NL Holdem 6 max en micro limite

 NL Holdem 6 max en micro limite

Vous commencez à avoir une  expérience correcte au poker mais vous n'arrivez pas à battre de façon consistante les petites tables  en Hold'em No Limit. Ce petit guide est fait pour vous !

Théorie fondamentale du NL Holdem:

« Votre adversaire a un range de mains, certaines sont bonnes, d’autres non. Votre objectif est de maximiser vos profits face à ses mauvaises mains et à minimiser vos pertes sur ses bonnes mains, et ainsi gagner le plus d’argent possible contre leur range. Plus vous avancez dans la main, et plus de décisions relatives aux mises ont été prises, plus le range de mains de votre adversaire se réduit à tel point que vous pouvez savoir où vous en êtes ».

Dans certains cas, c’est souvent une conception erronée...

Considérons une main où vous avez 99 hors de position dans un pot 3 betté sur un board avec un 8 high. Si vous check-raisé le flop pour savoir où vous en êtes, l’adversaire moyen va folder toutes les mains que vous dominez (cartes hautes, petites paires) et vous allez vous faire stacker par un range compris entre QQ et AA. Le théorème fondamental a été violé par le fait que « vous avez essayé de savoir où vous en étiez » au flop. A la place, si vous check call et ensuite check raisé le turn à tapis cela va permettre à l’adversaire de mettre un 2nd barrel avec une main telle que AK ou de checker derrière, nous donnant ainsi de l’information pour préciser son range et avoir plus de profit. C’est la façon dont vous devez penser au cours d’une main. Ne pas permettre à votre adversaire de faire de faciles et parfaites décisions contre votre main en la jouant faiblement. 

Si vous voulez jouer au poker pour le fun, amusez vous, essayez et progressez. Mais si vous voulez pousser plus loin et faire de sérieux gains, vous devez approcher le jeu selon un angle différent. Lorsque vous avez une mauvaise session, au lieu de penser « oh putain, j’ai perdu 6 caves sur des bad beats », pensez « comment aurais je pu sauver 1 ou 2 caves ? », « comment aurais je pu mieux rentabiliser cette main ? » etc. A moins que vous ne soyez le meilleur joueur du monde et que vous jouez chaque main parfaitement, il y a toujours des points à améliorer. Prenez vos responsabilités et arrêtez de mettre en avant sans cesse la variance.

Les stats sont très importantes mais ne font pas un joueur gagnant. Les stats d’un joueur TAG sont au minimum 15/13/3 (VP$IP, PFR, AF) et peuvent aller jusqu’à 25/20/4. Essayez d’atteindre 16/14/4. Il est vital d’avoir votre PFR proche de votre VP$IP. Je vous suggère donc d’adopter surtout une stratégie raise/fold préflop. 

Plus vous êtes fort et plus vous vous sentez à l’aise post flop, plus vous pouvez vous permettre de cold caller pré flop.

Il est aussi très important de ne pas jouer trop de tables pendant votre période d’apprentissage. Jouer beaucoup de tables signifie que vous devez vous sentir à l’aise et prendre 95 % de bonnes décisions en réfléchissant peu (auto pilote). Le jeu post flop requiert beaucoup de réflexion et s’apprend en lisant, réfléchissant, regardant des vidéos …

Apprendre est la clef pour jouer un bon poker. C’est beaucoup de travail mais la récompense monétaire sera au rendez-vous ainsi que la satisfaction d’être réellement bon à quelque chose.

J’espère que vous lirez ceci et que cela vous servira. J’aurai aimé que quelqu’un me dise tout cela lorsque j’ai commencé ! 

Stats recommandées pour le HUD

Je recommande fortement de jouer avec un HUD. Les stats les plus importantes sont le preflop raise, le VP$IP, le nombre de mains, l’agression factor, le fold/raise/call sur un continuation bet, l’attempt to steal blinds et fold SB/BB to steal.

Charte pré flop

La première chose à faire pré flop est de définir une charte générale des mains. C’est quelque chose qui a fonctionné pour moi. Vous devez garder à l’esprit le fonctionnement de la table pré flop et votre image peut considérablement modifier ces ranges. A mesure que votre compréhension de la manière dont ces facteurs modifient vos ranges vous pouvez sortir de ce cadre rigide.

Le raise devrait toujours être de 4 BB + 1 par limper.

Open raiser les mains suivantes :

Early Position : 

UTG

22 +

AJo +

ATs-AKs

TJs, QJs, KQs

KQo, Ako

56s T9o (raiser de temps en temps, surtout s’il y a des joueurs conservateurs aux blinds)

UTG + 1

22+

ATo+

A2s+

TJs, QJs, KQs, KJs

QJo, KJo, KQo, AKo

56s-T9s (raiser de temps en temps, surtout s’il y a des joueurs conservateurs aux blinds)

Late Position :

Regardez les stats « fold SB to steal » et « fold BB to steal ». Si en les multipliant vous obtenez fold supérieur à 0.7, alors vous pouvez théoriquement raiser n’importe quelles cartes de manière profitable.

Cut Off

22 +

A8o +

A2s +

T8s, 98s, T9s, TJs, QJs, KQs, KJs, KTs, QTs, K9s, Q9s, J9s

TJo, QTo, QJo, KTo, KJo, KQo, AKo

56s – T9s

Bouton

La plupart de votre argent provient du bouton : environ 30 à 40 %, donc profitez en.

22+

Tous les Ax o / Ax s

Kxs

Tous les connecteurs assortis: 54s ou mieux

Tous les one gapper 68s or better (un trou entre les 2 cartes)

Tous les two gapper T7s or better

Tous les connecteurs 89o or better

J8s +, J9o+

Q8s +, Q9o+

K9o +

Blinds

Je recommande de jouer un range de mains très serré.

SB lorsque tout le monde a foldé jusqu’à vous

22 +

A8o +

A2s +

TJs, QJs, KQs, KJs

QJo, KJo, KQo, AKo

BB quand ça a été foldé jusqu’à vous et que quelqu’un complète (même le CO)

22 +

A9o +

A8s +

T8s, 98s, T9s, TJs, QJs, KQs, KJs, KTs, QTs, K9s, Q9s, J9s

TJo, QTo, QJo, KTo, KJo, KQo, AKo

BB quand il y a quelques limpers

99+ (raiser parfois avec des pokets pairs plus petites si la table est fishy)

AQo +

KQs +

AKo

Les connecteurs assortis

Les connecteurs assortis sont généralement sur-évalués par de nombreux joueurs et sont des mains très difficiles à jouer. Je ne voudrais pas caller un raise avec des connecteurs assortis, même avec la position parce que les gens sur estiment la cote implicite à chaque fois et ils peuvent être difficiles à jouer post flop. Bien que maintenant il soit juste de caller avec 78s si le raiser est un mauvais joueur (40 et + de VPIP). Ils sont également corrects pour ouvrir, comme en témoigne mon guide d’ouverture au dessus.

Ils sont également bons pour 3 -bet. Si quelqu’un raise beaucoup de mains en position, alors vous pouvez le reraiser occasionnellement avec des connecteurs assortis mais cela dépend beaucoup de l’image à la table.

Les connecteurs assortis sont bons pour caller des raise mais lorsque vous jouez en étant deep stack, c’est à dire + de 150 BB.

Jouer à partir des blinds

Quand vous commencez à jouer, les blinds sont la position la plus compliquée à jouer. Elles le sont pour les joueurs les plus expérimentés. Tout d’abord ne tombez pas dans le piège qui consiste à dire « il n’y a qu’une demi-blind à compléter ». Des mains telles que 96o sont des poubelles et ne doivent jamais être complétée ! Vous allez devoir jouer le reste de la main hors de position et à moins que vous ne floppiez l’absolue nuts, vous allez avoir des problèmes et perdre pas mal d’argent.

Jouez aussi serré que vous le pouvez du Small Blind mais avec des pockets paires vous voulez probablement raiser s’il y a des limpers. Le Big Blind peut être tricky mais je préfère checker et voir le flop.

Concepts preflop

La position

Comme vous pouvez le voir, la position est tout. Ce sont des règles très générales sur la manière dont j’ai battu les micro stakes et au fur et à mesure que vous allez devenir meilleur, vous allez avoir une meilleure compréhension des mains et des situations et serez capable de modifier ces ranges en fonction des adversaires, de votre image à la table et de sa dynamique. Je ne peux suffisamment vous répéter de jouer serré de toutes les positions autres que le CO et le bouton et de toujours jouer de manière agressive !

Limper

Limper en cash game 6 Handed NLHE constitue toujours une erreur. Ca va aussi ajouter un degré de complexité supplémentaire à votre jeu, ce qui n’est pas nécessaire. Par exemple, si vous limpez 22-55 UTG, alors vous allez devoir open limper d’autres mains, incluant des mains fortes, et limp raiser AA ou des bluffs pour changer vos ranges. En raisant systématiquement, vous vous rendez plus difficile à jouer. Si une main n’est pas assez bonne pour être raisée, elle n’est pas assez bonne pour être jouée, alors jetez la.

Les limpers

Pour exploiter ces joueurs, vous avez besoin de les isoler en raisant leurs limps avec un range assez large. Il est également bon de les regarder jouer et de voir s’ils limp/call ou limp/fold. Un joueur qui limp/fold beaucoup signifie que vous pouvez l’isoler avec n’importe quel As et même des mains come Q7s ou 78s. Egalement les joueurs qui limp/call et fold beaucoup de flops sur des continuation bets sont de bons candidats pour être isolés avec des mains assez larges. Cependant, faites attention aux joueurs qui limp/call et ne fold que rarement sur les CB. C’est généralement une erreur de les isoler avec de faibles connecteurs. En faisant cela, vous allez mettre de l’argent dans le pot avec la plus mauvaise main la plupart du temps et pas suffisamment de fold équité pré ou post flop.

Pockets pairs s’il y a des limpers

Vous allez raiser toutes les pockets pairs s’il y a des full stack.

Punissez leurs limps et ramassez l’argent gratuit.

Vous construisez un gros pot et si vous touchez votre brelan, il sera plus facile de les stacker.

Déception. Si vous limpez toujours avec des pockets pairs, cela va devenir évident contre des adversaires qui réfléchissent.

Les raisons de simplement limper avec des pockets pairs sont si les stacks des adversaires ne sont pas pleins (100 Big Blinds). Généralement, si votre raise est supérieur de plus de 10 % de votre stack, alors ne raisez pas.

Cependant si une personne qui limp a un gros stack et qu’une autre en a un petit, raiser. Par exemple :

En NL 10, un joueur open limp avec un stack de $2.10. C’est à vous de jouer avec 44 au CO, vous ne devez pas raiser à 0.40 parce que la cote implicite est faible du fait de son petit stack. Vous êtes au CO avec 44. Vous ne voulez probablement pas relancer à 0.4c car les cotes implicites sont coupées puisqu’il a un petit tapis et qu'il sera plus enclin à rester dans la main avec n'importe quel tirage / paire sur le flop, ce qui vous occasionnera de dures décisions et vous folderez souvent la meilleure main. 

Cependant, en NL10 un joueur open limp UTG avec un stack de $11 (vous le couvrez).

C’est à vous au CO avec 44vous devez raiser à 0.50 avec n’importe quelles paires.

Caller un raise et un reraise avec des pockets pairs

C’est une règle très générale qui s’applique à tous les jeux avec petits stacks mais ne fonctionne pas en mid stake et au dessus.

Si quelqu’un raise et que vous avez une pocket pair, caller si le raise est compris entre 5 et 10 % de votre stack.

Les raisons pour cela sont que vous allez floppé un brelan environ 1 fois/10 et si vous supposez que vous allez le stacker, vous avez la cote implicite. Regardez les stats de poker ace hud en prenant votre décision. Plus le VPIP est élevé, plus vous pouvez caller de manière profitable en espérant toucher un brelan parce que cela signifie généralement que ce sont de mauvais joueurs que vous pourrez stacker.

Si un joueur avec un VPIP de 20 raise, je ne voudrais pas caller pour plus de 5 % de mon stack parce qu’il sera certainement assez bon pour ne pas vous payer à chaque fois que vous touchez. Alors que si quelqu’un avec un VPIP de 55 raise, ça ne me posera pas de problème de caller 10 % de mon stack avec 22 parce que vous allez souvent gagner s’il n’améliore pas et ils vont généralement continuer avec n’importe quelle partie du board, de telle manière qu’il sera facile de jouer un gros pot avec eux. Egalement, si vous devez faire face à un large raise ou reraise, vous devez caller une plus petite partie de votre stack si vous n’avez pas la position que si vous l’avez.

Ex 1 : Dans une partie de NL 10, vous raisez UTG à 0.40 avec 33. Un joueur solide qui a un VPIP de 20 reraise à 1.20 du bouton. Vous avez un stack de $10. Je recommande de folder car il a certainement une main qui implique de devoir toucher un brelan pour le stacker et cela arrive trop rarement. Vous êtes également hors de position.

Ex 2 : Dans une partie de NL 10, vous raisez UTG + 1 avec 33.Un joueur solide avec un VPIP de 20 raise à 1.20 du Big Blind. Vous avez $14. Je recommande de caller parce que vous avez la position et parce que vous êtes légèrement plus profond, donc vous avez de bonnes cotes implicites.

Ex 3 : Dans une partie de NL 10, vous raisez UTG avec 33. Un joueur très serré, avec un VPIP de 15, raise à $1 du bouton. Vous avez $5. Je suis enclin à folder parce que vous n’avez pas la cote implicite nécessaire.

Ex 4 : Dans une partie de NL 10, vous raisez UTG à 0.40 avec 33. Un joueur très serré, avec un VPIP de 15, raise à $1 du bouton. Vous avez $10. je suis enclin à caller parce que, même s’il est tight, son range de mains sera assez souvent une grosse pocket pair. Donc si vous touchez votre brelan, vous allez le stacker.

J’espère que vous voyez l’intérêt de caller un raise pour prendre de la valeur (value). Cela change radicalement en middle limit parce que le range de mains des joueurs qui 3 bet est beaucoup plus large. Mais je pense que cela peut être utilisé presque parfaitement en micro limite. C’est des pockets pairs que vient la plupart de votre argent quand vous jouez TAG en 6 max.

Concept important :

Une autre chose à considérer est leur relance et leurs statistiques d'agression. Si quelqu'un a un % de relance élevé ou qu'il est très agressif, alors si c'est un call marginal selon les cotes implicites, vous devrez alors jeter votre main car votre adversaire pourrait relancer avec des mains marginales comme AQ/AJ et vous aurez besoin d'un flop parfait pour le stacker (A3x si vous avez 33); à l'inverse, si votre adversaire relance peu, sa gamme de main possible est drastiquement réduite et contient une grosse pocket pair assez souvent, donc vous n'avez pas besoin de ce "flop parfait". Je considère un pourcentage élevé de relance tout PFR supérieur à 17%, et un facteur d'agression de plus de 3.5. Gardez à l'esprit que les statistiques comme le facteur d'agression sont uniquement utile lorsque vous avez un échantillon de 100 + mains, mais que le vpip est généralement un bon indicateur après 30-40 mains. 

Une brève note sur le 3 betting

Quand je jouais en micro stakes et que j’entrais dans un pot raisé, je n’y entrais presque jamais en limpant hors de position. Ainsi, si j’avais KQ ou AJ aux blinds, soit je foldais soit je raisais. S’ils avaient un full stack de 100 BB alors je raisais de 3 ou 4 fois leur raise.

Hors de position, je recommande que votre reraise soit de 4 fois le raise initial et en position, vous pouvez raiser de 3 fois parce qu’il sera plus facile de jouer la main.

Quand vous envisagez de rentrer dans un pot raisé, vous devriez regarder le preflop raise de l’adversaire (PFR). Plus elles sont élevées, plus le range de mains que vous pouvez reraiser est large. Si quelqu’un raise 2 % des mains, vous devrez probablement simplement caller avec TT pour un set value et folder KQ parce que son range est très serré mais si quelqu’un raise 18 % des mains, vous devrez reraiser TT et KQ parce que vous êtes devant son range. Il est très difficile de jouer contre quelqu’un qui 3-bet light et la plupart des joueurs de micro limite pensent que quelqu’un qui reraise à AA ou KK. Ainsi vos continuation bet n’auront pas besoin d’être très gros puisque vous aurez beaucoup de respect.

Cependant je ne recommande pas de 3-better trop light à ces limites parce que ce n’est pas réellement nécessaire et lorsque vous débutez le poker il est préférable de faire simple. Si vous sentez que la main n’est pas suffisamment bonne pour un reraise, alors jetez là !

Quelque chose de très important que j’ai oublié de mentionner est lorsque quelqu’un raise, regardez de quelle position il le fait et s’il y a des limpers. Cela peut vous donner beaucoup d’informations sur sa main mais prenez cet élément en considération seulement s’il s’agit d’un bon joueur (parce que seuls les bons joueurs élargissent leur range de mains en position). Si vous pensez qu’il peut avoir un range de mains large, alors 3 bettez le.

Les continuation bets

En tête à tête, lorsque vous avez raisé preflop, vous raiserez 60-70 ù des flops. Cela en relation avec le fait que votre adversaire va seulement toucher le flop 1 fois sur 3. Ainsi, 66 % du temps, votre adversaire l’aura manqué et sera incapable de continuer. Plus l’adversaire sera un fish, moins vous ferez de CB lorsque vous aurez complètement manqué le flop. La texture du board interfère beaucoup mais il y a beaucoup d’autres paramètres qui interviennent. J’essaierai de les lister une autre fois. Généralement, j’essaie de faire tous mes CB de la même taille, entre 2/3 et ¾ du pot. Cela dépend de la taille des stacks. Plus le stack adverse sera petit, moins vous pouvez better. De toute manière, moins de 2/3 du pot n’obtient en général pas de respect. Face à plusieurs adversaires, vous pouvez better ½ pot de temps en temps mais je ne le recommande pas.

Que j’ai touché ou manqué le flop, je fais toujours de CB pour déguiser mes mains et construire un pot (quand j’ai quelque chose). La meilleure façon de mettre de l’argent dans le pot quand vous avez une forte main est de miser. Spécialement dans les parties à petits stacks votre edge provient des joueurs qui jouent hors de position ou de mauvaises mains et qui ne seront pas capables de folder quand ils auront touché ou paieront trop cher leurs tirages. Value bettez vos mains !!

Un exemple rapide en fonction de la texture du board :

Des boards comme : K26 rainbow sont SUPERS pour faire un CB avec n’importe quelle main parce qu’il est difficile pour l’adversaire d’avoir touché ce flop avec beaucoup de ses mains. (Ndt : il peut avoir le K mais pas le 2 ou le 6 ).

Des boards comme : KJT avec 2 carreaux ne sont pas bons pour faire un CB avec 22 parce que beaucoup de mains du range de l’adversaire ont pu toucher le flop.

Des boards comme : KQ7 avec 2 piques ont pu toucher le range adverse mais sont quand même bons pour faire un CB contre les adversaires les plus tight parce que si vous misez 2/3 du pot, vous n’aurez besoin de le gagner qu’un peu moins de 50 % du temps pour que ce soit profitable.

Des boards comme : Q88 avec une paire sont généralement bons pour faire un CB.

Face à plusieurs adversaires, vous ferez moins de CB sur des boards comme KQ7 mais il est toujours bon de le faire sur des boards dont la texture est parfaite comme K26. Quand vous misez face à plusieurs adversaires, vous obtenez plus de respect (généralement). Plusieurs adversaires, c’est 2 et non la table entière !

Résumé

Les points que j’ai abordés sommairement et qui nécessite un peu plus de profondeur sont les CB, le 3 betting, le metagame, l’image à la table … Je suggère de jouer TAG. Ne quittez pas cette ligne ligne de conduite et éviter les situations marginales. Faites très attention à la position parce que c’est vraiment le concept le plus important en NLHE. Essayez de ne pas sûr-estimer la cote implicite ni les suited connectors parce que ça va vous couter cher à la longue !

Dans le futur, j’écrirais des articles sur :

le 3 betting et jouer contre le 3 betting

les second barrels

le check raise des CB (pour prendre de la value et en bluff)

Gardez à l’esprit que cela a été écrit rapidement. Il peut y avoir des erreurs mais en jouant de la sorte et avec beaucoup d’expérience, j’ai été capable de franchir les micro stakes. Jouez et réfléchissez sur le jeu, postez des mains, posez des questions et apprenez.

Ce n’est que le début. Bonne chance. 

 

 

 PA  1 33769   17 Commentaires