Mort de Darvin Moon, le bûcheron devenu millionnaire qui est resté bûcheron

darwin

Rappelez vous le Main Event 2009.
Toute la France vibrait avec Antoine Saout, finalement éliminé en 3e position après avoir perdu QQ<22 et 88<AK contre le futur vainqueur, Joe Cada.
Mais ce ne sont pas eux qui ont fait rêver le monde entier. Ce n’était pas non plus Phil Ivey, qui a terminé 7e. C’était un sympathique bûcheron du Maryland, qualifié via un satellite à 130$, du nom de Darvin Moon.

Tout au long du tournoi, il reconnaissait avec franchise que son succès était dû à la chance et non à son talent. Il a pris le chiplead à la fin du day 1, l’a conservé jusqu’au début du day 7, l’a perdu momentanément avant de le retrouver grâce à un Qd Jd > 5d 3d sur Kd 9d 2d pour aborder la table finale avec 30% des jetons.

Darvin a continué à run de manière incroyable, éliminant Ivey avec AQ > AK puis Begleiter avec AQ > QQ.

Tout le monde comparait alors Moon à Moneymaker et lui souhaitait la même réussite.

Après 18h de jeu non stop en table finale, Darvin a finalement raté la Lune de peu, perdant le dernier flip du HU contre Joe Cada, avec QJs < 99.

Celui qui avait hésité à revendre son ticket pour injecter les 10 000 $ dans son entreprise de bûchonnerie en difficulté a remporté +5 Millions $ pour sa 2e place !

Conscient de ses limites, Darvin n’a quasiment jamais rejoué sur le circuit professionnel. Il a utilisé son argent pour racheter la ferme de son enfance et couvrir ses proches de cadeaux, comme des voitures.

Il confiait à Card Player en 2010 : "Nous avons vécu avec 20 ou 25 k$ par an pendant 26 ans. Je peux désormais vivre le reste de ma vie confortablement. Je continue à travailler car c’est ainsi que ma famille a été élévée.

Malgré ses millions, l’humble bûcheron est resté bûcheron.

Il est mort ce samedi 19 septembre, à 56 ans seulement, suite à des complications post opératoires.

Le monde du poker a rendu hommage à celui qui était respecté par tous, peut-être pas en tant que joueur, mais en tant qu’être humain.

9 J'aimes