie ou je ne sais quoi. Ça serait quand même ballot de tomber dans les pommes pendant la chasse aux rennes ou au bisons parce qu’on n’a pas eu sa baguette ou son bol d’avoine au petit déjeuner.


#97

Nice !
Tiens nous au courant :grin:


#98

Ça m’intrigue honnêtement, tout le monde sait pourtant que les glucides sont le carburant de notre corps. Du coup, en % de macro t’es à combien ? Ça ressemble à un mode de vie cétogène ?


#99

c’est faux! total cal>all faut tester, tu as des gens qui vont répondre bien bien mieux aux lip qu’aux gluc par ex


#100

Pour le carburant, c’est bcp plus compliqué que ça. Je ne suis pas un spécialiste mais en gros le corps va décomposé les protéines et les triglycérides en sucres ou en cétones qui remplacent le sucre. Mais ici ça n’a pas d’importance parce que je suis loin d’un régime cétogène. Je dépasse largement les 50g de glucides par jour. En réalité la plupart des gens surévaluent les besoins en glucides. La plupart du temps ils ne dépassent pas 200g par jour. Sisson recommande entre 50g et 150g. Perso certains jours je suis au dessus et certains jours en dessous (rarement en ce moment parce que je mange bcp de fruits l’été).

Pour la répartition de macro, je ne sais pas trop. J’avais calculé au début du challenge et ça tournait autour des 25%/35%/40% (protéines/glucides/lipides) mais ça a évolué depuis. Par ex mes protéines ont du un peu descendre. De plus ça dépend bcp des saisons, comme je le disais en ce moment je consomme plus de glucides et moins de lipides, mais à l’automne ça va changer.

Pour la part des glucides, même les “pro-glucides” du milieu de la muscu conseillent autours des 50% de glucides (en total caloriques). Je crois que seuls les frugivores végétaliens conseillent de monter très haut (80% !).

C’est quelque chose de très important. J’irais même plus loin: tout le monde n’assimile pas de la même façon les lipides animaux et les lipides végétaux.

Par ex on sait que les populations qui ont quitté l’Afrique au paléolithique ont évolué pour mieux assimiler les graisses animales. Je suis désolé pour les vegan mais les populations d’Europe de l’ouest n’ont survécu que grâce aux apports énergétiques importants offerts par ces graisses qui composaient en hivers le plus gros de leurs apports énergétiques.

C’est pour ça que quand on dit “oui l’Homme est végétalien par nature, regardez ces populations d’Inde entièrement végétaliennes qui vivent très bien”. OK, mais la sélection ne s’est pas effectuée de la même façon en Inde et en Europe. Chaque population est adaptée aux ressources dont il disposait lors de son évolution.

C’est un peu la base du modèle paléo. Mais en même temps ce que je reproche au bouquin de Sisson: il ne tient pas compte des spécificités de chacun. Pour lui tout le monde doit manger comme nos ancêtres européens adaptés aux hivers rudes.