Poker Académie Poker Académie Poker Académie

Bluffer : l'approche aléatoire vs l'approche temporelle

Bluffer : l'approche aléatoire vs l'approche temporelle

Le bluff est une des armes les plus connues dans le milieu du poker, à tel point que le mot est sorti du contexte du jeu pour rentrer dans le langage courant. Mais c'est également une des notions les plus dures à maîtriser car extrêmement large. Nous allons vous donner quelques conseils dans cet article technique pour savoir comment bien l'utiliser.

Les différentes approches du bluff : Préambule

Au lieu de décider aléatoirement quand bluffer, de nombreux très bons joueurs préfèrent s’appuyer sur leurs cartes pour prendre cette décision. L’idée est de présélectionner une série de mains trop faibles pour être jouées, et les transformer en bluff en misant ou en relançant.

Utiliser ses deux cartes pour décider quand bluffer offre plusieurs avantages :

  • En choisissant judicieusement vos mains, il vous sera possible de jouer sur l’effet « card removal » pour améliorer la profitabilité de vos bluffs.
  • En comptant les combinaisons de mains, il devient simple de bluffer à une fréquence fixe et préétablie.
  • Comme ces mains apparaitront aléatoirement, aucun indice ne viendra trahir votre fréquence de bluff.

Vous pouvez adopter deux approches : l’approche aléatoire, ou l’approche temporelle.

L'approche aléatoire

Dans une partie à 6 joueurs avec des tapis effectifs de 100 BB, UTG ouvre préflop. Vous êtes au Bouton, et savez que le joueur UTG se couche trop face à vos 3-bet. Vous voulez donc le piéger souvent, mais comme ce joueur est intelligent et capable d’adaptation, vous ne souhaitez pas que votre range de sur-relance ne contienne trop de bluffs. Partons du principe que vous voulez atteindre 3% à 4% de fréquence de bluff. Une façon simple d’y arriver est de sélectionner certaines mains. Dans notre exemple, si vous décidez de 3-bet avec A2o-A5o, vous obtiendrez 48 combinaisons de mains de départ, soit une fréquence de 3.62%*. De plus, en utilisant des mains contenant déjà un As, vous vous assurez que le range adverse contienne moins d’AA et d’AK.

Dans ce cas précis, cette méthode basée sur vos cartes vous permet de parfaitement équilibrer votre range de sur-relance entre bluff et valeur sans trop d’effort.


L'approche temporelle

Parfois, votre fréquence de relance va littéralement s’effondrer. Reprenons l’exemple précèdent, en considérant maintenant que vous avez déjà joué 100 mains au cours de cette session. Vous avez traversé un véritable désert de cartes, et bluffer commence sérieusement à vous démanger. Vous pensez également que votre adversaire a remarqué que vous jouiez particulièrement « serré » aujourd’hui. Ce n’est pas le cas, mais ce joueur ne peut pas le savoir, et vous souhaitez en tirer avantage.

Dans ce type de situation, votre image va rendre votre bluff très profitable, et vous pourrez donc élargir considérablement votre range. Dans certains cas, vous pourrez même bluffer n’importes quelles cartes la prochaine fois que votre cible relancera UTG**. Cette approche est particulièrement efficace contre les adversaires ne vous connaissant pas, car les informations dont ils disposent à cet instant suggèrent que votre fréquence de bluff est très faible.


Une faille intéressante du bluff temporel

Cette tentative de capitaliser sur une image serrée s’accompagne d’une faille qui peut être intéressante à exploiter. Reprenons le même exemple, et admettons que le joueur qui souhaite bluffer a été très tranquille pendant toute la session, et voudrait maintenant exploiter cette situation en étoffant son range de bluff. En plus des habituels A2o-A5o, il ajoute tout les Rois assortis de K2s jusqu’à K9s, ainsi que tout les connecteurs assortis avec 1 trou de T8s jusqu’à 75s (ce qui représente 48 combinaisons supplémentaires). La prochaine fois que ce joueur relancera, son éventail de mains contiendra deux fois plus de bluffs qu’habituellement. Ce changement devient suffisant pour déséquilibrer son range et offrir une opportunité extrêmement profitable de 4-bet bluff au joueur UTG.

Cet exemple nous sert à montrer qu’un joueur beaucoup moins actif qu’à son habitude pendant une session aura plus de chance de bluffer lors de sa prochaine relance, à condition qu’il soit suffisamment bon et conscient de son image pour ajuster son jeu. En considérant que sa stratégie est initialement assez équilibrée, son range “adapté” contiendra assez de bluffs pour que vous puissiez en tirer profit en le relançant.

Dans la pratique, ce cas se présente souvent pendant des heads-up. Beaucoup de joueurs s’impatientent après une période sans opportunité de 3-bet depuis la Grosse Blinde. Quand vous avez identifié cette période de calme, et si votre adversaire est un joueur décent, vous pourrez le 4-bet light la prochaine fois qu’il vous sur-relancera.

Bien évidemment, si la Grosse Blinde est juste un nit fish, sa fréquence de 3-bet sera par définition très faible. Et tout ce qui précède ne s’applique plus.

 


*Ce chiffre n’est pas tout à fait exact, dans la mesure où il y aura parfois une sur-relance entre UTG et vous.
**Tout particulièrement si UTG joue fit-or-fold, auquel cas la force de votre main n’a aucune importance (mais l’effet “card removal” toujours autant).


Traduit de l'anglais par TicEtTac

 PA  0 3591   6 Commentaires