Qui sont vraiment les meilleurs joueurs français?

(première partie)

Il y a quelques jours, notre Basou national publiait un petit billet narrant ses mésaventures à l’ACF face à un certain David Benyamine. http://blog.eurosportpoker.fr/hp-infos/mauvais-feeling
On sera à peu près tous d’accord pour dire que DB est au Poker français ce que Michèle Torr est à la chanson française, ou David Beckham au foot : une légende vivante.
Conséquence, le site Poker Bastard s’en prenait dès le lendemain au petit prince de l’overbet, lui reprochant son crime de lèse-majesté. Avec pour argument massue le fait que le palmarès et la ligne hendonmob de l’insolent ne pèse pas lourd face au High Staker français le plus célèbre.
http://www.pokerbastards.com/basil-basou-yaiche-a-pris-la-grosse-tete/

Parallèlement, sur club-poker, Roger Hareibedian - alias Big Roger - un autre poids lourd du poker français, se chamaille depuis plusieurs mois avec la moitié du forum pour savoir qui a la plus grosse. http://www.clubpoker.net/forum-poker/topic/99718-quelques-revelations-de-big-roger/

Dans les deux cas, on retrouve quelques tendances très marquées dans le milieu du poker:
1/ La totale surestimation des tournois pour juger le niveau d’un joueur.
2/ La surestimation de la valeur des joueurs de High Stake.
3/ La surestimation des joueurs vis-à-vis d’eux-mêmes.

Bon, je vais peut-être jeter un petit pavé dans la mare, et même me faire quelques amis prestigieux. Mais je vais vous livrer sans langue de bois le fond de ma pensée… tel un Eloi Relange totalement deshinibé par quelques verres de cidres brut, un soir de podcast face à Michel Abecassis.

Revenons un instant sur le petit article, assez sympa à lire ma foi, de Basou. Le grand manitou du 3-barrel bluff estime en gros que le jeu et le niveau de jeu de David Benyamine n’a guère évolué. Et qu’il a vraiment mal joué le coup en question. On serre les dents et on compatit au passage pour Basou, qui prend cher dans tous les sens du terme en encaissant là un double bad beat assez vilain… Ce qui est un pléonasme.
Mais ne tournons plus autour du pot. Sur ces deux points, je ne peux que partager l’avis du jeune éphèbe. Oui, David a vraiment mal joué le coup ici, tant preflop que postflop, aussi deep. Et oui, le jeu de David (en NLHoldem) « n’a pas évolué » ces dernières années, pour reprendre les termes de Basou. J’irai même plus loin : il y a, ne serait-ce qu’en France, plusieurs dizaines de joueurs qui sont intrinsèquement supérieurs à Benyamine dans cette variante reine.

Je vous vois déjà venir. Certains d’entre vous doivent marmonner en lisant ces lignes quelque chose du genre : « Mais… euh… et le palmarès de Benyamine… et les millions de dollars qu’il a empochés en tournoi ?! ». Et là, je vous réponds illico : « On s’en fout, on s’en contrebalance, on se le passe par la doublure des testicules, not give a  shit (pour les bilingues) ! »
D’abord, et il n’est pas nécessaire d’avoir fait math sup pour s’en douter, parce qu’un joueur qui participe depuis plusieurs années aux plus grands tournois internationaux étoffera plus facilement son palmarès par rapport à un joueur qui n’en dispute aucun ou qui en joue depuis peu.

Ensuite, parce que les sommes bruts gagnées en tournoi déterminent difficilement la valeur d’un joueur. Vous pouvez récolter 80 000 dollars en tournoi dans l’année. Mais si, dans les même temps, les buy-ins vous ont coûté 120 000 dollars… Au poker, comme dans le business, le chiffre d’affaire d’une entreprise n’indique pas si elle réalise des bénéfices. En d’autres termes, il peut être plus rentable de diriger une sandwicherie plutôt qu’Eurotunnel. J’ai toujours trouvé dommage que dans les émissions ou les magazines de poker, on se contente de dévoiler les gains d’un joueur en guise de palmarès. Cela n’a guère d’intérêt et ne nous indique pas s’il s’agit d’un joueur intrinsèquement gagnant. Pour cela, seul le Roi nous le dit.

Enfin, et histoire de me faire de nouveaux amis, parce que les tournois sont loin d’être la meilleure façon d’évaluer un joueur de poker. A fortiori en live. Vu la variance énorme, la part prépondérante de la chance, il faudrait facilement toute une vie pour juger avec un minimum d’acuité quelqu’un qui disputerait une quinzaine de tournois live par an.

Sur club-poker, Roger Hareibeidian se vante d’être en tête du classement Live Poker, lequel étalonne les joueurs français en fonction de leur gains en tournoi live. Là encore je vais être un peu brut de décoffrage, mais ce classement présente objectivement un intérêt proche du néant. Il ne dévoile pas vraiment le meilleur d’entre nous, mais plutôt celui qui a joué le plus de tournois et/ou celui qui a eu le plus de fion. Surtout quand on sait que les tournois se jouent au final la plupart du temps sur 2-3 coins flips ou 2-3 set up favorables ou non. J’aime bien citer cette phrase de Ludovic Lacay (alias SirCuts) qui, je crois, a écrit un jour : « Les tournois, c’est comme le loto, sauf que les meilleurs joueurs peuvent tirer un ou deux numéros en plus. »
Un classement qui, de fait, privilégie la quantité par rapport à la qualité. Si vous participez à 10 tournois dans l’année au lieu de 2, vous augmentez par 5 vos chances de bien figurer. C’est un peu comme donner 3 flèches à un archer et 45 flèches à un second archer, et prétendre que ce dernier est meilleur parce qu’il a planté 15 flèches au cœur de la cible alors que l’autre n’en a mis que 2.

Roger, qui est une sorte de stakhanoviste français du poker live, puisque il écume un maximum de tournois, est régulièrement au sommet des classements annuels en terme de gain. Pourtant, il y a sans doute une bonne centaine de joueurs, en France, qui lui sont intrinsèquement supérieurs. Notez bien que cela n’a rien d’infamant et que cela ne signifie pas que Big Roger soit un mauvais joueur. Se situer aux alentours de la 100e place en France dans n’importe quelle discipline, cela dénote un indéniable talent. J’ai partagé à au moins trois reprises sa table en tournoi et ce vieux briscard démontre d’indéniables qualités en terme de lecture du jeu. Il sait également, contrairement à bien d’autres, se montrer patient. Sur un plan technique, c’est en revanche déjà plus discutable. Une légende prétend même que Roger aurait surrelancé à tapis preflop au début d’un grand tournoi, 400 BB deep, avec une paire de Dames… Au final, je doute que notre homme puisse être durablement gagnant en NL200 sur Internet, en Short Handed…

J’irai encore plus loin (au point où l’on en est). Selon moi, plus de 80 % des joueurs français sponsorisés ne parviennent pas, ou ne parviendraient pas à battre durablement la NL200 online.
Il est de bon ton, sur les forums, de se moquer des rakeback pros, ces joueurs globalement à jeu et qui gagnent de l’argent grâce aux bonus offerts par les rooms. Mais tous ces rakeback pros sont pour la plupart supérieurs aux joueurs français qui font régulièrement la Une des magazines de poker !
Si vous saviez le nombre de pseudos inconnus, que j’ai immédiatement catalogué comme fish après avoir disputé quelques mains onlines… et qui s’avéraient au final être des joueurs « connus ».

Vous en voulez encore ? Alors parlons d’Elky, peut-être le joueur français le plus emblématique. J’entends déjà ses nombreux fans hurler « nooon, pas lui ! ». Nous avons eu l’occasion de recevoir Bertrand l’an dernier dans les locaux de Poker Académie, pour un podcast particulièrement intéressant. Elky est une personne vraiment attachante. Un gars simple (au bon sens du terme) et naturel, une véritable mitraillette intellectuelle. Il n’y a qu’à l’entendre parler ou le voir jouer à Starcraft en appuyant sur toutes les touches du clavier à 10 000 à l’heure… ce gars à quelque chose de génial. C’est assurément l’un des meilleurs joueurs français en tournoi live, où son style agressif combiné à une certaine réussite fonctionnent pour l’instant à merveille. Je n’ajouterai toutefois pas, « comme l’indique son palmarès », pour les raisons que j’ai évoqué au début de ce papier.

Pourtant, notre Elky national ne fait probablement pas partie du Top 50 français en terme de niveau de jeu et n’est sans doute pas gagnant en NL400 online. Ce n’est hélas pas un jugement personnel, mais un fait, comme semble le confirmer PTR.
Or, dans les sondages et les classements organisées fréquemment par les sites où les magazines de poker, Elky, tout comme Roger ou David, font partie des joueurs les plus fréquemment cités… Et la plupart des lecteurs n’y trouvent rien à redire. Etrange non ?

Quoi qu’on en dise, il y a pourtant un moyen quasi imparable de déterminer la valeur intrinsèque d’un joueur de poker. Connaître son winrate en cash game, sur un échantillon représentatif (au minimum 200 000 mains, idéalement plus de 500 000). Et si possible, en ayant accès à sa courbe d’all-in EV, pour pondérer son résultat en fonction de la chance ou malchance éventuelle.
Quelques petites précisions au passage. Les statistiques de l’All-in EV ne sont certes pas la panacée, mais tout de même partiellement représentatives du bol que vous avez eu… ou pas. D’autre facteurs, plus difficilement mesurables, vont impacter sur votre niveau de chance. A commencer par les set-ups rencontrés. Se manger un set over set en sa défaveur, c’est évidemment un signe de malchance dans le sens où tous les jetons étaient vouées à partir au milieu, puisque votre adversaire et vous auraient sans doute joué de la même manière vos deux mains.

Il y a aussi le tirage aléatoire des mains. Il sera beaucoup plus facile d’accumuler les jetons en touchant dix fois de suite AA plutôt que 72o. Dans ce cas précis toutefois, la chance s’équilibre généralement assez rapidement à terme. Contrairement aux sets-ups et à la courbe d’All-in EV, qui peuvent parfois ne se rejoindre qu’après plusieurs années.
Par expérience, sur environ 100 000 mains à une limite donnée, je peux obtenir un winrate 1 à 3 fois supérieur, en fonction de mon taux de chatte ou déchatte rencontré. C’est donc un élément qu’on ne peut et ne doit occulter. Une dernière précision importante : les meilleurs joueurs, même en étant malchanceux, ressortiront forcément positifs d’une session de 200 000 mains, et même de 100 000 mains…

(seconde partie)

Pourquoi se baser uniquement sur les résultats en cash game et non pas en tournoi ? Tous simplement parce que le tournoi est au cash game un peu ce que la Coupe de France est au Championnat, en football. En Ligue 1, c’est assurément la meilleure équipe (ou l’une des meilleures) qui gagne à la fin de la saison. En Coupe de France, une compétition bien plus aléatoire, vous vous retrouvez parfois avec Calais, ou des équipes de seconde zone, en finale. Et des équipes de seconde zone qui gagnent des tournois de poker, il y en a presque tous les jours.

Chris Moneybooker ou Jamie Gold ont été sacrés champion du monde, alors que ce sont des tanches intersidérales. Sam Farha ou Phil Helmuth, qui portent plusieurs bracelets WSOP au poignet, sont des spécimens de haute mer. A ce sujet, les voir s’affronter dans la célèbre émission High Stake Poker est toujours un supplice, tant les crimes contre le jeu sont légions. Les poubelles complètement surjouées succèdent aux mises mal calibrées et, à part quelques exceptions notables (Ivey, Antonius, Galfond…), l’émission ressemble au fil du temps à un ban de fishs parmi les plus riches et les plus célèbres de la planète. Et dire que le téléspectateur lambda croit qu’il s’agit-là de la crème de la crème.
Lorsqu’il m’arrive, de temps à autre, de tomber sur l’émission en zappant sur Poker Channel, je tiens rarement plus de deux minutes et tire la même tronche que lorsque je matais l’équipe de France de foot, à l’occasion du dernier Mondial en Afrique du Sud.

Bon, bref. Un joueur gagnant de NL100 sera le plus souvent un joueur gagnant de tournoi, sur le long terme. La réciproque n’est pas toujours vrai.
Primo, parce que le niveau de jeu moyen n’est pas vraiment le même. L’expérience qu’on acquiert en un an sur le Net, doit équivaloir à trente ans en live. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Doyle Brunson ! Et en cash game, la 2/4 (NL400) d’un cercle ou d’un casino doit équivaloir grosso modo, en terme de niveau moyen, à la NL25 online. Certes, les vieux briscards du live ont sans doute développé une lecture plus pointue des tells physiques adverses. Mais les joueurs onlines sont, eux, plus à même de déchiffrer les bettings patterns ou les times patterns des autres joueurs.

Secundo, parce qu’il sera plus facile pour un gars qui maîtrise les subtilités du jeu deeptstack de s’adapter aux changements de rythme et au jeu shorstack inhérent à un tournoi… que l’inverse.
Désolé si j’en choque quelques uns, mais élire le meilleur joueur français parmi les plus gros gagnants de tournois live, c’est comme chercher en Ligue 2 le meilleur footballeur français ! Précisons néanmoins que certains joueurs de Ligue 2 se débrouillent très bien…

Non, les meilleurs joueurs de poker, les plus efficaces sur le long terme, se trouvent en cash game online. Il est d’ailleurs rare que ceux-ci disputent beaucoup de tournoi. Il est bien plus rentable pour eux de jouer en cash, l’edge sur les autres joueurs étant plus fort qu’en tournoi, et la variance moins élevée. Sans parler du fait qu’en cash game vous bénéficiez d’une liberté (de choisir ou de quitter la table à votre guise) que vous n’avez pas en MTT. Mais c’est là un autre débat.

Rui Cao ou Alexandre Luneau sont sans doute les deux (jeunes) joueurs français qui sont montés le plus haut. Rui, alias « Gohahounet- Pepperoni » , est aujourd’hui l’un des plus gros gagnants dans le monde en PLO online. Alexandre, alias « Alexonmoon » est l’un des meilleurs joueurs de Heads-Up et a cartonné récemment sur les variantes exotiques, en High Stake. Si ces deux-là décidaient de se mettre sérieusement aux tournois live – ce qu’ils ne feront sans doute pas car cela les ennuie et est moins rentable pour eux – je doute fort qu’ils soient perdants sur le long terme.
A contrario, si Roger et consorts décidaient de jouer en cash game online, à fortiori en High Stake, je crains hélas qu’ils ne finissent rapidement en slip. Et Roger en slip…

Mais bon, ne nous égarons pas. Et jetons, tant qu’on y est, un autre pavé dans la mare. Les High Stakes onlines ne sont pas toujours le lieu où le niveau de jeu moyen est le plus élevé. Je crois que beaucoup idéalisent les plus haute limites. Je ne parle pas des émissions de télé, vous savez désormais ce que j’en pense.
Soyons plus précis. Online, il y a indéniablement une corrélation entre la limite et le niveau de jeu. Le niveau moyen de la NL50 est inférieur à celui de la NL100, qui est inférieur à celui de la NL200, etc… avec cependant moins de marge qu’on ne le croit usuellement. Certains joueurs pensent parfois qu’en montant de limite, on débarque dans un nouveau monde, avec des adversaires infiniment plus forts. Cest une image souvent surfaite. Le niveau moyen est certes légèrement supérieur. Mais un joueur gagnant à une limite avec un minimum de marge (disons un winrate de 1 BB/100), sera sans doute gagnant à la limite au dessus… s’il ne devient pas scare money et avec, certes, une marge plus réduite.

Pour vous donner le fond de ma pensée, je pense que le niveau moyen augmente jusqu’à la NL 2000 ou la NL 5000. Mais qu’après, on rentre pour le coup dans un autre monde, où ce n’est plus réellement une question de niveau, mais plutôt de tripes, de guts, d’insouciance ou de courage. Et que là, peut de joueurs font partie de ce club très fermé.
De nombreux très bons joueurs n’ont pas la bankroll et/ou sont incapables psychologiquement d’encaisser des pertes potentielles de plusieurs dizaines de milliers d’euros sur une session.
Une majorité des meilleurs joueurs de NL 2000 ou même NL1000, seraient sans doute des joueurs de High Stake gagnants s’ils en avaient la possibilité ou la volonté, c’est-à-dire les couilles. A contrario, certains membres réputés des High Stakes, je pense par exemple à Gus Hansen, ne sortiraient pas forcément gagnants de 200 000 mains jouées en NL1000, en NL Holdem 6-max (précision importante).

Je m’étais amusé, l’an dernier, à examiner le winrate des joueurs de High Stake, selon leur limite. Aussi étonnant que cela puisse paraître au premier abord, beaucoup d’entre eux possédaient un BB/100 plus élevé aux plus hautes limites, par rapport aux limites inférieures. Certains étaient même perdants ou even en NL 1000 !
Quelques mauvaises langues prétendent même que Tom Dwan a grandement bénéficié des largesses de Guy Laliberté pour monter une grosse bankroll en High Stake. Mais que depuis que le milliardaire canadien n’y joue plus, c’est plus difficile pour lui. J’ignore si ce sous-entendu mesquin a une part de vérité. Je pense en revanche que « Durrr », s’il fait partie des meilleurs joueurs de Heads Up au monde, ne fait sans doute pas partie du Top 100 quand la table se remplit.

Là encore, les joueurs de poker ont tous des profils différents, jouent des variantes différentes, à des limites différentes, à des formats différents. Ce qui, du coup, rend particulièrement délicate la tâche de désigner le ou les meilleurs d’entre eux, sur un plan général. Un très bon joueur de Heads Up ne cartonnera pas forcément en Short Handed, et inversement. Les qualités nécessaires pour réussir ne sont, en effet, sensiblement pas les mêmes. Un peu comme au tennis, les atouts pour être performant sur terre battue ne sont pas toujours identiques à ceux qui font de vous un bon joueur de gazon. Nadal est sans aucun doute le meilleur joueur de terre battue de l’histoire. En indoor, il y a 3 ou 4 joueurs qui lui sont intrinsèquement supérieurs. Idem pour Tsonga, qui fait sans doute partie du Top 5 en indoor mais qui est derrière une quinzaine de joueurs plus performants que lui sur terre battue. Dans les deux cas, il faut d’abord être un bon joueur de tennis. Mais sur terre battue, il vaudra mieux être régulier du fond de court et doté d’une condition physique parfaite. Sur indoor, ce sera certainement EV+ de disposer d’un excellent service et d’une bonne volée.

Au poker, c’est pareil. Un bon joueur de Heads Up excelle généralement dans la créativité et l’audace. Plus les adversaires sont nombreux à table et plus il faudra faire preuve de discipline et de patience. Les meilleurs joueurs ont une partie de ces qualités, mais pas forcément toutes ces qualités. Basou est, avec Garrincho et quelques autres, l’un des meilleurs Français en Heads Up. Il ne fait sans doute pas partie du Top 25 en 6-max, même s’il reste un joueur gagnant dans ce format.

En Short Handed, les meilleurs joueurs français se nomment probablement Random 645 (ou Renaud123), DonLimit, Tall, Tof59, Artplaie et quelques autres. Pardon pour ceux que je ne cite pas et que j’oublie. Tous ces joueurs sont durablement gagnants online, depuis pas mal de temps déjà. Ce qui les caractérise également pour la plupart, c’est une certaine forme d’humilité. Les meilleurs joueurs sont rarement ceux qui l’ouvrent le plus. Tof multitable et joue énormément de mains chaque mois et, dans ces conditions, atteint un winrate tout à fait honorable. Cerise sur le cadeau, il m’a été d’une aide précieuse dans l’écriture de « Poker Quiz ».
Très régulier dans ses performances, Artplaie commence à acquérir une petite notoriété puisqu’après avoir été le coanimateur de Club Poker Radio, il a été récemment l’un des profs de la Maison du Bluff avec notre Como national. Il a aussi écrit un ebook qui est, semble-t-il, particulièrement apprécié.
Cyril André, alias « Don Limit », a défoncé le .fr, lors des premiers mois qui ont suivi l’ouverture du marché. Anthony Roux, alias « Tall ou Happydindon », ancien membre de la TeamWinamax, est sans doute l’un des meilleurs joueurs de PLO. Tout comme Renaud Desferets (Random645), lequel est - à mes yeux en tout cas - le joueur français le plus impressionnant et le plus complet puisqu’il maîtrise tous les formats de jeu, que ce soit en NLH ou en PLO. Il faut dire qu’en quatre ans, je n’ai pas souvenir d’avoir remporté un seul coin flip contre Renaud. Cela doit quelque peu influer sur mon jugement…:slight_smile:
Aucun de ces joueurs n’est sponsorisé pour participer aux plus grand tournois internationaux.

Il est temps de conclure ce pavé. Mon avis va peut-être faire réagir certains d’entre vous. Il y a forcément une part de subjectivité à vouloir évaluer quels sont les meilleurs joueurs français. Un peu comme les notes de philo au bac, il y a toujours matière à interprétation. Je me permet néanmoins de donner mon humble avis, ayant affronté tous les joueurs que je cite, David Benyamine excepté. Mais, il ne perd rien pour attendre !:slight_smile:

.

Très interessant ton article mizar comme a chaque fois!Je rejoins ton avis concernant les joueurs de poker live qui font la une des magazines c’est sans doute pour sa que j’ai arreté d’acheter ces fichus magasines qui coutent bien trop cher comparé a leur contenu quand on le compare a un site tel que poker academie!
De plus de nos jours je pense qu’il est bien plus honnorable de gagner le titre de joueur online francais de l’année comme la fait basou car l’être au milieu de sharks tel que rui cao alexomoon et bien d’autre ces biens plus glorifiant que big roger patrick bruel et consors!

Merci pour cet article
Cela m a donné envie, de bosser encore plus fort, il m a filé une patate. :woohoo:

Putain, quand il parle, ça donne pas envie de bouger. En meme temps, il a 1000 fois raison

Mouai, cela transpire ton mépris pour les tournois.
J’aurais tendance à dire “Un tel pavé pour ça?”

Comparer comme tu le fais tournois et cash game est plus que réducteur, les qualités demandées ne sont pas les mêmes, m’enfin bon, si cela peut te faire faire plaisir…

j’ai tout lu… si si c’est vrai :slight_smile:
pas le temps de débattre mais je suis d’accord avec pas mal de points…

comme ça vite fait :
le terme “meilleur” veut rien dire
elky c’est une machine je suis un fan boy / mizar c’est du caca :laugh:
j’ai faim je suis à la bourre pour le 31

je reviendrai B)

[quote=“puma, post:416776”]Merci pour cet article
Cela m a donné envie, de bosser encore plus fort, il m a filé une patate. :woohoo:[/quote]

Exactement ça !

Globalement d’accord avec Mizou, notamment sur ces joueurs de l’ombre dont on entend que trop rarement parlé.

Mais bon, les MTT restent la variante reine au yeux du public, tout comme le Loto.Ça fait rêver et ça crée des Stars.

D’ailleurs c’est la semaine ou les Idoles sont tuées:

“j’ai toujours pensé qu’il (Tom Dwan aka “Durrrr”) était un fish, mais un fish vraiment intelligent et créatif”…

–>http://www.madeinpoker.com/joueurs/la-phrase-de-la-semaine-dwan-un-fish-intelligent-8608.html

cette remarque m a fait pensé a ce que disait Basou sur son propre jeu. Il expliquait que parfois la limite entre un move de fish et un move intellectuellement construit était très ténue.

Tu parle de la différence entre tournoi et cash game et concernant David benyamine tu parle de son jeu et de son niveau or tu ne parle que du holdem. Tu parle du niveau des jeune joueur internet. La plupart ne maitrise que le Texas holdem variante populaire depuis peu et qui fait fureur au pres des fish francais :). Depuis quelques temps beaucoup se sont mis a l’omaha mais tres peu connaissent d’autre variante. Et comme le disait bruno fitussi dans un podcast pour etre un bon joueur de poker il faut en maitriser toutes les variantes.
Alors oui David benyamine est le meilleur joueur de cash game francais que ce soit en live ou online surement pas en holdem puisquen, comme il l’avait dit dans une interview, il n’y joue quasiment jamais mais dans toutes les autres variantes qu’il maitrise parfaitement.
Tu peux prendre tous les jeune prodiges de la jeune génération online qui t’impressionnent tant, et les confronter a benyamine en cash game mixed game, je suis sur qu’ils seraient largement perdant sur le long terme.
Et il en va de meme pour les phil ivey, negreanu etc… ils ne jouent presque jamais en Holdem en cash game.

Donc pour savoir si un joueur est bon ou pas au poker il ne faut absolument pas distinguer son jeu en tournoi ou en cash game mais sa connaissance et sa maitrise de toutes les variante du poker. Et c’est pourquoi d’ailleurs phil ivey est considéré comme le meilleur joueur du monde.

Les jeune joueur online que tu cite qui, certes, excele dans cette petite catégorie que représente le cash game en holdem et en omaha sont tres loin d’etre des joueurs de poker complet. Ils se feraient completement rasé dans une partie telle que le big game dans la bobbys room :slight_smile:

EDIT: sinon je suis totalement d’accord avec toi sur certain point mais tu aurais du l’intituiler “Qui sont vraiment les meilleurs joueurs francais de Texas holdem?”

nice post!

Peu importe qui est le meilleur, ce qui importe c est l envie d être bon dans sa passion et tant les uns que les autres nous donnent vraiment envie de persévérer, et c est tout ce qui compte.

quelle régale cette partie 1 !!!

ca fait gerber quand on voit le niveau de pas mal de mecs ship coup sur coup ! Sans parler de la blague technique des 80% de joueurs sponso !

tu pourra rajouter ma phrase auprès de celle de cuts

“Le MTT c’est comme le loto : A qui le tour ?”

surement celui d’une luckbox !!

Sinon Miz’ tu as quand même oublié de prendre en considération le faite que lorsque Benyamine play Basou a l’acf en nl5 ou 10k (je sais pas) il en a un peu rien à foutre .Ca dépend de ta personnalité, mais quand tu es de nature gambler c’est très dur de jouer 4 limit en dessous de ta limit habituelle du jour au lendemain sans spew et en étant concentré max. Je suis pas un spécialiste Benyamine , loin de la , mais je pense qu’il joue bien plus haut en temps normal et qu’il doit jouer en détente a l’acf.

Le meilleur c est oim
:silly:

Article très bien écrit, comme à ton habitude Mizar, toujours aussi sympa à lire. Et assez costique ce qui n’est pas pour me déplaire :).

Je suis d’accord sur beaucoup de points, sauf que si l’on voulait évaluer le meilleur joueur (si l’on conçoit que cela a un sens et un intérêt), prendre le ROI en CG n’est pas la bonne méthode car par essence tu ne joue pas en circuit fermé. Ce qui veut dire que le ROI d’un joueur va énormément dépendre des joueurs qu’il a à sa table.

Hors, même au même limites, 2 joueurs ne vont pas rencontrer les mêmes autres joueurs dans les mêmes proportion.
Et par exemple le niveau de jeu à une limite donnée d’une room à une autre n’est pas forcement le même.

Si les MTT ressemblent effectivement assez bien coté sportif à une compétition de type coupe (de france ou autre, je vous laisse choisir en fonction de vos gouts respectifs :wink: ), le CG quant à lui n’est pas vraiment équivalent à un championnat, pour les raisons évoquées si dessus.

Si l’on voulait vraiment faire cela, il faudrait faire jouer tout les joueurs évalués sur l’année sur un circuit fermé, identique pour chacun, ou tout le monde rencontre tout le monde dans les mêmes proportions.

Après ca n’a pas vraiment d’intérêt à mon sens…

Et les gros MTT live ont quand même l’intérêt de faire rêver les amateurs, ce qui amène de l’activité par la suite, tout comme les différentes coupes du monde dans d’autres domaines.

C est vrai ça on a droit de rever merde :whistle:

Très bon article effectivement.

Et toi Mizar, où te situes-tu? :wink:

Comme d’hab toujours agréable à lire.

Je pense aussi que le CG est plus technique que les MTT et fait moins loto.
Cela dit je ne suis pas sûr qu’un bon joueur de CG en NL200+ sera forcement un bon joueur de MTT.

Comme tu le dis chaque discipline demande ces propres qualités.
Et une qualité du joueur de MTT est de pouvoir jouer son A-Game pendant 6h 8h ou plus. Pas sûr que tous les joueurs de NL200+ puissent faire ça même s’ils sont en moyennes techniquement meilleurs.

Et puis il y a aussi une grosse différence entre MTT live et online. Online on peut absorber la variance en une année si on est un gros joueur. Et on en voit pas mal qui ont une régularité étonnante et qui serait à mon avis gagant en CG à des limites hautes en travaillant un minimum.

Quoiqu’il en soit tout le monde sait que la nuts du poker c’est le sit n go…

J’ai aimé cette article ça occupe bien un 1er janvier.
Je ne pense pas qu’il soit possible de dire qui est le meilleur joueur français et perso je m’en tape un peut. Je sais même pas qui à gagné la coupe de foot ni de rugby ni qui est 1er en tennis.
Au poker je joue en NL10 short handed. Alors qui est le meilleur en NL5000 on verra quand j’y serrai :).

Pour les classement de meilleur joueurs il faudrait en faire autant qu’il y a de variante de jeu (heads up, online , live, omaha, NL10, NL1000 etc…) comme ca tout le monde verrai son nom apparaitre et serrai bien contant.

Les joueurs de MTT live doivent aussi avoir une qualité : MÉMOIRE car ils jouent sans HUD

Question :

  • je suis gagnant en NL10 short handed online , es que je suis meilleur que ROGER :whistle: