Le continuation bet au PLO : Quand et comment Cbet ?

Le continuation bet au PLO : Quand et comment Cbet ?

Le continuation bet est une des armes les plus connues au poker. Mais peu de personnes savent l'utiliser à bon escient, encore moins en PLO. Au travers de l'étude d'une main, Yeepaa vous guidera sur les premiers réflexes à avoir en Omaha.

PLO et Cbet : Présentation de la main

plo poker cbetCbet or not Cbet ? that is the question ?
Nous rendrons à Shakespeare ce qui lui appartient une autre fois, pour l’instant on va garder une adaptation de sa célèbre citation pour voir ce que l’on peut faire au plo.
Pour simplifier tous les sizings, nous partirons sur la limite PL100. Nous jouons en Short handed (personnellement je considère que le FR est un sacrilège)
Imaginons que nous ayons (gâtons nous hein ^^)
Le contexte – nous sommes au bouton (et oui en plus de cette bombe en main) – nous avons Utg qui limp - 4/5 folds – Nous openraisons à 4,5. Les SB et BB folds.
Le pot fait 10,5.
Nous partons d’un constat où nous n’avons pas de stats sur les vilains ou trop peu pour être prises pour valides.
Sur quel flop va-t-on faire un cbet et pourquoi ?

Voyons donc 3 flops et ce que l’on va faire et pourquoi

 

A. Le cbet est une évidence

le Cbet est une évidence, nous avons NFD ainsi qu’un tirage quinte ouvert (OESD) et une overpair.
Ici, même un hypothétique Set JJJ, nous pourrions décider de partir AI vs un check/raise avec une équité correcte :
Nous aurons en effet environ 45% contre le Top set ici, il sera donc correct de partir à tapis sur ce flop si nous étions relancé ici. En effet nous avons besoin de 46,5% d’équité pour justifier de partir à tapis. Nous ne pouvons de plus restreindre à une main ce que peut détenir notre adversaire, il pourra tout à fait nous faire un move avec un range : KK, KQT, *s*s, QJT9 contre lequel nous avons dans les 78% d’équité.
Toutefois, si on sort du fait que notre adversaire est un inconnu et que nous avons en face un joueur que nous savons prendre le lead à une grande fréquence turn quand il y a eu un misscbet de l’openraiser, nous pourrions presque envisager de le laisser s’enferrer dans ce move pour lui revenir dessus à la turn en ayant sous représenté notre main au flop – je ne reste pas fan ne slowplayant quasiment jamais au PLO.


B. Le cbet est une option

Le Cbet est ici une option qui peut paraitre évidente (et elle le sera dans la grande majorité des cas) mais voyons ici les avantages et inconvénients des lignes cbet or not.

Oui au Cbet :
Nous détenons 2 backdoor FD qui sont nut tous 2, nous avons une overpair et le board pairé fait que notre adversaire aura moins souvent touché quelque chose et que si il a un K en main avec quelque chose qui tient la route, nous prendrons assez souvent une ou deux streets de value, plus les turns qui vont nous ajouter de l’équité, tous les trèfles, tous les piques ainsi que A (lol), J/Q/T et dans une moindre mesure les 9.
Nous sommes en mauvaise posture uniquement vs 8 ou KK dans les mains de notre adversaire, range contre lequel nous aurions environ 15% seulement d’équité.
Encore une fois, on ne peut restreindre à une ou deux mains le range adverse mais nous devons toutefois le prendre en compte dans notre ligne.
KK, KQJ, AKQT = nous aurons environ 36%
KQJ, AKQT = nous aurons plus de 83%
Une question importante à se poser si nous sommes call ici ou raise est avec quoi il peut faire cela ? Il n’y a pas de draw présents, ce qui tend à réduire le range adverse, en effet plus le board est sec, plus on devra « privilégier » les mains faites dans les ranges adverses.
Un check/raise ici représentera plus souvent un 8 qu’autre chose, KK serait en effet plus enclin (si nous n’avons pas d’infos sur lui, il n’en a pas sur nous) à slowplay au moins le flop et à produire un c/r turn ou prendre le lead sur une entrée de FD par exemple pour tenter de le représenter.
Un simple call devra nous rendre méfiant et nous amener à jouer le coup plus passivement (même à hit un backdoor flush) dans la mesure ou nous pourrions être drawing dead ou presque.
Les avantages du Cbet sur ce flop sont :
- de restreindre le range de l’adversaire, il parait peu probable qu’il s’accroche à une paire de Queens ici, comme toute underpair (en tous cas, sans historique, la « raison » dira qu’il est préférable de penser en ce sens).
- Prendre une freecard après un check de notre adversaire turn pour espérer hit un A river (la probabilité est faible mais elle existe)
- Ne pas faire gonfler le pot et se mettre en position de bluff catcheur à la river et surtout si le joueur n’a pas lead la turn.

Not Cbet :
Ce flop est ce que Phil Galfond va appeler un Locked Down Board, en gros un flop relativement verrouillé dans la mesure où les jeux qui peuvent prétendre à rester en course ne seront pas des draws mais des mains faites et sur lesquels, le joueur qui mise représente une main qui ne laisse que peu d’outs à son adversaire pour améliorer en une meilleure main.
Un joueur qui comprend un peu les concepts va pouvoir assez facilement en check raisant contre notre Cbet pouvoir se situer, si on reste en course et que ce n’était qu’un move, il engagera difficilement un jeton de plus sans équité (et soit il a soit il a pas, entre les 2, il y a peu de choses ici).
Au même titre que le fait d’un flop pairé donne moins de « chances » à notre adversaire d’avoir touché le flop, cela est vrai pour nous !
L’absence de Cbet nous permettra de reporter notre agression à la turn si notre adversaire check encore en l’incitant à nous payer avec un K en main, ce qu’il n’aurait peut être pas fait et surtout si le kicker accompagnant ce Roi n’est pas génial. Nous pourrons envisager plus facilement de prendre 2 streets de value contre une main de ce calibre qu’il aurait lâché turn en envisageant le barrel qu’il allait avoir à payer sur la river.
On peut constater ici, que les 2 options ont leurs raisons d’être et que l’absence d’informations sur notre adversaire est un des points qui pourra nous inciter à la prudence.


C. Mais pourquoi cbet ?

Ici, le Cbet pour moi est une évidence pour la simple raison qu’on a a peu près rien et que notre adversaire aura souvent trouvé quelque chose mais quoi ? Encore une fois, dans le contexte « à l’aveugle » vis-à-vis de notre adversaire, je vais préférer cbet/fold ici que check/fold sur un lead turn sur n’importe quel Cœur, les 8/9/6 et les doublettes.
Ici le fait de toucher un As à la turn ne nous apporterait pas une équité démentielle si d’aventure notre adversaire à une made straight avec 89 en main.
Le fait de Cbet ici, nous rend la vie plus facile pour les streets suivantes (si le coup pousse plus avant) parce que si il a 89 mais sans aucun redraw, il peut se contenter de call 2/3 pot – soit environ 6, pour trouver une turn clémente et prendre le lead au moment ou l’équité du Fd sera bien moins bonne.
Le pot ferait 22,5 avec environ encore 95bb en stock et il pourrait potter pour chasser tous les FD « sec », mais là encore on se trouvera dans une situation assez simple pour un fold qui ne nous aura pas couté si cher que ça.
Je comprends bien évidemment les discours de ceux avec qui je parle de ce genre de chose et qui me disent ne pas faire de cbet sur ce flop dans la mesure ou ça touche énormément le range d’un limper et que les cartes du 8 au J sont de mauvais spot de bluffs/semi-bluffs.
Pour autant, en ouvrant BU vs 1 limp, il apparait aussi totalement possible et cohérent que nous ayons nous-mêmes une main qui rentre bien avec ce flop et sur lequel nous pouvons avoir une équité réelle.
Encore une fois, il n’y a rien d’absolu et chaque ligne peut avoir des avantages et des inconvénients sur chaque flop.
Pour ma part, je vais avoir une tendance à être assez polarisé sur mes cbets, ou j’ai lourd ou je n’ai rien, je vais souvent check back (merci la position) si j’ai des possibilités d’amélioration (backdoor flush, hit une seconde paire, etc…) mais pas un jeu énorme au flop, et ce d’autant plus si le joueur que j’affronte a déjà montré des velléités de check/raise avec une certaine fréquence.
De plus, ici, nous sommes dans un cas de HU au flop et il est clair que nos chances de prendre le pot sur un simple Cbet est plus important que si on joue un coup multiway.
Il est aussi évident que le fait d’avoir de l’historique avec nos adversaires nous permet d’ajuster notre taux de Cbet en fonction de sa propension à jeter contre ce simple move, plus il jette souvent au Cbet plus il est intéressant de le faire régulièrement.

 

 

 PA  0 3083   11 Commentaires