Les cahiers du lézard


#1001

3. La prise de notes.

Le but principal de la prise de note est de l’utiliser pour mettre en place des stratégies exploitantes. Il y a deux choses à utiliser:

- Les notes prises ingame sur Vilain. Comme sa façon de jouer tel ou tel spot. Ceci nous donnera ses tendances générales, comme sa façon de jouer ses draws ou ses jeux moyens par exemple. On notera bien sûr ses betting pattern et ses sizings. Il est important que ces notes soient réellement utiles, c’est à dire qu’on puisse les utiliser pour exploiter Vilain.

- La synthèse des stats de Vilain pour repérer ses leaks (leakfinder). On fera ce travail afin d’élaborer des stratégies spécifiques. Pour cela on utilisera les stats classiques de CBet, fold to CBet, etc… mais aussi d’autres plus poussées comme les stab, fold to stab, etc…

Catégoriser les Vilains.

Je pense qu’un pastillage “reg” ou “fish” n’a pas grand intérêt, surtout en micro limites où la séparation entre les deux reste parfois très floue. Je vous propose plutôt cette catégorisation:

- “Reg” décent. Evidemment leaké puisqu’on est en micro limites, mais qu’il ne sera pas facile à exploiter. Contre lui nous appliquerons nos stratégies par défaut. Sans éviter les “reg wars”, ni les chercher.

- “Reg” mauvais. Autrement dit “surleaké”. Chacun aura des leaks différents et nous utiliserons beaucoup notre tracker pour les exploiter. Nous ne dévierons de nos stratégies standards que pour exploiter directement ces leaks. Par exemple s’ils ne défendent pas assez leur BB, on va open 90% de nos SB. S’ils fold trop aux 3bets dans une position particulière on va rajouter des combos à notre range de 3bet bluff. Etc… On va donc multiplier les petits moves exploitants au milieu de notre stratégie habituelle. Lorsque les leaks sont très importants ou nombreux, on acceptera même de les jouer en HU. Il est même parfois possible de sit des tables remplies uniquement de cette catégorie de joueurs, même si ce ne seront pas les plus rentables.

- “Fish” décent. Franchement je ne fais pas une grande différence entre cette catégorie et la précédente, et je les joue plus ou moins de la même façon. La différence se faisant surtout sur le type de leak, qui sont en général sur la façon de jouer leurs ranges. D’ailleurs certains de ces “fish” multitablent et jouent très régulièrement. Certains même jouent de moins bons ranges PF, mais savent mieux jouer post-flop que certains de la catégorie précédente.

- “Spot”. Voici la catégorie qui sera notre cible principale et contre laquelle on va jouer très exploitant. Le but étant souvent de les destacker avant les autres joueurs. Contre les deux catégories précédentes on va très souvent jouer beaucoup de petits ou moyens pots, et il sera relativement rare de les destacker quand ils seront en pampa. Avec les “spots”, nous pourrons prendre leur tapis parce qu’ils nous payerons avec troisième paire ou feront de gros bluffs stupides.

Il y a principalement deux types de spots:

- Le “loose mega CS”. Celui que les regs de petites limites préfèrent car ce sont les plus faciles à jouer. Il suffit contre eux de faire de petits bluffs, de grosses value, et de fuir en courant quand ils montrent de la force.

- Le “loose mega aggro”. Le fameux degen que ces même regs de micros qui adoraient le profil précédent détestent jouer. Il est effectivement plus difficile à jouer et nécessite un jeu parfois très high variance. Mais pour le joueur aguerri il s’agit réellement des meilleurs spots. A partir de certaines limites, ce sont ces joueurs qui sont le plus recherchés. Contre eux on va pouvoir adopter plusieurs stratégies distinctes selon les cas. Cela peut aller du stack off plus light au hero call des plus stressant… Je ne vous conseille pas de trop les bluffer tellement certains font n’importe quoi…

Mais comme la vie n’est pas parfaite, il est rare de pouvoir facilement catégoriser tous les Vilains distinctement. En réalité la plupart des joueurs sont dans des catégories plus ou moins intermédiaires et chacun est unique! Le pastillage servira cependant à pouvoir savoir vers quelle catégorie ils se rapprochent le plus.


#1002

Et la première partie du jeu PF que je n’avais pas non plus postée.

II Réflexions PF.

1. Principes et généralités.

1.1 Fondamentaux du jeu TAG.

Je ne souhaite pas imposer mon jeu et dire: “voilà, c’est comme ça qu’il faut jouer avec ces ranges”. Ceci est voué à l’échec parce que chacun possède son propre style de jeu et aura une approche différente du jeu dans sa globalité et de chaque situation en particulier. Je vais plutôt donner des axes d’amélioration et tenter de donner quelques outils gagnants et expliquer certains concepts. On commence donc avec les ranges PF. Si ceux-ci sont bien construits le jeu post flop sera beaucoup plus facile.

D’abord je suis partisan d’un jeu offensif en micro et propose donc des ranges de défense passive resserrés (moins vrai en BB). Ceci est sujet à débat, mais en voici les trois raisons:

- Eviter de créer de la dead money. Rentrer dans un coup passivement (en call 2bet PF ou en limp) avec une main marginale peut faire perdre énormément sur le long terme et en particulier si on n’arrive pas à assumer nos ranges après le flop. Le problème principal avec la dead money c’est qu’on sera trop souvent obligé de l’abandonner sur des squeezes, iso-raise ou CBet. Et puis éviter de trop jouer passivement PF nous fera prendre de bonnes habitudes pour les limites supérieures.

- Avoir des ranges qui dominent ceux de Vilain (sauf si les cotes offertes sont bonnes, en particulier en over-call de BB ou en over-limp, tant que la main reste profitable à jouer et se comporte bien en multiway). On pourra ainsi mieux se défendre post flop en étant souvent favori contre son range, ou du moins peu souvent dominé. C’est particulièrement vrai pour les broadways.

- Préférer jouer avec l’initiative, ce qui rend les coups plus faciles à jouer en micro.

On va donc essayer de jouer TAG (21/17/5 à 25/20/8) avec des ranges d’open tights OOP et semi-loose IP, mais rester presque NIT en défense passive. 19/16 avec 4-5 de 3bet est OK en NL2-5 et 21/17 avec 5-6 de 3bet est parfait jusqu’en NL10 (voir même au-dessus), même s’il y a moyen d’optimiser ça si notre skill post-flop est suffisant. Une chose très importante à garder en mémoire c’est que nos ranges sont dépendants de notre edge post-flop sur le field. Plus notre skill est important et plus nous devons jouer loose (dans tous les spots). Mais tant que notre edge reste à démontrer je conseille de jouer des ranges qui ont fait leurs preuves et sont profitables même avec un skill réduit.

Dans un premier temps, on va essayer de revenir à un 19 à 21/16 à 17/4 à 6 (VPIP/PFR/3bet) basique et solide qui a fait ses preuves et qui est presque mécaniquement gagnant si on reste rigoureux. Par la suite, lorsque ce jeu sera parfaitement assimilé il sera temps d’élargir les ranges (d’attaque et de défense). L’idée est de d’abord retrouver un jeu solide-gagnant avant de commencer à prendre des spots seulement marginalement gagnants.

PS: Je rappelle que le jeu gagnant le plus facile à appliquer et le plus profitable est le jeu TAG. Il ne faut pas oublier ce que cela signifie: on joue agressivement avec des ranges serrés, donc généralement avec l’initiative et avec des mains qui dominent celles de nos adversaires. On va donc éviter les actions passives, principalement PF, ainsi qu’entrer dans les coups avec des mains bancales sans l’initiative. Ces notions de la stratégie TAG sont importantes à garder en tête. C’est pour ça notamment que je proposerai des ranges de call et dans une moindre mesure de limp assez resserrés. La plupart des coups dans lesquels nous rentrerons le seront avec l’initiative.

Quand on a l’initiative les décisions post-flop sont en général plus faciles. Les seules questions que l’on se pose sont “puis-je value?”, “puis-je bluffer?” et “dois-je voler l’équité de Vilain?”. Quand on a call PF, la question que l’on se pose souvent post-flop c’est: “mince, je fais quoi?”.


#1003

Hello,

21/17/5 à 25/20/8 —> c’est plus LAG que TAG çà non ? :slight_smile:


#1004

Yeah ! 3 barrel mini puis tu reflechis !


#1005

Alors ce qu’il faut savoir c’est que cette partie a été écrite pas mal de temps avant le reste. Et au départ j’avais mis juste 21/17/5 qui était à peu près mes stats quand je grindais la NL10 et avec lesquelles j’ai eu de très bons résultats sur cette limite.

Mais par la suite en construisant les ranges pour l’article, je me suis aperçu que ceux-ci faisaient jouer 25/20/7. En remettant donc cette section au propre j’ai modifié les stats. Effectivement 25/20/8 est la limite entre TAG et LAG.

Cependant, il y a plusieurs façons de jouer 25/20. Les stats que je préconisent font jouer serrées sauf dans quelques situations particulières:

  • Open BU (50%) et SB (45 à 55%).

  • Pas mal d’over-limp, en particulier en SB.

  • Des over-call en BB sur un open du BU à 2.5x lorsque SB a déjà call.

Les deux derniers éléments vont un peu à l 'encontre du style TAG que je décris dans cette section. Mais pas tant que ça en réalité. La création de dead money est réduite. Les cotes offertes et la position (parfois relative) compensent les points négatifs dans ces spots précis. Et enfin ce sont des situations où j’ai évité de mettre trop de combos dominés.

La particularité du vrai je TAG (et non NIT) est une plus grande flexibilité. Ouvrir beaucoup en position de steal contre un field qui défend mal ses blindes ou défendre activement sa BB entrent tout à fait dans une stratégie TAG.


#1006

Re,

Moi j’aurais plutôt dit que 10/8–> nit, 14/18 ou 15/20 —>>>tag, et au dessus genre 17/20 ou plus c’est plutôt lag.

Du coup il est vrai aussi que lorsque on joue genre 30/25 ou 22/27 il semble évident qu’on considére que lorsque un 14/18 se trouve à notre table on le considère assez vite comme quasiment un nit forcément :stuck_out_tongue_winking_eye:


#1007

VGG pour ce taf de dingue MR Margouillat :wink:

La nuts ce que tu proposes à la communauté!


#1008

Je ne sais plus si j’ai déjà posté cette partie^^. Dans le doute je la mets…

2.1.2 Comment construire ses ranges de défense vs 3bet.

Face à un 3bet nous avons 2 objectifs:

- Ne pas être directement exploitable PF face aux 3bets. Du moins contre les joueurs qui peuvent potentiellement nous exploiter. Je rappelle que contre des Vilains trop serrés nous devons fold beaucoup plus: c’est nous qui exploitons le fait qu’ils ne 3bet pas suffisamment. Nous partirons du principe qu’il va falloir commencer à se défendre correctement lorsque le taux de 3bet de notre adversaire dépasse les 6-7% environ (et 8 à 10% de 3bet vs steal lorsque nous sommes en situations de vols de blindes), en particulier lorsqu’il a des ranges polarisés.

- Rendre l’ensemble de notre range (4bet, call 3bet et fold) moins perdant que ce qu’on perdrait en foldant (-300bb/100 pour un open à 3bb). Il n’est donc pas anormal que notre range de call 3bet nous fasse perdre de l’argent. Le but étant qu’il nous en fasse perdre le moins possible, et surtout moins que si on avait foldé.

On va donc essayer de trouver l’équilibre entre ces deux contraintes. La plus grande difficulté sera de construire un range de call 3bet le moins perdant possible. Il serait catastrophique de ne pas avoir assez de combos à défendre qui ne nous fassent pas perdre plus que si on avait foldé PF. Dit autrement soit de perdre de l’argent PF en over-foldant, soit en en perdant post-flop parce qu’on n’arrive pas à défendre correctement. L’inverse est par contre une bonne chose: pouvoir défendre plus de combos profitables que nécessaire.

Je vais maintenant expliquer comment construire nos ranges de défense vs 3bet.

D’abord on décide d’un ratio de défense.

En NL10 défendre environ 40% de notre range est suffisant et correct dans les situations où chacun utilise des sizings standards (un peu plus IP et un peu moins OOP). Par exemple défendre entre 36% et 38% OOP est une bonne base contre un 3bet à 9bb, et défendre autour de 42% à 45% IP suffit. Ainsi notre fold to 3bet ne sera pas théoriquement supérieur à 60% (mais en réalité ce sera Vilain dependant, puisque ces ranges seront aussi adaptés aux profils et aux sizings adverses). Notez que vous entendrez parfois dire qu’il faut défendre autour des 45% à 50% de nos ranges d’open puisqu’il faut aussi renir compte d’autres paramètres que la profitabilité PF des 3bets de Vilain. Ce sera peut-être vrai à partir de la NL50 où les ranges de 3bet sont plus loose et le rake moins important, mais en NL10 privilégiez un jeu solide.

Il faut aussi bien comprendre comment les sizings influencent les ranges. Vous ne devrez pas défendre avec les mêmes fréquences selon les sizings de 3bet de vos adversaires. Voici la profitabilité des 3bets des Vilains selon les sizings choisis dans plusieurs situations courantes (en gras les situations avec les sizings standards).

Hero CO open 3bb, Vilain BU 3bet 8bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 64% du temps. Hero doit défendre minimum 36% de son range.

Hero CO open 3bb, Vilain BU 3bet 9bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 66.67% du temps. Hero doit défendre minimum 33.33% de son range.

Hero CO open 3bb, Vilain BU 3bet 10bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 68.97% du temps. Hero doit défendre minimum 31.03% de son range.

Hero CO open 3bb, Vilain BU 3bet 12bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 72.72% du temps. Hero doit défendre minimum 27.28% de son range.

Hero CO open 3bb, Vilain SB 3bet 9bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 65.38% du temps. Hero doit défendre minimum 34.62% de son range.

Hero CO open 3bb, Vilain SB 3bet 10bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 67.86% du temps. Hero doit défendre minimum 32.14% de son range.

Hero CO open 3bb, Vilain BB 3bet 10bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 66.67% du temps. Hero doit défendre minimum 33.33% de son range.

Hero CO open 3bb, Vilain SB 3bet 12bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 71.87% du temps. Hero doit défendre minimum 28.13% de son range.

Hero BU open 2.5bb, Vilain SB 3bet 8bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 65.22% du temps. Hero doit défendre minimum 34.78% de son range.

Hero BU open 2.5bb, Vilain SB 3bet 9bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 68% du temps. Hero doit défendre minimum 32% de son range.

Hero BU open 2.5bb, Vilain BB 3bet 9bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 66.67% du temps. Hero doit défendre minimum 33.33% de son range.

Hero BU open 2.5bb, Vilain SB 3bet 10bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 70.37% du temps. Hero doit défendre minimum 29.63% de son range.

Hero BU open 2.5bb, Vilain SB 3bet 12bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 74.19% du temps. Hero doit défendre minimum 25.81% de son range.

Hero SB open 3bb, Vilain SB 3bet 9bb. Profitable pour Vilain si Hero fold plus de 66.67% du temps. Hero doit défendre minimum 33.33% de son range.

Quelques réflexions:

  • A sizing égal il est plus profitable pour Vilain de 3bet en BB qu’en SB (meilleur risk reward). Cela signifie que hero doit théoriquement un peu plus défendre contre BB que contre SB. Dans les faits cependant beaucoup de joueurs 3bet beaucoup moins en BB qu’en SB.

  • Il est plus profitable pour Vilain de 3bet IP que OOP, puisque Hero pourra moins défendre en étant lui-même OOP (désavantage de position).

  • Une blinde de différence dans les sizings de 3bet de Vilain modifie les fréquences de défence de Hero de 2 à 3%. Ce qui représente par exemple 7 à 10 combos à défendre en plus ou en moins au CO, et 12 à 19 combos au BU.

Une fois que vous connaissez la bonne fréquence de défense, convertissez-la en nombre de combos. Vous ferez ça pour chaque fréquence. C’est très facile avec des logiciels comme Equilab. Vous pouvez, et c’est plus simple et plus précis, travailler en nombre de combos au fur et à mesure.

Ensuite on calcule nos fréquences de 4bet.

On commence par construire nos ranges de 4bet value. C’est à dire on décide d’un range de 4bet pour stack off selon les positions (de Hero et de Vilain). On obtient alors un nombre de combos de 4bet value.

Pour des sizings habituels de 4bet les combos de 4bet value doivent représenter 55% à 60% de notre range de 4bet total. Je vous conseille d’être plus près des 60% de value dans les positions où les ranges sont tight et les sizings relativement gros, et plus près des 55% quand les ranges sont loose et les sizings relativement petits.

En utilisant une simple règle de 3 on obtient alors notre nombre total de combos de 4bet.

On calcule le nombre de combos de 4bet bluff. Il suffit de soustraire le nombre de combos de 4bet value à celui de 4bet total. On obtient 40% à 45% de combos de 4bet bluff dans nos ranges de 4bet.

Pour les sizings de 4bet faites environ X2.5 le 3bet. Voici ce que je vous conseille:

  • Vs 3bet à 8bb, 4bet à 20bb.
  • Vs 3bet à 9bb, 4bet à 22bb.
  • Vs 3bet à 10bb, 4bet à 23bb IP et 24bb OOP.
  • Vs 3bet à 12bb, 4bet à 25bb.

Puis on construit nos ranges de call 3bet.

Pour le nombre de combos c’est assez simple. Vous connaissez le nombre de combos de 4bet et celui de votre défense totale. En soustrayant le nombre de combos de 4bet au nombre de combos total défendus, vous obtenez le nombre de combos défendus en call 3bet. Maintenant le plus délicat est de choisir ces combos. On prend normalement les combos les plus forts qui ne sont pas 4bet pour value. Mais ne prenez pas seulement en compte l’équité pure. Dans un premier temps inspirez-vous de mes tableaux, puis vous pourrez construire vos propres ranges selon vos facilités à jouer tel ou tel type de mains. En général on choisit soit des combos qui peuvent être devant les ranges de 3bet de Vilain, soit des combos qui peuvent frapper un jeu qui bat les ranges de 3bet value de Vilain (surtout IP), voir qui pourront être jouer en semi-bluff lorsque nous estimons avoir de la FE.

Pour terminez on construit nos ranges de 4bet bluff.

On connait déjà le nombre de combos, il reste à les choisir. Ici aussi vous pouvez vous inspirer de mes ranges. Ceux-ci possèdent le défaut d’être trop figés, ce qui théoriquement est exploitable. Idéalement il faudrait 4bet un plus grand nombre de type différents de combos mais à une certaine fréquence chacun, ce qui est très difficile à mettre en place, et se contenter du feeling peut très vite nous déséquilibrer fortement. On devrait alterner entre des Axs, des broadways offsuit (les plus forts que vous ne pouvez pas call 3bet) et quelques autres types de combos. Dans un premier temps contentez-vous de suivre des ranges figés et n’en déviez que de manière exploitante (voir un peu plus bas).

Pour résumer:

  • On calcule nos fréquences de défense en nombre de combos.

  • On construit un range de 4bet value.

  • On calcule ne nombre total de 4bet.

  • On calcule le nombre de combos de 4bet bluff.

  • On calcule le nombre de combos à défendre en call 3bet.

  • On choisit nos combos à défendre en call 3bet.

  • On choisit nos combos de 4bet bluff.

Exemple:

Voici un exemple arbitraire d’une situation qui n’existe pas, mais qui vous montre comment procéder.

Notre range d’open dans une position donnée est de 20%, soit 266 combos. D’abord on calcule le nombre minimum de combos à défendre vs 3bet, disons qu’on décide de défendre 40% de notre range: 40% de 266 = 106. On calcule ensuite le nombre de combos de 4bet. Si notre range de 4bet/stack off est de 2.56% (QQ+ AK) ça fait 34 combos. Nous devons donc 4bet 56 à 62 combos (34/(55 à 60) X 100). On va dire 58 combos. On a donc 58 combos à 4bet, dont 34 à 4bet value et 24 (58 - 34) à 4bet bluff.

Nous manque encore 48 combos (106 - 58) à défendre pour atteindre les 40% de défense. Notre range de call 3bet sera donc les 48 meilleurs combos suivant ceux du pole value de nos 4bets, en essayant de privilégier ceux qui ont la meilleure équité post-flop.

Pour les 24 combos de 4bet bluff, on prend des mains en dessous de notre range de call et qui possèdent de bons bloqueurs sur le range value de Vilain (A et K), et si possible on va utiliser des combos suited pour avoir un peu plus de jouabilité post flop en cas de call 4bet de notre adversaire.

Adaptation exploitante vs gros 3better polarisé en blindes.

En micro limites nous tomberons souvent sur des joueurs qui ont compris qu’il faut défendre activement leurs blindes et qu’avoir de grosses fréquences de 3bet est une bonne chose. Cependant ils ont mal construit leurs ranges et sont trop polarisés, et donc incapables d’assumer leurs ranges.

Nous allons donc très simplement augmenter nos fréquences de 4bet bluff et nous déséquilibrer volontairement pour les exploiter. Comme ces Vilains sont polarisés et ne devraient pas trop call les 4bets nous allons privilégier les bloqueurs. Voici les combos type que nous allons utiliser:

- Des broadways offsuit trop faibles pour call: KJo KTo QJo QTo JTo (selon les positions). Par exemple si vous callez KQo et foldez KJo, utilisez KJo dans vos ranges de 4bet bluff, au moins à une certaine fréquence.

- Des Axo: ATo A9o A8o A5o A4o. Comme pour les broadways offsuit, utilisez les plus forts avec lesquels vous ne pouvez pas pas call un 3bet, plus de temps en temps A5o et A4o si vous avez A5s et A4s dans vos ranges de call 3bet.

- Des têtes suited: K8s K7s Q9s Q8s. Toujours en utilisant le même principe de choisir les combos qui suivent directement ceux avec lesquels vous allez call un 3bet.

On voudra surtout utiliser les bonnes dynamiques pour placer ces 4bets bluff en essayant de ressentir le bon moment, donc sans en abuser pour éviter de pousser Vilain à s’adapter si on l’estime capable de le faire.

A noter, comme je le disais plus haut, que théoriquement il faudrait construire des ranges de 4bet bluff moins figés que ceux que je vous propose, même en dehors de situations exploitantes. Idéalement donc des ranges de 4bet bluff comporteraient à une certaine fréquence les combos de mes ranges proposés et ceux que je viens de vous indiquer dans une situation exploitante, avec pour différence qu’on rajouterait des gappers faibles (97s 85s 74s…) et qu’on enlèverait sans doute beaucoup de Axo.

Par contre, contre les Vilains qui mergent leurs ranges nous risquons de jouer des pots 4bet. Contre eux nous avons besoin de moins défendre: ils ne tuent pas l’équité de nos mains avec des combos plus faibles, et nos ranges de défense serons plus souvent dominés.


#1009

Déjà posté : Les cahiers du lézard

Le moteur de recherche de la V4 est puissant :wink:


#1010

Il me semblait bien mais j’avais oublié de la tagger comme déjà postée^^.

En fait sur le PF il ne me reste que la section “cold 4bet” et “les stats secrètes du HUD” à rédiger. Concernant le post-flop, j’ai presque fini la partie “stratégies simples” (ne reste que la section “agressivité post-flop” dont deux des quatre parties sont presque finies), et toute la partie “stratégies avancées” doit encore être travaillée.

Voici le sommaire. Normalement il est quasi-définitif. J’ai retiré certaines sections que je pense inutiles. Je les rajouterai peut-être en bonus ici.

Introduction

I Réflexions générales

  1. Jouer les récréatifs et éviter les regs?
  2. Faites du HU!
  3. La prise de notes.

II Réflexions PF.

  1. Principes et généralités.
    1.1 Fondamentaux du jeu TAG.
    1.2 L’accumulation d’avantages.

  2. Ranges PF.
    2.1 RFI par position et défense vs 3bet.
    2.1.1 Open.
    2.1.2 Comment construire ses ranges de défense vs 3bet.
    2.1.3 Le vol de blindes en SB. Ou l’art de stealer.
    2.2 Iso-raise.
    2.3 Défense vs open.
    2.3.1 Call un 2bet PF: Equité pure, équité réalisable et gap concept.
    2.3.2. Stratégies générales de 3bet.
    2.3.3 Le jeux hors blindes en défense.
    2.3.4 S’adapter aux stealers.
    2.3.5 Défendre sa SB.
    2.3.6 Défendre sa BB.
    2.3.7 Ranges de squeeze et over-call.
    2.3.8 Le cold 4bet.
    2.4 Evolution de vos ranges et board coverage.

  3. Les stats secrètes du HUD.

III Réflexions post-flop.

  1. Stratégies simples.
    1.1 Remporter le pot post-flop
    1.2 Notion de ranges post-flop.
    1.3 Comment choisir ses bet sizings?
    1.4 Removal effect.
    1.4.1 Introduction au card removal effect (CRE).
    1.4.2 Comment utiliser les bloqueurs?
    1.5 Agressivité post-flop.
    1.5.1 Généralités.
    1.5.2 Delayed bluff.
    1.5.3 Affronter un donk bet de 1bb au flop avec air.
    1.5.4 Rappel: Comment jouer ses draws avec l’initiative.

  2. Stratégies avancées.
    2.1 Stratégie de CBet IP.
    2.2 Le jeu OOP.
    2.2.1 Stratégie de CBet OOP.
    2.2.2 Stratégie de check/raise as PFR.
    2.2.3 Stratégie de donk bet au flop.
    2.2.4 Stratégie de donk bet au turn.
    2.3 Général.
    2.3.1 Stratégie de raise CBet.
    2.3.2 Les types de bluffs.
    2.3.3 Le sizing de CBet à la mode: le 1/3 pot.
    2.3.4 Le 3 barrel bluff en pot 3bet.


#1011

Dernière partie concernant les ranges PF. Pour les réflexions PF il ne me restera que le 3. (les stats secrètes du HUD) à finir. Pour les réflexions post-flop il ne me restera que le 1.5 (agressivité post-flop) et ses 4 sections.

2.3.8 Le cold 4bet.

Un Vilain a open et un second a 3bet. Quelle stratégie devons-nous adopter? Ces situations sont relativement rares, mais il y a quelques idées à retenir pour éviter les erreurs.

a) Cold call 3bet?

Mon conseil est au départ de ne pas développer de ranges de cold call 3bet. Pour deux raisons:

- Notre range sera très resserré et souvent capé. En gros nous y mettrons des mains assez fortes, trop pour être fold et pas assez pour être 4bet. On y trouvera donc des AQ ou des JJ… et pas grand chose d’autre.

- On ne clos pas le tour d’enchère et la parole va revenir à l’initial raiser. Investir le montant d’un 3bet alors qu’on n’a encore rien investi dans le coup et qu’on n’est pas sûr de voir un flop diminuent grandement notre profitabilité.

Comme souvent au poker, il y a des exceptions. En particulier lorsqu’on pense que l’initial raiser ne va que très rarement 4bet et que le montant du 3bet n’est pas très élevé. Mais ces situations seront rares et ne resteront que des exceptions. Il y aura aussi quelques situations exploitantes où cold call un 3bet avec une premium peut être un bon plan.

b) Cold 4bet en value.

Ici je pense qu’il faut faire une petite différence entre 4bet en value et ranges de stack off. Il y a des situations où on peut 3bet en value mais folder sur un 4bet (on voulait value les ranges de call 3bet). Pour les 4bets les notions de commitude rendent les choses différentes. En général nos ranges de 4bet en value ont les odds pour call un 5bet shove, même s’ils ne sont pas forcément favoris. Typiquement avec des mains comme AK ou QQ qui ont souvent autour des 40% d’équité contre les ranges de stack off adverses, ce qui est meilleur que les odds offertes dans la plupart des situations courantes.

Dans une situation de cold 4bet, on n’a rien investi PF avant qu’un Vilain ne 3bet. Cela modifie quelque peu la profitabilité d’une line de 4bet/call 5bet et doit donc nous obliger à rétrécir nos ranges.

Mon conseil sera donc de ne 4bet en value qu’un range avec lequel on est prêt à stack off. Dans le paragraphe suivant on verra qu’on se retrouvera parfois à 4bet des mains très fortes mais qui sont déplacées de notre range value à celui de bluff (pas tout à fait réellement en bluff, on verra ça) dans certaines situations. En réalité nous sommes souvent face à un dilemme: contre qui devons nous adopter notre range de stack off? Contre l’initial raiser ou contre le 3better? Et c’est là qu’on verra que certains combos peuvent basculer d’un range de 4bet value à celui de 4bet/fold, suivant l’action qui va suivre notre cold 4bet.

Par défaut le mieux est souvent de stack off notre range de la position de l’initial raiser. Un peu comme si c’était nous qui avions open et avons subit un 3bet.

c) Cold 4bet en “bluff”.

Je vous ai conseillé plus haut de ne pas avoir de ranges de cold call 3bet. Mais si c’était nous l’initial raiser nous n’aurions pas uniquement des ranges de 4bet ou fold.

Hors le 3better n’a pas forcément un range très strong, et l’initial raiser non plus. Nous nous retrouvons donc très souvent avec des mains qui dominent leurs ranges mais qui sont pourtant en dehors de nos ranges de stack off dans ces positions. Ce sont des combos avec lesquels nous aurions call le 3bet si nous avions été l’initial raiser. On va prendre le haut de ce range pour cold 4bet.

Cela signifie qu’on ne va cold 4bet que des combos assez forts mais qui ne seront pas obligatoirement stack off. En réalité nos ranges de cold 4bet bluff sont des ranges de cold 4bet/fold. Nous ne bluffons pas mais volons l’équité de nos adversaires. Et lorsque nous subissons un 5bet shove nous affrontons un nouveau range plus strong et nous ne garderons alors que notre range de stack off dans ces positions contre cet adversaire.

Cela veut dire qu’on peut très bien 4bet un combo et le fold contre l’un des deux adversaires mais call un shove contre l’autre! Nous sommes dans une situation où nous affrontons deux ranges différents, et certains combos peuvent glisser d’un range de cold 4bet/call 5bet vers un range de cold 4bet/fold. Je pense en particulier aux AK dans les situations où l’initial raiser est en early position.

Mais la bonne nouvelle c’est que dans la majorité des cas on saura à l’avance dans quelle catégorie se situe notre main. AK peut d’ailleurs faire partie de notre range de cold 4bet/fold dans des spots où nous sommes crush par les ranges de 5bet des deux Vilains mais devant l’ensemble de leurs ranges.

Pour la construction de nos ranges de 4bet/fold nous allons suivre quelques règles:

- Etre dans un bon spot. C’est à dire estimer avoir suffisamment de fold equity. Plus les ranges adverses sont loose et mieux c’est. Le meilleur spot est quand l’open raiser est loose, qu’il fold beaucoup aux 3bets, et que le 3better le sait et aura un range large de 3bet.

- Etre dans le haut de notre range de fold. Ou plus exactement juste en dessous de notre range de stack off.

- Avoir les meilleurs bloqueurs possibles.

Les meilleurs candidats seront donc naturellement les gros broadways. Si possible avec un A et suited. AK et AQs dans les positions tight. AQs AQo KQs dans les positions semi-loose. Et plus les positions seront tardives et les ranges loose, et plus nous descendons vers des AJs KQo KJs… et jusqu’à parfois des ATo ou des A5s.

Les PP posent problème. Il n’y a pas pire combo à 4bet/fold. Cela crève le cœur, mais si vous n’êtes pas prêt à stack off ces mains vous devriez les folder… y compris parfois QQ. Pour cold 4bet/fold QQ il faut être sûr que Vilain n’a que KK+ dans son range de 5bet, et pour cold 4bet/call il faut être sûr qu’il n’a pas que KK+ dans son range de 5bet.


Cold call 3 bet ac A/Qs en BB?
#1012

Que du bonheur :slight_smile:

Merci


#1013

Tu devrait faire des articles PA tu as des chances de marquer des points @Lacerta_max :wink: J’ai trouvé de très bonne réflexion dans ce que tu raconte. Plutôt que de dévoiler tous ce que tu sais tu n’as jamais pensé a devenir coach ? Tu m’as l’ère assez pédagogue ^^


#1014

C’est pas quelque chose que j’ai envie de faire.


#1015

Quand le plaisir n’y est plus…

Je m’apprêtais à écrire ce billet quand la dernière vidéo de Valou est tombée: https://www.poker-academie.com/apprendre-poker/strategie-poker/strategie-generale/comment-definir-le-mental-au-poker.html

Étrange coïncidence ou karma (si j’en comprends la bonne définition…) , en tout cas elle me permet de donner un titre à ce post et peut-être de mieux le structurer. (en me relisant c’est pas sûr^^)

Ce qui suit ne va pas beaucoup surprendre ceux qui ont suivi ma progression cette année. L’envie n’y est plus, la flamme a disparu, je m’ennuie sur les tables et je ne veux plus me forcer à jouer. Je suis depuis quelques temps en roue libre. Et c’est la même choses hors tables, je ne travaille plus mon poker en dehors de mon groupe de travail hebdomadaire. Je vois d’ailleurs durant ces sessions de hh mon niveau de réflexion baisser de plus en plus… Quand on ne progresse plus, on régresse…

J’ai voulu me fixer des objectifs pour augmenter ma motivation. Cela a été un échec. Il s’agissait d’objectifs creux. Des objectifs de gains (WR) et de volume. On ne déconnecte pas nos objectifs de nos envies et nos envies de nos plaisirs. Même structurer mon grind n’a pas été une réussite alors qu’il s’agissait du seul objectif valable que je m’étais fixé. Le pire a été de me donner des objectifs de gains d’argent. C’est à dire de jouer pour l’argent. Rien de mieux pour se démotiver quand les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes. Mais dans mon cas ça a aussi révélé la vanité de mes attentes: pas de finalité intellectuelle ou spirituelle.

Dans cette vidéo Valou dit “quand on se force, on tue le plaisir”. Je retiens l’inéquation entre se forcer et le plaisir que doit rester un loisir. Je suis fatigué de me forcer. On se force assez pour tant de choses qu’on ne peut pas en rajouter dans nos loisirs sans qu’à un moment ça déborde.

Je n’ai donc pas réussi à me fixer d’objectifs parce qu’aucun ne me donnait envie. Je n’ai pas d’envies parce que je n’éprouve plus de plaisir. Si je dois trouver un objectif c’est celui de retrouver du plaisir. Tant que je sens que je me force c’est inutile de continuer.

Je vais essayer d’être plus explicite et pour cela sortir un peu du cadre du poker. parce que je pense que je vous le dois. Quand on s’expose dans un blog on a aussi quelques obligations. Mais sans vous raconter ma vie non plus, faut pas exagérer^^.

Je me pose énormément de questions sur ma vie et les directions à lui donner. Je me pose beaucoup de questions sur l’épanouissement personnel, ce qu’est le bonheur, et sur mes avenirs. Avenirs au pluriel parce que je parle d’avenir affectif, d’avenir professionnel, et ici ce qui nous intéresse d’avenir d’accomplissements. Je ressens le besoin de m’accomplir et de m’épanouir dans mes hobbies, peut-être de créer quelque chose. Je ne sais pas quoi, et je compte explorer différentes pistes. Mais je sais que je dois chercher une forme de plénitude et de sérénité que je ne trouve pas dans le poker.

Ce besoin de création m’a permis de faire “Notions de base”, “Maraver la NL2” et maintenant “Rétamer la NL10”. Sans parler d’une multitude de tableaux multicolores tous plus beaux les uns que les autres… ^^ Et je me suis beaucoup plus accompli à participer à PA qu’à grinder pour quelques €.

J’ai aussi pris conscience de l’inéquation entre certains aspects du poker et la personne que je suis. Il y a simplement des choses dans le poker que je n’aime pas. Ou peut-être que je n’aime plus. Par exemple les gros bluffs qui vont à l’encontre de ma personnalité (investisseur # épargnant). Au passage je remercie Choupik pour les récentes discutions très instructives qui malheureusement auront été pour lui une perte d’énergie et de temps.

Aujourd’hui ce n’est pas mon poker que je dois mieux structurer, mais mes objectifs IRL. Je dois trouver le bon chemin s’il existe. En espérant ne pas encore rester sur des impasses.

Mais entendons-nous bien, j’aime la communauté PA et vous n’êtes pas débarrassés de moi^^. Je suis et resterais sans doute un taulier de PA^^. Mais “Rétamer la NL10” sera très certainement ma dernière grosse contribution à PA. J’en profite pour remercier Sboss qui fait actuellement un gros travail pour le PDF. C’est juste que le poker prend de moins en moins de place dans ma vie et que mon niveau va aller lui aussi en se dégradant.

J’ai envie d’être libre et de briser mes carcans. De faire ce qu’il me plait quand j’en ai envie. Je continuerai sans doute à jouer au poker, mais sans contraintes… on verra dans les semaines qui viennent ce que je vais faire. En tout cas je vais finir “Rétamer la NL10”, ça c’est une certitude, et c’est actuellement mon seul objectif.

Voilà… désolé pour ce post décousu. Mais je voulais mettre les choses à plat et je pense que je le devais à tout ceux qui suivent ce blog.

A la fin du mois je ferais bien sûr mon bilan mensuel. Par la suite je sais pas trop, on verra.


#1016

J’ai hésité à liké ton post mais si c’est ton désir alors il n’y a pas de raison de ne pas le faire.
Bonne continuation ici et IRL.


#1017

Je suis de tout coeur avec toi,je pense te comprendre quand tu écris:

Je ne sais pas quel est ton âge mais sache que tout est possible si tu t’en donnes les moyens,perso après des mois de galère et une maladie bien pénible j’ai repris 2 activités salariées,je m’épanouie au contact des autres,je vis au jour le jour sans anticiper l’avenir car on ne contrôle rien,je fais par contre de mon mieux pour me dépasser à travers le sport,le travail,l’entraide… le poker est désormais plus une source d’ennuis que d’inspiration,c’est trop drainant par rapport à l’énergie dont je dispose en ce moment.

Bref trouve ta voie,à toi de tracer ton chemin afin de t’épanouir et trouver ton équilibre,le vrai échec c’est lorsqu’on n’a pas fait tous les efforts nécessaires pour bâtir sa réussite.

GL mec.


#1018

Je souhaite que ce ne soit que passager et te souhaite le meilleur irl et pour un retour rapide
:v:


#1019

Hello le lézard!

Je me questionnes sur une phrase de ton post.
Tu ressens le besoin de créer quelque chose?
Vis a vis du poker ou carémment dans un autre domaine?

Parce que je me dis que dans le monde du poker il y a des tonnes de choses à creer à apprendre et à transmettre…

Disponible sur Skype si tu veux en discuter ou sur ton pa book car ça m intrigue la force que tu arrives ou arrivais à mettre dans tes posts sur le forum et qui contraste avec ce dernier post.


#1020

Je ressens le besoin de m’ouvrir à autre chose. Le poker bouffe les gens lorsqu’on est trop plongé dedans. On pense sans arrêt poker. La voiture devant nous est immatriculée AA 666 BB et ça y est on repense à nos As craqués^^.

Je ne pense pas arrêter le poker, ce jeu me plait trop. Mais je suis à la fin d’un cycle et j’ai vraiment besoin d’essayer de m’épanouir dans autre chose. C’est encore assez flou et j’ignore quelle part le poker va garder dans ma vie. Ce que je veux c’est surtout qu’il ne pèse plus aussi lourdement et que je puisse un peu plus reconnecté mon cerveau à d’autres choses.

Je pense que les choses se préciserons d’elles même dans les semaines qui viennent. Maintenant que j’ai pris ma décision de prendre un peu de recul, je me sens déjà mieux. Je pense qu’il y avait deux éléments distincts qui m’ont poussé à prendre cette décision:

  • Trop de contraintes. Avec le temps je n’arrivais plus à avoir assez d’influx nerveux et j’avais toujours l’impression de jouer fatigué, même quand c’était pas le cas. Je ne jouais plus par envie mais par contrainte. Je ne veux plus de ça. Je connais mon niveau et ses limites et je sais ce que je peux attendre du poker. Mais je sais aussi ce qui en découle, et je n’ai juste pas envie de supporter ça. Comme je l’ai déjà dit, j’ai besoin d’enlever certaines contraintes dans ma vie et le poker est l’une des seules sur laquelle je peux agir.

Aujourd’hui je sais que je veux que le poker ne soit qu’un loisir plaisant qui ne me procure pas de stress ou d’autres émotions négatives. J’envisage quelques piste pour que ce soit le cas.

  • Besoin de m’épanouir ou de créer. Chose que le poker, ou plus précisément le grind ne m’apporte pas. J’ai toujours eu des hobbies cycliques. Les Échecs, l’aquariophilie, la muscu, les single malts… A chaque fois j’ai exploré ces domaines à fond… et après quelques années je passais à autre chose tout en les gardant dans mes centres d’intérêt. Avec le poker c’est pareil. La différence c’est que je ne sais pas vers quoi me tourner maintenant^^. Mais je ressens un vide que j’aimerais combler si possible avec un domaine qui me permette de créer. Plus jeune j’aimais dessiner (gosse je faisais des BD), ou écrire (ado j’ai écrit quelques nouvelles et même un début de roman dans le style Heroic Fatasy que j’affectionnais énormément). Et j’aimerais retrouver ce plaisir d’une façon ou d’une autre, et m’y investir à fond. Peut-être quelque chose qui me rapproche de la nature, je sais pas encore.

Bref, j’ai assez raconté ma vie comme ça^^. Je crois que tu as compris où je voulais en venir. Mais rassure toi, ma motivation pour finir “Rétamer la NL10” est intacte! Et on finira ça ensemble. Par contre je ne pense pas qu’après ça il me reste grand chose à transmettre.