Poker Académie Poker Académie Poker Académie

Le processus de décision au poker

Le processus de décision au poker

Nous le savons tous, le poker est un jeu à information partielle. Quelque soit la forme de poker que vous pratiquez, vous aurez toujours une incertitude sur la valeur réelle des mains de vos adversaires... jusqu'à l'abattage final.

Et c'est parce que cette incertitude est au coeur du jeu de poker qu'il nous faudra utiliser tous les outils techniques à notre disposition pour en restreindre ses effets.

L'article s'adresse aux joueurs de niveau intermédiaire. Son objet est de comprendre quels sont les leviers d'information à notre disposition, fonction des données partielles disponibles, afin de décider de la meilleure action à entreprendre. Il n'entre évidemment pas dans le détail des concepts , il n'a pour objectif que d'éclairer le lecteur sur les éléments qu'il doit prendre en compte dans ses analyses au moment de décider du coup à jouer.

Toutes les actions que nous sommes amenés à réaliser sur un coup (Bet de valeur, blocking bet, check-raise bluff, floating, raise pour freecard etc..) , répondent à trois grandes classes de potentiel.

  • Le potentiel direct de gain fonction de la force relative de notre main, hors amélioration.
  • Le potentiel de gain par intimidation fonction de la "fold equité", la probabilité qu'une relance de notre part face coucher notre adversaire.
  • Le potentiel de gain par amélioration fonction des différentes côtes (cote offerte par le pôt, cote implicite, cote inversée)

La combinaison de ces trois potentiels nous permet de décider quelle action entreprendre et/ou quel plan de jeu mener. Tout l'art du poker résidera en l'estimation de ces différents potentiels. Vous ne parviendrez jamais à l'excellence si vous ne maitrisez pas les processus d'analyse qui mènent au raffinement de ces différents potentiels. Les qualités essentielles requises sont le sens du calcul, l'analyse rétrograde, l'empathie, l'observation, rigueur et sang froid. Un pot peut ne pas offrir suffisamment de cote directe. Mais ajoutée à une cote indirecte raisonnable et une fold équité intéressante en cas de relance, votre décision peut alors basculer du simple fold à la ... sur-relance. Il n'est en effet pas rare de voir un excellent joueur de Hold'em sur-relancer en semi bluff au flop avec juste deux overcards et un tirage gutshot. La cote directe et insuffisante, mais la fold équité ajoutée à la cote implicite peuvent rendre ce genre de mouvement profitable sur le long terme. Encore faut il bien connaitre son client pour juger de cette fameuse fold équité (est il serré, timoré ou au contraire loose ).

Les informations de base à notre disposition.

Nous l'avons dit, le poker est un jeu à information partielle. Il existe des données connues et fiables, d'autres qui sont de nature approximative ou déduite comme les élements de profiling ou les tells. Quelles sont ces données de base ? La force de votre main et votre position relative dans le coup

Le tableau nous renseigne sur la force intrinsèque de notre main mais également sur les potentialités adverses.C'est la composante numéro 1. C'est une évidence, elle est une donnée de base pour qualifier la combinaison que représentera notre main complétée par les cartes du tableau. Si vous êtes de style serré aggressif, vous saurez exactement quoi faire avec votre main en premier de parole. Une main faible devra être jetée, une main intermédiaire (consécutive, petite paire, main marginale) devra être soit jetée, limpée ou attaquée en fonction de votre position sur la table (position avancé, late position, bouton..).
Le tableau (board) Ce sont les cartes visibles qui s'affichent sur la table (stud, hold'em, omaha). (flop, turn, river). C'est une donnée de base, partagée par tous les joueurs. Le tableau nous renseigne sur la force intrinsèque de notre main mais également sur les potentialités adverses. Ces informations vous permettent en effet d'en savoir plus sur votre combinaison et/ou sur les chances d'obtenir une main très forte. Elles doivent également nous aider à comprendre, en fonction des actions précédentes sur le coup en cours, quelles sont les possibilités adverses. Ex: vous pouvez avoir la top paire au flop, si celui est très connecté et montre des tirages couleurs (ex: trois coeurs sur le board), il y a fort à parier que votre main n'est pas bonne à jouer. Une bonne lecture du board est donc essentielle.

Le nombre de joueurs

C'est une information importante, elle doit être immédiatement "captée" pour mieux comprendre ce que vaut notre main. Nous savons tous que les hautes paires perdent en valeur s'il y a trop de joueurs impliqués dans le coup, contrairement aux petites paires et consécutives assorties qui elles prennent en potentiel si le nombre de joueur engagés dans le coup augmente. Cette information nous aidera également à mieux situer notre adversaire. Un joueur avec plusieurs adversaires à parler derrière, n'entrera dans le coup qu'avec un jeu a priori légitime. Ce facteur est donc très important.

La position relative dans le coup

Parfois sous-estimée, la position peut être pourtant un facteur déterminant pour décider de l'action à mener sur un coup. Allié avec le nombre de joueurs impliqués dans le coup, elle aide à déterminer la force d'une main adverse. Une relance en position avancée est signe d'un fort jeu tandis qu'une relance près du bouton peut être effectuée avec une main plus marginale. La position relative sur un coup joue sur la fold équité et sur la cote implicite. Hors de position, votre cote implicite est mauvaise. Avec la position, vous gagnez en fold équité car votre adversaire aura à se prononcer avant vous.

Le profiling et les tells

Après une heure de jeu, vous en apprendrez forcément beaucoup sur le style de vos adversaires et leur attitude sur la table. C'est donc une information capitale à prendre en considération pour devenir un jouer accompli et gagnant.

Les profondeurs de tapis

Vous perdez aussi en fold équité si le tapis adverse est petitC'est une information connue qui peut influencer votre façon d'aborder les coups. Elle peut aider à juger s'il est profitable d'entrer ou non dans le coup si vous pensez que la situation est dangereuse ou au contraire prometteuse. Également sous estimée par les débutants, la profondeur des tapis respectifs doit systématiquement être pris en compte dans les calculs. Le niveau de relance (important pour les potentiels de gain direct et l'intimidation) s'ajuste par rapport à cette donnée. La cote implicite dépend aussi fonctionnellement  de cette valeur. Si le tapis de votre adversaire (ou le votre) est réduit, il en va de même pour votre cote implicite. Vous perdez aussi en fold équité si le tapis adverse est petit et que le pot est déjà de taille conséquente.

La côte offerte par le pot

Le poker est un jeu d'argent, la valeur du pot doit être interprétée justement: combien êtes vous disposé à engager sur la table pour gagner cette somme et combien pouvez vous espérer en gagner encore derrière si le coup se poursuit. Ce sont les fameux outils de calcul de côtes  qui nous permettront ici de décider au plus juste notre décision. La côte offerte par le pot est une information évidemment vitale que vous devrez mettre en rapport avec vos probabilités d'améliorer en une main gagnante.
Ex: si vous devez engager 10$ pour en gagner 20$ (votre adversaire étant à tapis) et que vous n'avez qu'une chance sur 5 de toucher votre couleur... le fold est facile.

Utiliser les outils pour limiter le champ des inconnues

Le poker est une équation complexe avec deux principales variables inconnues, les cartes à venir (flop, turn, river, échange de cartes pour le poker fermé etc...) et les mains adverses.

Les cartes à venir: utiliser les outils de probabilités et de côtes pour maitriser le hasard

La première variable est celle sur laquelle nous avons le moins de prise, nous ne pouvons pas deviner quelles seront les cartes qui vont venir mais nous pouvons en limiter les effet voir en tirer avantage en surfant sur les côtes offertes par le pot, les côtes implicites et les côtes inversées.

Les outs

Les cartes visibles sur la table ajoutées à celles de votre main vont vous permettre de calculer le nombre d'outs (les cartes) qui peuvent vous faire gagner. Le ratio entre la probabilité qu'une de ces cartes arrive et la cote offerte par le pot doivent vous permettre de décider dans la plupart des cas. Ce n'est cependant pas si simple car une carte "améliorante" peut se révéler très mauvaise en réalité. Un exemple simple: le roi de cœur peut vous faire toucher une suite mais une couleur à cœur chez votre adversaire. Il est donc essentiel que vous ayez une bonne "lecture" des cartes affichées et que vous classifiez les outs en outs "solide" et fragiles. Les outs en général sont utilisés pour calculer les côtes directes et les côtes implicites, les outs fragiles sont utilisés pour comprendre votre cote inversée. Si votre décision est limite, "borderline", au regard des côtes directe et implicite et que la cote inversée est mauvaise, la décision est facile - on ne poursuit pas le coup.

Le range des mains adverses

Nous pouvons limiter l'incertitude pesant sur cette variable par déduction. Certains experts arrivent à cerner leur adversaire et le spectre de leur main de façon remarquable. Quels sont les outils ici à notre disposition sur lesquels nous pouvons compter.

La position du joueur

Si le joueur a attaqué fortement le pot en position avancée, nous pouvons l'imaginer sur un panel de mains fortes (range de mains). Un joueur UTG qui attaque le pot en premier de parole au texas hold'em sur une table à 10 joueurs a certainement une main du top ten.
Le nombre de joueurs impliqués dans le coup et la position relative. Si plusieurs joueurs impliqués dans le coup sont relancés par un joueur hors de position, nous pouvons également imaginer ce joueur sur une forte main.

Le déroulement du coup lui même

Au fur et à mesure que le coup avance (flop, turn..), l'action engagée par les parties permet par analyse de déterminer davantage le range des mains adverses. La relance par exemple permet, à défaut de gagner le coup directement, de gagner en information. Votre adversaire ne paiera "sec" une forte relance que s'il a une main concrète ou à fort potentiel.

Le profiling

C'est ici l'analyse que vous devez avoir au regard des coups précédents sur la session. Comment catégorisez vous ces joueurs (serré, large, passif, agressif) au regard de ce que vous avez constaté en terme de relance, call, les mains à l'abattage. Un joueur n'entrant de façon volontaire que dans 10% des coups ne joue visiblement que les mains du top 10, les petites paires et les consécutives assorties...

Les tells

Dans les parties live, vous pourrez - si vous avez repéré des "aberrations" de comportement - placer vos adversaires sur des bluffs ou des mains très fortes. Sur vos parties online, c'est par exemple la rapidité avec laquelle un joueur est entré dans l'action: ex: un call rapide, un bet rapide, une relance après une longue réflexion. Mais aussi les "patterns" de relance. Ex en poker fermé, vous avez peut être repéré qu'un joueur X attaquant de 2BB en utg représente très souvent une paire et non un jeu plus fort. Toutes ces informations récoltées doivent donc vous aider à préciser le spectre des mains adverses. Si vous ne le faites pas, vous jouerez dans un perpétuel brouillard et vous serez clairement perdant sur le long terme.

Conclusion: Nous l'avons vu, l'objet de cet article n'est pas de préciser ces éléments dans le détail et le méandre des cas particuliers - un livre entier ne suffirait pas. Il a pour but d'éclairer sur tous les éléments à prendre en considération dans vos décisions. Autant d'éléments qu'il vous faudra travailler, pratiquer et travailler encore si vous désirez un jour atteindre l'excellence. Le poker est un art, il est aussi une science.

Poker et décision

 
 PA  2 25889   4 Commentaires