Créer un Plan de Jeu

Créer un Plan de Jeu

L’idée de cet article m’est venue lors d’un cours particulier. Alors que je coachais un élève sur une partie de cash game très loose passive en No-Limit 6-Max, l’approche qu’il devait adopter sur ce type de table m’a paru évidente. Il devait clairement définir un plan de jeu et l’appliquer.

Élaborer un plan de jeu est un concept utile pour la plupart des variantes au poker. Il l’est d’autant plus en No Limit du fait de l’importance que revêt l’analyse des profils des adversaires dans cette variante. Cet article va détailler autour de quelques exemples les paramètres à prendre en compte dans l’élaboration d’un plan de jeu.

Quand définir un Plan de Jeu ?

Si vous ne multi-tablez pas, vous aurez le temps nécessaire entre deux mains à l’élaboration de votre plan de jeu. Je n’insisterais jamais assez sur l’importance à accorder à l’observation du déroulement d’une main même si vous n’êtes pas impliqués.

Quels types de pots souhaitez-vous jouer ?

La question est ici d’estimer le niveau d’agressivité de la table et l’edge que vous pensez avoir sur le reste des joueurs. Dans la session que je supervisais, l’élève jouait sur une de ces tables loose passive où les joueurs check / call trop souvent et où un raise indique clairement deux paires ou mieux.

Le plan de jeu pour cette partie était très clair. Mon élève avait un edge énorme et je lui ai conseillé une approche prudente. Éviter le slowplay lorsqu’il floppait une main telle que top pair good kicker ; miser judicieusement sans créer de gros pots. Face à des joueurs faibles, l’objectif est de ne pas s’impliquer dans des situations marginales mais d’attendre les situations profitables pour rentabiliser ses grosses mains.

Ne pas s’impliquer dans des situations marginales mais d’attendre les situations profitables pour rentabiliser ses grosses mains

En d’autres termes, lorsque vous avez un edge important sur une table passive, vous avez les moyens de limiter la variance et de sortir la prise de risque de l’équation. Avec un edge important, vous allez perdre si vous vous impliquez souvent avec des mains marginales où l’aléatoire tient une part trop importante ; à l’opposé des tables très agressives où la part de risque, généralement plus élevée, génère une plus grosse variance. Comme placer une grosse sur-relance pré-flop avec AQo pour contrer ce qui semble être un vol de blindes.

Devriez-vous piéger ou jouer un poker plus direct ?

Beaucoup de joueurs vous diront que c’est une question de style. En fait, il n’en n’est rien. Contre des joueurs passifs, le slowplay est une mauvaise idée car ils ne prendront pas l’initiative suffisamment souvent pour rendre cette stratégie profitable. Dans les parties très loose agressives, vous ne voulez pas étouffer les joueurs trop tôt. Laissez-les vous bluffer avant de leur revenir dessus.

Votre sélection de mains de départ

Face à de nombreuses relances pré-flop, vous ne pourrez pas jouer profitablement vos petites paires et vos petits suited connectors.

C’est vraiment dépendant du niveau d’agression de la table. Face à de nombreuses relances pré-flop, vous ne pourrez pas jouer profitablement vos petites paires et vos petits suited connectors. Si, au contraire, les joueurs à votre table aiment limper avec ces mains à forte cote implicite, n’hésitez pas à relancer plus souvent vos mains décentes comme AT par exemple.

Personnalisation de votre plan de jeu

Vous allez souvent vous retrouver dans des parties combinant de solides joueurs agressifs, des fishs loose passifs et autres joueurs hyper agressifs. Il n’est pas possible d’adopter un plan de jeu qui soit valable contre chacun de ces profils en même temps. Vous allez devoir adapter votre stratégie.

Généralement, vous souhaitez éviter de jouer face à un solide joueur tight agressif. Vous allez resserrer votre sélection pré-flop lorsque ce type d’adversaire entrera dans un coup.

Vous savez déjà tirer profit d’un adversaire loose passif en adoptant un jeu solide et direct basé sur la valorisation de vos grosses mains. Vous pourriez tenter d’élargir votre sélection de mains pré-flop quand il entre dans le coup, de sorte à jouer plus souvent contre à lui.

Face à un joueur loose agressif, vous allez vous défendre en mixant des sur-relances pré-flop plus fréquentes avec des pièges post-flop. En jouant de la sorte, vous serez moins lisibles pour vos adversaires qui vous verront alterner jeu loose, jeu serré, jeu direct ou jeu plus tricky.

Les Tournois

Mettre en place un plan de jeu en tournoi est affaire plus complexe à cause de l’évolution constante de la structure qui impose à chaque joueur de s’adapter en permanence. Cela sera détaillé dans un article traitant spécifiquement de ce cas.

Conclusion: Mettre en place un plan de jeu clair va vous faciliter votre prise de décision en vous évitant au maximum les décisions difficiles. Cela va vous aider à réduire la variance dans les parties faciles en vous forçant à adapter votre jeu aux profils de chacun de vos adversaires. C’est un procédé assez simple qui ne nécessite que très peu d’observation. Alors pourquoi ne pas l’essayer lors de votre prochaine partie de cash game ?

Texte écrit par Jérôme

Traduction par Poker is War