Poker et finance - Episode 1

Poker et finance - Episode 1

Mon travail en salle de marché me rappelle souvent le poker. Ces deux mondes ont beaucoup de points en commun : ambiance, mentalité, psychologie, prise de décision, optimisation, gestion, la liste est longue. Au cours de cette série d'articles, j'en développerai l'analogie et vous donnerai quelques pistes de réflexion pour améliorer votre jeu. Mais avant tout faisons un petit état des lieux.

Quand la finance joue au poker

Coach Maju PaIl m'arrive souvent d'entendre des conversations de poker à mon travail, pendant les pauses. On parle de parties privée, de résultats en ligne. Récemment un collègue m'a confié arriver un peu fatigué certains jours après avoir passé la nuit à jouer au poker au cercle non loin de chez lui ; "dure nuit de sommeil" c'est la version officielle pour son responsable... Le poker est encore un peu tabou en France, hors de question de placer ce loisir dans son CV au risque de passer pour quelqu'un de fantaisiste. A l'inverse outre-Atlantique et outre-Manche, notre jeu préféré est totalement intégré dans les mœurs , à tel point que certaines salles de marché recherchent des talents du poker en ligne pour leur proposer un poste de trader. Pour les recruteurs, de nombreuses qualités d'un joueur gagnant sont applicables aux marchés financiers.

Jouer en bourse dans une salle de marché, jouer au poker dans une salle ou un salon privé, dans les deux cas il faut montrer patte blanche auprès du service de sécurité pour y accéder, en passant un sas de sécurité ou sa carte de membre. Sont en jeu d'importantes sommes d'argent, virtualisés par des jetons ou des titres, coupons, obligations et qui vont circuler de mains en mains jusqu'à la fermeture. La finance et le poker se retrouvent une nouvelle fois étroitement liés.

Prenons l'exemple de l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) qui autorise, réglemente, surveille les marchés, investisseurs et transactions. Son équivalent au poker est l'ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne) et son slogan, au regard de l'actualité est assez intéressant : "Jouer comporte des risques, endettement, dépendance, isolement". Plongée en pleine crise financière, il faut avouer que la France joue depuis bien longtemps à découvert avec des fonds dont elle ne dispose pas. Ce jeu risqué la mène droit vers le cercle vicieux et infernal de l'endettement, cotisation offerte à la Banque Centrale Européenne dont dépend fortement. Seul point qui rassure, celui de l'isolement. Nous ne sommes pas seuls dans la partie, nos voisins sont également menacés d'être broke. Alors pourquoi ne pas organiser un tournoi à 27 au prochain sommet européen ? Il pourrait y avoir de la dead monnaie si certains veulent sortir de l'euro !

De grands noms du poker ont commencé leur carrière en finance:

  • Oliver Busquet, aka "Livb112" ou encore "Adonis112". Cet ancien trader français à Wall Street fût mis à la porte de son travail, surpris en train de jouer sur un site de poker en ligne. Spécialisé en sit'n go heads up à 1000$ et plus, il cumule les 3M$ de gains...
  • Chris Ferguson, après avoir obtenu un doctorat en sciences informatiques, se passionnait pour la bourse et les investissements financiers. Détenteur de 5 bracelets WSOP, il cumule 8M$ de gains en tournoi.
  • Phil Laak, joueur irlandais connu pour son comportement un peu fou aux tables, a exercé en tant qu'ingénieur et day-trader avant de découvrir le poker. Outre ses gains de 1,4M$ en tournoi, il détient le record de la plus longue session de poker, restant 115 heures de suite à une table du Bellagio !
  • Joe Cada qui très jeune développa une vraie passion pour la bourse et se destinait à en faire sa carrière... avant de remporter le Main Event des WSOP en 2009 et 8M$
  • John Duhamel, vainqueur lui aussi du Main Event des WSOP en 2010 pour 9M$. Ce canadien de 24 ans était étudiant en finance avant de toucher le jackpot et passer pro.

Quand le poker joue les traders

En ces temps de crise, il est néanmoins possible d’investir sur une valeur pour le moins insolite : les joueurs de pokers ! De la même manière qu’en bourse, vous prenez part au capital d’un joueur pour qu’il puisse participer à un tournoi important. Si il atteint les places payées, vous êtes rémunéré en proportion de votre investissement, ce qui peut être lucratif si votre poulain atteint la table finale. Il faut cependant déduire la commission du broker. Ce système de financement est également appelé stacking. Nous sommes assez proches des systèmes d’options ou de warrants qui permettent de gagner beaucoup en assez peu de temps... ou de perdre la totalité de son investissement.

Restons un peu dans la bourse. Une nouvelle promotion vient de voir le jour sur Pokerstars, qui propose de remporter une partie des gains d’Elky lors de ses prochains tournois EPT. Ce qui rappelle le reversement de dividendes aux actionnaires après publication annuelle des résultats.

Suite au Black Friday des milliers de joueurs se sont vus confisquer leurs fonds sur le site. Le nom fait référence au Black Thursday de Wall Street en 1929 qui sema un véritable vent de panique, l’indice Dow Jones perdant 22,6% à mi-séance. Que dire de la reprise prochaine de Full Tilt Poker par le Groupe Bernard Tapie ? Laurent Tapie envisage de les rembourser d’une manière originale, avec leur accord, en proposant des parts de l’entreprise faute de fonds propres suffisants. L’idée devrait séduire les joueurs en quête de sensations fortes.

Les professionnels du poker en ligne sont habitués à percevoir un mode de rémunération proche de celui d’un trader : un fixe et un variable lié au résultat, le fameux bonus. Le salaire fixe du joueur pro n’est autre que son rakeback. Il s’agit d’un pourcentage reversé par le site sur les commissions que paye le joueur. Vous avez certainement des points de fidélité sur votre site de poker préféré, que vous pouvez convertir en cadeaux, tickets de tournois ou en monnaie sonnante et trébuchante. Les pros se payent ainsi leur loyer, leurs frais courants... les gains liés à leurs résultats deviennent en quelque sorte un bonus !

 

Cet article a été publie dans le Poker VIP de Février 2012 par notre coach Maju.

 PA  0 11748   10 Commentaires