Poker fermé limite: Advanced system Partie 3

Poker fermé limite: Advanced system Partie 3

Le style tight loose-super aggressif (article 2/2)

Le jeu en short handed est par nature un jeu d'aggression. Comme vous êtes en situation de gros blind ou petit blind plus souvent que sur une table à 10 joueurs, vous payez plus cher le prix de votre inactivité.

Il nous faut donc trouver un système efficace qui nous permette de tenir dans les phases "sans", c'est à dire quand les cartes ne sont pas favorables, et qui nous permettent d'engranger un maximum quans les cartes sont avec nous, en s'assurant que nos attaques gagnantes soient payées fréquemment à l'arrivée.

II) Le jeu super/aggressif

A) Les attaques en semi bluff

Face à une table serrée, si vous être premier à parler, tentez de temps en temps des attaques avec des tirages couleur ou suite bilatérale.Voici la façon dont ce type d'attaque doit être traité.

Par une attaque avant le draw, le changement d'une seule carte fera croire aux adversaires que vous avez une double paire ou un brelan maquillé.

Si vous touchez votre tirage, la situation sera bien entendu très profitable - et la surprise chez vos adversaires totale (et oui, vous avez attaqué avec "rien", ce qui aura un poids considérable sur l'image escomptée: celle d'un looser).

Si vous n'avez pas touché votre tirage, une attaque en sortie confortera l'idée que vos adversaires ont de votre jeu: une belle double paire au moins. Et vous constaterez que vos adversaires coucheront leurs cartes plus souvent que vous ne pensez..

Bien entendu, si votre attaque en entrée est payée par les quatres autres joueurs, dont 2 tirages à une carte et deux tirages à deux cartes, n'attaquez pas en sortie si vous n'avez rien touché... ce serait un suicide.

Un dernier point à savoir sur les attaques semi bluff.

Sur les tables looses, ne tenter les attaques à tirage que si votre main contient des grosses cartes. Comme vous pouvez être payé par des mains légères, avoir de grosses cartes constituent une petite sécurité. En effet, si au final vous touchez quand même une paire - celle ci pourrait être suffisante pour gagner (faites alors un check en sortie !).

B) Les attaques en bluff total

Il existe un dicton que Mike Caro aurait pu dire "si vous n'avez aucune chance de gagner à l'abattage des cartes, le bet est alors une option sérieuse !"

Supposons que le pot soit intéressant - vous avez changé 3 cartes et vous n'avez rien en main au final. Et bien attaquer en sortie pourrait bien faire penser aux autres que vous détenez un brelan - surtout si votre image à la table est serré-aggressive.

Comme le pot est intéressant à la base, il suffira que vous l'emportiez une fois sur 3 pour que la manoeuvre soit payante ...

Exemple de situation profitable: Vous êtes encore trois à jouer le coup - aucune relance n'a été effectuée avant le draw, et vous avez changé 3 cartes tous les trois. Le premier à parler fait check, à vous d'ouvrir - mais vous n'avez même pas une paire en main (rien qui vous permette de croire que vous pouvez gagner ici). Et bien un petit bet sera ici bien souvent profitable sur le long terme.

C) Attaquer les limpeurs

Il ne faudra pas hésiter à relancer les limpeurs dès que la situation le demande.
Ex de situation profitable: vous êtes second à parler sur une table de 5 joueurs avec une paire de dame en main, le premier à parler entre avec un call. C'est une situation de relance idéale - vous allez par ce coup isoler le limpeur tout en ayant la position sur lui - du velour.

D) Attaquer les blinds

- En position Dealer, sur une table serrée - ne pas hésiter à voler davantage les blinds en attaquant avec des paires modestes. Face à un call du gros blind, si vous le sentez serré - n'hésitez pas à ne jeter qu'une carte de temps en temps et attaquez en sortie: faites croire à la double paire.

- A contrario, en ouverture en position dealer, si vous avez un brelan servi, attaquez et changez 2 cartes - faites croire que vous gardez une paire avec un gros kicker..

E) Sur-relancer avec les petites double paires

Nous avons vu sur l'article théorie des jeux médians, qu'il ne fallait pas hésiter à sur-relancer à partir de la double paire 10. Et bien, nous pouvons en fait sur-relancer avec toute double paire à partir du moment ou vous avez la position sur le relanceur.

Imaginons que vous ayez une double paire 88xx, le premier à parler sur la table attaque. Un call de votre part pourrait entrainer d'autres calls derrière vous car le pot offre un meilleur rendement (plus de odds). Et là, votre petite double paire ne vaut plus rien. Par contre si vous sur-relancez, vous protégez en quelque sorte votre main. Il y a de grande chance que vous vous retrouviez en position de head up - et vous aurez la position sur votre adversaire donc plus d'options.

Si votre adversaire a changé 3 cartes et fait check en sortie, le bet devient une option.

Si votre adversaire a changé 1 carte, il n'attaquera pas à priori et au final vous aurez économisé un bet. Maintenant, si le relanceur à une image très serrée, le fold est préférable à la sur-relance. On retrouve ici le concept de gap énoncé précédemment (le call n'est pas une option ...).

 PA  0 4760