Monter une Bankroll en cash game 6max - part1

Monter une Bankroll en cash game 6max - part1

Ce qu’il y a de magique au poker et qui fait rêver tout débutant, c’est que l’on peut partir de rien pour gravir les sommets. Cependant ceci n’est pas donné à tout le monde et il est parfois plus difficile de survivre dans cette jungle et de devenir un prédateur qu’il n’y paraît. Dans cet article je vais essayer de vous donner les clefs de la réussite dont tout grinder a besoin pour évoluer et pour dominer les micro-limites où l’on peut parfois voir le meilleur mais surtout le pire…

1/ La gestion de Bankroll (ou BRM = Bankroll management)

Djouff Coach Poker AcadémieLa plupart de mes élèves me demandent toujours à partir de combien de Bankroll (BR) ils peuvent s’installer sur une limite. Sur les forums spécialisés la réponse est souvent + ou - 20 caves de la limite jouée. Soit 200€ si vous jouez sur de la nl10 (blinds 0.05/0.10 cts). A mon humble avis, la réponse à cette question est bien plus personnelle qu’il n’y paraît.

Mon premier conseil est de ne pas jouer au-dessus de ses moyens afin de ne pas mettre en péril ses finances, de ne pas jouer « scared money » et donc jouer son A-Game (son meilleur poker). Vous devez toujours vous sentir à l’aise et pour ça, certains d’entre vous auront besoin d’avoir 100 caves de côté et d’autres 10. Une chose est sûre : plus les sommes engagées seront importantes par rapport à votre BR, plus vous risquez la faillite. A l’inverse, jouez overrollé (ex : avoir une BR de 2000€ et jouer en nl10) peut vous amener à devenir plus suspicieux et à vous faire payer des mises de valeur avec un jeu plus que bancal ou tenter des bluffs grossiers.

Un autre paramètre à prendre en compte est le nombre de tables joué en simultané. En effet, plus vous multitablez, plus votre BR doit être importante afin d’absorber la variance inhérente au poker.

C’est pourquoi je vous conseille de garder au moins 30 caves par limite si vous jouez sur 3 ou 4 tables en même temps. Cela parait être un bon compromis entre une gestion saine et ne pas perdre de temps pour monter de limite car le temps c’est de l’argent surtout au poker où le niveau augmente chaque jour.

Un dernier conseil concernant le BRM, n’hésitez pas à mettre votre égo de côté et descendre de limite lorsque vous n’avez plus que 20 caves de la limite. Trop de joueurs commettent l’erreur en cas de mauvaises sessions de monter de limite pour « se refaire ». C’est l’assurance de se broke (tout perdre) à long terme…

2/ Sélection de table

Elle est primordiale si vous désirez maximiser votre rentabilité !!! Dans les petites limites, vous trouverez beaucoup de joueurs récréatifs ne connaissant pas la valeur des mains de départ et qui vous payeront jusqu’à la mort avec un simple tirage ventral. Tout joueur de High Stakes rêve de ce genre de joueur et pourtant bon nombre d’entre vous ne les supportent pas à cause des nombreux bad beat qu’ils vous infligent et pourtant… La première statistique que je regarde avant de m’asseoir à une table est le pourcentage de joueurs au flop.

Plus le pourcentage est élevé, plus vous aurez des chances d’avoir un ou plusieurs clients sur vos bonnes mains de départ. Mais à quoi bon avoir des clients voulant voir le flop si une fois ce dernier arrivé vous n’obtenez pas l’action escomptée ? C’est pourquoi je combine cette stat avec le « pot moyen » de la table. Si celui-ci est gros cela veut dire que les joueurs de cette table n’hésiteront pas à engager des jetons avec des mains marginales, c’est-ce que nous recherchons.

Enfin dans l’idéal j’essaie d’avoir une table où le nombre de mains jouées par heure est également élevé. Cela révèle que vos adversaires jouent de manière trop automatique et ne prennent pas le temps de réfléchir avant de prendre une décision.

3/ Choix du siège

Sur certains sites il est impossible de choisir son siège. Mais pour la plupart d’entre eux vous pourrez vous asseoir là où vous le souhaitez dans la mesure du possible. Ainsi je recommande d’avoir les joueurs plutôt loose agressif/passif à votre droite afin d’avoir un meilleur contrôle du pot. Vous pourrez ainsi les jouer en position.

Quant aux joueurs serrés, il est préférable de les avoir à votre gauche. Cela vous permettra de voler les blinds régulièrement, les sur-relances (3bet) étant très rares à ces limites. Si vous rencontrez des joueurs short-stack (ayant un petit tapis), essayez de les garder à votre droite aussi. Cela vous permettra de voir leur action avant de prendre votre décision et donc d’économiser vos précieux jetons.

Car ces joueurs partiront souvent à tapis avec des mains plus ou moins légitimes tant avant le flop qu’après. Ils se sentiront très vite trop impliqués (notion de pot-comitted) ou trouveront leur main suffisamment forte pour pousser leur tapis préflop. Cela vous évitera donc une variance qui peut s’avérer parfois coûteuse. Généralement, j’évite les tables où se trouvent plus de 2 joueurs short-stack.

4/ Les trackers

Ce sont des logiciels capables de répertorier chacune des mains jouées par vous et vos adversaires. Ils permettent d’effectuer une analyse de votre jeu et de celui de vos adversaires à un niveau plus ou moins poussé selon votre maîtrise de l’outil et votre capacité à interpréter toutes les statistiques proposées par ceux-ci.

Je vous recommande Holdem manager ou Poker Tracker, les 2 leaders du marché. Certains pros vous diront qu’il n’est pas nécessaire de les utiliser à des enchères aussi basses. Je pense tout à fait le contraire et je ne saurais que les recommander si vous êtes motivés. En effet, il vous faudra de la motivation car la maîtrise de ces outils et de leurs nombreuses possibilités demande beaucoup de temps. Et ce même avec toute la documentation (articles, vidéos, tutoriaux…) que vous trouverez sur le sujet. Si vous atteignez des limites plus élevées telles que les NL100+ (chose que je vous souhaite et que vous devriez atteindre si vous lisez cet article !), il serait judicieux de savoir utiliser ces outils bien avant de vous confronter aux sharks régnant à ces limites.

Cela vous évitera de perdre du temps et par conséquent de l’argent. A ces limites, la grande majorité, pour ne pas dire la totalité, des joueurs réguliers utilisent un tracker afin de déceler la moindre faiblesse dans votre jeu. Vous voilà donc équipé pour partir au combat !!! Equipé ne veut pas dire prêt…

 

Djouff est un pur produit Poker Académie, il est partit de rien pour être aujourd'hui un gros regular des moyennes limites sur le réseau Français. Vous pouvez prendre des cours avec lui pour 50€ ou 200 points PA, excellent coach si vous voulez battre rapidement les micro limites et monter jusqu'en NL50/100.

 PA  0 25485   28 Commentaires