Le cash game en microlimite est encore battable - La preuve par 7

Le cash game en microlimite est encore battable - La preuve par 7

Duxili a terminé 2ème égalité du concours du meilleur article du mois de mai. Il nous parle des tables de cash game en micro limites, et nous présente 7 arguments implacables qui prouvent qu'elles sont toujours battables, malgré les plus sceptiques.

 


Le sujet est récurrent ici et ailleurs où nombre de joueurs de micro nous expliquent qu’il est devenu quasi impossible de battre leur limite. Les septiques trouveront toujours des raisons de douter et le débat va faire rage une nouvelle fois.
Je prends pourtant le risque de le relancer en vous présentant 7 bonnes raisons de croire que les micros sont au jour d’aujourd’hui largement battables.

 

1. Les coachs le disent

Pour moi c’est suffisant et j’aurais pu m’arrêter là. Parce qu’un coach sur PA c’est quelqu’un de sérieux qui connait son business. Pour ne parler que d’eux, les coachs micro ont des élèves… en micro, ils en connaissent le niveau, savent les leaks de leurs élèves et leurs winrates, et tous disent que les micros sont non seulement battables, mais qu’on peut même les crush !

2. Les joueurs sérieux de mid-stack l’ont prouvé.

Car rares sont les regs de NL20+ qui ont commencé en NL20+ avec la science infuse. La quasi-totalité a fait ses armes en micro avec un Bankroll management raisonnable. Donc s’ils sont aujourd’hui en NL20+ c’est qu’ils battaient la NL10. CQFD.

3. Les joueurs de micro le disent.

Des académiciens le disent et donnent leurs stats pour le démontrer ! Pour ne prendre que la NL10, qui est a priori la plus difficile des micros, voici quelques noms et stats :
Lacert@X +5,4 bb/100 en 66 kh sur OnGame (en majorité) et Poker Stars
Ludogreanu +11,1 bb/100 en 258 kh sur des réseaux aussi variés que Barrière, iPoker, OnGame et Poker Stars
Duxili + 5,8 bb/100en 64 kh sur le réseau Party Poker (PP).

4. Les classements le prouvent.

Le plus simple c’est PokerTableRanking (PTR). Malheureusement il ne couvre que le réseau PP sur le .fr. En voici donc un extract triés par volume depuis le début de l’année.

PPleader.jpg


On peut aussi se pencher sur le challenge CG micro hebdo de Winamax. C’est plus pénible à lire car il faut trouver un joueur qui y soit quasi tout le temps pour que ses gains cumulés soient représentatifs de son niveau de jeu (s’il y est une semaine sur 2 on peut supposer qu’il perd la semaine où on n’a pas ses stats ce qu’il a gagné la semaine où on les a, même si en fait il a juste pris des vacances). Voici deux exemples de joueurs qui ont été dans le classement avec de gros volumes et sans discontinuer ces dernières semaines:

- FishMyBank avec +11.2 bb/100 en 50kh sur les 3 dernières semaines
- Badathai avec +2.7 bb/100en 72kh sur les 4 dernières semaines.

5. Presque tous les joueurs de micro, même gagnants, restent de mauvais joueurs et/ou de gros multi tableurs.

Parce que s’ils avaient le niveau technique et mental pour être gagnant en NL100, ben ils ne joueraient pas en micro ! Allez faire un tour sur les PA book des joueurs gagnant, vous verrez que les joueurs reconnaissent qu’ils ont des (gros) points faibles qui les handicapent : qui joue plus souvent son B-game que son A-game, qui n’arrive pas a fermer ses sessions, etc
Et ce sont des joueurs avec un bon winrate ! Alors quid des joueurs marginalement gagnant ? Tout en conservant leur anonymat, voici quelques stats que me donne mon trackeur parmi les joueurs que j’ai le plus joués et qui sont gagnants avec un winrate sous les 3 bb/100 et un volume de plus de 100kh (source PTR):

- Joueur 1 (3kh) 18/8 3,6% de 3-bet, 29,9% de WTSD, Flop cb 52%, Fold vs 3-bet 22%,
- Joueur 2 (9kh) 22/6 0,9% de 3-bet, 30,3% de WTSD, Flop cb 91%, Fold vs 3-bet 61%.

Pas besoin d’être un grand expert pour déceler des leaks juste monstrueux.
Enfin je vais détailler le meilleur exemple, en tous les cas celui que je connais le mieux : le mien. J’ai tellement de leaks que je ne peux plus les compter ! Allez faire un tour sur mon suivi pour voir tous les leaks que l’ont m’a trouvés (et la liste n’est pas exhaustive puisque j’en ai identifiés d’autres par moi-même !).

J’ai donc fait un petit exercice pour chiffrer le coût de mes erreurs : pendant 10 jours, j’ai repris tous mes pots (gagnés ou perdus) supérieurs à 19 bb et j’ai posté ceux que j’ai mal joués sur mon PA Book pour revue en chiffrant combien ils m’ont couté (ou rapporté, y a pas que les fishs qui ont le droit de chatter !). Evidemment cela sous-estime le coût vu qu’il y a surement des mains que j’estime avoir bien jouées avec mon niveau de joueur de NL10 et que je n’ai donc pas postées pour revue alors que ma ligne était loin d’être optimale.

Le bilan est révélateur : sur 11,4 kh mains jouées sur la période de l’exercice, 249 ont eu un pot supérieur à 19 bb et j'ai merdé dans 17% des cas.
L’impact direct sur ma bankroll a été de - 827 bb soit –7,2 bb/100 de winrate ; et je peux vous assurer que je fais aussi de nombreuses erreurs dans les pots plus petits et que l’impact de mon mauvais jeu est au total superieur à ce chiffre. Et malgré toutes ces erreurs je gagne 5,8 bb/100 sur 46 kh.

Donc si un mauvais joueur de poker parvient à gagner plus de 5 bb/100 en NL10, imaginez le winrate d’un bon joueur en NL2 !

6. On n’a pas besoin de 300 kh à une limite pour affirmer qu’on la bat.

C’est sur statistiquement il faut au bas mot 200 kh pour que l’échantillon soit représentatif. Et seul un exemple cité à mon point trois correspond à ce critère. Donc c’est pas parce que des joueurs ont chattés sur 70 kh que la NL10 peut être battue sur un échantillon représentatif de 200 kh, 300 kh, à la limite qu’importe le chiffre demandé.

Et effectivement quasiment aucun joueur ne peut justifier d’un échantillon gagnant avec un vrai bon winrate sur 200 kh en micro. Et pour cause ! Si on a un bon winrate, on aura bien raison d’up de limite sans attendre les 200 kh !

Je reprends mon exemple, après 8 kh en NL2 à 42,5 bb/100, mon analyse qui me dit que je crush la limite et la bankroll suffisante. Alors je monte en NL4, et au bout de 26 kh j’en suis à 20,8 bb/100, une analyse qui me dit que je crush la limite et la bankroll suffisante. Bon vous avez compris. Au total en micro j’ai 132 kh avec un gain de 14,3 bb/100. Ca devient assez difficile de croire que je ne crush pas la NL2, sur un tel échantillon en continuant à être gagnant à des limites supérieures.

Overall.jpg


Et pourtant si j’avais du attendre 200kh pour up j’en serai toujours à crush la NL2, je n’aurais pas autant progressé ni techniquement ni mentalement, j’aurais gagné beaucoup moins d’argent et pire que tout je serais sans doute en train de m’ennuyer en mode semi-automatique.

Soit, donc je crush la NL2, mais quid de la NL10 ? 46 kh c’est pitoyable comme échantillon, avec la variance au poker on peut rien en conclure, non ?
D’un point de vu purement statistique c’est exact, mais cela suppose aussi que ce soit encore plus vrai pour un échantillon plus faible. Pourtant mon jeu est significativement gagnant à toutes les positions (retraitées du montant des blinds et vs les benchmarks classiques par position) sur des échantillons pourtant beaucoup plus faibles, mon jeu est gagnant sur la quasi-totalité de mes moves, sur la quasi totalité de mon range d’open, sur la quasi-totalité de mon range de limp, de 3-bet, etc.

Pourtant à chaque fois la variance s’applique et je devrais donc être perdant dans certains domaines au moins, si mon jeu n’était pas nettement gagnant : statistiquement quelle est la probabilité d’avoir des stats gagnantes à tous ces postes dont beaucoup sont indépendants ?

Par ailleurs au-delà du chiffre il y a le fait que j’ai progressé : je joue beaucoup mieux en NL10 maintenant que lorsque j’ai débuté, car je me suis adapté. Il parait donc légitime de penser que mon winrate moyen sur 46 kh a un biais assez négatif par rapport à mon niveau actuel. Le fait est que je sais maintenant quoi faire dans la plupart des situations avec un raisonnement étayé qui justifie mon move comme EV+ et que mon trackeur confirme comme étant EV+.

Bref je n’ai aucun doute sur le fait que malgré tous mes leaks et un échantillon de seulement 46 kh, je suis clairement gagnant en NL10, même si le winrate affiché de 5,8 bb/100 au bout de 46 kh n’est bien entendu qu’une estimation très approximative (mais c’est la meilleure mesure dont je dispose) de mon niveau réel.
Et pour les plus dubitatifs souvenez-vous des stats de ludogreanu. Et pour ceux qui en veulent plus, voici le graph d’une joueuse qui a joué 700 kh en NL 2 sur Winamax sans monter de limite !

joueuse.jpg
 
 

7. Rien ne prouve que le niveau en micro augmente.

Beaucoup de joueurs dubitatifs incriminent la fin de l’âge d’or du poker pour illustrer la difficulté de battre les micros. La preuve c’est que le nombre de joueur a diminué, ce qui prouve que les regs abandonnent faute de continuer à gagner de l’argent et que les fishs désertent les tables.

L’argument venant de joueur si pointilleux sur la taille d’un échantillon représentatif manque pourtant d’une certaine rigueur intellectuelle : certes le nombre de joueurs a baissé mais rien ne permet d’affirmer que seulement les joueurs mauvais et moyens sont partis, ne laissant derrière eux que les bons joueurs.
Du reste quand on regarde la courbe de la joueuse sur Winamax, on ne note pas de fléchissement dans la tendance qui permettrait d’accréditer cette hypothèse.

L’hypothèse d’une augmentation du niveau est donc certes intéressante et reste plausible mais je mets au défi ses promoteurs de nous la démontrer !

 

Article écrit par Duxili