Le journal intime (hummmmm) de la team Aim The Millions


#404

Le débat entre l’inné et l’acquis n’est pas nouveau.
Mais quand tu vois qu’untel va avoir besoin de 3 fois plus de travail qu’un autre pour arriver au même niveau, et ce, dans n’importe quel domaine qui soit, comment peut-on nier la part d’inné dans le niveau d’un individu?
Certaines personnes ont plus de facilité que d’autres, c’est le “talent naturel”.
Cela ne va pas empêcher à quelqu’un qui travaille beaucoup de pouvoir viser l’excellence mais entre un individu qui travaille autant avec en plus des facilités et un autre qui fournit le même travail mais sans talent, lequel va surpasser l’autre?
On a tous eu un pote qui marchait sur l’eau au foot ou un autre sport alors que nous même en y allant à fond on galère.


#405

On ne nie pas la part d’inné ou d’aquis ce qu’on dit cest que ca sert a rien de chialer en disant qu’on a déchatté à la naissance ou je ne sais quoi et surtout quand on est Français. Ca ne va pas t’aider à atteindre tes rêves par contre l’autre façon de penser si et même si quelqu’un est doué dans un domaine mais ne travaille pas, la personne moins talentueuse, qui va mieux s’entourer qui fournira un travail plus régulier finira toujours par être au dessus


#406

Je ne veux pas détourner le débat.
Pour continuer je pense que le Poker est un domaine où certains ont des facilités (que ça soit grâce à un QI plus élevé que la moyenne, une capacité d’analyse supérieure, un caractère compatible avec la gestion du stress etc) et vont atteindre le haut niveau plus facilement à charge de travail équivalente. Donc il y a bien des inégalités à la base.
Cela dit, c’est un domaine où il n’est pas nécessaire d’être dans les 100 meilleurs mondiaux pour s’en sortir et un bon niveau suffira pour être un joueur gagnant. Par conséquence le rêve est accessible aux personnes qui s’en donnent les moyens.
Mais ce rêve est de plus en plus difficile à atteindre et les places de plus en plus chères, le train est en marche il ne s’arrête pas pour vous il faut le rattrapper et donc fournir plus de travail qu’un joueur qui fait ça depuis plusieurs années déjà.


#407

Si un bad run se définissait essentiellement sur la technique et la variance, du coaching et du volume règlerait le problème IMO.

A-t-on un équilibre dans notre vie autour du poker?
Voilà une des questions que je me pose.

Le bad run chamboule tes émotions qui vont jouer sur ta concentration puis ta confiance puis ta motivation puis ton énergie etc.
ce dernier point peut t’amener à un état grave du type burn out ou bore out si tu ne trouves plus d’intérêt parce que “dame variance après tout est plus forte que toi”.

Il faut alors entreprendre des actions vitales en tout premier lieu. Un peu comme un gros bad beat qui t’as foutu le moral à zéro.
Revenir par exemple à une limite inférieure - ya pas de honte.
Si tel n’est pas le cas, surveiller ses cycles de sommeil, la qualité de ses repas, les relations avec sa famille et ses amis, ses collègues s’il on a un emploi à côté, ses activités sportive etc.

En conclusion, l’équilibre est essentiel.
imaginez que nous avons plein de cheminée d’évacuation d’émotions (le corps exprime sans cesse des émotions par différents biais). Lorsqu’une se bouche - que ça ne va pas (le poker), les autres compensent cette sortie d’émotion jusqu’à une certaine limite. Plus nous avons de centre d’intérêt plus nous avons de cheminées et moins nous percevons le surplus d’évacuation d’émotion. Moins nous avons de centre d’intérêt, plus il sera difficile à ces quelques cheminées d’évacuer car elles ont une limite de débit.
La résultante est que ton corps va crée des moyens d’évacuation. Ces nouvelles cheminées se formalisent par la consommation de certains produits (alcool, drogue, malnutrition etc.), de certaines pratiques (jeu de hasard type FDJ) etc.

J’aime bien dire qu’en cas de défaillance technique tu pourras toujours t’appuyer sur ton mental.
Si tu as une défaillance mental, pas sûr que l’on puisse compenser par son savoir technique pokéristique.

J’ai simplement essayer d’argumenter sur le fait qu’un bad run ne s’arrête pas qu’à une ligne EVai (que l’on peut visualier) sur Xkhands/games. Je ne minimise pas la variance, je dis qu’elle n’est pas responsable des badrun, qui se lisse avec le volume. S’appuyer sur cette donnée est à mon sens un aveuglement et une erreur.

Peut-être @Askinanich ou @Valou29 pourrait compléter, corroborer mes propos.

@+


#408

+1000
Avoir une vie saine et équilibré et jouer en forme sans parasitage extérieur est une des conditions pour crush en 2018.
C’est là où on peut encore faire une grosse différence par rapport à d’autres pros.
L’excellence passe par pleins de petits edges accumulés les uns avec les autres.


#409

C’est pas une question de déchatte. Y’a juste très peu de gens qui ont réellement la capacité d’être pro de poker. Il faut être réaliste.

Et quand je parle de “capacité”, je parle pas seulement de capacité intellectuelle.

Il y a pleins de choses à avoir qui ne sont pas évidente pour tout le monde :

  • mental
  • capacité à se remettre en question tout en gardant confiance en soi
  • capacité à travailler seul pendant des heures (travail hors des tables et grind)
  • etc.

Il ne suffit pas de le décider pour avoir tout ça et être capable d’être pro au poker.
Il y a 1001 manières (bien plus en fait) de gagner de l’argent qui sont beaucoup plus à la portée de tout le monde que grind au poker…

Quand je lis @Benjamin_Shal qui dit qu’il n’a pas de talent…

WTF - comment sait-il qu’il n’a pas de talent ?
C évident qu’il en a pour faire ce qu’il fait, quand on voit le nombre de gens qui essaient de vivre du poker et qui n’y arrive pas.

Peut être qu’ils ne travaillent pas assez etc. Mais dans le tas il y en a qui travaillent et qui n’y arrivent pas. D’autres qui devraient travailler plus mais à qui il manque quelque chose pour le faire etc.

Comme écrit plus haut, peut-être qu’il a l’impression de ne pas avoir de talent car il se compare à plus talentueux.

Très bien c’est qu’il vise haut.
Mais c’est très dangereux de vouloir faire croire que n’importe qui peut vivre du poker…


#410

Personne ne parle, je pense, de nier la part d’inné que l’on hérite de part notre bagage biologique.
Pour autant, la science, aujourd’hui, la réduit à 30-40% de nos capacités générales. Et ici, cela ne veut pas dire qu’une catégorie de personnes a 40% et tous les autres 0%. Il faut bien évidemment introduire tout une palette de nuances ce qui atténue encore les différences génétiques.

Vouloir aussi tout remettre sur ces différences génétiques peut constituer aussi chez certains, une excuse, ça non plus il ne faut pas le nier.

Elles existent, c’est sûr. Mais plus on avance dans le haut niveau, plus elles se réduisent au profit d’une somme de travail acharné. Voir les interviews de Teddy Rinner, Martin Fourcade, Johnny Wilkinson, ou bien Michael Phelps. Ce sont des bourreaux de travail. Et à écouter leur entourage, partenaires ou adversaires, ce sont des sportifs qui se sont toujours entraînés plus que les autres.

Par contre ce que nous montrent les médias, ce sont les highlight, et celà induit souvent une perception de facilité qui masque complètement tout le travail fait dans l’ombre. Tout comme des potes qui semblent éminemment faciles là où on galère, mais qui travaillent aussi tranquillement dans leur coin…
La réussite des coachs la team ATM peut aussi donner cette impression. Mais à les connaître un peu, je sais qu’ils travaillent plus leur poker (au sens général) que 95% des membres de ce forum, ou bien que d’autres joueurs pro. Inné ou acquis?

On voit d’ailleurs régulièrement des jeunes percés dans de petites catégories grâce justement à ce talent naturel (au sport comme à l’école d’ailleurs). Mais très étonnamment, ce sont rarement ces mêmes jeunes que l’on retrouve à très haut niveau plus tard. Comme si la facilité naturelle avait aussi induit des habitudes de travail déstructurées ou absentes. Et que la notion même d’efforts remettait en cause une forme de statut acquis précocement. D’où une tendance à la procrastination et la stagnation. C’est un revers psychologique qu’il faut aussi intégrer dans la balance…

Les écoles qui ont sélectionnées leurs élèves à partir du test de QI de Binet montrent tous l’échec d’un présupposé potentiel qui induirait une réussite acquise obligatoirement. Il y a une corrélation bien plus forte entre le quotient émotionnel et la réussite par exemple.

Donc bien sûr que des différences existent, mais s’arrêter à cela revient à ôter toute la puissance des efforts. Et ça c’est aussi très dangereux. C’est tuer la poule dans l’oeuf. C’est également le début de l’impuissance acquise qui mène à la dépression.

Certains auront plus de travail à fournir que d’autres, mais cela ne veut pas dire effectivement que ce n’est pas possible pour eux s’ils le veulent vraiment.

@jiji13, bien evidemment que l’équilibre est une donnée essentielle pour un joueur de poker. C’est pour ça que je parle fréquemment dans ma formation de données qui n’ont rien à voir avec le mental propre mais sont plus en relation avec l’harmonie sociale et familiale, la santé, l’énergie, le développement de la conscience de soi, etc. Et par voie de conséquence, lorsque tu te sens bien dans ta vie, ton winrate te remercie :wink:

Je terminerai juste en disant que tout le monde n’a pas forcément une capacité à la base, certes, mais comme toutes capacités, et hors pathologie marquée, elles ne demandent qu’à se développer par le travail…


#411

Oui mais, à l’heure actuelle, est ce que les top mondiaux dans leurs domaines ne sont pas ceux qui ont un talent inné et qui travaillent énormément.
Car tout le monde travaille bcp maintenant, tout les sportifs professionnels savent que sans ça ils n’arriveront à rien. Donc la différence ne se fait-elle pas au niveau du talent intrinsèque à travail équivalent?


#412

Certainement.
Mais le fait même de pouvoir s’entraîner plus que les autres n’est-il pas aussi une capacité ?

Tout le monde n’a pas la même capacité de travail.

Je ne veux pas revenir sur le débat inné/acquis.
Peut-être qu’il y a bcp bcp de choses qui sont acquises dans l’enfance et l’adolescence. Et qui ne sont donc pas “innées”.

Mais si on fait le point à 18 ou 20 ans, il y a clairement des gens qui ont les capacités (intellectuelles, organisationelles, confiance en soi, force mentale, détachement à l’argent) pour devenir pro de poker et d’autres qui ne les ont pas.


Sinon, j’ai vu qu’on parlait plus haut de gagner 2000 euros par mois.

Ok si c’est grind comme un porc pour arriver à avoir un niveau de poker nous permettant de gagner 2000 euros en moyenne/mois en NLXX ou en MTT, peut être que bcp de gens en sont capables…

Mais quid des maladies, vacances, prevoyance pour la retraite, prévoyance en cas de bad run prolongé etc.
2000 euros par mois c’est vraiment rien ou alors faut déjà être proprio d’une barraque dans le Gers ou l’Averon, pas avoir d’enfants et savoir vivre avec 1000 euros/mois… et avoir envie de passer son temps seul devant un PC pendant des mois/années…


#413

Hello,

Moi j’avais juste envie simplement de dire que si on était tous égaux cela se saurait depuis longtemps, bien sûre que les prédispositions existent pour certains…

Néanmoins, après, c’est juste une question de capacités et tout le monde ne les a pas toujours, ne rêvons pas non plus…
Le reste c’est surtout une question de volonté et aussi de s’en donner les moyens, la confiance en soi qui tient une part importante dans l’équation et bien sûre de beaucoup de travail avec globalement toujours beaucoup de sacrifices à la clef mais aussi parfois cette récompense tant attendu et les résultats qui vont avec…

Tout le monde ne souhaite pas se sacrifier pour cela et je le comprend parfaitement, le truc c’est que les dollars ne viendront jamais sans le taf donc il n’y a plus photo…

@Allets @bibibiatch @Benjamin_Shal @zugzwang @Askinanich : vos sacrifices ont été récompensés et vous gagnez votre vie de cette manière… le rêve accessible auquel chaque joueur souhaite parvenir…

Je n’ose imaginer le bien et la satisfaction de cela procure :rofl::yum:

A nous maintenant d’arriver à nos fins si on le souhaite, ceci quel que soit le résultat final car qui n’essaye rien n’obtiendra décidément jamais rien …

Et pour la motivation je dirais —>>

Faire= réaliser, construire, accomplir quelque chose.

Essayer= tester quelque chose, tâcher de, s’efforcer de.

Donc faisons-le plutôt !! :wink:


#414

Si je peux me permettre, tout le monde ne peut pas y arriver cela dépend du format.
Je considère qu’en cash et mtt c’est vrai, en sng hyper hu ou spin il y a assez peu de profondeur et de position pour tout mettre sur des tableaux cliquables par quelqu’un qui ne connait même pas les règles et gagner 1.5K en 10€. On me dit souvent que rationaliser comme ça c’est trop utopique et pourtant ça fonctionne et ce n’est pas forcément grâce à ce que l’ont croit.
Trop de débutant ciblent le cash à cause des films ou les tournois pour l’adrénaline mais sans expérience les erreurs coutent très cher dans ces formats et il y a une multitude de paramètres supplémentaires à prendre en compte. ICM, multiples positions, possibilité de 4 ou 5cbet voir +, HUD qui met longtemps à converger vs un reg… et surtout une variance énorme où une année de grind se joue sur un flip.
Je pense aussi qu’en dehors d’une maladie l’innée ne dévie pas énormément selon les individus mais dépend beaucoup plus du parcours, de l’environnement et de la chance que le cerveau ait plus ou moins était sollicité et entrainé.
Parfois aussi certains ont des capacités et le poker les libère alors que plusieurs autres activités nécessitant des capacités similaires n’ont pas réussie.
J’ai vu des joueurs ne connaissant pas les règles grinder les top limites en 6mois, j’ai vu des ex joueurs de cash game NL1000 bac +7 ne pas réussir à crush les spin 5€…
Les circonstances dans lesquelles on joue ont aussi un impact, si on a l’impression de régresser on va être moins motivé même si on a les capacités.
Pour finir avoir une vie familiale bien posée, pas de pb de santé ou financiers et une vie saine (sommeil, nutrition, pas de drogue) sont des clés de réussite.

En bref de nos jours une personne qui répond aux dispositions que j’ai mis au dessus, avec les outils et les services proposés de nos jours à toute les chances de réussite, avantages ou pas de naissance. Il se peut qu’elle se découvre grâce au poker. Il se peut qu’une personne au QI très élevé n’arrive pas à transposé son intelligence au poker.
L’égo et les sentiments peuvent aussi influer mais bon y’a assez de pavé sur le thread pour ne pas les aborder en +


#415

@Allets oui il est certain que les top mondiaux ont certainement des facilités pour leur domaine, mais en même temps, ce sont ceux aussi qui travaillent le plus, assez souvent, c’est donc très difficile à déterminer. Et juste pour être un poil plus raisonnable, je n’ai jamais parlé de devenir top mondial ^^. On parle ici de la capacité à gagner 2k. Et ça je pense, et tu l’as dit aussi, que le travail et une grosse détermination peuvent le permettre sans être à la base un génie.

@greg31150 Bien sûr que la capacité à s’entraîner dur est une faculté, mais elle se développe aussi. On ne court pas du jour un lendemain un marathon sans risquer de blessures. On ne travaille pas 50h/semaine du jour au lendemain sans risquer le burn out. Ça se prépare. Progressivement et dans le bien être! Et ce qui nous parait difficile un jour devient plus facile avec entrainement. C’est comme ça qu’on dépasse ses limites. Et heureusement puisque cela reviendrait à dire que l’on a aucune marge, malgré nos efforts…

La question qui reste centrale à mes yeux est êtes vous prêt à faire ce que d’autres ne veulent pas faire?
Et Greg tu poses les bonnes questions en fin de post. Mais on ne parle plus de capacités ici, mais de choix et de motivations.

Je pense personnellement que pour viser les 2k/mois, et uniquement ça qu’on s’entende bien, il est bien plus question de détermination profonde que de capacités innés. Le challenge revient alors à construire un équilibre de vie épanouissant autour de cette détermination, pour atteindre une harmonie globale de vie permettant le bien être.

Ce n’est pas facile, mais c’est possible.


#416

Mdr, tu m’as bien fait rire la^^


#417

Le truc qui m’échappe c’est y-a-t-il vraiment un intérêt à travailler durement pour avoir un CA de 2000 euros/mois si l’on sait pour être honnête que l’on ne pourra vivre qu’avec la moitié de ça, une fois déduit :
10÷ pour prendre des vacances
30% pour prevoyance retraite/maladie
10÷ pour prévoyance bad run/autre…

Je trouve la barre de 2000 euros extrêmement basse, ca ne correspond même pas à un SMIC avec charges sociales (incluant ce qu’un patron paie pour les caisses de retraite etc.)
Sans compter les frais occasionnés par un grind permanent à domicile par opposition à un boulot ou ton patron te paie le chauffage et l’électricité pendant la journée…


#418

Oui sur cela tu as tout as fait raison.

J’ai peut-être tendance à trop m’auto-limiter (je parle pas pour le poker) par peur du burn-out ou simplement grosse fatigue entrainant mauvaise humeur ou maladie…
Peut être qu’en effet, en étant progressif tout le monde peut augmenter sa charge de travail.


#419

genre il y a moins de variance en spin? :joy:

Bah si quelqu’un le pense, qui es-tu pour lui dire que ce n’est pas le cas?

Sinon, c’est drôle on parle beaucoup de la question du taf et du talent, sauf qu’imo la question n’est même pas là. Un mec qui a du talent a 1% de chances de plus de percer qu’un autre qui en a moins ; un mec qui taffe a 10% de chances de percer qu’un autre qui taffe un peu moins… Mais imo le vrai facteur qui va influencer la réussite ou non (hors poker d’ailleurs, je pense qu’au poker il y a 0 “vrai” pédagogue), c’est l’enseignant. Un bon enseignant va faire passer les paliers de son (ses) élève plus vite qu’un autre, et l’“edge” se fera là. Pour ton exemple @Askinanich le mec qui “produit” des stars aux échecs, si on se penchait sur son cas je suis persuadé qu’on se rendrait compte qu’il était à la fois bon aux échecs et bon pédagogue. Du coup tu lui met n’importe qui il devient bon, et entre ceux là la différence se fera sur… le surplus d’attention que le prof à l’un ou l’autre (oui, même pas le talent intrinsèque).


#420

Bon recadrage; vous prenez pas la tête, de toutes les façons pour gagner ses 5k/mois en 2018 suffit de choisir les spins et de prendre 5h de coaching à Blagops parce qu’il vous donnera les ranges.


#421

Mdr ça tire à balles réelles ici


#422

salut je ne suis pas trop d’accord les limites en dessous résoudrons pas le problème des bads et justement trouver l’équilibre ce n 'est pas se faire déstabiliser par des bads rester sur tes limites et faire face a un bad run peut t’apporter plus que redescendre en limite plus basse et douter de son jeu et se poser des questions sur ses propres capacités de plus si la variance en petite limite est contre toi la tu risque de mal le supporter
les bads nous touche deux fois plus émotionnellement que les coup gagner a nous de faire réagir notre cerveau autrement comme les exemples que tu as citer


#423

mdr un homme comblé ^^