Comment faire tilter vos adversaires (Partie 2) : Ironman et Pleutreman

Comment faire tilter vos adversaires (Partie 2) : Ironman et Pleutreman

Freudinou continue à s'intéresser aux déclencheurs de tilts chez les joueurs. Après avoir étudier le cas du "Bragman", le coach vous présente deux nouveaux profils : Le Pleutreman et l'Ironman.
 


Rencontre avec le joueur Ironman


Cet été, l’équipe de Poker Académie était réunie à Malte pour un stage intensif de préparation en vue de la nouvelle saison. C’est donc fort logiquement que nous nous sommes rendus dans un casino afin de parfaire notre technique et notre mental.
Lors d’un tournoi high roller au buy-in de 40 €, l’attitude d’un des joueurs m’a particulièrement interpellé. C’était un homme qui semblait très sérieux, calme et concentré. Chaque décision était mûrement réfléchie et il semblait avoir eu deux ou trois coups difficiles qui l’avaient plongé dans une mûre réflexion et qu’il avait fini par abandonner.

Son jeu semblait rodé bien que peu créatif. Un véritable mental d’acier à ce moment, c’est pourquoi je propose de lui donner le surnom de Ironman, le genre de joueur qui ne semble pas prêt de craquer sur une table de poker. Son tournoi n’était pas en danger, il lui restait une cinquantaine de blind lorsque survient le coup suivant : il isole très cher deux limpers au bouton et sa relance est finalement payée par un seul joueur en big blind, un adversaire vraisemblablement serré passif. Le flop est et le serré passif check.
Notre joueur au mental de fer fait son continuation bet, le regulier passif prend son temps et relance à tapis faisant peser l’élimination sur son adversaire. C’est alors que notre héros qui était jusqu’ici d’un calme olympien, sans avoir montré le moindre signe de tilt, se met à payer instantanément les 50 bb et montre… . Deux simples overcards. Sans surprise, le passif montre un brelan ( ) et élimine notre héros malheureux.

Ce coup peut sembler incompréhensible et pourtant il y a probablement une logique derrière que je vais vous décrypter ici afin de mieux lutter contre ce profil.

 

Le continuum impulsivité-compulsion


Il existe un modèle théorique en psychologie qui s’appelle celui de l’impulsivité perçue. Le sujet perçoit que dans certaines situations il peut avoir des conduites impulsives et il tente de s’en protéger en mettant en place des rituels compulsifs chargés de contrôler ses impulsions. Nous allons nous inspirer de ce modèle pour tenter de trouver une explication au comportement de notre joueur. 

Derrière son armure, il est probable que Ironman lutte en réalité contre certaines impulsions, c’est une hypothèse que je pense avoir été en mesure de confirmer avec les années. C’est pour se protéger d’elles qu’il met probablement en place un jeu contrôlé, carré, sans créativité et répété, d’où la référence à la compulsion.
Il ne doit pas y avoir de place pour l’improvisation car cet espace de liberté pourrait être mal utilisé et servir de brèche à ses actions incontrôlées. Vu de loin, c’est un joueur solide. Sur les tables online, peu de stats déviantes. Il s’agit souvent un joueur du type 21/18, tout est dans la norme, le Cbet juste au milieu de la norme, un Agression factor (AF) normal…

Au niveau des sizings, il semble répéter à l’ennui les mêmes schémas. En même temps, il est parfois capable d’un coup d’éclat en plaçant un bluff bien senti ou un bon bluffcatch si l’histoire qu’on lui raconte n’est pas crédible. Ceci étant, en regardant les notes, des incohérences que ne reflètent pas ses stats et son image apparaissent : « Call 3 barrel avec 3ème paire sans bloqueurs », « Bluff total Air river ». Il semblerait que de temps à autre les impulsions d’Ironman aient raison de lui. La question que nous allons nous poser dans un esprit totalement bienveillant est : comment casser cette armure ?

 

Casser l’armure rigide : la stratégie anti-chamade


Dans ma jeunesse, mes parents possédaient une Renault Chamade (dite chamousine). Un jour, sur l’autoroute de Bretagne, un camion de 38 tonnes a tapé sur le côté droit de notre sainte voiture, ce qui a eu pour effet de la déporter…en face du camion qui a donc tapé une nouvelle fois de face à 130 km/h.
Croyez-le ou non, nous n’avons même pas eu une égratignure et vu de l’extérieure, la voiture avait à peine un peu de tôle froissée même si de l’intérieure, elle était bonne pour la casse. C’est donc fort logiquement que mes parents ont décidé de racheter une nouvelle chamade. Après des années de loyaux services, cette dernière a simplement succombée de mort naturelle. Usée par la fatigue, ses éléments ont simplement terminé par céder. Cette voiture capable de résister à un 38 tonnes avait simplement finit par s’incliner à de simples démarrages et freinages à répétition que ce mastodonte des routes semblait pourtant pouvoir supporter éternellement. Et c’est exactement comme cela que nous allons briser l’armure de Ironman, nous allons l’user jusqu’à ce qu’il cède, inutile d’essayer de déclencher son tilt sur un coup. C’est la fréquence qui importe et non l’intensité.

Il faut pour cela comprendre dans quel monde vit Ironman, qu’est-ce qui va attaquer son armure ? C’est généralement quelqu’un qui accorde une grande importance à des valeurs telles que l’ordre, le mérite, la justice, etc. C’est un esprit méticuleux et perfectionniste sur les tables. Tout ce qui va à l’encontre de ces valeurs est une attaque envers son monde qui est en général rigide et binaire. Il y a le bien et le mal, le bon et le mauvais, etc.
Face aux attaques de cette conception, sa stratégie va être de sauvegarder ses apparences et de ne pas dévier de sa ligne de conduite.

Le souci pour lui étant que tout ceci lui demande une certaine énergie pour maintenir cette digue et nous allons constamment solliciter cette énergie, constamment attaquer ses conceptions et ses valeurs pokéristiques afin de le faire dévier de sa ligne de conduite. L’idée principale est de jouer sur le fait que le fer est finalement assez rigide et résiste aux chocs plus qu’il ne les absorbe. Quand il casse, il casse d’un coup (enfin il me semble, n’oubliez pas que j’ai eu 6 en physique au bac mais comme ça m’arrange pour ma métaphore…). 


Le vilain petit canard entre en action
 

  • 1ère étape : nous devons apparaître comme un bon joueur. Ironman se contrefous de voir un récréatif lui infliger un bad beat. Un bon joueur d’après ses conceptions a un devoir : bien jouer. Si vous êtes en coaching avec moi, hélas, je crains qu’on ne puisse rien faire pour vous à ce sujet mais pour les autres, en travaillant votre jeu, en participant au forum et en n’allant pas sur d’autres sites que Poker Académie, il reste un espoir. 
     
  • 2ème étape : créer le bad beat, mais attention, pas n’importe quel bad beat. Inutile de lui craquer les As dix fois d’affilé avec KK. Tout ceci est normal. Faite plutôt un call douteux qui apparaitra comme une erreur mais pas comme du n’importe quoi. Flirter avec la frontière, Ironman déteste justement ce qui est incertain, sujet à discussion, tout doit être classé, catégorisé.
    Les bluffs que vous avez interprété comme étant créatifs chez lui son probablement le fruit d’une mission qu’il s’était donné de remplir : tel coach a dit qu’il fallait bluffer ici, il le fait. Ironman est l’anti Bragman. Par exemple, si vous payez un 3bet avec 75s CO vs BTN, si votre quinte rentre river en ayant payé hors cote à la turn et que vous craquez sa paire d’As, attendez-vous à…rien.
    Il va falloir répéter ce coup plusieurs fois avant que l’armure ne craque. Souvenez-vous, la chamade n’a pas craqué sur son premier pilage, Ironman ne va pas craquer sur son premier bad beat. N’exagérez pas, ne tentez pas de mettre ce bad beat à tout prix, au contraire, développez l’image du joueur qui sait jouer mais qui ne rempli pas son devoir de bon joueur de manière sporadique.
     
  • 3ème étape : Ironman est mûr, il est temps qu’il rentre dans le mur.


Ne vous en faites pas, Ironman va vous dire quand il est mûr, généralement, deux comportements : soit il se met à jouer très vite contre vous, soit tout simplement il va animer le tchat. N’hésitez pas à faire preuve de mauvaise foi sans rentrer dans la caricature. Quelque chose comme « c’est standard, si tu étudies le jeu correctement avec PIO tu le verras ».
L’ignorant donne des leçons ! Il n’admet pas sa faute ! Que justice soit faite ! Et cela tombe bien, Ironman est un justicier, ne vous inquiétez pas de le voir quitter la table, il ne se défile pas face au devoir ! Rien n’énerve probablement plus Ironman que de vous voir comme un petit fanfaron intelligent. D’épuisement, Ironman finira par partir en tilt et souvent arroser la table durant une session à rallonge. Tout le monde y aura le droit, reg et récréatifs en vacances à Malte.

 

Pleutreman ou la stratégie de l’évitement


Ironman est souvent confondu avec un autre profil, le nit, que nous appellerons ici Pleutreman. A première vue, il s’agit du même type de joueur. Manque de créativité, des lignes sérieuses et qui se répètent, prise de risque très modérée.
En clair, les jetons ne vont pas voler, pour les sensations, il faudra repasser…
Pourtant ces profils sont à mon sens très opposés. Pleutreman est dans l’évitement, au contraire de Ironman, il n’a pas de super armure. Sa seule défense, c’est d’éviter de se faire attaquer et de n’emprunter que des chemins balisés et sûrs. Dans l’écosystème des joueurs de poker, il s’agit d’un être furtif, il pratiquera des raids éclairs avec son brelan avant de retourner folder ses mains.

On pourrait résumer la différence entre ces deux joueurs par cette formule : Ironman lutte contre un ennemi intérieur tandis que Pleutreman lutte contre l’ennemi extérieur.

 

Comment le reconnaître ?


Pleutreman vous relance à la turn, vous avez 1500 mains sur lui et vous regardez vos notes : rien. C’est typique de son profil qui ne cherche pas à faire de vagues. Ses stats online sont un peu plus serrées que Ironman, on sera plus sur des valeurs du type 19/16 et l’abandon survient rapidement, par exemple un continuation bet élevé, comme 70/75 % suivi d’un Cbet à la turn assez bas :  40 %. Pleutreman n’est pas venu lutter et se mettre en lumière. En défense les choses s’aggravent généralement avec un fold au Cbet assez haut, vers les 55/60 % alors qu’il a pourtant des ranges préflop solides. En live, c’est un joueur discret bien que courtois. Contrairement à Ironman qui peut parfois sembler presque hautain dans ses habits parfaits et ses formulations d’une politesse exquise.
 
Si vous voulez les distinguer en live, je vous conseille de pratiquer le test de la blague. Sortez une blague avec un air sérieux, un truc un peu énorme où on peut vraiment se demander si vous plaisantez ou non. Petit exemple : « Ouais bah t’façon j’ai mal joué la main, du coup le casino n’a pas accepté et m’a sorti cette river qui m’a tué ». Pleutreman esquissera un sourire poli, Ironman…ne comprendra pas le second degré et vous regardera étrangement mais avec contenance.

Dans tout ceci il y a un rapport particulier à ce qu’on pourrait appeler la centralité. Ironman tente de parvenir au centre, il veut devenir un bon joueur, simplement, ses impulsions freinent sa progression. Ironiquement (si je puis dire…), il est victime de son perfectionnisme. Pleutreman ne désire pas du tout être au centre ou dans la lumière, il veut s’installer discrètement sur la table de poker et à l’aide de quelques formules magiques ramasser l’argent. Notons un paradoxe, ramasser l’argent, c’est au final être dans la centralité mais il veut réaliser cet exploit impossible de se retrouver dans la centralité sans avoir à assumer ce que cela demande. Comble de l’ironie, il se retrouvera souvent dans cette centralité en tant que victime, le carré battu par carré supérieur, c’est en général pour lui…



Lutter contre Pleutreman


En réalité, il n’y a pas vraiment de lutte contre Pleutreman, c’est même le contraire…il va falloir lutter contre vous-même pour ne pas abuser ! Face au danger, Ironman restera coûte que coûte, au contraire, Pleutreman adoptera une réaction assez simple : la fuite. Il va donc falloir profiter sans abuser. 

Pleutreman, c’est un peu le livret A des tables de poker, il rapporte petit sans trop d’efforts. Mais si vous tentez de transformer votre livret A en distributeur ATM il risque surtout de se transformer en Visa electron. Ceux qui ont déjà eu une Visa electron me comprendront…

Petit exemple de stratégie : volez-lui les blinds régulièrement, élargissez mais n’abusez pas. Si vous montrez un 75o, il va vous identifier comme un voleur mais pas forcément comme un danger. Si vous lui montrez 93o, clairement, il saura que vous vous moquez de lui, des sentiments de honte pourraient même naître chez lui et il déteste avoir honte devant les autres. Sa réaction sera tout simplement de partir…Vous pouvez également de temps à autre tenter un bluff contre sa range capée à la river, si vous le mettez sur une top paire par exemple. Un overbet la fera souvent folder mais une nouvelle fois, ne faites pas cela une main sur deux. Pleutreman déteste par-dessus tout jouer un gros pot sans avoir la certitude de le gagner. C’est d’ailleurs pour cela que même lorsqu’on le met sur une bonne main, des stratégies de check/raise au flop sont efficaces. En effet, sur un board 742, il n’est pas venu investir son tapis avec 88 et cherchera la première excuse pour folder. Par exemple votre mise à la turn sur un K alors que finalement, cette carte ne change pas grand-chose à la force de votre range.

 

Le rapport au travail de nos deux héros


Je pense qu’il est intéressant de faire un petit détour sur la façon dont peuvent travailler nos héros en dehors des tables. Etant donné que Ironman veut tout contrôler, il va être un spécialiste des tableaux sans fins qui mettent des heures à se créer…et également un spécialiste pour ne pas les apprendre. Oui, sachez que Ironman cherche la centralité mais qu’il a une tendance à s’en éloigner dès qu’il s’en rapproche trop…Souvent, il a tendance à s’auto épuiser.
Toutes ces heures qu’il passe à travailler mais également à ruminer ses mauvaises actions lui prennent beaucoup d’énergie et il n’est pas rare qu’il face un burn out qui l’éloigne des tables des mois durant. Pleutreman quant à lui est moins assidu, il va plutôt trouver son plaisir à regarder du poker récréatif, une bonne Table finale avec des millions à la clé par exemple. Son rapport au travail est assez simple : il cherche des formules généralistes. « Ca dépend » est une réponse qui l’angoisse, il préfère des choses comme « avec top paire tu payes toujours deux fois et tu fold la river » tandis que Ironman va se mettre à étudier tous les scénarios consécutifs à ce « Ca dépend ». 

 

« Filez-moi le pseudo du gars qui a écrit ça, je vais lui montrer si je sais me contenir »


Le tableau que je dresse peut sembler une nouvelle fois caricatural et une nouvelle fois, il l’est. Précisons par exemple que ce n’est pas parce qu’un joueur est un Ironman ou un Pleutreman sur les tables qu’il l’est également dans la vie, c’est même parfois tout l’opposé. Moi-même, j’ai adopté ces profils de joueurs lors de différentes étapes de ma progression. Tout d’abord Pleutreman car j’avais conscience que ma technique était limitée et ma gestion de Bankroll disons…ambitieuse…J’avais peur de perdre les sommes que j’engageais. Faire tapis avec JJ, vous savez, ce n’est pas pareil quand cela représente les ¾ de votre bankroll…Ensuite, j’ai voulu être sérieux et j’ai naturellement pris le profil de Ironman pour combler mes penchants à la farniente et assumer mes objectifs. Enfin, je suis ensuite parti vers de nouveaux profils…

Dernière précision et non des moindres, ces deux approches ont leurs qualités, ce n’est que poussées à leurs extrêmes qu’elles deviennent des défauts. Après-tout, est-ce si mal de vouloir être carré et bien jouer sur les tables ? Probablement pas. De même, faire des tableaux de manière sérieuse et ruminer un peu un coup qu’on a mal joué, je ne pense pas non plus qu’on peut parler de d’erreur fondamentale…Pleutreman est prudent, est-ce que d’être prudent sur une table de poker peut être considéré comme un défaut ? Certainement pas. Il faut simplement essayer de rester dans la juste mesure, rester méticuleux mais pas obsessionnel, prudent mais pas phobique. Si vous prenez un peu des qualités de ces joueurs, nul doute que vous venez d’ajouter une nouvelle carte à votre technique.


 

Poker Management System

Présentation de Freudinou


Joueur de poker professionnel et coach sur Poker Académie depuis 2013, Freudinou a coaché à ce jour plus de 150 joueurs dont certains sont aujourd’hui professionnels. Il peut coacher des joueurs jusqu’en NL 30, son approche se veut construite et organisée. Psychologue de formation, l’aspect mental du jeu, encore bien souvent négligé, fait partie intégrante de ses coachings. Il a également une bonne maîtrise des logiciels poker (Trackers, Flopzilla, PIO Solver…). Pour plus d'informations, cliquer sur sa fiche coach.

 

SA FICHE COACH

 

Statut premium Poker Académie

Devenez membre premium

 

  Vidéos en illimité : Accès illimité à nos 1600 vidéos pédagogiques

  Diffusion continue : 2 à 3 vidéos premium par semaine d'un top coach

  Contenus techniques : Accès illimité à l’ensemble de nos e-book, quizz et articles

  Tickets à gagner : Tournois privés, 400€ distribués chaque mois

  Rakeback boosté : Un programme de fidélité boosté sur nos rooms partenaires

 

JE DEVIENS PREMIUM