Mise en application

Salut la team ,
J ai une question qui peut paraître simpliste mais je suis confronté à un réel problème…
Comment mettre en application ce que l on apprend ???
Petite explication…
Après plusieurs années de tilt complet à faire absolument n importe quoi je me suis mis en-tête de réussir VRAIMENT au poker…pour ce faire , je regarde chaque jour des heures de vidéos, ici sur YouTube ou autre …je fais les quizz, les tests les mises à l essai et tout se passe plutôt bien , seulement voilà…
Quand je commence ma session, après échauffement, tout va plutôt pas mal jusqu’à un moment ou dans ma session je recommence à faire n importe quoi , sans m en rendre compte …
Auriez vous un conseil ??
Le premier qui m écrit d arrêter le poker , sors :rofl::rofl:

Tu dois avoir un gros leak mental ou bien tu surestimes tes capacités.

Et quand je dis que tu surestimes tes capacités c’est que tu dois sûrement te retrouver dans des spots que tu ne sais pas gérer et qui amènent du stress et des émotions si ce n’est pas travaillé et anticipé. Et du coup c’est l’autoroute assurée vers le tilt.

On ne peut pas dire « je recommence à faire n’importe quoi sans m’en rendre compte ».

Cela veut dire que tu n’assumes pas quand tu spews et que tu tilt. A mon humble avis il y a un gros travail à faire là dessus.

Avant de partir voguer sur les flots il faut d’abord s’assurer d’être le capitaine de son bateau :ok_hand:

Au bout de combien de temps dans ta session tu fais n’importe quoi ? As-tu songé à quitter les tables dès que tu commences à sortir de ton plan de jeu initial ?
A mon humble avis, si tu passais un quart d’heure sur flopzilla/equilab tous les jours au lieu de regarder 2h de vidéo, tu serais déjà bien plus productif.

2 J'aimes

Tu devrais essayer la médiation, parce que tu as un gros problème de tilt.
Personnellement j’ai un doute sur le fait que les vidéos you tube soient pertinentes…
Peut être que tu devrais investir dans un coach.

1 J'aime

Oui et non… en réalité si tu ne résous pas les causes profondes à l’origine du tilt, la méditation n’apportera pas grand chose, éventuellement ca retardera le tilt mais il viendra à un moment où un autre.
Quand au coach, c’est ultra EV+ en revanche.

1 J'aime

A-game au poker : comment jouer à son meilleur niveau

Motivation au poker : comment jouer à son meilleur niveau

Jouer son A-Game en permanence

La grande différence entre un bon amateur et un professionnel réside dans la capacité de ce dernier de jouer constamment son meilleur jeu. Lorsque votre attention faiblit, le « A-Game » s’éloigne, voici donc quelques conseils pour garder la constance tout au long d’une session de jeu.

Cela fait plus de dix années que le poker est mon gagne-pain, je vais vous donner mes meilleures stratégies pour être capable de produire son meilleur poker, à chaque fois.

1. Etre physiquement prêt

Comme dans toutes les activités, ce que l’on fait en dehors à de l’impact sur nos résultats. Cela commence donc par une prise en main de votre état physique.

Le temps de sommeil est la première composante d’une bonne journée. Pour la plupart des gens, il faut au moins 7 ou 8 heures pour recharger les batteries. Ne négligez pas ce paramètre avant de commencer une session poker…

Etre reposé est incroyablement important pour contrôler ses émotions et un éventuel tilt.
L’ American Psychological Association explique que les gens au sommeil perturbé sont significativement plus susceptibles de perdre patience et d’être irrité. Cela fait sens mais nous l’oublions vite, ne pas être en pleine forme ne nous aidera pas à être performant aux tables…

Dans un deuxième temps, votre carburant est aussi important. Oui on parle de nutrition pour faire fonctionner votre corps. Mangez équilibré et restez loin des produits très transformés ou très sucrés, buvez de l’eau de préférence. Votre cerveau vous le rendra en fonctionnant à son maximum plus longtemps et cela devrait se voir dans vos résultats.

2. Se préparer mentalment

Pourquoi êtes-vous venu ? Pour gagner ou pour vous plaindre ? La table de poker n’est pas l’endroit ou vous devez travailler sur vos frustrations, il faut être dans le bon état d’esprit pour être performant. Prenez quelques minutes pour vous concentrer sur le jeu, ne sautez pas dans l’action alors que vous êtes déprimé ou anxieux, il faut jouer dans le moment présent.

C’est très important d’amener une attitude positive et un mental irréprochable à la table. Pour cela je recommande la méditation plusieurs fois par semaine et idéalement juste avant votre session.

En prenant 10 minutes pour réfléchir à vos objectifs et à visualiser la partie à venir, il y aura forcément des bénéfices à la table. Un massage est un autre très bon moyen de relâcher la pression du stress et d’augmenter ses capacités mentales (sans parler des bénéfices pour votre santé aussi).

3. La confiance d’un champion

Après avoir préparé votre corps et votre esprit, comment parvenir à se concentrer pour jouer son meilleur jeu durant la partie ? Cela commence avec une confiance en soi digne des plus grands champions. La plupart des joueurs de poker pensent qu’ils sont parmi les meilleurs mais peu sont persuadés de faire partie de la classe au dessus.

Quand vous savez que rien ne peut vous arrêter aux tables, vous savez que les circonstances ne sont pas une excuse. Il est donc possible de chercher le meilleur et de prendre la bonne décision à chaque fois.

Posséder une énorme confiance en soi ne doit pas se confondre avec un ego melonesque. Ici on parle de préparation et d’expérience pas d’auto-persuasion. Si vous avez joué beaucoup de mains et bien étudié le jeu ainsi que vos erreurs passées, votre confiance en votre jeu devrait être là.

N’oubliez pas qu’en travaillant votre poker vous prenez de l’avance sur ceux qui ne font que jouer. Ces efforts et ces heures d’étude vont finir par payer aux tables. Et plus vous gagnez et plus votre confiance grandira.

Cela ne veut pas dire qu’un débutant ne peut pas apprendre à être confiant en son jeu. Commencez aux limites basses comme la NL2 sur Internet, là où vous trouverez les adversaires les plus faibles.

L’important c’est de toujours avoir à l’esprit qu’il y a des joueurs plus faibles à la table. Vous devez être conscient d’être parmi les meilleurs joueurs de la table à chaque fois que vous prenez place. Cela commence avec la préparation et l’expérience mais aussi le fait de jouer dans les bonnes parties de poker.

4. Pas une question d’argent

La clé pour jouer son meilleur poker c’est d’avoir les finances assez solides. En clair, la perte d’une cave ou deux ne doit pas vous plonger dans l’embarras pour payer votre loyer : il faut avoir la bonne bankroll pour la limite à laquelle vous jouez.

Séparez votre bankroll poker de votre compte courant et de votre compte épargne. C’est d’une importance capitale. L’argent du poker est pour le poker et uniquement pour le poker.

Je recommande d’avoir au moins 30 caves pour la limite à laquelle vous jouez, je me sens plus confortable avec 40 à 50 caves d’avance. Par cave j’entends 100 blindes au moins de la limite jouée. Si vous jouez online sur la NL 10, il vous faut au moins 300€ de bankroll pour survivre aux badbeats et autres setups.

Certains joueurs diront que c’est beaucoup ou un peu extrême mais quand vous comprendrez les effets de la variance (les hautes et bas naturels du jeu de poker, ndlr), vous réaliserez à quel point il est important de ne jamais « jouer sa vie » sur un coup de cartes.

Les Downswings de 20 buy-ins sont très courants, même pour un solide joueur gagnant des basses limites. Soyez donc prêt à l’affronter en jouant à la bonne limite.

Savoir que vous avez la bankroll adéquate pour revenir en jeu vous permettra d’enlever le facteur stress à votre processus décisionnel, vous ne devriez jamais vous inquiétez d’un risque de brokage en pleine partie.

5. Concentrez-vous sur le long terme

La seule chose qui compte à ce jeu c’est d’être pleinement conscient de ses actions. Restez concentré à 100% est la seule solution pour jouer son meilleur jeu le plus souvent possible.

Pour atteindre le long-terme et faire un point valable sur votre niveau de poker, il va vous falloir jouer 100 000 mains de poker. C’est le nombre de donnes qu’il va falloir jouer pour passer outre la variance (qu’lle soit bonne ou mauvaise) et obtenir un idée réelle de vos résultats.

Ne vous concentrez donc pas sur les pertes et les gains quotidiens pour évaluer votre niveau et continuez à apprendre et à progresser, quoi qu’il arrive. Il y aura des jours ou vous aurez objectivement produit votre meilleur poker et la session sera perdante. Il n’y a parfois rien à faire, certains jours vous ne pouvez pas gagner.

En ignorant vos résultats immédiats vous-vous concentrez sur le jeu et la réflexion. Ne faites un point financier qu’une fois par semaine, tous les dix jours ou bien toutes les 5 sessions. Si vous avez la bankroll nécessaire dont nous parlions plus haut, vous ne devriez pas avoir de l’inquiétude en cas de mauvaise passe.

Concentrez-vous sur le long terme et sur la décision la plus positive à prendre maintenant. Je regarde souvent mes courbes de résultats sur mon logiciel de tracking, une courbe qui prend en compte des centaines de milliers de mains, afin de me rappeler que cela est la réalité : il y a des hauts et des bas selon les jours et les sessions mais la courbe va toujours vers le haut si l’on regarde la « big picture ».

Conclusion

La clé du succès au poker est d’amener avec consistance son meilleur jeu aux tables. C’est le secret numéro 1 de la réussite à long terme.

Quelle que soit la limite de jeu, une bonne session commence toujours par une préparation mentale et physique adéquate. Prendre du repos, bien manger et bien s’hydrater auront de l’importance après 5-6 heures de jeu, cela pourrait bien faire la différence avec votre adversaire de plus en plus alcoolisé.

Débuter la partie dans un bon état mental, avec l’esprit en paix et concentré sur le jeu est aussi très important pour votre confiance en vous. Ayez aussi confiance en vos capacités et soyez là pour gagner.

La préparation et l’expérience doivent servir de préalable à la bonne sélection des tables. Choisissez de jouer contre des joueurs moins forts, disputez une partie où vous n’êtes pas le challenger.

Enfin, soyez à l’aise financièrement avec 30 buy-ins d’avance et concentrez-vous sur le long-terme en cas de pépin ponctuel. En faisant sauter la barrière financière de la route du succès et en approchant le poker comme un jeu très long, vous commencerez à obtenir les résultats que vous voulez vraiment…

2 J'aimes

Fais des Hand History Mental ( dans le bouquin Le mental au poker ) histoire de comprendre le phénomène, la logique derrière ce phénomène, et trouver les étapes qui permettrons de régler en profondeur ton problème

Impossible ! C’est la quête du Graal. Il faut l’accepter et juste essayer de jouer un B-game amélioré lorsqu’on est fatigué ou autre. Tout le monde joue un B-game voir C-game de temps á autre, notre but étant d’être meilleur que les autres sur ce jeu lá, aussi d’y être moins souvent par le sommeil, l’alimentation, les heures de jeu etc.

Crois-tu que ce soit la façon la plus optimale de progresser ?
Est-ce que ça ne fait pas trop de contenu d’un coup pour ton cerveau ?
Regardes-tu ces vidéos avec un stylo, un crayon, des logiciels, en mettant des pauses et en réfléchissant par avance á ce que le vidéaste pourrait dire ?

Utilise la pause des MTTs de façon optimale pour essayer de te ramener dans l’état dans lequel tu es en début de session. (micro méditation pour coupure, micro échauffement pour te relancer)

2 J'aimes

Hello @sburnoz
Je suis entièrement d’accord avec ton avis et tes arguments, je citais un article afin que @apresjenvois le lise et y réfléchisse.

1 J'aime

Déjà dit un peu plus haut mais vraiment : Regarder des heures de vidéos sur Youtube, n’est pas vraiment « travailler » ton poker si tu les regardes passivement.

Aujourd’hui, tout le monde bosse son poker avec les vidéos, perso j’ai commencé en lisant des bouquins et ça présente au moins l’avantage d’obliger à être « dedans ». C’est très dur de lire « passivement ».

Sinon, tu peux aussi lire des choses sur internet, articles, forum etc. Ne te contente pas de regarder des vidéos, multiplie les sources d’apprentissage.

Le problème de regarder des vidéos aussi, c’est que bien peu sont pour des débutants complets.

En réalité, les personnes qui font ces vidéos ont tellement de connaissances en poker qu’il y a pleins de prérequis que tu dois avoir et tu vas passer à coté de plein de choses si tu ne les as pas.

Je ne crois pas qu’il existe des vidéos qui explique les raisons fondamentales pour miser au poker (par exemple : Value bet = être devant la range de call etc.)

En résumé, selon moi, les vidéos sont très bien pour progresser si on a déjà des bases. (des articles/livres sont plus recommandés imo pour acquérir les bases des bases)

Dans tout les cas, ne regarde pas passivement sur Youtube. Joue, review, joue, review, post des mains etc. etc.

Sinon, tu n’as pas précisé, tu joues en CG ou MTT ?

Question importante car si c’est du CG, apprends à t’observer jouer et savoir faire une pause quand tu tiltes. En MTT c’est plus compliqué de faire des pauses obv. encore que c’est quand même possible de resserrer son jeu si on sent que l’on a moins d’edge/qu’on fait n’imp - quand les blindes sont faibles rien n’empêche de faire une pause c’est toujours meilleur que spew.

Merci mille fois à tous pour vos retours…
Pour répondre aux différents commentaires,
Je joue uniquement en MTT.
Il n y a pas réellement de durée au bout de laquelle je tilt…ca peut arriver au bout de 3 ,4 h comme 30 mn…
Je suis assez d accord avec vous sur l apprentissage vidéo , même si je prend des notes, je ne les relis pas suffisamment et considère trop vite le principe pour acquis…